Les caisses de retraite publiques de la Californie et du Colorado ont perdu ensemble plus de 19 milliards de dollars


au cours de la dernière décennie en investissant dans des actions du marché des combustibles fossiles, selon un rapport publié mardi.


Par Sharon Kelly – Le 5 novembre 2019 – Source DeSmog

Les étudiants activistes ont demandé au CalSTRS de se départir des combustibles fossiles. Crédit Photo : Fossil Free California.

Les trois caisses de retraite publiques analysées représentent actuellement une valeur combinée de 663 milliards de dollars. Cependant, si elles s’étaient désinvesties de ces entreprises fossiles en 2009 tout en maintenant leurs autres investissements dans les mêmes proportions, elles auraient pu amasser 19 milliards de dollars de plus en dix ans, conclut le rapport publié par Corporate Knights, une entreprise canadienne de médias, de recherche et de finance.


Deux des caisses de retraite, CalPERS et CalSTRS, investissent au nom d’environ 2,8 millions de fonctionnaires californiens, dont des enseignants, des pompiers et des employés municipaux, tandis que la troisième, PERA, investit au nom de 600 000 fonctionnaires du Colorado.

Les pertes liées aux combustibles fossiles s’élèvent à 2 900 $ par membre au Colorado, 5 572 $ par membre du CalSTRS et 6 072 $ par membre du CalPERS, ajoute le rapport.

« Nous savions que les investissements de CalPERS dans les combustibles fossiles nous avaient tous causé des dommages environnementaux », a déclaré Wynne Furth, ancienne avocate à Palo Alto et retraitée de CalPERS. « Il s’avère que les dommages étaient également d’ordre financier – CalPERS a subi des pertes de l’ordre de 11,9 milliards de dollars, touché par la persistance d’investissements sans issue dans les combustibles fossiles. »

Le rapport attribue 5,5 milliards de dollars de pertes supplémentaires à CalSTRS et 1,77 milliard de dollars à PERA.

Désinvestir à des fins lucratives

Les résultats mettent en lumière la façon dont les mauvais résultats financiers des entreprises du secteur des combustibles fossiles au cours de la dernière décennie sont susceptibles de modifier la façon dont les débats sur le désinvestissement du secteur des combustibles fossiles sont formulés.

Historiquement, les débats sur le désinvestissement ont souvent été décrits comme une opposition entre ceux qui appuient la prise de décisions fondées sur des considérations éthiques et ceux qui appuient la prise de décisions qui donnent la priorité au rendement financier.

Mais au cours de la dernière décennie, le secteur de l’énergie fossile a connu des vagues répétées de faillites et de nombreuses sociétés pétrolières et gazières ont eu de la difficulté à dégager des flux de trésorerie nets de leurs activités de forage et de fracturation dans le pétrole de schiste.

Les perspectives à long terme pour les entreprises des énergies fossiles sont marquées par des problèmes structurels, notamment les risques pour leurs modèles d’affaires découlant des efforts visant à ralentir la pollution due au réchauffement climatique, les risques associés aux effets d’un climat déjà changeant, les responsabilités liées au vieillissement des champs de pétrole et aux infrastructures abandonnées et la concurrence des énergies renouvelables, dont le coût diminue si rapidement que le Rocky Mountain Institute a conclu dans son rapport de septembre que 90 % des centrales à gaz naturel actuelles pourraient être obsolètes en 2035.

La semaine dernière, Murray Energy, la plus grande société minière privée des États-Unis, s’est placée sous la protection de la loi sur la faillite. En août, le Wall Street Journal a recensé 26 sociétés pétrolières et gazières qui ont fait faillite cette année et a averti que d’autres faillites pourraient se profiler à l’horizon à mesure que les dettes arrivent à échéance. Au premier trimestre de 2019, 90% des compagnies pétrolières de schistes n’ont pas réussi à produire des flux de trésorerie positifs, ont constaté les analystes de Rystad Energy.

« Ces résultats devraient mettre fin au mythe selon lequel le désinvestissement de l’industrie des combustibles fossiles nuit au bien-être financier de nos caisses de retraite publiques », a déclaré Fiona Ma, trésorière de l’État de Californie et partisane du désinvestissement des combustibles fossiles, dans un communiqué. « C’est tout le contraire qui est vrai – la STRS aurait gagné 5,5 milliards $ de profits de plus si nous nous avions désinvesti il y a dix ans. Les enseignants des écoles publiques de Californie méritent que leurs investissements soient retirés de ce secteur financièrement sous-performant avant que cela ne cause encore plus de tort. »

Ce n’est un secret pour personne que l’industrie des combustibles fossiles a sous-performé par rapport aux autres industries au cours des dernières années.

« Ce qui est clair, c’est que le secteur de l’énergie en général a été un piètre rendement financier et un mauvais rendement boursier pour les placements, de sorte que tout ce qui vous prive de votre exposition aux combustibles fossiles au cours de la dernière décennie va améliorer votre rendement », a déclaré Clark Williams-Derry, analyste à l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis, qui ne s’est pas occupé de produire le rapport aujourd’hui.

« Il y a des raisons de croire que le secteur de l’énergie va continuer à chuter », a-t-il ajouté, citant le risque continu de faillite et le mauvais rendement des flux de trésorerie des sociétés d’exploration et de production pétrolières et gazières. « Je pense qu’il est assez clair qu’il y a un risque de marché politique et technologique substantiel pour le secteur, ce qui pourrait suggérer qu’il pourrait y avoir un retour à la moyenne, voire une sous-performance, de la part d’un secteur qui a été battu en brèche ».

Depuis 5 ans, @CalSTRS a insisté pour « s’engager » auprès des entreprises de combustibles fossiles afin de réduire leurs émissions de carbone. Dommage parce que le fonds serait de 5,5 milliards de dollars de plus aujourd’hui s’il s’était retiré des combustibles fossiles il y a 10 ans !

Compter les pertes

Les caisses de retraite ont historiquement maintenu des investissements importants dans les entreprises de combustibles fossiles. En 2009, les entreprises de combustibles fossiles représentaient 17,6 % des investissements de CalPERS, selon Corporate Knights, et 16,3 % des avoirs de CalSTRS.

Les estimations de Corporate Knights pour CalPERS, la plus importante des trois caisses de retraite, étaient fondées sur trois scénarios : en 2009, CalPERS se départissait de toutes ses actions dans le secteur de l’énergie ainsi que de tous ses investissements dans des sociétés dont la moitié ou plus des revenus proviennent de « l’extraction, du raffinage, de la combustion ou du transport » des combustibles fossiles ; un second, la même année, elle réduisait également ses actifs dans des sociétés dont 10 % ou plus proviennent des combustibles fossiles ; enfin, un troisième scénario était de ne détenir aucune action de ce type et la portefeuille de CalPERS demeurait « tel que déclaré dans ses documents de placement ».

Le rapport commence le 1er juillet 2009 et se termine le 30 juin 2019. Dans les scénarios de désinvestissement, tout l’argent non investi dans les entreprises de combustibles fossiles était proportionnellement « investi » dans les actions restantes du portefeuille de CalPERS – de sorte qu’aucune nouvelle action n’a été ajoutée aux avoirs hypothétiques de CalPERS et la taille relative des investissements non énergétiques de la caisse de retraite est restée la même.

Selon Corporate Knights, plus CalPERS aurait vendu d’actions de combustibles fossiles, meilleur aurait été le rendement de leurs placements au cours de la dernière décennie.

Dans le premier cas, si CalPERS avait laissé tomber les entreprises dont les revenus provenant des combustibles fossiles s’élevaient à plus de 50 %, le régime de retraite aurait gagné 9,4 milliards de dollars de plus qu’il ne l’a fait de 2009 à 2019. Dans le deuxième cas, avec des limites plus strictes pour les combustibles fossiles, CalPERS aurait gagné 11,9 milliards de dollars de plus que ses rendements réels, ce qui aurait porté ses gains totaux à 101,5 milliards de dollars.

Chaque membre de CalPERS aurait gagné 4 806 $ de plus selon le premier modèle et 6 072 $ selon le modèle plus strict, ajoute le rapport.

Cela s’explique surtout par le fait que les investissements dans les combustibles fossiles ont produit des résultats lamentables au cours de la dernière décennie, alors qu’une grande partie du reste du marché a augmenté. Selon les auteurs du rapport, « la valeur des actions d’entreprises dans les combustibles fossiles divulgués publiquement par CalPERS a diminué de façon générale au cours des dix dernières années en raison de l’érosion générale de leur valeur relative par rapport au reste du marché ».

Les investissements les plus rentables de CalPERS ont été réalisés dans le secteur des infrastructures de transport, ajoute-t-il, tandis que les sociétés de tabac, de pétrole, d’électricité, d’équipement et de services miniers et énergétiques représentaient cinq des dix secteurs les moins rentables. Le rapport note également que l’indice S&P 500 a légèrement mieux performé que l’indice CalPERS au cours de la décennie, générant des rendements de 294,16 % comparativement à 268,7 % pour l’indice CalPERS – mais si CalPERS s’était dessaisi, il aurait dépassé l’indice S&P, créant des rendements de 300,8 % à 309,09 %.

Une étude réalisée en 2018 par Compass Lexecon, pour le compte de l’Independent Petroleum Association of America, est parvenue à la conclusion contraire, avertissant que le désinvestissement pourrait coûter entre 36 et 50 millions de dollars par an au PERA du Colorado. Cette étude portait sur 50 ans de rendement des actions sur le marché énergie et fondait ses projections sur ces chiffres. (Le Denver Post a critiqué une étude antérieure de la même organisation qui avait obtenu des résultats similaires. Le Post écrivait en 2015 : « Est-ce qu’un examen rétrospectif de la performance d’une entreprise de buggys en 1890 aurait donné une bonne idée de la valeur future de l’entreprise à l’époque ? »)

En 2016, une étude semblable menée par Corporate Knights a fait état d’un manque à gagner de 5,3 milliards de dollars provenant de la caisse de retraite des employés du secteur public de l’État de New York pour les investissements dans les combustibles fossiles. « Le simple fait est que le prix mondial du pétrole brut s’est effondré, que les prix du gaz naturel sont très bas et que les prix du charbon ont chuté », a déclaré Severin Borenstein, professeur d’économie à l’Université de Berkeley, à The Guardian, lorsque ce rapport a été publié. « Tout investissement dans les combustibles fossiles perdra de l’argent quand cela se produira. »

Au moment de publier, CalPERS n’avait pas répondu aux questions de DeSmog. Un porte-parole du fonds a critiqué l’étude, selon le Sacramento Bee. « Choisir des périodes de temps sélectives pour analyser les investissements, puis tirer des conclusions générales sur la façon dont ces investissements seront rentables à l’avenir, ne contribue guère à éclairer la discussion ou à aborder la question du risque climatique », a déclaré Wayne Davis, porte-parole de CalPERS, au Sacramento Bee.

Les militants de la campagne de désinvestissement ont également attiré l’attention sur l’impact du financement des combustibles fossiles sur la crise climatique croissante.

« Il n’y a plus de temps pour l’engagement des actionnaires auprès de l’industrie des combustibles fossiles qui creusent et nous brûlent au-delà des points de non-retour climatiques », a déclaré Clara Vondrich, directrice de la société Divest Invest. « Il est temps de désinvestir. De quel côté de l’histoire êtes-vous ? »

Sharon Kelly

Note du Saker Francophone

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices

Pour rappel, Desmog, même si son travail d'investigation reste assez objectif, est totalement investi dans l'idée du réchauffement climatique anthropique ce qui explique sa pression sur les fonds de pension.

Traduit par Hervé, relu par Kira pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF