Un autre regard sur la consommation d’énergie et la croissance démographique


Par Chris Hamilton – Le 3 décembre 2018 – Source Econimica

Résultat de recherche d'images pour "world energy consumption 2017"
De 2013 à 2016 (selon les données les plus récentes de l’EIA), la croissance de la consommation mondiale d’énergie a chuté. Ça vaut le coup d’en discuter et de chercher rapidement une cause. J’utiliserai les données sur la consommation d’énergie primaire, car elles mesurent la demande totale d’énergie d’un pays ou, dans le graphique ci-dessous, du monde entier. Elle couvre la consommation du secteur de l’énergie lui-même, les pertes pendant la transformation (par exemple, du pétrole ou du gaz en électricité) et la distribution de l’énergie, ainsi que la consommation finale par les utilisateurs finaux.

La consommation totale d’énergie primaire est à peu près le meilleur indicateur de l’évolution réelle de l’activité économique que je connais. Bien entendu, une partie de la décélération de la demande devrait être due à la conservation, à l’innovation et/ou à une plus grande efficacité. Mais ce que je détaillerai n’est pas un effort de conservation ou une plus grande efficacité… c’est une décélération massive de la demande qui, étant donné le « soutien » de la Banque centrale, les politiques du ZIRP et la dette massive qui a été contractée, aurait dû entraîner une croissance spectaculaire. Mais, en réalité, ce n’est pas ce qui s’est passé, et cela devrait être une grande préoccupation, car ces « soutiens » ont été réduits depuis 2016.

eco_view_p1

Premièrement, regardons l’évolution de la consommation, par type d’énergie, depuis 2000 (graphique ci-dessous). Bien que la demande de pétrole, de gaz naturel et d’énergie nucléaire/renouvelable demeure relativement inchangée, il convient de souligner l’augmentation de la consommation de charbon de 2000 à 2013 et la baisse enregistrée depuis 2013.

Mais le graphique suivant détaille la décélération de la variation moyenne totale de la demande, par type d’énergie et par total sur les différentes périodes. La croissance relativement faible de la demande au cours de la période la plus récente est stupéfiante. Bien que la croissance de la demande de pétrole et d’énergie nucléaire/renouvelable soit légèrement supérieure à celle des périodes précédentes, la croissance de la demande de gaz naturel a chuté de plus de 50 % (ce qui représente toujours la moitié de la croissance de la période précédente) et, bien entendu, la demande totale de charbon a diminué de plus de 6 %. Si la demande mondiale d’énergie avait augmenté comme au cours des périodes précédentes, la baisse de la consommation de charbon aurait été compensée par la croissance du pétrole, du gaz naturel, du nucléaire et des énergies renouvelables. Mais comme le montre le graphique, la demande a chuté comme une pierre.

eco_view_p2

Pour compléter le tableau, l’évolution de la consommation d’énergie, sur une base annuelle, par types d’énergie empilés.

eco_view_p3

Le graphique ci-dessous montre la consommation totale d’énergie (ligne bleue) de 1980 à 2016, et les colonnes brunes indiquent la variation annuelle de la consommation. Les flèches rouges indiquent les récessions de 1981, 1991, 2001 et 2009 et le ralentissement actuel. Il convient de noter la flèche en pointillés qui indique un ralentissement de la croissance de la consommation mondiale d’énergie depuis 2010. La croissance s’est tellement ralentie à la fin de l’année 2016 qu’elle ressemblait presque aux périodes précédentes de récession mondiale.

eco_view_p4

Le graphique ci-dessous ventile la consommation totale d’énergie par groupe de pays, en fonction du revenu par habitant pour une population totale de 7,6 milliards.

  • Pays à revenu élevé dont le revenu est supérieur à 12 000 $ (Amérique du Nord, UE, Japon/S.). Corée, Aus/NZ, etc = 1,2 milliard de personnes (16%), consomment 46% de l’énergie mondiale, reçoivent 64% du revenu mondial) ;
  • Pays à revenu moyen supérieur, de 12 000 $ à 4 000 $ (Chine, Brésil, Russie, Mexique, etc. = 2,6 milliards de personnes (34%), consomment 42 % de l’énergie mondiale, reçoivent 27 % du revenu mondial) ;
  • Pays à revenu moyen inférieur, de 4 000 $ à 1 000 $ (Inde, Pakistan, Nigeria, Vietnam, etc. = 3,1 milliards de personnes (41%), consomment 11 % de l’énergie mondiale, reçoivent 8 % du revenu mondial) ;
  • Pays à faible revenu, moins de 1 000 $ (Afrique subsaharienne, Afghanistan, Corée du Nord, Haïti, etc. = 700 millions de personnes (9%), consomment 0,6 % de l’énergie mondiale, reçoivent moins de 1 % du revenu mondial).

eco_view_p5

Regroupement par revenu national brut

Mais d’abord, mettons en perspective les quatre groupes de revenu relatif et par habitant (en utilisant la méthode de l’Atlas de la Banque mondiale, détaillée ICI). Le graphique ci-dessous montre le revenu national brut, pour les mêmes groupes. Les pays à revenu élevé représentent 64% du revenu mondial et les pays à revenu moyen supérieur 27%, tandis que les pays à revenu moyen inférieur et à faible revenu représentent moins de 9%, réunis. Ce n’est pas un hasard si ces ventilations du revenu mondial par groupe correspondent de très près au pourcentage de l’énergie consommée dans le monde (et, plus généralement, à la consommation mondiale de matières premières) par chaque groupe.

eco_view_p6

De retour à la consommation mondiale d’énergie, le graphique ci-dessous montre l’évolution annuelle de la consommation totale d’énergie, par groupe. La période actuelle, où toutes les sources constatent un arrêt de la croissance, est globalement une première mondiale. En fait, pour la première fois, ce sont les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure qui enregistrent la croissance annuelle de la consommation d’énergie primaire.

eco_view_p7

Comme le montre le graphique ci-dessous, on peut voir les changements de la consommation d’énergie des différents groupes de manière annualisée. Le ralentissement actuel de la croissance est plutôt historique.

eco_view_p8

Malgré le fait que les pays à revenu moyen supérieur ou élevé représentent un peu moins de 50 % de la population mondiale, ils consomment près de 90 % de l’énergie. Les ralentissements observés dans les pays riches ne sont pas compensés par la croissance des pauvres… c’est même probablement le contraire. La décélération de l’activité dans les pays riches a un impact négatif sur la croissance potentielle des pays pauvres.

Les pays à revenu élevé ont connu un pic de consommation totale d’énergie en 2007 et sont encore en dessous de ce pic presque dix ans plus tard. Outre l’effondrement de la consommation en 2009, la période de 2011 à 2016 a connu l’une des croissances les plus faibles parmi ces pays depuis 1980.

eco_view_p9

Voici maintenant les pays à revenu moyen supérieur en dessous, avec encore une fois la consommation totale symbolisée par la ligne bleue, les changement annuels par les colonnes brunes, et les récessions signalées par des flèches rouges. Le ralentissement de la croissance depuis 2010 est plus qu’évident.

eco_view_p10

Puis voici la consommation d’énergie des pays à revenu intermédiaire inférieur, ci-dessous. Les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure connaissent une croissance régulière, quoique relativement modeste.

eco_view_p11

Quant aux pays à faible revenu, ci-dessous, ils ressemblent davantage aux pays à revenu élevé en termes de consommation d’énergie et sont en baisse depuis 2010.

eco_view_p12

Alors, pourquoi ces ralentissements de la consommation d’énergie ? Le graphique ci-dessous montre la population totale de 0 à 64 ans/âgée des pays à revenu élevé/supérieur moyen (ligne bleue) et la variation annuelle (colonnes rouges, données selon l’ONU). La croissance annuelle de la population âgée de 0 à 64 ans dans les pays consommateurs a fait un double pic à +38 millions. Cela représentait chaque année 38 millions d’employés, d’acheteurs de maisons, de consommateurs, de contribuables, de payeurs de taxes, etc. de plus. En 2008, la croissance annuelle était tombée à 20 millions et, en 2018, la croissance annuelle de la population des personnes âgées de 0 à 64 ans n’était que de 5 millions.

eco_view_p13

Pour vous assurer d’en avoir pour votre argent, le graphique ci-dessous montre la croissance démographique annuelle totale combinée des pays à revenu élevé et à revenu moyen supérieur. La croissance totale n’est que la moitié de ce qu’elle était à son sommet en 1988, mais la proportion de la population qui augmente a complètement fléchi.

eco_view_p14

Compte tenu des taux d’activité des différents groupes d’âge, le graphique ci-dessous montre la croissance annuelle potentielle de la main-d’œuvre des pays à revenu élevé et moyen supérieur. Il est à noter que la main-d’œuvre potentielle n’augmente que du quart du dernier sommet. Mais pire encore, le rythme est maintenant moins de la moitié de celui de 2008… et d’ici le milieu des années 2020, la main-d’œuvre potentielle commencera à diminuer carrément (et oui, les données de l’ONU incluent et dépendent de l’immigration continue juste pour maintenir les courbes à un niveau bas… sans cela, la chute serait beaucoup plus rapide et plus raide).

eco_view_p15

Pour résumer, le graphique ci-dessous montre la population en âge de procréer (les 15 à 44 ans) des pays à revenu moyen supérieur et supérieur combinés plus le nombre total combiné de naissances (par période de 5 ans). Le nombre total de naissances a fait un double pic en 1970 et 1990, atteignant un sommet d’environ 325 millions de naissances par période de cinq ans, avant de chuter à 257 millions au cours de la période de 10 à 15 ans. Cependant, au cours de la période de 15 à 20 ans, les naissances se situeront quelque part entre la variante moyenne et la variante faible, probablement un plus bas d’après-guerre inférieur à 240 millions pour la période de cinq ans la plus récente. De toute évidence, avec la baisse du nombre de naissances (y compris les naissances chez les immigrants), la population en âge de procréer a atteint un sommet vers 2010 et est maintenant en baisse. La combinaison d’une baisse de la population en âge de procréer et d’une baisse des taux de fécondité (nombre de naissances pour 1000) signifie que la tendance des naissances entre les estimations moyennes et faibles est le résultat le plus probable.

eco_view_p16

Encore une fois, malgré toute la dette, le « soutien » des banques centrales et les baisses de taux d’intérêt… la consommation d’énergie (et, plus généralement, la consommation par période) suit l’évolution démographique.

eco_view_p17

Même les naissances en Inde ont atteint leur apogée au tournant du siècle et sont en déclin séculaire.La population indienne en âge de procréer devrait atteindre un maximum autour de 2040.

eco_view_p18

Pour compléter le tableau, seules les nations à faible revenu continuent d’avoir plus d’enfants, alors que toutes les autres régions ont atteint un plateau ou sont en plein recul démographique. Le dernier graphique montre la forte augmentation des naissances et de la population en âge de procréer en Afrique.

eco_view_p19

Mais toute cette croissance démographique en Afrique, en Inde et dans les pays les plus pauvres du monde ne se traduit tout simplement pas par une croissance de la consommation d’énergie ou de l’activité économique en raison des faibles revenus, des économies et de l’accès limité au crédit. Le graphique ci-dessous, qui montre la variation annuelle de la consommation d’énergie des pays à revenu moyen inférieur et à faible revenu, est de la même échelle que la croissance de l’énergie dans les pays à revenu moyen supérieur/supérieur afin de montrer à quel point la croissance est relativement faible dans les pays les plus pauvres. Et ça, c’était le bon temps !

eco_view_p20

Chris Hamilton

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF