Trump ne peut pas être anti-globaliste tout en travaillant avec les élites globales


Par Brandon Smith − Le 2 octobre 2019 − Source Alt-Market.com

Au cours de la campagne électorale de l’été 2016, j’ai examiné le phénomène Trump et son rapport avec le récit globaliste. J’ai conclu que Trump serait président parce que le fait d’avoir un (soi-disant) nationaliste pur jus et un conservateur populiste à la Maison-Blanche au cours des quatre prochaines années serait en fait très avantageux pour les élites. À l’époque, la Réserve fédérale s’apprêtait à resserrer les liquidités, ce qui entraînerait inévitablement une volatilité des marchés et un effondrement des fondamentaux. À la fin du premier mandat de Trump, ou peut-être au début de son deuxième mandat, la crise récessionniste deviendrait évidente pour le grand public. Trump, et tous les conservateurs, seraient blâmés pour le désastre résultant que les élites bancaires ont conçu.

Pendant l’élection, je ne savais pas si Donald Trump était une marionnette de l’élite. Il aurait pu être un bouc émissaire pratique pour le prochain crash financier. Aujourd’hui, il est évident qu’il est effectivement une opposition contrôlée.

Comme je l’ai noté dans de nombreux articles, les associations de Trump avec les globalistes remontent loin dans le temps. Il a été sauvé par la famille bancaire Rothschild qui l’a sorti du pétrin de ses dettes paralysantes dans de nombreux projets immobiliers à Atlantic City au cours des années 1990. L’agent Rothschild qui s’est occupé du sauvetage de Trump n’était autre que Wilber Ross, directeur général principal de Rothschild à New York. Ross est maintenant secrétaire au Commerce de Trump, ce qui indique que sa relation avec les Rothschild se poursuit jusqu’à ce jour.

En 2016, Trump a offert des postes à la Maison-Blanche à un vaste éventail d’élitistes globaux, dont certains du Council on Foreign Relations, un groupe de réflexion dont les objectifs déclarés comprennent l’effacement des frontières et la fin de la souveraineté nationale. Ces membres comprennent :

  • Elaine Chao, Secrétaire aux Transports des États-Unis
  • Jamie Dimon, membre du Forum stratégique et politique
  • Jim Donovan, sous-secrétaire au Trésor
  • Larry Fink, membre du Forum stratégique et politique
  • Neil M. Gorsuch, juge de la Cour suprême
  • Vice-amiral Robert S. Harward, conseiller à la sécurité nationale (nomination refusée)

Trump a ensuite fait venir des élites de longue date ayant des liens avec l’establishment globaliste et la Réserve fédérale, comme John Bolton, Mike Pompeo, Robert Lighthizer, Larry Kudlow, Steve Mnuchin, etc. La liste est longue…

Au cours de la campagne, Trump a constamment (et à juste titre) critiqué les nombreux liens d’Hillary Clinton avec la cabale bancaire, y compris sa relation étroite avec des banques internationalistes comme Goldman Sachs. Il a également formulé de multiples critiques à l’encontre du globalisme. Puis, il a fait valoir que la reprise économique sous Obama était en fait une bulle financière massive – les marchés ont été artificiellement soutenus par la relance de la Réserve fédérale et les faibles taux d’intérêt, et des indicateurs comme les statistiques du chômage ont été truqués. Encore une fois, tout cela était vrai.

Pourtant, après son élection, Trump a saturé son cabinet avec les mêmes élites bancaires qu’il avait attaquées, puis il a endossé tout le crédit pour les marchés en hausse et les faux chiffres de l’emploi et du PIB quelques mois plus tard.

Une fois au pouvoir, Trump a soudainement abandonné sa promesse d’inculper les Clinton, et toute poursuite pour combattre les globalistes a été abandonnée. Au lieu de cela, Trump a tourné toute son attention vers la Chine, ouvrant la porte à une guerre économique comme une distraction utile pour les globalistes pendant qu’ils continuaient à mettre fin au soutien de la vie financière. Si Trump devait se battre contre l’establishment globaliste, pourquoi s’entourerait-il de tant d’élites et pourquoi considérerait-il la Chine comme une menace principale au lieu des institutions bancaires globales ?

Nous entendons encore Trump parler de la façon dont la Réserve fédérale est gérée par des gens ignorants, et comment « l’avenir appartient aux patriotes, pas aux globalistes », mais l’hyperfocalisation de Trump sur les marchés et la guerre commerciale avec la Chine ne font rien pour combattre le programme globaliste. En fait, ces actions aident énormément les globalistes.

Trump s’en tient à une critique récurrente des taux d’intérêt plus élevés de la Fed comme étant la cause du ralentissement économique alors qu’en même temps, il continue de s’attribuer tout le mérite des mêmes données économiques frauduleuses et de la bulle du marché qu’il avait précédemment dénoncées. Qu’est-ce que cela permet d’accomplir ? Le travail de Trump est de saper les conservateurs et le mouvement pour la liberté en se faisant passer pour l’un d’entre nous. Ses attaques contre la Fed, bien que légitimes (en partie), n’ont aucun sens s’il soutient qu’il est lui la seule raison pour laquelle l’économie et les marchés montent.

Par essence, les globalistes utilisent Trump pour illégitimer les arguments anti-Fed en l’attachant à ces arguments ET à l’économie défaillante simultanément. S’il tombe après un délai, l’intention est que tous les arguments anti-fed et anti-globalistes meurent avec lui. Qui voudrait prendre la même position idéologique que l’homme qui a ruiné l’économie globale ? Actuellement, les médias grand public se concentrent sur l’hypocrisie de Trump qui exige un dollar plus faible après avoir appelé à un dollar plus fort pendant sa campagne. Ils insinuent aussi que Trump essaie de faire porter le blâme sur la Fed alors que sa guerre commerciale est la « vraie cause » de la récession. Je mets en garde contre ce résultat depuis un certain temps, et c’est en train de se produire.

Le comportement bizarre de Trump justifie mes soupçons les plus profonds pendant l’élection – Trump n’est pas seulement un bouc émissaire involontaire, il est un participant à ce jeu, jouant un rôle théâtral, celui du méchant naïf. Dans le scénario, il est l’anti-globaliste qui trébuche sur son propre orgueil et provoque la chute de l’empire américain. Il joue le conservateur avec sa tête de lard qui prouve une fois pour toutes pourquoi la philosophie conservatrice est « mal » et pourquoi les gauchistes avaient raison depuis le début. Une partie de son travail consiste à coopter le mouvement pour la liberté, à rediriger ses énergies vers des objectifs inutiles et à nous faire paraître ridicules ou dangereux à la fin de sa présidence.

Cependant, il y a une sorte d’énigme qui se forme pour les élites….

La vraie nature de Trump se révèle peu à peu au fur et à mesure que nous franchissons le point de non-retour sur l’économie et le « reset économique global ». Lorsque Trump soutient ouvertement les lois Red Flag sur les armes à feu conçues pour usurper les droits sur les armes à feu par leur confiscation détournée, ou lorsqu’il s’engage à un renforcement militaire en envoyant des troupes en Arabie saoudite dans un premier pas évident vers la guerre avec l’Iran, cela amène de nombreux conservateurs du mouvement pour la liberté à remettre en question les loyautés de Trump (comme ils devraient). Les élites doivent trouver un moyen de garder les conservateurs et les militants de la liberté aveugles dans le train Trump le plus longtemps possible, car si nous commençons à remettre en question le récit trop tôt, il deviendra plus difficile pour eux de nous entraîner dans des actions de soutien qui seront blâmées pour la crise économique et géopolitique en pleine expansion.

Certes, certaines personnes dans le mouvement de la liberté se sont attachées à Trump si complètement qu’il n’y a pas d’échappatoire. Elles seront maintenant tentées de doubler leur défense de ses actions et de ses associations, prétendant toujours que Trump « joue aux échecs » et qu’il « garde ses ennemis proches », aussi folles que soient ces affirmations. Certains ont même soutenu que les conservateurs devraient « partir en guerre » si Trump est destitué. C’est de la folie. La plupart d’entre nous ne sont PAS intéressés par une guerre civile pour Trump. Si nous menons une guerre civile, ce ne sera certainement pas à cause d’une marionnette de l’establishment bancaire.

Certains de ces militants sont bien intentionnés, mais ils font le jeu des globalistes. D’autres sont tellement désespérés de conserver leur utilité qu’ils sont prêts à dire n’importe quoi pour attirer l’attention.

Il est vital que les militants pour la liberté comprennent que la présidence de Trump est une psyop qui les vise d’abord et avant tout. Comme l’avait prédit avec bonheur le média de gauche Bloomberg dans un éditorial intitulé « The Tea Party Meets Its Maker« , Trump pourrait absorber les mouvements conservateurs (ceux qu’ils appelaient le « Tea Party ») et les détruire une fois pour toutes.

Les événements récents et la rhétorique de Trump sont soigneusement mis en scène pour le faire paraître comme antiglobaliste, mais la nature agressive de cette propagande était prévisible. Les élites doivent ramener les conservateurs au bercail d’une manière ou d’une autre, et donc ils jettent autant de miettes qu’ils le peuvent de la table de Trump sans qu’il n’accomplisse réellement quoi que ce soit en notre faveur.

Se débarrasser de John Bolton a été le début de la dernière campagne psyop, car Bolton représente un élément détesté parmi de nombreux militants de la liberté, et l’establishment n’avait pas d’autre choix que de réduire enfin son empreinte à la Maison-Blanche. Cependant, c’était trop peu, trop tard, car de nombreux conservateurs sont déjà bien conscients des nombreuses autres élites qui imprègnent le cabinet de Trump. Il faudrait qu’il s’en débarrasse aussi pour nous impressionner. Ainsi, les élites sont passées à la phase 2…

Le dernier scandale ukrainien et la mise en accusation potentielle de Trump est un parfait exemple de psychologie inversée globaliste. Comme pour le RussiaGate, l’enquête de destitution n’ira probablement nulle part, et elle n’est pas destinée à aller quelque part. Les élites n’ont pas l’intention de destituer Trump de ses fonctions et elles ne l’ont jamais eu. L’objectif du scandale ukrainien est en fait double : tout d’abord, il va en effet ramener de nombreux conservateurs dans le train Trump car ils supposent que l’establishment  est « à ses trousses » même s’il travaille directement avec eux.

Deuxièmement, le scandale ukrainien va se retourner contre Joe Biden, le retirant de la candidature démocrate à la présidence, laissant la porte ouverte soit à Bernie Sanders, soit à Elizabeth Warren. Les élites ne semblent pas vouloir de Biden en 2020 et construisent un récit dans lequel il est éjecté hors de la course ou perd beaucoup de terrain dans les primaires. Je continue de prédire, comme je l’ai fait en juillet, qu’Elizabeth Warren sera la candidate démocrate en 2020 (certaines personnes ont ri quand je l’ai suggéré en juillet… Je ne vois pas beaucoup d’entre elles rire maintenant alors que Warren se rapproche de Biden dans les sondages). Il est trop tôt pour savoir si cela se traduira ou non par un second mandat pour Trump, ou par le début de la fin, il est trop tôt pour le dire.

Je note, cependant, que Warren a été le premier candidat démocrate à suggérer qu’un krach économique se profilait à l’horizon, et je crois que cela prépare le terrain pour qu’elle devienne une candidate « je vous l’avais dit » en 2020. Si c’est le cas, alors Trump est probablement destiné à perdre l’élection.

Une autre miette jetée aux conservateurs est la réouverture soudaine de la discussion sur les courriels de Clinton. Cela amènera certains militants de la liberté à supposer que peut-être, cette fois-ci, Trump va donner suite à sa prétention qu’il enquêterait et poursuivrait les Clinton. Je dis cela, bien que je pense que beaucoup de lecteurs le savent déjà : Trump ne va pas toucher les Clinton. Il fera semblant d’examiner la question si cela aide les conservateurs à se replonger dans le faux récit, mais c’est tout.

Le discours de Trump à l’ONU, dans lequel il critiquait le globalisme, était la dernière et peut-être la plus flagrante tentative d’amener les conservateurs à penser que peut-être Trump « joue aux échecs ». Ce n’est pas le cas. Au contraire, Trump joue le rôle qu’il a toujours joué, tout comme il a joué son rôle dans les matchs de catch, ou son rôle dans « The Apprentice » ; c’est le travail de Trump d’attaquer les globalistes, et c’est leur travail de prétendre l’attaquer en retour. Pendant ce temps, les véritables cibles des attaques sont les conservateurs, les militants de la souveraineté et les défenseurs de la liberté.

A quoi sert cette façade, ce faux combat de catch entre Trump et les élites ? Pour que les conservateurs s’investissent dans un faux paradigme, pour coopter notre mouvement et notre élan, et finalement pour nous enchaîner à la réputation de Trump et ensuite nous noyer avec lui quand il tombera. Tandis que les militants attendent que Trump prenne des mesures contre les globalistes, ils restent les bras croisés et n’accomplissent pas grand-chose. Alors que les militants ont mis tous leurs espoirs dans Trump comme solution au problème globaliste, ils ne sont pas préparés pour les retombées quand il sera révélé qu’il n’était qu’une perte de temps complète. Le coup de maître des élites utilisant Trump comme arme est qu’un seul homme pourrait être capable d’annuler l’activisme de millions de personnes.

La solution ? Rester continuellement vigilant à l’égard de la rhétorique et des politiques de Trump et le dire lorsqu’il fait quoi que ce soit qui viole les principes constitutionnels ou aide les globalistes dans leurs efforts pour déclencher un reset économique. Je dois rire, parce que les globalistes ont peut-être commis une erreur fatale en se fiant à Trump pour faire tomber les conservateurs et le mouvement pour la liberté. En plaçant tous leurs œufs dans le même panier (ou toutes leurs ficelles sur une marionnette), ils se sont laissés influencer par les militants de la liberté. Plus on parle de Trump sur ses comportements étranges, ses liens avec l’establishment et ses volte-face, moins il leur est utile. Ils devront continuellement adapter leurs tactiques à nous (ils l’ont déjà fait), ou peut-être même remettre à plus tard les efforts visant à faire chuter les marchés ou à mettre en œuvre des lois draconiennes de type Red Flag. Grâce à nos efforts d’enquête, nous pouvons gagner du temps pour que le mouvement prenne de l’ampleur, ce qui est de mauvais augure pour les élites à long terme.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par San pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF