Un juge a identifié l’homme lié au raid de la CIA contre l’ambassade de Corée du Nord en Espagne


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 27 mars 2019

Un juge espagnol a publié de nouvelles informations concernant le raid contre l’ambassade de Corée du Nord en Espagne. Celui qui a mené ce raid est un « militant » américain assez louche qui, selon des rapports antérieurs de l’Espagne, est relié à la CIA.

Le 13 mars, le journal espagnol El Pais informait que les autorités espagnoles avaient identifié deux personnes liées à la CIA qui ont participé à un raid contre l’ambassade de Corée du Nord à Madrid. Ce raid a eu lieu le 22 février, quelques jours avant le sommet Trump-Kim à Hanoï, et semblait destiné à influencer cet événement. Nous nous demandions qui avait ordonné à la CIA d’attaquer l’ambassade de Corée du Nord en Espagne.

Le raid contre l'ambassade n'était pas une effraction normale. Il s’y trouvait huit personnes quand l'attaque a eu lieu, à 15 h heure locale. Elles ont été ligotées, on leur a mis des sacs sur la tête et certains ont été interrogés. Les voleurs sont partis avec du matériel informatique et les téléphones portables du personnel.

La version espagnole de l’article d’El Pais incluait ce détail (traduction automatique) :

Après avoir analysé les enregistrements des caméras de sécurité de la zone, interrogé les otages et analysé les véhicules diplomatiques utilisés pour fuir, il a été possible d'identifier certains des agresseurs. Bien que la majorité d'entre eux soient coréens, au moins deux d'entre eux ont été reconnus par les services d'information espagnols pour leurs liens avec la CIA états-unienne.

Les indications qui pointent vers le service d'espionnage américain, en coopération probable avec celui de la Corée du Sud, sont si fortes que des interlocuteurs espagnols ont contacté la CIA pour demander des explications. La réponse a été négative, mais "peu convaincante", selon des sources gouvernementales.

Deux jours après l’article d’El Pais, le journaliste du Washington Post chargé de la sécurité nationale a affirmé que l’attaque avait été menée par un groupe louche de prétendus révolutionnaires nord-coréens. Le rapport était basé sur des sources anonymes et sur un « ancien » analyste de la CIA. Le groupe a été identifié comme étant Cheollima Civil Defense ou Free Jaseon.

Comme le groupe et son site Web ont tous les signes d’une organisation faite pour les changements de régime et menée par la CIA, Moon of Alabama titrait :

La CIA blâme un porte-flingue pour son raid sur l’ambassade de Corée du Nord en Espagne

Nous avions également noté que le Sun anglais reliait le groupe au service d’espionnage sud-coréen, qui est essentiellement une filiale de la CIA.

Hier, un juge espagnol a levé le scellé qui recouvrait l’affaire et émis des mandats d’arrêt contre deux des personnes impliquées dans le raid :

De la Mata a identifié des citoyens mexicains, états-uniens et coréen du Sud comme étant les principaux suspects dans l’enquête pour des accusations de blessures, de menaces et de cambriolage. Il a nommé Adrian Hong Chang, un citoyen mexicain vivant aux États-Unis, comme étant le meneur du cambriolage.

Hong Chang s'est rendu aux États-Unis le 23 février, a pris contact avec le FBI et a offert de partager des documents et des vidéos avec les enquêteurs fédéraux, selon le rapport du tribunal. ...
Pendant qu’il était à Madrid, Hong Chang a également demandé un nouveau passeport à l'ambassade du Mexique, a révélé l'enquête, et s’est inscrit sous le nom d’"Oswaldo Trump" dans l'application Uber. ...
Parmi les autres personnes identifiées comme faisant partie du groupe d'agresseurs, il y a Sam Ryu, des États-Unis, et Woo Ran Lee, un citoyen sud-coréen. Leurs allées et venues et leurs villes natales ne sont pas encore connues. On pense que les suspects ne sont plus en Espagne, a écrit le juge.

Le New York Times ajoute :

M. Hong Chang est parti pour Lisbonne, puis a pris l'avion pour l'aéroport international de Newark Liberty, où il s'est posé le 23 février, selon le juge de la Mata. Il a dit que M. Hong Chang a pris contact avec le F.B.I. et a proposé de partager le "matériel audiovisuel" obtenu lors de l'attaque de l'ambassade.

Le 20 mars, le groupe de défense civile Cheollima téléchargeait une brève vidéo sur sa chaîne Youtube. Elle commence par le texte « Récemment, sur le sol de notre patrie… » et montre ensuite un homme, le visage caché, décrochant des portraits des dirigeants nord-coréens décédés, Kim Il-sung et Kim Jong-il, et les brisant sur le sol. Les ambassades sont considérées comme le territoire du pays qu’ils représentent. Il est probable que la vidéo indiquant « sur le sol de notre patrie » a été réalisée lors du raid contre l’ambassade de Corée du Nord en Espagne.

Après la parution du rapport du juge espagnol, l’entité Cheollima a publié un pamphlet intitulé « Faits à propos de Madrid » qui confirme son rôle et ses contacts avec le FBI. Elle prétend se sentir trahie :

Aucune information sur Madrid n'a été communiquée avec l'espoir d'obtenir un avantage ou de l'argent en échange. L'organisation a partagé certains renseignements d'une énorme valeur potentielle avec le FBI aux États-Unis, selon des modalités de confidentialité convenues d'un commun accord. Ces renseignements ont été communiqués volontairement et à leur demande, et non à la nôtre. Ces conditions semblent avoir été violées.

Car quelque temps plus tard, certains journalistes ont commencé à écrire des articles spéculatifs sur l'incident de Madrid et sur l'identité ou l'affiliation des personnes impliquées, citant des sources gouvernementales américaines. Cette information a été divulguée aux médias, ce qui constitue une trahison profonde de notre confiance. Nous n'avons nous-mêmes jamais parlé aux médias ni partagé aucune information avec eux.

Nous n'avons pas commencé ce travail sans connaître parfaitement les risques que nous courions. La liberté a déjà été payée avec le sang des familles et des collègues. Certains d'entre nous seront emprisonnés, torturés ou tués au cours de ce combat. Mais partager des informations qui pourraient aider à identifier ceux d'entre nous qui prennent des risques pour protéger les autres, c'est aider et soutenir le régime de Pyongyang. Ces fuites et abus de confiance sont des actes odieux commis au nom de l'opportunisme politique, au service d'un régime qui a torturé et tué des millions de personnes.

La personne identifiée comme le meneur du gang, Adrian Hong Chang, est un militant anti Corée du Nord connu. Il porte habituellement le nom d’Adrian Hong, et non Hong Chang comme le prétendent les rapports de l’AP et du New York Times :

Hong a été cofondateur et directeur exécutif de Liberty in North Korea (LiNK), une ONG internationale qui se consacre aux droits de l’homme en Corée du Nord. En mai 2006, LiNK a aidé à organiser le premier asile politique accordé à des réfugiés nord-coréens par les États-Unis.
Hong a été arrêté et expulsé de Chine pour ses efforts visant à aider les réfugiés nord-coréens vivant illégalement dans le pays. ...
En 2009, Hong a été sélectionné comme participant TED et pour une bourse Arnold Wolfers à l'Université de Yale.


Adrian Hong Chang via TED

En 2007, un document du Conseil des droits de l’homme de l’ONU (pdf) mentionnait Hong comme membre de la Freedom House, une organisation d’influence infestée par les néo-conservateurs et en grande partie financée par le département d’État américain.

Au fil des ans, Adrian Hong a écrit plusieurs éditoriaux pour des journaux états-uniens. Un article paru en 2011 dans Foreign Policy appelle à un changement de régime violent :

Il est temps de renverser le gouvernement criminel de Pyongyang. Voici comment procéder.

Le progrès de notre civilisation mondiale ne sert à rien si nous continuons à laisser exister l'idée même de la Corée du Nord. La Corée du Nord n'est pas un État failli, avec des seigneurs de guerre qui se battent pour la terre et les trésors. Ses atrocités ne découlent pas de combats entre factions, de crimes passionnels ou de violence collective. C'est à un tout autre niveau - un système stupéfiant entièrement construit et maîtrisé dans le but de propager la souffrance humaine et d'assurer l'exploitation continue de la population pour que le plus petit nombre puisse en bénéficier.

L'intervention de la communauté internationale est une obligation morale de premier ordre. Ce qui peut être fait, nous devons le faire - et le moment est venu.

Foreign Policy et d’autres médias présentent Adrian Hong comme étant le « directeur exécutif de Pegasus Strategies LLC ». Il existe plusieurs sociétés sous ce nom mais aucune ne semble liée à Adrian Hong.

Le cheollima, comme se fait appeler l’entité de changement de régime d’Adrian Hong, est un cheval ailé mythique du folklore asiatique. L’équivalent de Pégase dans la mythologie grecque.

Un article de 2016 de la San Diego Union Tribune le présente comme :

Hong, originaire de San Diego, est président de l'Institut Joseon, un groupe de réflexion indépendant qui entreprend des recherches et une planification politique en vue de préparer un changement radical dans la péninsule coréenne. Il a été emprisonné en Chine en 2006 pour avoir aidé des réfugiés nord-coréens à s'échapper.

A un moment donné, le groupe de défense civile de Cheollima s’est rebaptisé « Free Joseon ». La dynastie Joseon régna sur la Corée de 1392 à 1897. Elle s’est effondrée lorsque le Japon a tenté de prendre le contrôle du pays et a réussi quelques années plus tard.

L’Institut Joseon de New York ( ?) se prépare au changement de régime en Corée du Nord :

L'Institut Joseon s'appuie sur les recherches de pointe concernant la péninsule coréenne et la région, ainsi que sur les meilleures pratiques internationales et enseignements pouvant être tirés d'autres soudains changement de régime du siècle dernier, réussies ou non, pour mieux se préparer à la nouvelle Corée du Nord. Une équipe centrale d'universitaires et de membres du personnel de la ville de New York travaille avec un vaste réseau de chercheurs, de boursiers résidents et non résidents, de décideurs, de praticiens et de collaborateurs bénévoles, venant du monde entier.

Bien qu'une grande partie de l’action demeure très sensible, la recherche et les plans d'action qui en résulteront seront fournis aux principaux intervenants gouvernementaux investis dans l'avenir de la péninsule coréenne. L'Institut Joseon offrira une coopération, un partage de l'information et une aide sans réserve à toute entité désirant le changement.

Alors que l’Union Tribune présente Adrian Hong comme « président de l’Institut Joseon », le site web de l’Institut indique que le « leadership » du groupe est « à annoncer ». Ses « Senior Fellows » et « Fellows » sont « non divulgués ». Le site énumère douze « commissions d’aménagement » et quatre « groupes de travail », mais aucun contenu ou personne liée à ces commissions ou groupes de travail. Il énumère plus de 23 « postes actuellement disponibles », mais ne semble avoir embauché personne. Les deux « Événements » répertoriés sur le site datent de 2015. Il est dit que Facebook a accueilli un événement le 1er avril 2015 à New York sur l’éducation dans une nouvelle Corée du Nord. L’aperçu de l’événement présente une « Introduction à l’Institut Joseon – Adrian Hong ». Il n’y a aucune preuve que l’événement se soit produit. La dernière information du site date du 10 août 2017 avec beaucoup d’allégations au sujet de travaux effectués mais aucun contenu ou liens fournissant la preuve d’un tel travail.

Le conseil consultatif de l’Institut Joseon est composé d’un ancien premier ministre libyen qui a été « élu » après l’assassinat de Muhammad Kadhafi, d’un ancien premier ministre mongolien, et de Fiona Bruce, membre conservatrice du Parlement britannique. Un article du Financial Times de 2011 – Les Tories chrétiens réécrivent la doctrine du parti – associe Fiona Bruce aux chrétiens évangéliques. Les évangéliques sont impliqués dans le « sauvetage » des transfuges nord-coréens en Chine, ce que l’entité Cheollima et Adrian Wong prétendent également avoir fait.

On se demande si l’une ou l’autre de ces personnes connaît le grand honneur qui leur a été fait en les nommant conseiller de la coque vide qu’est cet « institut » de changement de régime.

Les autres personnes impliquées dans le raid, Woo Ram Lee et Sam Ryu, ne sont pas si facilement identifiables qu’Adrian Hong.

Le cas d’Adrian Hong et du raid contre l’ambassade à Madrid va probablement prendre de l’ampleur. Le Washington Post note que le juge espagnol demande leur extradition des États-Unis vers l’Espagne où ils risquent jusqu’à 28 ans de prison.

Le NYT ajoute que le groupe s’est manifestement préparé à un combat juridique :

Lee Wolosky, un ancien responsable de la sécurité nationale et du département d'État dans plusieurs administrations américaines, a déclaré qu'il avait été engagé comme conseiller juridique par le groupe nommé Gouvernement provisoire de Free Joseon, ou Cheollima Civil Defense.

Wolosky est un avocat de haut calibre qui a siégé pendant de nombreuses années au Conseil de sécurité nationale. En tant qu’avocat privé, il a été impliqué dans plusieurs affaires juridiques liées à la « sécurité nationale ». Il a au moins une fois utilisé une variante de graymailing, « une tactique défensive dans un procès d’espionnage où l’accusé menace de révéler des informations secrètes à moins que les charges ne soient abandonnées » :

Au cours des dernières années, Wolosky a dirigé ou codirigé certaines des affaires les plus médiatisées du cabinet, notamment Restis v United Against Nuclear Iran (UANI), une affaire privée sans précédent de diffamation dans laquelle le gouvernement américain a fait valoir le secret d'État, ce qui a permis à UANI, un client de Wolosky, de remporter la victoire.

Si Wolosky défend Adrian Hong dans sa lutte juridique contre la demande d’extradition espagnole, il pourrait menacer de révéler des secrets que les États-Unis ne voudraient pas voir publiés. L’affaire serait alors rejetée.

Engager Wolosky doit coûter cher.

Adrian Hong et le groupe Cheollima, s’il existe, n’ont aucune source apparente de revenus. On se demande par quels itinéraires les services secrets américains et/ou sud-coréens financent ce jeu.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF