Au cœur des ténèbres : les prédateurs sexuels au sein de l’élite du pouvoir américain


Par John W. Whitehead − Le 9 juillet 2019 − Source Rutherford Institute

John Whitehead«À mesure que la liberté politique et économique diminue, la liberté sexuelle tend à augmenter pour compenser. Et le dictateur – à moins qu’il n’ait besoin de chair à canon et de familles pour coloniser des territoires vides ou conquis – fera de son mieux pour encourager cette liberté.» – Aldous Huxley, Brave New World

Le pouvoir corrompt.

Quiconque croit différemment n’y a pas porté attention.

Politique, religion, sports, gouvernement, divertissement, entreprises, forces armées : peu importe l’arène dont vous parlez, ils sont tous criblés de comportements minables, sordides, décadents, lugubres, dépravés, immoraux et corrompus, en quelque sorte un laissez-passer gratuit quand il implique l’élite riche et puissante en Amérique.

À l’ère de la politique partisane et d’une population profondément polarisée, la corruption – en particulier quand elle implique la débauche sexuelle, la dépravation et les comportements prédateurs – est devenue le grand égalisateur.

Prenez Jeffrey Epstein, le milliardaire des hedge funds, pédophile, reconnu coupable et qui a été récemment arrêté sous des accusations d’agression sexuelle, de viol et de traite de dizaines de jeunes filles à des fins sexuelles.

On pense qu’Epstein a exploité son réseau de trafic sexuel personnel non seulement pour son propre plaisir mais également pour le plaisir de ses amis et collègues de travail. Selon le Washington Post, «plusieurs des jeunes femmes […] disent qu’elles ont été offertes aux riches et célèbres partenaires sexuels lors des soirées d’Epstein». À diverses reprises, Epstein a emmené ses amis dans son avion privé, surnommé le « Lolita Express. »

Cela fait partie des bas-fonds minables de l’Amérique.

Comme je l’ai expliqué dans l’article de fond que j’ai écrit cette année, le trafic sexuel impliquant des enfants – l’achat et la vente de femmes, de jeunes filles et de garçons pour le sexe, certains dès l’âge de neuf ans – est devenu une activité rentable en Amérique. C’est le secteur du crime organisé qui connaît la plus forte croissance et le deuxième produit le plus lucratif, échangé illégalement, après la drogue et les armes à feu.

Les adultes achètent des enfants pour des relations sexuelles au moins 2,5 millions de fois par an aux États-Unis.

Il n’y a pas que les jeunes filles qui sont vulnérables à ces prédateurs.

Selon un rapport d’enquête de 2016, «les garçons représentent environ 36% des enfants capturés dans l’industrie du sexe aux États-Unis (environ 60% sont des femmes et moins de 5% sont des hommes et des femmes transgenres)».

Qui achète un enfant pour le sexe ?

Des hommes, par ailleurs ordinaires, de tous les horizons. « Ce pourrait être votre collègue, votre médecin, votre pasteur ou votre épouse », écrit le journaliste Tim Swarens, qui a passé plus d’un an à enquêter sur le commerce du sexe en Amérique.

Des hommes ordinaires, oui.

Mais il y a aussi les hommes extraordinaires, tels que Jeffrey Epstein, qui appartiennent à un segment puissant, riche et élitiste de la société qui fonctionne selon ses propres règles ou, plus précisément, qui est plutôt autorisé à contourner des règles qui, enfreintes par le reste d’entre nous, sont gravement sanctionnées.

Ces hommes échappent à toute responsabilité en tirant parti d’un système de justice pénale qui se plie aux volontés des puissants, des riches et de l’élite.

Il y a plus de dix ans, quand Epstein a été accusé d’avoir violé et agressé des jeunes filles, il avait obtenu un accord de plaidoyer secret avec le procureur US, Alexander Acosta, actuel secrétaire au travail du président Trump, qui lui a permis de se soustraire à des incriminations fédérales et de recevoir l’équivalent d’une tape sur les doigts : autorisé à «travailler» à la maison six jours par semaine avant de retourner en prison pour dormir. Cet accord de plaidoyer secret a depuis été jugé illégal par un juge fédéral.

Pourtant, voici le problème : Epstein n’a pas agi seul.

Je parle non seulement des complices d’Epstein, qui ont recruté et formé les jeunes filles qu’il est accusé d’avoir violées et agressées, dont beaucoup sont sans abri ou vulnérables, mais aussi de son cercle d’amis et de collègues influents, dont Bill Clinton et Donald Trump. Clinton et Trump, deux coureurs de jupons réputés, également accusés d’irrégularités sexuelles par un nombre important de femmes, ont été des passagers du Lolita Express.

Comme le souligne Associated Press, « L’arrestation du milliardaire financier pour des accusations de traite sexuelle d’enfants soulève des questions sur le degré de connaissance, par ses collaborateurs puissants, des interactions du gestionnaire de hedge funds avec des filles mineures, et sur le point de savoir s’ils ont fermé les yeux sur des conduites potentiellement illégales. »

En fait, une récente décision de la Cour d’appel du deuxième circuit autorisant la diffusion d’un document de 2 000 pages lié à l’affaire Epstein évoque des allégations d’abus sexuel impliquant « de nombreux politiciens américains éminents, de puissants dirigeants d’entreprise, des présidents étrangers, Premier ministre et autres dirigeants mondiaux. »

Ce n’est pas un incident mineur impliquant des acteurs mineurs.

C’est le cœur des ténèbres.

Esclaves Sexuels. Trafic sexuel. Sociétés secrètes. Puissantes élites. Corruption gouvernementale. Dissimulation judiciaire.

Encore une fois, la réalité dépasse la fiction.

Il y a vingt ans, Eyes Wide Shut, le dernier film de Stanley Kubrick, offrait aux spectateurs un aperçu sordide d’une société secrète du sexe qui répondait aux pires exigences de ses membres fortunés en s’attaquant à des jeunes femmes vulnérables. Ce n’est pas si différent du monde réel, où des hommes puissants, en toute impunité, se livrent à leurs pulsions de base.

Kubrick a laissé entendre que ces sociétés secrètes s’épanouissent, car nous nous contentons de naviguer dans la vie les yeux fermés, dans le déni des réalités affreuses et évidentes qui règnent parmi nous.

Ce faisant, nous devenons complices de comportements abusifs autour de nous.

C’est ainsi que la corruption de l’élite au pouvoir s’étend.

Pour chaque Epstein qui est finalement appelé à rendre compte de ses exploits sexuels illégaux après des années de protection de la part des élites au pouvoir, il y en a des centaines – peut-être des milliers – dans les labyrinthes du pouvoir et de la richesse, dont les prédations contre les plus vulnérables d’entre nous continuent sans relâche.

Bien que les crimes allégués d’Epstein soient suffisamment odieux en eux-mêmes, il font partie d’un récit plus vaste expliquant comment une culture du droit devient une fosse d’aisance et un terrain fertile pour les despotes et les prédateurs.

Vous souvenez-vous de «Madame DC» chargée d’exploiter une entreprise de sexe par commande téléphonique ? Parmi ses clients figuraient des milliers de fonctionnaires, de lobbyistes et d’employés du Pentagone, du FBI et de l’IRS, ainsi que des avocats notables , dont aucun n’a jamais été exposé ni tenu pour responsable.

Le pouvoir corrompt.

Pire, comme l’a conclu l’historien du 19ème siècle, Lord Acton : « Le pouvoir absolu corrompt absolument. »

Peu importe que vous parliez d’un politicien, d’un nabab du divertissement, d’un PDG d’entreprise ou d’un agent de police : donnez à une personne – ou à une bureaucratie gouvernementale – un pouvoir excessif et laissez-la croire qu’elle est intouchable et ne sera pas tenue responsable de ses actes, et ces pouvoirs finiront par faire l’objet d’abus.

Nous voyons cette dynamique se jouer tous les jours dans des communautés à travers l’Amérique.

Un flic tire sur un citoyen non armé sans raison crédible et s’en sort. Un président utilise des décrets pour contourner la Constitution et s’en sort. Un organisme gouvernemental surveille les communications de ses citoyens et s’en sort. Un nabab du divertissement harcèle sexuellement les actrices en herbe et s’en tire à bon compte. L’armée américaine bombarde un hôpital civil et s’en va, c’est tout.

L’abus de pouvoir, l’hypocrisie nourrie par les ambitions, et le mépris délibéré des actes répréhensibles, rendant ces abus possibles, fonctionnent de la même manière, qu’il s’agisse de crimes sexuels, de corruption du gouvernement ou de l’état de droit.

C’est la même vieille histoire : l’homme atteint le pouvoir, l’homme abuse horriblement du pouvoir, l’homme intimide et menace de représailles, ou pire, quiconque le défie, et l’homme s’en tire à cause d’une culture de la conformité dans laquelle personne ne parle parce qu’ils ne veut pas perdre son travail, son argent ou sa place parmi l’élite.

Nous ne devons pas nous inquiéter uniquement des prédateurs sexuels.

Pour chaque Jeffrey Epstein – ou Bill Clinton ou Harvey Weinstein ou Roger Ailes ou Bill Cosby ou Donald Trump – qui est finalement interpellé pour son comportement sexuel, il y a des centaines – des milliers – d’autres dans l’État policier américain qui s’en tirent après un meurtre – dans de nombreux cas, littéralement – simplement parce qu’ils le peuvent.

Le policier qui tire en premier sur le citoyen non armé, et pose des questions ensuite, risque de prendre un congé payé ou de travailler pour un autre service de police, mais ce n’est qu’une tape sur les doigts. Les fusillades et les raids de l’équipe SWAT ainsi que le recours excessif à la force se poursuivront, car les syndicats de policiers, les politiciens et les tribunaux ne feront rien pour l’arrêter.

Les faucons de guerre qui réalisent des profits en menant des guerres sans fin à l’étranger, en tuant des civils innocents dans des hôpitaux et des écoles, ou chez eux, et en transformant la patrie américaine en champ de bataille continueront à le faire, car ni le président ni les politiciens n’oseront défier le complexe.

La National Security Agency, chargée de la surveillance sans mandat des réseaux Internet et téléphoniques américains, continuera de le faire, car le gouvernement ne veut renoncer à aucun de ses pouvoirs mal acquis et à son contrôle total sur la population.

À moins que quelque chose ne change dans la façon dont nous traitons ces abus de pouvoir flagrants, les prédateurs de l’État policier continueront de causer des ravages sur nos libertés, nos communautés et nos vies.

Les policiers continueront à tirer et à tuer des citoyens non armés. Les agents du gouvernement, y compris la police locale, continueront à s’habiller et à se comporter en soldats sur un champ de bataille. Les agences gouvernementales obèses continueront à tromper les contribuables tout en érodant nos libertés. Les techniciens du gouvernement continueront à espionner nos courriels et nos appels téléphoniques. Les sous-traitants gouvernementaux continueront de tuer tous leurs ennemis en menant des guerres sans fin à l’étranger.

Les hommes puissants – et les femmes – continueront à abuser des pouvoirs de leur charge en considérant ceux qui les entourent comme des citoyens basiques et de seconde classe indignes de considération, et ne respecteront pas les droits légaux et les protections qui devraient être accordés à tous les américains.

Comme le remarque Dacher Keltner, professeur de psychologie à l’Université de Californie, Berkeley, dans la Harvard Business Review :

"Bien que les gens acquièrent généralement le pouvoir par le biais de traits et d’actions favorisant les intérêts des autres, tels que l’empathie, la collaboration, la franchise, l’équité et le partage ; quand ils commencent à se sentir puissants ou à jouir d'une position privilégiée, ces qualités commencent à s'estomper. Les puissants sont plus susceptibles que les autres de se livrer à un comportement grossier, égoïste et contraire à l'éthique."

Après avoir mené une série d’expériences sur le phénomène de corruption du pouvoir, Keltner conclut :

"C’est juste par l’attribution aléatoire du pouvoir et de toutes sortes de méfaits qui en résultent, que les gens vont devenir impulsifs. Ils mangent plus de ressources que leur juste part. Ils prennent plus d'argent. Les gens deviennent plus immoraux. Ils pensent qu'un comportement contraire à l'éthique est acceptable s'ils s'y engagent. Les gens sont plus susceptibles de stéréotyper. Ils sont plus susceptibles d’arrêter de s’occuper des autres avec soin."

Le pouvoir corrompt.

Et le pouvoir absolu corrompt absolument.

Cependant, il faut une culture du droit et une nation de citoyens dociles, volontairement ignorants et divisés sur le plan politique pour fonder la tyrannie.

Comme l’ont découvert les chercheurs Joris Lammers et Adam Galinsky, les dirigeants ont non seulement tendance à abuser de ce pouvoir, mais ils se sentent également autorisés à en abuser :

"Les personnes avec un pouvoir qu'elles considèrent comme justifié enfreignent les règles non seulement parce qu'elles peuvent s'en sortir, mais aussi parce qu’elles se sentent intuitivement avoir le droit de faire ce qu’elles veulent."

Comme je le souligne dans mon livre intitulé Battlefield America : La guerre contre le peuple américain, les Américains ont trop longtemps toléré une oligarchie dans laquelle un groupe puissant d’électeurs riches tirait les ficelles. Ils ont rendu hommage au patriotisme tout en permettant au complexe militaro-industriel de propager mort et destruction à l’étranger. Et ils ont fermé les yeux sur toutes sortes d’actes répréhensibles quand c’était politiquement opportun.

Nous devons rétablir l’état de droit pour tous, sans exception.

Voici ce que la primauté du droit signifie en un mot : cela signifie que tout le monde est traité de la même façon par la loi, chacun est tenu de la même manière de respecter la loi, et personne ne reçoit un laissez-passer gratuit basé sur sa politique, ses relations, sa richesse, son statut ou tout autre argument brillant utilisé pour conférer un traitement spécial à l’élite.

Cette culture de la conformité doit cesser.

L’autonomisation des petits tyrans et des dieux politiques doit prendre fin.

L’état de déni doit cesser.

Ne permettons pas à ce scandale sexuel d’Epstein de devenir une nouvelle étape du cycle de la presse, qui disparaît trop tôt, vite oublié lorsqu’un autre titre aguichant prend sa place.

Le trafic sexuel, comme beaucoup de maux parmi nous, est une maladie culturelle enracinée dans le cœur ténébreux de l’état policier américain. Cela dénote une corruption de grande envergure qui s’étend des plus hautes sphères du pouvoir aux recoins les plus cachés et qui repose sur notre silence et notre complicité en fermant les yeux sur les actes répréhensibles.

Si nous voulons mettre fin à ces torts, nous devons garder les yeux grands ouverts.

John Whitehead

Traduit par jj, relu par San pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Au cœur des ténèbres : les prédateurs sexuels au sein de l’élite du pouvoir américain »

Les commentaires sont fermés.