Ukraine : La torture, sadisme ou stratégie ?

Le 27 mars 2015 – Source thesaker.is

Le Congrès US exhorte Obama à fournir à l’Ukraine plus de Moyens militaires
et la torture ?

Le lundi 23 mars, la Chambre des représentants américaine a adopté la résolution H. Res. 162 exhortant le président Obama à fournir à l’Ukraine une aide militaire dans la tentative désastreuse de raviver le conflit dans l’Est de l’Ukraine, gelé à la suite des accords de Minsk signés en février 2015 entre Kiev et les régions de Donetsk et de Lugansk avec les médiations française, allemande et russe. Les présupposés généraux de la résolution sont aussi évidents que faux : ils contiennent les rengaines sur l’agression russe, l’occupation de la Crimée, les violents séparatistes par procuration et l’insurrection qui a abouti à plus de 6.000 morts, 15.000 blessés et plus d’un million de personnes déplacées. Comme si les insurgés utilisaient l’artillerie lourde contre leurs propres villes et tuaient leurs propres enfants, surtout pour ne pas évoquer que les personnes déplacées se réfugient principalement en Russie pour obtenir une protection et la sécurité loin de la zone de conflit.

Pendant ce temps, plus tôt ce mois-ci,  la Fondation pour l’étude de la démocratie (FSD) a publié un nouveau rapport complet sur les crimes de guerre des Forces armées et des Forces de sécurité de l’Ukraine. Il est basé sur les preuves fournies de août 2014 à janvier 2015 par plus de 200 résidents des provinces de Donetsk et de Lougansk qui ont été détenus et enlevés par les forces militaires et de sécurité ukrainiennes et plus tard restitués aux autorités de Donetsk et de Lougansk comme otages libérés selon les dispositions du protocole de Minsk de septembre 2014. Ici nous fournissons une douzaine de citations de ce document à glacer le sang :

Rapport sur les torture subies en Ukraine
Ils ont été électrocutés, battus cruellement pendant plusieurs jours de suite avec des objets différents (barres de fer, battes de baseball, crosses de fusil,  baïonnettes, matraques en caoutchouc).

Les techniques largement utilisées par les Forces armées ukrainiennes (FAU) et les forces de sécurité comprennent la simulation de noyade, l'étranglement avec un «garrot Banderiste» et d'autres types d'étranglement.
Dans certains cas, les prisonniers, aux fins d'intimidation, ont été envoyés à la mort courir sur des champs de mines ou écrasés par des véhicules militaires.

D'autres méthodes de torture utilisées par les FAU et les forces de sécurité consistent à écraser les os, poignarder et découper au couteau, marquer au fer rouge, tirer sur différentes parties du corps avec des armes légères.

Les prisonniers en captivité sont enfermés pendant des jours par des températures glaciales, sans accès à la nourriture ou à l'assistance médicale, et sont souvent obligés de prendre des substances psychotropes qui les tuent.

Une majorité absolue des prisonniers sont soumis à des simulations d'exécution entendent des menaces de mort et de viol sur leurs familles.

Une grande partie des victimes torturées ne sont pas membres des forces d'auto-défense de Donetsk et les Républiques de Luhansk (RMR et LPR).

Le rapport concerne un grand nombre de cas qui feraient se dresser les cheveux sur la tête de tout être humain sain d’esprit :

Andrey Runov: Pendant la nuit du 23 au 24 Novembre, j'ai été arrêté à mon domicile par le bataillon Aidar. Nous avons été emmenés à l'aéroport de Marioupol. Le passage à tabac et la torture y étaient si graves que nous avons perdu connaissance. Ils nous frappaient sur les talons, les côtes et la tête. Ils ont dit qu'ils allaient briser nos jambes, menacé de couper nos oreilles et d'arracher nos yeux. Un de mes compagnons de cellule s'est fait éclater les entrailles et fracturer le crâne; il a été paralysé par la suite .
Alexander Ryabchenko : [...] J'ai été crucifié dans un vestiaire sur un treillis métallique. Ils venaient toutes les heures pour me frapper. Le lendemain, j'ai été emmené à Debaltsevo. Là, ils m'ont emmené à l'enquêteur en chef qui m'a demandé si je voulais collaborer. J'ai dit qu'il n'y avait rien que je pouvais leur dire, que je ne savais rien. Après cela, il a appelé trois assistants et leur a ordonné de me battre autant qu'ils voulaient. Ils ont attaché mes mains derrière mon dos et m'ont suspendu à la porte ; mon pied droit a été attaché à la poignée d'une autre porte par une corde, j'ai donc été debout seulement sur mon pied gauche. Deux d'entre eux ont commencé à me frapper sur ma jambe gauche. Ensuite, j'ai été emmené à la salle, les mains attachées avec du ruban adhésif derrière mon dos, et suspendu par une corde attachée à mes mains et le pied droit. Ils m'ont mis un sac noir sur la tête et ont continué à me battre jusqu'à ce que je m'évanouisse.
Oleg Fuhrman : Ils ont utilisé des appareils à électro-chocs, nous ont fait mettre à genoux avec des sacs sur la tête, et ont tiré avec leur arme près de l'oreille, j'ai été mis dans une fosse, pendu à une chaîne et menotté, je ne pouvais pas me tenir sur mes pieds, ni m'allonger, je pendais à cette chaîne avec mes côtes et mes doigts cassés. 
Yury Slusar : Le 4 novembre, j'ai été arrêté par les hommes d'Azov et le SBU [Service de sécurité] quand j'étais au travail dans la ville de Druzhkovka. J'ai été emmené à Kramatorsk. Ils m'ont frappé sur la tête et les pieds avec une chaîne, tiré au pistolet près de mon oreille, ils ont menacé de me tirer une balle dans la tête ou dans les pieds. Ils m'ont humilié et ont dit qu'ils allaient me violer. Ils ont menacé de torturer ma femme et mes filles devant moi. Je ne pouvais plus manger pendant trois jours. La seule nourriture que j'avais était de l'eau et des biscottes.
German Mandrikov : Je suis juste un civil, je n'avais pas participé aux actions militaires, mais les enquêteurs SBU m'ont forcé à m'accuser sous la torture. Au début octobre, je suis allé voir ma mère et des hommes inconnus m'ont arrêté. Ils m'ont emmené à l'aéroport de Marioupol où, pendant trois jours d'affilée, j'ai souffert la torture bestiale. Ils ont utilisé la violence à la fois psychologique et physique : ils m'ont donné un choc électrique, m'ont étouffé avec un sac en plastique, battu sur les pieds avec un démonte-pneu, versé de l'eau glacée sur moi, etc. Les tortionnaires avaient un insigne Azov sur leurs manches. Ils ont menacé de violer ma mère et mon épouse. Je ne pouvais pas supporter plus de tourments, j'ai signé des documents sans même les lire.

Beaucoup de victimes disent qu’elles ont été poignardées et tailladées au couteau.

Dmitry Klimenko : j'ai été capturé le 8 juillet 2014 par le bataillon Donbass quand j'étais à la maison. J'ai perdu conscience lors de l'arrestation et me suis seulement réveillé dans la voiture. J'avais un sac sur la tête. Ils ont commencé à me battre. Ils m' ont battu sur les côtes, cassé trois d'entre elles. Ils m'ont battu sur la tête aussi. Et je me suis évanoui une fois de plus. J'ai repris conscience quand ils versaient de l'eau sur moi. Un des hommes a pris un couteau et a commencé à me poignarder dans la jambe tout en continuant l'interrogatoire. Un autre m'a donné un choc électrique. Cette inquisition a continué pendant dix heures. Dans la matinée, ils ont décidé de poursuivre l'interrogatoire. Je ai été frappé sur le corps et sur les côtes. C'est alors que je ai réalisé que j'avais les côtes cassées. Je suis tombé le visage contre terre, j'ai entendu cliquer la culasse d'un fusil et une rafale a été tirée dans le sol. Quand ils ont vu que je n'allais pas leur dire quoi que ce soit, ils m'ont mis dans un coffre d'une voiture et emmené quelque part. Je me suis retrouvé dans un bureau. J'ai immédiatement compris que c'était le SBU. J'ai passé deux jours là-bas. Ensuite j'ai été emmené à un tribunal et à un avocat. J'ai eu une conversation avec lui et puis avec l'agent enquêteur. J'ai été emmené dans une salle d'audience. Le juge n'a pas pris en compte mes blessures, bien qu'elles étaient évidentes.
Igor Kozlov : j'ai été arrêté le 18 juillet à un barrage non loin de Popasnaya par le VSU. Ils m'ont battu, m'ont torturé et ont essayé de me couper l'oreille.
Mikhail Lyubchenko : J'ai vu un gars debout dans un trou jusqu'à la taille, ils l'ont à demi enterré avec un engin de terrassement à godet et ils ont roulé sur lui

Alexander Kashenko a été capturé par le bataillon Dniepro le 13 novembre 2014 et décrit en détail les tortures infligées par les forces de sécurité ukrainiennes :

J'avais un sac sur la tête. Ils m'ont frappé avec des tuyaux en plastique. Il étaient deux, puis trois. Ils me frappaient sur la tête, le dos, les pieds et les reins. Ils ont essayé de m'étouffer avec un poing qui m'empêche de respirer, utilisé un dispositif électro-choc. Ils m'ont frappé avec la crosse d'un fusil et m'ont battu avec leurs bottes de l'armée. J'avais des côtes cassées. Les coups avec un tuyau de plastique ont laissé six lésions sur mon crâne. Ils m'ont frappé avec un marteau, aussi. J'ai eu les doigts, les bras et un os dans ma main blessés. Je me suis évanoui deux fois. Les coups ont continué pendant plus d'un jour. Ils ont commencé à me couper avec un couteau, à me poser des questions auxquelles je ne pouvais pas répondre. Ils ont poignardé ma jambe au couteau, et remué le couteau dans la plaie, tourné à nouveau et ainsi de suite. Puis ils ont essayé de me couper les doigts.

Note du Saker Francophone:

J’arrête ici la litanie de ces atrocités que vous pouvez retrouver sur l’article original si vous en avez le courage.

Voici des preuves vidéo (audio en russe, en date du 7 février 2015) les moments importants sont au timing : 00h30, 01h17, 01h30, 02h06


L’ampleur de l’usage de la torture par les forces armées ukrainiennes (VSU), la garde nationale et d’autres unités militaires du ministère de l’Intérieur de l’Ukraine, ainsi que par le Service de sécurité ukrainien (SBU), et le fait que cette pratique est systématique,  démontrent une intentionnalité de la part de ces institutions, avec la bénédiction de leur gouvernement et de leurs maîtres à l’étranger.

Comme la victoire militaire de Kiev sur les provinces sécessionnistes est difficilement réalisable même avec les armes obsolètes de l’Otan livrées à l’Ukraine, la seule arme mortelle qu’Obama peut autoriser à exporter maintenant sont les nouvelles stratégies de torture pour terroriser…

Article original

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF