Ukraine: purge préventive?
Septième « suicide » en un mois

Le 12 mars 2015 – Source Fort Russ

Alexander Peklushenko

L’ex-gouverneur de la région de Zaporojié et ancien membre du Parti des régions, Alexandre Peklouchenko, s’est suicidé. C’est ce que rapporte le
service de presse du ministère de l’Intérieur de la région de Zaporojié.

Selon le rapport, «Alexandre Peklouchenko s’est suicidé à son domicile dans le village de Solnetchnoïe. L’équipe d’enquête travaille sur les lieux du drame».

Le décès de l’ancien régional a été confirmé par le conseiller du
ministre ukrainien de l’Intérieur, Anton Guerachtchenko, sur la chaîne
112 Ukraine. Guerachtchenko a également déclaré que M. Peklouchenko
devait être inculpé dans le cadre de la répression des manifestations
Euromaïdan à Zaporojié.

C’est le septième suicide parmi d’anciens fonctionnaires et membres du
Parti des régions en Ukraine en un mois. Plus tôt, l’ancien membre du
Parti des régions et un ancien chef du Fond des biens d’État, Mikhaïl
Tchetchetov, est mort après être tombé de la fenêtre de son appartement
[le même jour que l’assassinat de Nemtsov, NdT]. Version officielle du
ministère de l’Intérieur: suicide. À la fin août 2014, un autre
ancien dirigeant du Fond des biens d’État, Valentin Semeniouk, a été
retrouvé mort. En outre, ces dernières semaines, plusieurs agents et
anciens agents de l’État se sont suicidés en Ukraine : l’ancien chef
adjoint des Chemins de fer ukrainiens (Oukrzaliznytsia), Nicolas
Serguienko, l’ancien chef du Conseil régional de Kharkov, Nikolaï
Kolesnik, l’ancien maire de Melitopol, Sergueï Walter, le chef de police
adjoint de Melitopol, Sergueï Bordyouga, et l’ancien député, Stanislav
Melnik.

Regardez Alexandre Peklouchenko se faire humilier et expulser d’un
bâtiment municipal :

Commentaire de Kristina Rus (Traductrice du russe à l’anglais)

Bien qu’il soit plausible que certains anciens responsables ne
supportaient plus de vivre l’humiliation qui accompagne la campagne de 
lustration de Kiev et les poursuites judiciaires entamées par la junte
et qu’ils aient choisi de s’enlever la vie, les blogueurs et les
analystes soulignent que la junte de Kiev élimine tous les leaders
potentiels qui pourraient diriger la résistance locale ou soutenir
d’éventuelles autorités anti-junte.

Alors que le Parlement européen demande une enquête indépendante sur
l’assassinat de Nemtsov, il ignore complètement les meurtres et les
suicides bien plus nombreux en Ukraine.

Selon un analyste interrogé par la télévision russe, le nombre de
prisonniers politiques en Ukraine serait maintenant de 3 000 personnes.

Traduit de l’anglais par Patrick, relu par jj pour le Saker Francophone

Article original (en russe)

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF