Provocations et imagination créatrice


Orlov
Orlov

Par Dmitry Orlov – Le 3 avril 2018 – Source Club Orlov

Ceux qui sont chargés de mettre en scène des provocations semblent souvent manquer d’imagination créatrice. En conséquence, les incidents terroristes ont tendance à avoir la qualité d’un jour sans fin. Par exemple, il y a une grosse explosion (ou beaucoup de coups de feu) ou une boule de feu, une scène incendiée ou un bain de sang… Ensuite on trouve… un passeport ou un permis de conduire appartenant à l’auteur présumé, en parfait état ! Et l’auteur s’avère être extrêmement bien connu des autorités !

De toute évidence, les provocateurs répugnent à admettre que leurs provocations coûteuses sont devenues éculées et banales et qu’ils devraient se creuser la tête pour avoir de nouvelles idées. Ainsi, la dernière attaque contre l’ancien espion Sergueï Skripal et sa fille Ioulia a apparemment été inspirée par l’émission de télévision américaine Strike Back (parce que les provocateurs n’ont aucune idée et ne lisent pas de livres, mais ils regardent la télé). Dans les deux cas, on a une arme de destruction massive appelée « Novitchok » (« newbie » en russe). Apparemment, elle n’est pas très efficace ; si le Novitchok était un répulsif pour les puces, les instructions se liraient comme suit : « Attrapez une puce, retournez-la sur son dos, chatouillez-la jusqu’à ce qu’elle se mette à rire, fourrez lui la poudre dans la bouche et vérifiez bien qu’elle ne recrache pas. » Une arme chimique de destruction massive appropriée devrait être capable d’anéantir toute une ville ; celle-ci n’a rendu malades que quelques personnes (dont l’une − Ioulia − est apparemment en voie de guérison). Qu’est-ce que vont ensuite inventer ces terribles Russes (et Poutine personnellement) ? Une ADM qui fait éternuer les forces ennemies de manière incontrôlable ?

Les provocations inspirées des émissions de télé sont, évidemment, les cibles principales du ridicule mais le ridicule est allé vraiment aussi loin que possible. Il n’est pas possible d’extraire quelque chose de créatif à partir de quelque chose qui est si essentiellement usé, banal, passe-partout et surexploité. Mais il est théoriquement possible d’utiliser une provocation comme source d’inspiration pour un roman mystérieux vraiment passionnant ou un film d’aventure. Pour cela, nous devons rechercher une sorte de provocation supérieure − le produit d’une pensée inspirée et décalée − du genre qui fait que le provocateur sera viré, ou du moins qu’il ne sera pas promu, parce que, dans de tels cercles, tout signe d’originalité est comme le baiser de la mort. De telles provocations créatives sont, comme vous pouvez l’imaginer, rares et espacées, mais elles se produisent.

En voici une. Elle combine tous les éléments nécessaires : intrigue internationale, crimes de haute volée et un brin de comédie ou de farce. Et voici comment je propose de réutiliser cette provocation dans un travail d’art. Je vais d’abord présenter les faits. Ensuite, je vais indiquer quelques trous énormes et béants dans l’intrigue que nous devons forcément remplir en utilisant notre imagination (par manque d’informations factuelles détaillées) mais en m’appuyant sur les connaissances du monde réel autant que possible pour construire un scénario plausible (ou deux). En fin de compte, le scénario le plus plausible gagne.

Le 22 février 2018, le journal argentin El Clarin a rapporté qu’une importante cargaison de drogue en provenance de Buenos Aires à destination de Moscou − 389 kg de cocaïne pure, d’une valeur de plus de 60 millions de dollars et portant les marques du cartel de drogue Sinaloa du Nord du Mexique − a été bloquée grâce aux efforts du FSB en Russie et des autorités argentines. Plusieurs personnes, dont un membre de la police argentine et une personne impliquée dans un travail de charité, ont été arrêtées. Victor Coronelli, l’ambassadeur de Russie en Argentine raconte qu’en 2016, l’ambassade a reçu des informations selon lesquelles des biens appartenant à des tiers avaient été trouvés dans un entrepôt d’une école pour enfants exploitée par l’ambassade et située à quelques pâtés de maisons. Des soupçons sont apparus et un examen approfondi a permis de découvrir 12 valises colorées remplies de 389 « clés » (blocs de 1 kilo) de cocaïne portant la petite étoile, symbole du cartel Sinaloa du nord du Mexique.

Peu de temps après la découverte de la cocaïne, le FSB russe, en collaboration avec la police argentine, a élaboré un plan ingénieux pour une opération d’infiltration afin de découvrir qui se cachait derrière cette cargaison. À cette fin, ils ont soigneusement remplacé la cocaïne par de la farine et ont remis les 12 valises colorées dans la zone de stockage. Et là ils se sont assis pendant plus d’un an. Ce qui a été fait avec la cocaïne échangée n’est pas connu. [Elle aura été rendue gentiment par la police argentine… à la CIA, NdA].

Apparemment, il a fallu beaucoup d’efforts pour que quelqu’un prenne possession de ces valises. Finalement, on a trouvé deux personnes qui ont accepté de les prendre à Moscou : Vladimir Kalmikov et Ichtimir Hudjamov. Ils sont actuellement en détention préventive en Russie. Un troisième suspect, Andrei Kovaltchouk, est en état d’arrestation en Allemagne en attente d’être extradé vers la Russie, mais son extradition est subordonnée à la possibilité, pour la partie russe, d’apporter la preuve de sa complicité ou de sa culpabilité dans l’organisation du chargement.

Kovaltchouk avait l’habitude de travailler pour le ministère russe des Affaires étrangères mais il a récemment utilisé ses anciennes relations ministérielles pour expédier en Russie par courrier diplomatique des objets de contrebande à petite échelle : cigares, café, cognac, etc. De tels trafics étaient banals dans les années 1990 lorsque les diplomates russes traversaient une période difficile et faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour joindre les deux bouts. Mais ces dernières années, ces trafics sont devenus inutiles maintenant qu’ils sont à nouveau très correctement rémunérés. Pourtant, les cigares, le café et le cognac sont le contenu de ce que Kovaltchouk − sans doute un flash back nostalgique à cette époque de vaches maigres − a affirmé être dans les valises qu’il avait cachées à l’école de Buenos Aires : il a conservé toutes les factures. Il prévoit de se rendre en Russie de son plein gré une fois qu’il aura rassemblé toutes les preuves dont il a besoin pour se disculper.

Les deux autres détenus − Kalmikov et Hudjamov − semblent totalement indifférents à leur sort. Ils soutiennent qu’ils ont coopéré à l’enquête en essayant de débusquer les vrais auteurs. Kalmikov a dit qu’il a toujours été un citoyen respectueux des lois, qu’il n’a vu de la cocaïne que dans les films et qu’il avait été embauché pour déplacer des boîtes. Pour sa part, M. Hudjamov a déclaré qu’il n’avait aucune idée de la façon dont il était impliqué dans cette affaire, que cela fait partie d’une provocation à grande échelle et qu’il est sûr qu’il sera bientôt libéré. Comme les esprits les plus juridiquement affinés parmi vous ont pu le supposer spontanément, il peut y avoir un léger problème technique à accuser ces deux personnes de trafic de cocaïne alors que ce qu’elles « trafiquaient » n’était en fait que de la farine.

Au-delà de l’énigme juridique évidente consistant à accuser quelqu’un de trafic de farine, il y a des possibilités comiques précises ici. Comme l’aurait dit Peter Sellers en tant qu’inspecteur Clouseau, posant des questions inquisitrices : « Quel genre de farine était-ce ? … Ah, de la farine blanche. Je vois … C’est très intéressant ! »

Ou imaginez Kalmikov (ou Hudjamov) en prison, ayant une conversation de fin de soirée avec un compagnon de cellule :

− Alors, qu’est-ce qu’ils t’ont fait ?
− Importation de 389 clés de cocaïne.
− Sensationnel ! Tu l’as fait?
− Non, ce n’était pas de la cocaïne, c’était de la farine.
− Quoi ?
− Eh bien, ils ont dit qu’ils pensaient que je pensais que c’était de la cocaïne, alors ils m’ont enfermé pour ça…

Aussi ridicule que ce soit, ce raisonnement − « nous pensons que vous pensiez que c’était de la cocaïne » − semble être le point crucial de l’argumentation des enquêteurs. Un autre accusé, Ali Abianov (qui prétendait que Kovaltchouk avait fait savoir qu’il était un fonctionnaire du gouvernement russe travaillant sous couverture) est accusé sur la base de conversations téléphoniques enregistrées. Mais selon l’avocat d’Abianov, les sujets de conversation entre Kovaltchouk et son client tournaient autour « de jeans et de saucisses, de café, de bonbons et du fait que maman ne venait pas ».

Pourtant, la cocaïne a existé à un moment donné − les 389 kilos − comme l’attestent le FSB et la police argentine, bien que nous ne sachions pas ce qui lui est arrivé après qu’elle a été remplacée par de la farine. Et il nous incombe de construire un business case : comment réaliser un profit en détournant cette cargaison de sa destination légitime − les narines avides et frémissantes des cocaïnomanes de Los Angeles, Las Vegas et Miami − vers Moscou enneigée ? Vous voyez, ces 389 clés n’ont pas débuté en étant des « clés » emballées dans du plastique et estampillées avec la marque du cartel Sinaloa du nord du Mexique. Ce n’était qu’une dernière étape de marketing avant le saut final à travers la frontière américaine. En substance, la petite étoile dit : « Si vous me trouvez, s’il vous plaît retournez immédiatement ce chargement aux représentants officiels du cartel Sinaloa, ou sinon préparez-vous à mourir. » Alors, pourquoi quelqu’un tenterait-il d’interférer avec cet envoi ?

Gardez cela à l’esprit, la Russie n’a pas un grand marché de consommation de cocaïne. Le truc est cher, sauf pour certains gosses de riches à Moscou qui pourraient essayer d’en sniffer un peu, juste pour être à la mode, quand ils vont en boîte. Ce n’est pas très populaire. Revendre 389 kg à la hâte serait un piège. Une fois coupé avec du laxatif pour bébé (procédure standard) cela aurait donné un demi-million de doses d’un gramme, qui, à environ 100 USD chacune (le prix est stable depuis des années) aurait donné un chiffre d’affaire de 50 millions USD. Essayer de vendre ce stock rapidement aurait inondé le marché, cassant les prix et attirant beaucoup d’attention de la part des forces de l’ordre, tandis qu’une revente lente et discrète aurait signifié que les deux fils de Guzman, qui dirigent maintenant Sinaloa, auraient attendu trop longtemps leur argent − un mauvais choix si votre survie à long terme est importante. Mais peut-être Kovaltchouk était-il si riche d’avoir expédié des cigares de contrebande, du cognac et du café qu’il avait quelques dizaines de millions de dollars de côté. Peut-être qu’il a acheté ces « clés » en gros à Sinaloa et, d’une certaine façon, il a pensé que c’était un bon business plan. Combiner « très riche et en pleine réussite » avec « très stupide » est rare mais pas impossible.

Pourquoi les garçons Guzman qui dirigent Sinaloa vendraient-ils 389 clés à Kovaltchouk ? Après tout, ils mènent une opération très réussie, livrant des centaines de tonnes de drogue aux États-Unis, notamment du fentanyl, et exploitant une très grande chaîne de vente au détail. Bien sûr qu’il peut y avoir des transactions comme grossistes avec des contreparties de confiance mais la plupart réussissent en gérant tous les aspects de la chaîne d’approvisionnement depuis le producteur de cacao colombien jusqu’à la narine de l’utilisateur. Les garçons Guzman doivent avoir été vraiment charmés par Kovaltchouk − je ne peux penser à aucune autre explication