Oncle Sam : oui, mais moi c’est pas pareil


La dispute entre les États-Unis et la Chine au sujet de la quarantaine et des consulats continue de plus belle


Par Moon of Alabama – Le 24 juillet 2020

Les États-Unis ont fermé le consulat chinois de Houston pour se venger des exigences chinoises voulant que les diplomates arrivant de l’étranger passent des tests Covid-19 et entrent en quarantaine. Aucun média américain que j’ai lu n’a encore confirmé ce fait que Moon of Alabama a été le premier à rapporter :

La raison non mentionnée justifiant l’initiative du Département d’État est une querelle au sujet de l’obligation pour les diplomates étasuniens voulant retourner en Chine de passer un test et de subir une quarantaine, dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus ....
La querelle se poursuit. Les diplomates US ne sont pas revenus à Wuhan où le consulat est toujours fermé. L’ordre de fermer le consulat chinois à Houston est visiblement une tentative de pression sur la Chine pour qu’elle retire son obligation de test et de quarantaine pour les diplomates étasuniens.

Le Global Times, le média phare chinois de langue anglaise, a interrogé deux experts. Tous deux ont confirmé nos informations :

Wu Xinbo, doyen de l'Institut d'études internationales de l'université de Fudan :

"D'après ce que j'ai compris, il s'agit d'un mouvement visant à faire pression sur Pékin pour qu'un plus grand nombre de diplomates américains reprennent leur poste en Chine. Depuis l'apparition de la COVID-19, les États-Unis ont évacué de Chine, à la hâte, un grand nombre de diplomates et de citoyens américains. Aujourd'hui, Washington estime qu'il est temps pour eux de poursuivre leur mission en Chine. Pourtant, les négociations sur leur retour ne se sont pas déroulées sans heurts. ..."

Wei Zongyou, professeur au Centre d'études américaines, Université de Fudan :

"Cela fait un certain temps que la Chine et les États-Unis sont bloqués dans leurs négociations sur les conditions de retour en Chine des diplomates américains et des membres de leur famille. L'exigence stricte de fermeture du consulat général de Chine à Houston peut être considérée comme une mesure de rétorsion de la part des États-Unis dans le cadre de ce différend. ..."

Les médias américains se comportent encore comme s’ils n’avaient pas remarqué la demande déraisonnable du département d’État. La Chine risque une nouvelle épidémie de Covid-19 si elle exempte les diplomates nouvellement arrivés de tests et de quarantaine.

La Chine a répondu à l’ordre des États-Unis de fermer son consulat à Houston par un ordre analogue, celui de fermer le consulat américain à Chengdu. Mais remarquez à quel point la justification est grossièrement biaisée par le NYT :

Alors que les États-Unis s'acharnent contre la "nouvelle tyrannie" chinoise, Pékin a ordonné vendredi la fermeture du consulat américain à Chengdu, une mesure de rétorsion qui menace d’éloigner encore plus les deux puissances.

Pékin a blâmé l'administration Trump pour la détérioration des relations, qualifiant sa propre action de justifiée après que Washington a ordonné à la Chine, cette semaine, de fermer son consulat à Houston et a accusé ses diplomates d'agir illégalement. ...
L'administration Trump a déclaré que la fermeture du consulat de Houston était nécessaire parce qu'il était devenu un centre d'espionnage illégal et d'opérations d'influence, allégations que les responsables chinois ont niées. ...
La fermeture du consulat de Chengdu, dans la province du Sichuan, le plus à l'ouest des cinq consulats américains en Chine continentale, prive les États-Unis d'une ville qui est une plaque tournante de l'expansion commerciale de la Chine en Asie centrale. Chengdu est également son avant-poste diplomatique le plus précieux pour recueillir des informations sur le Xinjiang et le Tibet, les deux régions parfois en révoltes de l'extrême ouest de la Chine.

Les deux régions ont été le théâtre de vastes campagnes de répression qui ont attiré les critiques internationales à cause de violations des droits de l'homme.

Le consulat chinois à Houston est accusé, sans aucune preuve, d’être une « plaque tournante d’opérations illégales d’espionnage et d’influence ». Le consulat américain à Chengdu est, selon le New York Times, impliqué dans la « collecte d’informations sur le Xinjiang et le Tibet » et également utilisé pour les fausses campagnes « droits de l’homme » contre la Chine – c’est-à-dire des opérations d’information de la CIA. En quoi l’argumentation choisie est-elle si différente ?

Comme les États-Unis ont beaucoup plus de diplomates en Chine que la Chine n’en a aux États-Unis, nous pouvons être sûrs que les États-Unis ont plus d’agents qui font leurs affaires en Chine que les agents chinois à Washington, Houston et ailleurs.

Certains diplomates américains qui avaient été évacués en janvier et février retournent maintenant en Chine :

Washington et Pékin négocient depuis des semaines sur les modalités de renvoi des diplomates américains, en raison d'un désaccord sur les tests COVID-19 et les procédures de quarantaine, ainsi que sur la fréquence des vols et le nombre de personnes que chacun peut transporter.

On ne sait pas encore comment les tests et la quarantaine de ces diplomates seront traités. Je pense qu’il est probable que la Chine s’en tienne à ses exigences et que les États-Unis céderont sur cette question. Ce sera bien sûr un autre sujet sur lequel les médias ne s’appesantiront pas.

Par ailleurs, ne réalisant pas vraiment ce qu’il dit, Pompeo demande à la Chine d’ajuster ses capacités nucléaires aux réalités stratégiques de son époque.

« Nous demandons à la Chine de conformer ses capacités nucléaires aux réalités stratégiques de notre époque »

Michael R. Pompeo, Secrétaire d’Etat, 23 juillet 2020

Comme l’indique le graphique ci-dessous, si les chinois veulent se plier au bon vouloir du « secrétaire dans tous ses états », il va falloir qu’ils multiplient par 20 leur capacité nucléaire.

Source : FAS.org    Agrandir

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par jj pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Oncle Sam : oui, mais moi c’est pas pareil »

Les commentaires sont fermés.