Les Skripal n’auront très probablement jamais le droit de parler


2015-09-15_13h17_31-150x112Par le Saker – Le 11 mai 2018 – Source The Saker

Il y a eu des développements majeurs la semaine dernier, tous mauvais, dont la renomination par Poutine de Medvedev comme Premier ministre et l’invitation à Moscou de Bibi Netanyahou pour le défilé du Jour de la victoire à Moscou, même s’il a bombardé la Syrie, un allié de la Russie, la veille de sa visite. Une fois à Moscou, Netanyahou a comparé l’Iran à – quoi d’autre ? – l’Allemagne nazie. Comme c’est original et profond, en effet ! Puis il a ordonné de bombarder la Syrie une second fois, pendant qu’il était encore à Moscou. Mais que pouvons-nous attendre d’un narcissique en adoration pour lui-même qui trouve approprié de servir de la nourriture au Premier ministre japonais dans une chaussure spécialement fabriquée pour cela ? L’homme est clairement cinglé (ce qui ne le rend en aucune manière moins mauvais ou moins dangereux). Mais c’est la réaction russe qui est totalement dégoûtante : rien, absolument aucune. Contrairement à d’autres, j’ai clairement expliqué que ce n’est pas la responsabilité de la Russie de « protéger » la Syrie (ou l’Iran) des Israéliens. Mais il ne fait aucune doute à mes yeux que Netanyahou a fait publiquement un pied de nez à Poutine et que Poutine l’a encaissé. Malgré tout mon respect pour Poutine, cette fois il a permis à Netanyahou de le traiter exactement comme Trump a traité Macron. Sauf que dans le cas de Poutine, il a été traité de cette manière dans sa propre capitale. C’est encore pire.

[Il est intéressant de noter que tout en se plaignant de « l’Iran nazi », Netanyahou a dit quelque chose de très profond et vrai. Il a dit : « Une importante leçon historique : lorsqu’une idéologie meurtrière apparaît, il faut la repousser avant qu’il ne soit trop tard ». C’est en effet exactement ce que la plupart des gens dans le monde ressentent à propos d’Israël et de son idéologie sioniste, mais hélas leur voix est totalement ignorée par ceux qui les gouvernent. Donc oui, il me semble qu’il est « trop tard » et que les conséquences de notre lâcheté collective – la plupart d’entre nous sont absolument terrifiés de dire la vérité sur nos suzerains sionistes – nous coûtera à tous un prix terrible.]

Ensuite, bien sûr, il y a Donald Trump qui se retire de ce qu’on appelle le Plan d’action global (JCPOA dans son sigle anglais) malgré son total respect par l’Iran et malgré le fait que les États-Unis n’ont pas l’autorité pour se retirer unilatéralement de cet accord multilatéral. Mais, mégalomane comme il l’est, pour ne rien dire du fait qu’il est le lâche larbin du lobby israélien, Trump a ignoré tout cela, créant ainsi de nouvelles tensions entre les États-Unis et le reste du monde, qu’ils vont maintenant faire chanter et intimider pour essayer de le forcer à les soutenir dans leur soumission enragée à Israël. Quant aux Israéliens, leur « stratégie sophistiquée » est primitive à l’extrême : d’abord parvenir à ce que Trump crée des tensions maximales avec l’Iran, puis attaquer les Iraniens en Syrie de la manière la plus visible et la plus arrogante possible, provoquer des représailles de la part de l’Iran, puis brailler « OI VEY !!! » d’une voix la plus forte possible, mentionner l’Holocauste une ou deux fois, le mélanger au chiffre de « 6 millions de victimes » puis faire attaquer la Syrie par les États-Unis.

Comment peut-on respecter voire admirer les Israéliens? C’est tout simplement incompréhensible. Assurément, je ne peux concevoir une bande de voyous psychopathes mégalomanes plus méprisables, méchants (et lâches) que les Israéliens. Vous pouvez ?

Il semble néanmoins indéniable que les sionistes ont assez de pouvoir pour contraindre simultanément non pas une mais deux (supposées) superpuissances à céder à leurs exigences. Non seulement cela, mais ils ont le pouvoir de le faire tout en plaçant ces deux superpuissances sur une trajectoire de collision l’une contre l’autre. À tout le moins, cela montre deux choses : les États-Unis ont maintenant perdu toute souveraineté et sont un protectorat israélien. Quant à la Russie, eh bien elle fait mieux, comparativement, mais le retour à la pleine souveraineté pour laquelle le peuple russe a voté lorsqu’il a accordé son soutien écrasant à Poutine ne se produira pas. Un commentaire que j’ai lu sur un forum russe l’a dit : « Путин кинул народ – мы не за Медведева голосовали » ou « Poutine a trahi le peuple – nous n’avons pas voté pour Medvedev. » Je ne suis pas sûr que « trahi le peuple » soit juste, mais le fait qu’il a déçu beaucoup de gens est, je pense, tout simplement indéniable.

Il est encore beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions à ce stade, il y a encore beaucoup trop de variables inconnues, mais je dois admettre que je suis très préoccupé et que pour la première fois en quatre ans, j’ai de très sérieux doutes quant à une décision politique fondamentale de Poutine. J’espère évidemment me tromper. Nous le saurons assez tôt. J’espère seulement que cela ne prendra pas la forme d’une guerre majeure.

En attendant, je vais me recentrer sur l’affaire Skripal. Il y a une chose tout à fait bizarre, que j’ai d’abord rejetée, mais qui devient vraiment troublante : le fait que les Britanniques détiennent apparemment Sergueï et Ioulia Skripal au secret. En d’autres termes qu’ils ont été enlevés.

Il y a eu un seul appel téléphonique entre Ioulia Skripal et sa sœur [Cousine ??, NdT], Victoria, dans lequel Ioulia disait qu’elle allait bien (elle tentait visiblement de rassurer Victoria) mais il était clair qu’elle ne pouvait pas parler librement. En plus, lorsque Victoria a mentionné qu’elle voudrait rendre visite à Ioulia, la réponse a été : « Personne ne te donnera de visa ». Après cela, silence total. Le consulat russe a fait d’innombrables demandes de visite, mais tout ce que les Britanniques ont fait depuis lors est d’avoir fait que Scotland Yard poste une lettre qui n’avait visiblement pas été écrite par Ioulia et qui disait : « J’ai accès à des amis et à ma famille, et j’ai été informée de mes contacts spécifiques à l’ambassade de Russie, qui m’ont gentiment offert leur aide de toutes les manières possibles. En ce moment, je ne désire pas recourir à leurs services, mais si je change d’avis, je sais comment les contacter. » Quels amis ? Quelle famille ? Absurde !

Sa sœur a essayé de la contacter de nombreuses fois par divers canaux, y compris officiels, puis dans un désespoir total, elle a posé le message suivant sur Facebook :

« Ma sœur chérie, Ioulia ! Tu ne communiques pas avec nous et nous ne savons rien de toi et de Sergueï Victorivich. Je sais que je n’ai pas le droit de m’ingérer dans tes affaires sans t’en demander la permission, mais je me fais trop de souci. Je m’inquiète pour toi et ton papa. Je m’inquiète aussi pour Nuar. [Nuar est le chien de Ioulia Skripal, qu’elle a laissé dans un chenil pendant qu’elle voyageait au Royaume-Uni.] Il est maintenant dans la pension pour chiens et ils veulent être payés. Nous devons décider quoi faire de lui. Je suis prête à le prendre et à m’en occuper jusqu’à ce que tu reviennes à la maison. En plus de Nuar, je m’inquiète pour ton appartement et ta voiture. Rien n’a été décidé pour leur sécurité et leur entretien. Nous pouvons t’aider pour tout cela, mais j’ai besoin d’une procuration, à mon nom ou à celui de ma sœur Lena. Si tu penses que tout cela est important, remplis un formulaire de procuration dans le consulat russe de n’importe quel pays. Si tu ne le fais pas, nous comprendrons et nous n’interférerons pas dans tes affaires. Vika »

Il n’y a jamais eu de réponse.

Je viens d’entrer la requête suivante dans Google : Skripal. Il y a une entrée du 10 avril disant qu’elle est sortie de l’hôpital. C’est la plus récente que j’ai trouvée. J’ai regardé sur Wikipedia, la même chose, rien du tout.

Je dois admettre que lorsque j’ai entendu parler pour la première fois des réclamations russes, j’ai pensé que ce n’était pas très important. J’ai pensé : « Les Britanniques ont dit aux Skripal que Poutine avait essayé de les empoisonner, ils sont probablement effrayés, et peut-être encore malades de ce qui les a rendus malades, mais les Britanniques n’oseraient jamais carrément enlever deux citoyens étrangers et certainement pas d’une manière aussi publique. »

Je n’en suis plus si sûr.

D’abord, éliminons ce qui est évident : la crainte pour la sécurité des Skripal. C’est totalement absurde. Les Britanniques peuvent organiser une rencontre entre un diplomate russe au Royaume-Uni dans un établissement sous haute protection, avec des blindés, des équipes SAS en attente, des hélicoptères dans les airs, des bombardiers, etc. Le diplomate russe pourrait leur parler à travers des vitres pare-balles et par téléphone. Et puisque les Russes sont tous si dangereux, il peut être fouillé pour rechercher des armes. Tout ce que les Skripal doivent faire est de lui dire « merci, nous n’avons pas besoin de vos services ». Fin de la conversation. Mais les Britanniques refusent même cela.

Admettons que les Skripal soient si complètement terrifiés par les méchants Russes qu’ils refusent catégoriquement. Même par vidéo-conférence. Ce serait traumatisant pour eux, n’est-ce pas ? D’accord.

Et une conférence de presse, alors ?

Ce qui est encore plus troublant, du moins à ma connaissance, personne dans les grands médias occidentaux ne demande une interview avec eux. Snowden peut parler en toute sécurité depuis la Russie et même tenir des conférences à de grandes assemblées, mais les Skripal ne peuvent parler à personne ?

Mais voici le pire : cela fait déjà deux mois que les Skripal sont détenus dans le plus grand secret par les autorités britanniques. Deux mois, c’est 60 jours. Demandez à n’importe quel spécialiste des interrogatoires ou à n’importe quel psychologue quel genre d’effet 60 jours de « traitement spécial » peuvent avoir sur une personne.

Je ne rejette plus les déclarations russes à propos d’« enlèvement ». Ce que je vois, c’est ça : fondamentalement, le faux drapeau Skripal s’est écrasé et a brûlé, exactement comme le MH17 ou l’attaque chimique de Douma, mais contrairement au MH17 ou à Douma, les Skripal sont deux témoins dont le témoignage peut potentiellement déclencher un gigantesque scandale, pas seulement pour le gouvernement May, mais pour tous ces mollassons d’Européens qui ont manifesté leur « solidarité » avec la Grande-Bretagne. Autrement dit, les Skripal n’auront probablement jamais le droit de parler librement : ils doivent soit être tués soit subir un lavage de cerveau total, soit disparaître. Toute autre option déboucherait sur un scandale de dimension planétaire.

Je ne peux pas prétendre que mon cœur va à Sergueï Skripal : l’homme était un officier qui a prêté serment puis a trahi son pays pour les Britanniques (c’était un agent britannique, pas un agent russe comme l’écrit la presse). Ceux qui le détiennent aujourd’hui sont ses anciens patrons.

Image associéeMais Ioulia ? Elle est totalement innocente et le 5 avril (lorsqu’elle a appelé sa sœur Victoria), elle était à l’évidence en bonne santé et avait l’esprit clair. Maintenant, elle a disparu et je ne sais pas ce qui est le pire, qu’elle pourrait ne jamais réapparaître ou qu’elle pourrait réapparaître un jour après des mois de « conseils » britanniques. Quant à son père, il a payé pour sa trahison et il mérite aussi un meilleur sort que d’être empoisonné, utilisé puis « disparu ».

Dans le grand schéma des choses (la guerre des sionistes contre notre planète entière), deux individus comme Sergueï et Ioulia Skripal pourraient être sans importance. Mais je pense que le moins que nous puissions faire est de nous souvenir d’eux et de leur détresse.

Cela soulève aussi la question du genre de société dans lequel nous vivons. Je ne suis pas choqué par le fait que l’État britannique recoure à de telles méthodes (ils les ont toujours utilisées). Je suis choqué que dans une prétendue « démocratie » occidentale, avec la liberté, le pluralisme et les « valeurs européennes » (quoi que cela signifie), les Britanniques puissent s’en tirer à bon compte.

Que diriez-vous de la « solidarité » avec les Skripal – vous, les Européens ?

The Saker

Cet article a été écrit pour Unz Review

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Hervé pour le Saker francophone