Comment (ou pas) battre une campagne de diffamation


Par Caitlin Johnstone – Le 2 mars 2019 – Source Medium


Quiconque s’oppose à l’interventionnisme occidental ou pense que les pauvres sont des êtres humains est un antisémite russe. Si vous n’êtes pas d’accord, c’est parce que vous êtes aussi un antisémite russe.

La narration est une chose drôle. Vous pouvez tout faire correctement, mettre tous vos points sur les « I » et vous aligner sur toutes les lignes officielles, mais si vous offensez les puissants, ils peuvent toujours réarranger la narration dominante pour tuer votre influence publique.


Au Venezuela, à l’heure actuelle, un certain Juan est élevé à la tête de la nation simplement par les déclarations de gouvernements d’autres nations qui l’appellent le « Président Guaidó » et qui nient la légitimité du type qui dirige officiellement le gouvernement vénézuélien. Ce qui est amusant à ce sujet, c’est que si suffisamment de gens y croient, cela peut théoriquement fonctionner ; la seule chose qui maintient les dirigeants en place, c’est le récit convenu qu’ils sont les dirigeants. Si vous pouvez remplacer ce récit par un autre, comme des gens puissants tentent actuellement de le faire, en théorie, il est possible de faire un coup d’État par un pur récit. Vous ne pourriez pas demander une illustration plus parfaite de la puissance du contrôle des narrations.

Les campagnes de diffamation fonctionnent de la même manière. Quiconque conteste les récits autorisés et le statu quo de l’hégémonie oligarchique peut voir sa réputation détruite par les laquais de la classe ploutocratique qui exercent une influence massive sur la classe politique et médiatique, neutralisant ainsi sa capacité d’influencer le public. Si le public se méfie de quelqu’un, il ne croira pas les récits de cette personne, même si ces récits sont aussi sains d’esprit comme la protection des pauvres, l’opposition aux bellicistes insensés ou la défense des droits des Palestiniens. Dans le climat politique d’aujourd’hui, où l’on ignore de plus en plus la diffamation d’une personne en tant que socialiste ou communiste, les campagnes de diffamation les plus efficaces sont actuellement celles qui présentent la cible comme un serviteur du Kremlin ou de quelqu’un qui hait les Juifs.

Jeremy Corbyn @jeremycorbyn

Vidéo très importante qui décrit la nature vile et destructrice des théories du complot antisémite.

La gauche populiste du dirigeant travailliste britannique Jeremy Corbyn et son soutien aux droits des Palestiniens lui ont valu d’être pris pour cible par une campagne de diffamation incroyablement virulente que le journaliste Jonathan Cook décrit comme « un système parfait et rationalisateur d’incrimination – refusant à la victime une voix, même pour sa propre défense ». Les médias britanniques ont publié, avec une agressivité extrême, un récit selon lequel une horrible épidémie d’antisémitisme a en quelque sorte pris le pas sur le Parti travailliste sous la direction de Corbyn, et que Corbyn lui-même est (malgré toute une vie d’opposition à toutes les formes de racisme et de bigoterie) aussi un crypto-antisémite.

M. Corbyn a réagi à cette campagne de dénigrement par des capitulations, les unes après les autres, et plus récemment en suspendant le député Chris Williamson pour des accusations sans fondement d’antisémitisme et en publiant hier sur Twitter un avertissement vidéo sur les théories antisémites du complot. Il n’y a rien de mal en soi à mettre en garde les gens contre les théories du complot antisémite (qui sont toxiques pour une foule de raisons), mais la vidéo que Corbyn a choisi de partager cite explicitement la critique du sionisme comme exemple d’une telle théorie. Le sionisme est l’idéologie raciste qui soutient l’existence continue d’un ethno-état juif (un peu comme l’ethno-état blanc recherché par les nationalistes blancs américains comme Richard Spencer), et il est la force motrice derrière l’oppression et la persécution du peuple palestinien aujourd’hui.

Valider cette amalgame d’antisionisme et de haine à l’égard des Juifs est une capitulation face aux exigences de ceux qui ont fait avancer cette campagne de diffamation, et c’est la mauvaise façon de la combattre. Cela ne marchera jamais, parce que l’objectif n’a jamais été de lutter contre l’antisémitisme, l’objectif a été de détruire Corbyn. Peu importe si Corbyn faisait tout ce que tout le monde exigeait de lui, puis publiait une vidéo de lui-même se faisant fouetter tout en criant à genoux : « Que Dieu ait pitié de ce méchant Juif nazi qui déteste les Juifs ! ». La cible n’est pas l’antisémitisme, la cible est Corbyn. Et le but n’est pas de dire la vérité, mais de développer une narration.

Max Blumenthal @MaxBlumenthal Re : Les commentaires véridiques d’IlhanMN

Les gros titres du Washington Post : « Biden cherche à assurer l’AIPAC de sa loyauté ».

Nous voyons le même type de campagne de diffamation lancée contre la députée Ilhan Omar en réponse à son soutien aux droits des Palestiniens, à ses critiques du lobby américain en Israël et à son opposition à l’interventionnisme des États-Unis dans des pays comme le Venezuela. À l’heure actuelle, elle est de nouveau dénigrée comme antisémite pour avoir revendiqué, à juste titre, que des Américains influents réclament l’allégeance à Israël, même si le GOP prend beaucoup moins de recul pour avoir publié une affiche qui la décrit littéralement comme ayant des liens avec les attaques du 11 septembre 2001. Le fait que cette islamophobie éhontée reçoive beaucoup moins d’attention de la part de l’establishment que les accusations d’antisémitisme sans fondement vous indique que cette campagne de diffamation n’a rien à voir avec des faits et tout à voir avec une narrative.

Pourtant, Omar tente toujours d’apaiser ces traîtres impossibles à satisfaire en s’excusant publiquement pour des déclarations parfaitement véridiques et exactes. La campagne visant à éliminer son influence se poursuivra tant qu’elle continuera à perturber les récits officiels de l’empire centralisé des États-Unis, de sorte qu’aucune quantité d’excuses ou de sensibilité à l’égard de l’antisémitisme ne pourra jamais arrêter les calomnies.

La députée Tulsi Gabbard a également fait l’objet de la même subversion du contrôle de la narration pour son opposition à l’interventionnisme américain en Syrie, au Venezuela et en Iran, ses critiques de l’interventionnisme américain désastreux dans le passé en Irak et en Libye, et ses appels pour mettre fin à la nouvelle guerre froide contre la Russie. Depuis qu’elle a annoncé sa candidature à la présidence, les médias américains font des heures supplémentaires pour la salir en tant qu’amie du Kremlin et du président syrien Bachar al-Assad. Lors d’une récente apparition dans The View, la représentante d’Hawaï s’est fait dire par la fille de John McCain, un psychopathe assoiffé de sang, que « quand j’entends le nom Tulsi Gabbard, je pense à une apologiste d’Assad ».

La réponse de Gabbard ? Contribuer aux récits de propagande de la machine de guerre sur la Syrie.

« Il ne fait aucun doute que Bachar al-Assad en Syrie est un dictateur brutal », a dit Mme Gabbard. « Il est incontestable qu’il a utilisé des armes chimiques et d’autres armes contre son peuple. »

Encore une fois, Gabbard n’est pas la cible de porte-parole de l’establishment, en l’occurrence la fille de John McCain, parce qu’on craint qu’elle ne fasse preuve d’une étrange loyauté envers un dirigeant quelconque du Moyen-Orient de l’autre côté du monde. Pourtant, Gabbard a capitulé devant des récits qu’elle sait très douteux dans une vaine tentative d’apaiser ses calomniateurs.

The View @TheView

La député Tulsi Gabbard dit qu’il n’y a aucun doute sur le fait que Bachar Al-Assad est un « dictateur brutal qui a utilisé des armes chimiques contre son peuple», mais ajoute qu’avec la « guerre de changement de régime » des États-Unis, « la vie du peuple syrien ne s’est pas améliorée ».

Ce n’est pas comme ça qu’on bat ces salauds. Le moyen de les battre est d’attaquer cette diffamation bille en tête.

J’ai moi-même été la cible de campagnes de diffamation, et j’ai eu des maladresses et des succès dans la gestion de ces campagnes. Le fait que je parle encore ici à un grand nombre de lecteurs sans que mon influence n’ait été tuée m’a donné un indice ou deux sur les tentatives de manipuler le récit public à mon encontre, alors je vais simplement partager ce que j’ai appris ici au cas où cela serait utile à quelqu’un.

Quiconque tente de contrôler le récit dominant sur qui vous êtes et ce que vous représentez essaie de vous contrôler, vous et votre voix. C’est une attaque directe contre votre capacité à influencer votre monde, et si elle réussit, vous serez nécessairement rendu impuissant. Il est donc nécessaire de contrer une campagne de diffamation à votre sujet aussi directement et agressivement que toute autre tentative de vous priver de vos facultés ou capacités. Cela signifie qu’il ne faut pas ignorer vos diffamateurs, ni capituler devant leurs exigences, mais s’engager à dénoncer leurs diffamations haut et fort et publiquement d’une manière qui expose pleinement ce qu’ils tentent de vous faire subir.

Si quelqu’un tente d’influencer l’opinion publique à votre sujet, démystifiez ce mensonge et attirez l’attention sur vous. Si votre position est déformée par quelqu’un qui tente d’influencer l’opinion publique à votre sujet, corrigez cette fausse déclaration et attirez l’attention sur la manipulation et la malhonnêteté de ce porte-flingue. Expliquez leurs motifs réels pour vous poursuivre et écartez leurs fausses raisons pour ce qu’elles sont, fausses.

Caitlin Johnstone @caitoz

Julian Assange a crée un média sur le principe que le pouvoir corrompu peut être combattu avec la vérité. Le pouvoir corrompu a réagi en le détenant, en le faisant taire et en le dénigrant. La persécution d’Assange lui a donné raison sur toute la ligne.

Ils essaient de contrôler la narration à votre sujet, alors l’idée est de reprendre le contrôle de votre narration. Vous n’avez pas besoin de convaincre tout le monde que vous avez raison, vous avez juste besoin d’empêcher leur histoire malveillante à votre sujet de devenir celle que tout le monde accepte comme vraie parce que c’est ce que les autres disent. La plupart des gens croient les choses non pas à cause des faits et des preuves, mais parce que d’autres personnes dans leur vie croient ces choses. Si vous pouvez créer suffisamment de doutes dans les récits malveillants qui circulent à votre sujet et assez de confiance dans le vôtre, vous pouvez percer cette dynamique de consensus unanime et empêcher que votre influence ne soit tuée.

Quand on voit les choses telles qu’elles sont, une campagne de diffamation est vraiment dégoûtante à regarder. Les gens ont un dégoût naturel pour la manipulation et la tromperie une fois qu’ils l’ont vue, surtout lorsqu’elle est faite au service des puissants contre les intérêts des personnes privées de pouvoir. Tout ce que vous avez à faire, alors, c’est d’attirer avec force l’attention sur ce qu’ils font au point où leur engagement dans la campagne de diffamation les fait paraître pires que l’image qu’ils essayent de vous coller. Cela les empêchera de manipuler la perception qu’a le public de vous.

Ça craint d’avoir à faire ça. C’est vraiment dégoûtant d’avoir à patauger dans la boue et à combattre ces salauds à leur niveau, mais l’alternative est de les laisser contrôler le récit à votre sujet, ce qui revient à leur donner le contrôle sur votre voix et, dans une certaine mesure, votre vie. Parce que vous pouvez être sûr à cent pour cent qu’ils ne cesseront pas de travailler pour tuer la confiance du public en vous et en vos paroles si vous les ignorez ou si vous êtes gentil avec eux en espérant qu’ils cesseront. Rappelez-vous qu’ils ne s’inquiètent pas vraiment du fait que vous soyez un nazi/antisémite, un adepte de la poutinophobie ou un fan de Bachar ; ils ne se soucient pas vraiment de combattre l’antisémitisme de la même façon que vous ou un adulte sain d’esprit. Ils n’ont qu’un seul but, et c’est de tuer votre influence sur le troupeau. Continuez à diffuser votre propre message aussi bien ; ne laissez pas vos réponses à ces diffamations devenir la majorité de votre production, mais ne leur donnez pas, non plus, un seul pouce de contrôle sur le récit public à votre sujet.

Si vous voyez quelqu’un salir Corbyn, Omar, Gabbard, ou toute autre cible des campagnes de diffamation de l’establishment comme Julian Assange, la meilleure façon de les aider à continuer à perturber la matrice narrative est de (A) réfuter le diffamation, puis (B) exposer de façon agressive les diffamateurs pour qui ils sont et ce dont ils parlent. Celui qui contrôle le récit contrôle le monde, et celui qui contrôle le récit d’une chose particulière contrôle cette chose. Si cette chose en particulier est quelque chose ou quelqu’un à qui vous tenez, ne les laissez pas contrôler le récit à son sujet. Ne traitez jamais un argument de mauvaise foi comme s’il s’agissait d’un argument de bonne foi. Exposez leurs mensonges et forcez la communication à parler de la tactique méprisable qu’ils emploient.

Caitlin Johnstone

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF