Coronavirus. une nouvelle arme dans la guerre asymétrique ?


Par Filo − Le 28 janvier 2020

Selon l’Inserm, Coronavirus est «une immense famille de virus, dont certains infectent différents animaux, d’autres l’Homme. S’ils sont habituellement bénins, à l’origine de rhumes qui guérissent spontanément, il arrive qu’ils acquièrent de nouvelles propriétés…».

Coronavirus 2019-nCov de son nom de baptême, proche cousin du SRAS-CoV et qui a touché depuis mi-décembre la Chine, serait apparemment capable de muter et de ce fait de se propager plus facilement en se transmettant de l’animal à l’Homme puis d’Homme à Homme mais aussi capable de provoquer des problèmes respiratoire aigus, voire le décès des personnes infectées. Nommé également Virus à couronne à cause de son aspect ressemblant à une couronne.

A l’heure où j’écris ces lignes la propagation en Chine prend des allures d’épidémie, touchant plus de cinquante millions de personnes dans plusieurs villes chinoises [du fait principalement du blocus des villes, NdSF] et même plusieurs pays étrangers tels que l’Australie, les USA, la France etc.

Pourquoi maintenant ?

Sans tomber dans le conspirationnisme il y plusieurs aspects troublants et intrigants qui méritent réflexion. Mais commençons par le commencement, posons le décor.

En 1985 j’avais écrit et publié dans une revue un article affirmant que les USA sont en faillite. Non seulement personne ne m’a cru mais ce fut carrément le tollé et même des insultes. Pourtant le déclin était plus qu’évident. Et on voit
aujourd’hui le résultat ; les faits me donnent raison malgré les tentatives continues américaines de freiner cette chute ou de faire diversion pour que ça soit visible le moins possible.

Les USA n’ont plus le leadership mondial. Leur suprématie militaire est de plus en plus ouvertement contestée. Leur suprématie économique est sur le point d’être égalée, voire même d’être dépassée par la Chine et des pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ainsi que l’ensemble économique appelé communément la Nouvelle route de la soie.

Évidement, les USA n’acceptent pas cette défaite et choisissent la pire des solutions ; la fuite en avant. A coups de sanctions tout azimut ils ont enclenché une véritable guerre économique contre la Chine.

Mais surprise, l’adversaire était beaucoup trop fort et les américains dans cette bataille ont commencé à perdre beaucoup de plumes.

Le président américain Donald Trump dans son style «Poker menteur» et «prestidigitateur» a vite trouvé «un accord miracle plein de superlatifs». Vite signé avec fanfare et trompette, cela lui a permit de cacher la défaite et de tourner la page.

Pas de fin de partie pour autant mais tout juste changement de tactique ; ensuite il y a eu Hong Kong. Il faut être le dernier des imbéciles et croire que ces manifestations, par moment particulièrement violentes, sont des manifestations spontanées.

Mais là aussi les autorités chinoises maîtrisent bien la situation, stoïquement ils arrivent à contenir et même réduire les poches de résistance. Un autre échec, malgré le travail acharné de Hollywood et des «merdias» officiels occidentaux qui calomnient les autorités chinoises en les présentant comme des méchants dictateurs contre des gentils manifestants qui demandent «juste un peu de démocratie».

Et nous voilà maintenant à la dernière trouvaille que les USA ont sorti dans leur course éperdue pour la domination.

Comme on sait le 25 janvier a débuté la Nouvelle Année chinoise, la plus grande fête de la nation chinoise, qui dure 15 jours avec des grands déplacements de population, une véritable transhumance.

Ce qui est bizarre, très bizarre même c’est que cette pandémie arrive juste à la veille de ces fêtes !

Et si en réalité cela faisait partie de la stratégie US de guerre asymétrique et d’assassinats ciblés de ceux qui leur font ombrage ?

Pour moi le doute existe et la question mérite réflexion.

Tout d’abord des troubles orchestrés à Hong Kong et ensuite, deuxième partie, un Coronavirus.

Le virus est apparemment largement surdosé et il est en train de se répandre sur le reste du monde. Donc aussi sur les autres pays occidentaux qui sont les alliés des USA ! Mais peu importe nous serions tout au plus un dégât collatéral, pourvu que les USA arrivent à maintenir leurs domination sur le reste du monde.

Mais ce qui me fait peur, c’est que s’ils échouent encore cette fois-ci, ils ne leur restera qu’une «dernière cartouche», celle de provoquer une guerre mondiale, un cataclysme généralisé.

Mon dieu, mon dieu comme ils sont stupides ces américains.

Quel gâchis pour le reste de l’humanité !

Qui vivra verra !

Filo

Note du Saker Francophone

Au delà de la position de cet auteur, on peut imaginer de nombreux scénarios et il faudra de longs mois avant d'en savoir plus sur les causes et l'ampleur réelle de cette épidémie, chaque camp géopolitique même en dehors de tout lien avéré, y voyant une occasion parfaite de communiquer dessus. Ce sujet est par contre sensible car il fait écho à des volontés affichées de certaines élites de contrôler la population mondiale. Nous, les peuples, consommons leurs ressources, à ces élites, voire nous respirons leur air. Si ça continue, il va falloir que ça cesse comme le soulignait un humoriste.

Relu par Kira pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Coronavirus. une nouvelle arme dans la guerre asymétrique ? »

Les commentaires sont fermés.