Rapport de situation sur le mouvement Gilets Jaunes. Acte XXVIII et élections de l’assemblée européenne


Par le Saker Francophone – Le 28 mai 2019

arrestation

Actions des Gjs

Des consultations citoyennes autour du Vrai débat sont sorties 59 revendications ou actions prioritaires à entreprendre par un gouvernement digne de ce nom. Voici les 5 premières :

– 1# Suppression des rémunérations et privilèges de tous les élus (y compris le Président) après la fin d’un mandat ;

– 2# Mise en place du Référendum d’initiative citoyenne dans la Constitution ;

– 3# Casier vierge pour les élus ;

– 4# Prise en compte du vote blanc ou nul en tant que suffrage exprimé et invalidation d’une élection s’il est majoritaire ;

– 5# Nationaliser les autoroutes amorties ;

Les Gjs viennent de lancer TVGJ, la télé Gj sur le net. Un vrai site de presse collaboratif. Pour ceux que l’expérience tente, c’est le moment.

Six mois de Gilets jaunes : « Le processus révolutionnaire est enclenché ». Une interview de Francois Boulo.

Une conférence d’Etienne Chouard sur le RIC.

Daniel explique comment les GJs de Saint-Clair du Rhône ont créé le 1er RIC local.

Voici la carte de France des ateliers citoyens et d’écriture du RIC.

ACRIMED, l’association pour la critique des médias organise une rencontre intitulée « Médias et gilets jaunes : pour une information indépendante », le jeudi 6 juin à 19h à la Bourse du travail de Paris pour « discuter la question des initiatives à mener sur le terrain des médias. »

Voici la liste des principales initiatives Gjs en cours ou en projet, présentée par Priscillia Ludosky, une des initiatrices du mouvement :

« Le système c’est ensemble qu’il faut le changer et c’est évident qu’un jour où l’autre les manifestations prendront fin mais pas l’éveil collectif, pas l’éducation populaire, pas les initiatives personnelles ou collectives.

Le Mouvement des Gilets Jaunes a permis de mettre les pleins phares sur des dysfonctionnements de notre société, bien connus et dénoncés par certains depuis des années. Il a permis de donner de la force, du courage à tous ceux qui n’osaient pas dire stop à des conditions de travail insoutenables, à des conditions de vie difficiles et de communiquer sur des causes ignorées jusqu’àlors ou il a permis à ceux qui le faisaient déjà de trouver la force de continuer. Il a permis de réunir des profils qui ne se côtoyaient pas avant de par leurs différences et qui aujourd’hui travaillent ensemble et mettent en place des projets de sociétés avec toujours le même objectif : sortir de ce système, ne plus en être dépendant mais en être acteurs pour une vie meilleure.

Voilà pourquoi je trouve important de rappeler quels sont les quelques projets en cours nés de ce mouvement, visant à changer progressivement ce système sans pour autant créer une rupture trop brutale.

C’est donc à nous de faire en sorte que notre mode de vie s’améliore, à nous de faire en sorte de superviser nos employés que sont les membres du gouvernement, à nous de créer nos propres structures et organes de contrôles, à nous de changer nos habitudes de consommation, bref à nous de co-construire notre avenir.

  1. Sujet de la Démocratie :

 * Collectif des Gilets Citoyens
Site internet présentant le collectif et ses projets : https://giletscitoyens.org/

* Page Facebook : https://www.facebook.com/GiletsCitoyens/
* Page Twitter : @gilets_citoyens https://twitter.com/gilets_citoyens?lang=fr

Collectif informel créé en 2019 dans le contexte du mouvement social des Gilets jaunes, du Grand débat et des marches pour le climat.
Ce collectif est composé de personnes qui, à l’origine, ont signé la lettre ouverte au Président de la République du 23 Janvier 2019 (voir ci-après) « Réussir le Grand débat National : pour un nouveau souffle démocratique » rejoint ensuite par d’autres signataires et personnalités.

Le rôle du collectif : Initialement, le collectif avait recommandé au travers de la lettre ouverte au Président de la République ci-avant mentionnée, la mise en place d’une Assemblée citoyenne traitant de plusieurs sujets, dont la démocratie participative (notamment le RIC). Cette recommandation était assortie de notre proposition d’y apporter notre soutien en prenant en main sa mise en place.
Aujourd’hui, compte-tenu des annonces faites par le président le 25/04/19, dont l’une consiste à créer une Assemblée citoyenne de 150 citoyens tirés au sort qui traitera de la transition écologique, nous avons dû adapter notre projet et désormais, le collectif porte deux projets en parallèle :

Consultez ici l’historique du travail du Collectif : https://giletscitoyens.org/historique-des-gilets-citoyens/

Le gouvernement a dévoilé dans le Parisien, les premiers contours de l’Assemblée citoyenne dédiée à la Transition écologique. Nous nous réjouissons de la tenue de cette assemblée, mais rappelons que le diable se cache dans les détails pour que celle-ci soit une véritable réussite !
Voici le lien de l’article où cette annonce a été faite :

http://www.leparisien.fr/…/francois-de-rugy-150-citoyens-po…

Objectif : proposer un texte de loi sur les modalités de mise en oeuvre et d’application du RIC (« Réferendum d’initiative citoyenne ») dans le droit français.

Le collectif est composé d’experts en « Ateliers citoyens », de militants pour la Démocratie directe, d’ergonomes, de spécialistes de la pédagogie et de citoyens et citoyennes avec pour objectif de créer ensemble un texte de loi sur le RIC « Réferendum d’initiative citoyenne » d’ici 8 mois sur le modèle du Jury citoyen.

Il est dit sur le site du collectif qu’ils prennent régulièrement contact avec des collectifs en France pour prendre connaissance de leurs projets et savoir s’ils peuvent trouver des points de convergence pour travailler ensemble.

→ N’hésitez donc pas à prendre contact avec le collectif et à communiquer votre retour d’expérience afin que chacun se sente en confiance de pouvoir faire de même.
contact@objectif-ric.fr

Page facebook : https://www.facebook.com/objectifRIC/ 
Page twitter : https://twitter.com/Objectif_RIC
Présentation du projet/collectif et Formulaire d’inscription : https://framaforms.org/formulaire-1554481306…

 Après la récolte et la synthèse de ses contributions,
le Vrai débat organise la phase 3 : les Assemblées citoyennes délibératives !

Vous souhaitez participer à cette initiative citoyenne ?
Remplissez le questionnaire suivant : https://www.le-vrai-debat.fr/je-participe-aux-acd/.

  • Projet à venir : une grande campagne de communication visant à informer toute la population des résultats de la plateforme. Avec 3 messages principaux : 
    1 Dans quel contexte cette plateforme a été mise en place.
    Comment s’est déroulé le processus de collecte de propositions.
    Quelles sont les synthèses, les résultats et pourquoi le gouvernement et les médias ne communiquent pas dessus ?

2 Sujet de la Fiscalité, du Monétaire :

  • Un collectif qui aura pour objectif de créer un organe de contrôle citoyen des comptes publics.
  • Association nommée « Monnaie démocratique France » dont l’objectif est d’unir dans l’action et la réflexion celles et ceux qui ont à cœur de faire évoluer la monnaie de manière responsable, démocratique et institutionnelle en France.

Informations générales : L’association fait la promotion de la monnaie démocratique en France et la représente à l’international. La monnaie démocratique ouvre un nouveau paradigme où tous les individus, entreprises et collectivités sont invités à participer.

L’objectif de l’association est une évolution pragmatique, démocratique et  institutionnelle de la monnaie en France. Faire évoluer la monnaie, c’est faire évoluer l’ensemble de la société.

Concrètement l’idée est de faire en sorte que la monnaie ne soit pas une simple unité de valeur mais que ce soit l’être humain qui soit au cœur de sa valeur. Et plusieurs types d’actions peuvent favoriser cet état comme par exemple la création d’un revenu universel qui mettrait tout le monde sur un pied d’égalité.

Site internet : https://monnaie-democratique.fr/…

Pour travailler collectivement sur le sujet, voici le prochain événement organisé : https://monnaie-democratique.fr/…/uplo…/Hackathon-MD360.html

  • Une conférence/débat sera organisée afin de réunir des acteurs travaillant sur des projets visant à remettre l’humain au cœur de la société par une utilisation de la monnaie en adéquation avec ses conditions de vie, sa place dans la société, etc.. 

3 Sujet de la Communication :

Communiquer nous mêmes afin d’être certains que les bonnes informations circulent est primordial. Voilà pourquoi des Gilets on créé leurs propres médias :

* Vécu, le média du gilet jaune, page facebook  https://www.facebook.com/Vecu.giletjaune/

* Born to be Media Rider, page facebook : https://www.facebook.com/borntobemedia/

* Libres et égaux, le média indépendant gilets Jaunes
Page facebook ou site internet
https://www.facebook.com/Libres-egaux-le-m%C3%A9dia-ind%C3%A9pendant-gilets-Jaunes-1185383891642590/

* Média libre Gilets jaunes Bordeaux
Page facebook ou site internet 
https://www.facebook.com/pg/medialibreGJ33/about/?ref=page_internal

* Média Révolution Gilets jaunes
Page facebook ou site internet : 
https://www.facebook.com/Revolutiongiletjaune/?hc_location=ufi

* D’autres GJs ont créé des radios, des journaux, des chaînes Youtubes… 

4 Sujet du social : 

* Des projets visant à favoriser les circuits courts sont en train de voir le jour (type 🔸coopératives, 🔸épiceries solidaires et accessibles à ceux qui sont considérés comme pas assez dans le besoin pour obtenir des aides sur l’alimentaire, des 🔸jardins solidaires etc…).

* Des projets visant à proposer une alternative au mode économique des banques actuelles… à dimension éthique et éco-responsable.

Afin de laisser ces projets émerger en toute sécurité et avec sérénité, leurs noms seront communiqués dès que ce sera possible.

▪️ Des projets Solidaires (Alimentation)

* Nourrissez Les Gilets jaunes Officiel
– Objet de la création : « Bienvenue sur la page officielle ‘Nourrissez les Gilets Jaunes
Ensemble, mettons en place l’Autonomie alimentaire’. 
Ensemble, abolissons la faim !!! »
Contact: nourrissezlesgiletsjaunes@gmx.fr
Site internet: http://nourrissez-les-gj.forumactif.com
Lien de votre groupe/page facebook ou site internet : https://www.facebook.com/NourrissezLesGiletsJaunesOfficiel/

* LE CoeUR DES JAUNES
Objet de la création : Distribution de repas chaud, casse-croûtes, soupe, café. Divers vêtements, chaussures, couvertures. Produits d’hygiène.
Page facebook ou site internet : 
https://www.facebook.com/LECDJS/?hc_location=group

* Les Gilets jaunes maraudeurs d’île de France.
Objet de la création : Je crée ce groupe afin que les Gilets jaunes puissent venir en aide aux personnes en précarité et sans abris dans tout l’île de France. Ce groupe nous permettra de nous organiser lors des récoltes de dons, des relais et de l’organisation des maraudes.
Facebook: https://www.facebook.com/groups/2242474765990906/

▪️Des projets Solidaires (Logement)

*Gilets jaunes Logement
Objet de la création : Cette page a pour but de débattre et d’échanger autour des revendications des Gilets Jaunes sur le logement.
Lieu: N/A
Contact pour collaboration et/ou infos : via messenger 
Lien de votre groupe/page facebook ou site internet :
https://www.facebook.com/giletjaunelogement/

5 Sujet de la Justice

Collectif venant en aide aux blessés des manifestations et communicant au sujets des dérives policières + Actions auprès de l’ONU et CPI

➡️ Article 35 des droits de l’Homme

➡️ SOS ONU OFFICIEL Appel à Témoins Violences Policières GJ

➡️ Robes Noires et Gilets Jaunes – Officiel (Avocats GJ ayant assistés à plusieurs les GJ (comparutions immédiates, dépôts de plaintes..) 

6 Numérique

* Projet visant à mieux protéger les lanceurs d’alertes et à sécuriser les informations et faciliter la communication.
* Projet visant à communiquer via une autre plateforme que Facebook.

Afin de laisser ces projets émerger en toute sécurité et avec sérénité, leurs noms seront communiqués dès que ce sera possible.

7 Santé

* Projet visant à venir en aide aux blessés des manifestations d’un point de vue médical et psychologique.

Afin de laisser ce projet émerger en toute sécurité et avec sérénité, son nom sera communiqué dès que ce sera possible.

Pas mal d’autres projets existent et le fourmillement actuel participe à construire un avenir meilleur.

Dans ce village suspendu aux pentes du Vercors, l’histoire commence comme une fable. Un projet de supermarché menaçait le « bien vivre au pays ». Le maire était pour, les habitants contre. Des citoyens se sont présentés aux élections municipales. Leur liste a gagné et, depuis, la révolution participative est en marche.

Pour ceux qui ne peuvent pas soutenir le mouvement dans la rue mais le peuvent avec leur portefeuille, une « caisse de soutien aux Gilets jaunes » a été lancée.

Pour les Gjs de Carcassone, l’objectif est de : « Ne pas rester entre Gilets jaunes, mais convaincre les citoyens de s’investir ». Telle serait la teneur de « l’acte II, en phase de construction et de proposition », qui devrait prochainement être révélé, dans ses détails. Avec l’appui de « sociologues, historiens, chercheurs, qui trouvent formidable notre mouvement, en pointe dans l’Aude ».

Didier Bonneaud, maire de Saint-Etienne-des-Sorts (Gard), propose à tous les élus de France de signer une motion contre les violences policières commises pendant les manifestations des Gilets jaunes.

« Répression d’État », un nouveau documentaire sur le phénomène Gilets jaunes. Ce documentaire fait le lien entre la politique de maintien de l’ordre dans les manifestations qui secouent la France tous les samedis depuis novembre, et celle organisée dans les banlieues depuis cinquante ans. Entretien avec l’un des coréalisateurs de ce docu glaçant.

Pour les élections européennes, certains Gjs ont été manifester à Bruxelles. La police a procédé à plus de 300 arrestations administratives.

Acte XXVIII

Pour l’Acte XXVIII qui se tient la veille des élections du parlement européen, plus de 35.000 manifestants sont descendus manifester dans toute la France et en particulier Paris et Amiens. Le gouvernement n’en a compté que 12.500 et le syndicat France Police-Policiers en colère 55.000.

Les « têtes organisatrices » du mouvement parisien ont voulu tenter une autre stratégie pour ce dimanche. Ne pas déclarer les manifestations, les faire partir de différents points pour se regrouper ensuite à République. Ceci afin de déstabiliser la police et protester contre le fait que même quand les manifestations sont déclarées, tout est fait pour qu’elles soient malmenées par les policiers, comme on l’a bien vu pour le 1er mai.  Visiblement cette tactique n’a pas été la bonne.

À Paris, des bus entiers ont été utilisés par la police pour mettre le plus possible de Gjs en garde à vue, afin qu’ils ne puissent pas aller voter le dimanche. Le mot « rafle » apparait pour la première fois dans le vocabulaire des Gjs.

Les mêmes scènes que d’habitude. Gazage, matraquage, canon à eau, charge de CRS et arrestations à tout va. Les vitrines de quelques banques et assurances ont été brisées à Amiens.

Un test de popularité des Gjs qui vaut tous les sondages truqués des médias oligarchiques.

Les élections européennes

Elles ont été source de discorde dans le mouvement pendant la campagne et déception au moment des résultats. Le mouvement Gj, qui se voulait « apolitique » dans les sens politicien du terme c’est-à-dire ne supportant aucun parti, s’est découvert scindé entre les pros RN, ou au moins ceux étant prêt à donner leur vote à Le Pen juste pour « foutre une raclée à Macron », et ceux pour qui voter Le Pen est une limite infranchissable. Beaucoup ont d’ailleurs déclaré quitter le mouvement pour ne pas côtoyer des « fascistes ». Puis les résultats se sont avérés décevants pour eux qui voulait « foutre une raclée à Macron ». Certes, il arrive en 2eme position mais avec encore assez de voix pour prétendre conserver une légitimité démocratique. Il y a donc encore beaucoup de boulot pour les Gjs et nous verrons dans les semaines qui suivent si le découragement l’emporte ou si le mouvement est assez fort pour passer cette crise.

Quant aux deux listes dites « gilet jaune », elles n’ont récolté que 0,5% des bulletins aux élections européennes et c’était à prévoir car les Gjs eux-mêmes n’adhéraient guère à ces partis.

Violences policières

coke et putesUn motard Gilet jaune, jugé pour violences sur des policiers lors d’une manifestation en avril, a été relaxé mardi par le tribunal de Lyon, où il est plutôt apparu comme la victime d’une interpellation musclée.

Les policiers prennent de mauvaises habitudes. Des enseignants voulant manifester contre la loi Blanquer expliquent : « Nous avons déployé une banderole place Saint-Étienne devant la préfecture pour réaffirmer notre opposition aux lois Blanquer. Suite à ça, la police est venue, nous a arraché la banderole, nous a matraqués, puis bombardés de gaz lacrymogènes. Et au détour d’une rue, elle a embarqué neuf d’entre nous : des enseignants, dont deux syndicalistes de Sud Éducation, ainsi que deux jeunes d’une vingtaine d’années ».

Cette violence policière fait que les policiers n’ont plus la conscience tranquille. Lorsque certains ont déposé plainte contre X après la découverte d’une inscription, les quatre policiers – à l’exception du plus gradé d’entre eux – ont demandé que leur prénom et leur nom n’apparaissent à aucun moment dans la procédure. « Ce n’est pas agréable d’avoir son nom lancé à la vindicte publique » témoigne auprès du Monde l’un des quatre hommes menacés. « Avant, la figure du policier inspirait respect et crainte. Aujourd’hui, on peut vite se retrouver en difficulté, moralement et physiquement. »

Une réunion informelle [au sujet des violences policières] faisant suite à la lettre d’allégations adressée par l’ONU à la France en février s’est tenue à Paris le mercredi 22 mai entre deux rapporteurs de l’ONU et des représentants de la société civile. « La France s’honorerait à mieux répondre à nos questions. Ce qui est frappant, c’est que malgré les témoignages ou le travail de David Dufresne qui recense les yeux percés, les membres arrachés… eh bien il y a un déni de réalité : on nous répond que la France est un État de droit et que par conséquent il n’y a pas de violences policières », a déclaré M. Frost, un des rapporteurs de l’ONU.

Message intéressant du syndicat de policiers Collectif autonome des Policiers Île de France-CAP IDF à propos du mouvement Gj. « Nous, FdO, faisons face à des gens de tous bords, agriculteurs, ouvriers, employés, fonctionnaires, cadres moyens, entrepreneurs, des gens de tous penchants politiques qui veulent bosser mais qui n’en peuvent plus. Des gens en qui nous nous reconnaissons souvent, dans les villes comme à la campagne. Des gens qui ne sont pas écoutés par les pouvoirs publics, à l’instar des forces de l’ordre dont l’Administration et le Ministère ne daignent entendre le désespoir et ses cris d’alarme. On aurait quand même tendance à se comprendre, à bien des égards, tant les revendications se recoupent et convergent. Mais force est de constater que le pouvoir politique a réussi à nous diviser, à la limite de la haine, savamment entretenue par des #organisationssyndicales totalement déconnectées et prises de court. »

Une justice aux ordres

Deux élus communistes ont voulu mettre à l’épreuve la loi anti fake-news en saisissant le juge à propos du tweet de Castaner daté du 1er mai concernant la prétendue « attaque » de la Pitié-Salpêtrière, qui avait suscité une forte indignation du fait de son caractère totalement mensonger. Le juge des référés a débouté les plaignants. Dans le jugement rendu public ce matin dans Mediapart et La Voix du Nord, le juge déploie des trésors de finesse et de subtilité pour expliquer que Castaner n’a pas commis de faute.

Toufik-de-Planoise et Alex, respectivement correspondant local de presse à Factuel et reporter bénévole à Radio BIP/Média 25, ont été placés en garde-à-vue ce lundi matin au commissariat de police de Besançon dont ils sont sortis peu avant 18 heures. « Choquées, mais également déterminées à défendre la liberté de la presse, nos deux rédactions se sont rencontrées et ont décidé de signer un communiqué commun. »

Pour la présidente du syndicat de la magistrature, « la France est en train de devenir un État policier. Certaines mesures sont prises sans l’intervention d’un juge, et certaines restrictions sont prises à l’encontre de personnes en raisons de supposées pensées qu’elles auraient, ce qui me paraît dangereux ».

Un gouvernement à l’offensive

Seul contrepoids politique face à l’hégémonie de l’exécutif, le Sénat exige des explications sur le « fichage » des Gilets jaunes à l’hôpital.

De plus en plus autocrate et paranoïaque. Selon le journal La voix du Nord, la rencontre avec le Président de la République, qui a duré une heure et demi, a été « encadrée de façon inédite », les participants étant dans l’obligation de « co-écrire sur place une version unique des réponses présidentielles, puis à la soumettre à la relecture de l’Élysée avant toute publication du texte validé ». Une condition jugée inacceptable par La Voix du Nord. « En s’invitant dans la presse régionale à cinq jours du scrutin, alors que son engagement pour la liste Renaissance ne fait aucun doute, il nous a semblé qu’Emmanuel Macron rompait cet équilibre essentiel au débat démocratique », a précisé le média. Le journal Le Télégramme refusera aussi de publier cette interview/campagne électorale.

D’autres journaux suivent car une quinzaine de rédactions signent une lettre ouverte au président de la République afin de lui « transmettre nos inquiétudes quant à l’organisation de la communication présidentielle ». « Il n’appartient en aucun cas à l’Elysée de choisir ceux d’entre nous qui ont le droit ou non de couvrir un déplacement, quel qu’en soit le thème (défense, diplomatie, économie, éducation, social…). Ce n’est pas au président de la République, ou à ses services, de décider du fonctionnement interne des rédactions, du choix de leurs traitements et de leurs regards. »

Par contre, « une grande majorité de la presse quotidienne régionale s’est pliée, dans les règles de l’art, aux exigences d’une énième opération de communication orchestrée par Emmanuel Macron à quelques jours du scrutin des européennes : publier le même jour un entretien relu et validé par la présidence. Si seuls neuf journalistes ont été reçus à l’Élysée pour cet échange le 20 mai, les joies de la concentration ont fait le reste… Tant et si bien que le lendemain, le paysage des ‘unes’ était d’une harmonie à couper le souffle : des photos de Macron en pleine page aux encadrés annonçant l’interview, en passant par des titres louangeurs (généralement une citation du Président), la presse a fait la démonstration de son indépendance aux yeux de ses lecteurs. Quant au pluralisme, il est une nouvelle fois piétiné dans ses plus grandes largeurs. Que reste-t-il ? La différence entre information et communication ? Sans commentaire… »

a l offensive

Pendant environ un an entre 2015 et 2016, François Ruffin – élu député LFI en 2017 – a fait l’objet de surveillances commandées par le groupe LVMH, écrit Mediapart ce mardi 21 mai. À cette époque, le patron du journal satirique Fakir était alors en plein tournage de « Merci Patron ! », récompensé ensuite du César du meilleur documentaire. Ruffin va répondre dans une vidéo/tweet : « On apprend aujourd’hui que les deux Bernard, Arnault et Squarcini, s’appliquent à me surveiller, moi, Fakir et mes proches. Je tiens surtout à souligner une chose : la porosité entre la surveillance privée et la police nationale. Une police nationale devenue police des PDG ». Un groupe de journalistes va lui apporter son soutien dans une tribune de Libération.

Après que 2 journalistes aient été convoqués pour être interrogés par la DGSI sur leur enquête sur les armes françaises utilisées par l’Arabie Saoudite contre les yéménites, c’est au tour « d’une journaliste du Monde, Ariane Chemin, d’être convoquée, mercredi 29 mai, par les policiers de la section des atteintes au secret de la défense nationale de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Cette enquête vise ses articles sur les affaires d’Alexandre Benalla ». Puis au tour du président du directoire du journal Le Monde, Louis Dreyfus, également convoqué le 29 mai par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a annoncé jeudi l’intéressé à l’AFP. Cela porte à huit le nombre de journalistes interrogés par les services secrets en quelques semaines. Réponse de la porte-parole du gouvernement face à la critique d’attaque contre la liberté de la presse : « Il est normal qu’un État protège un certain nombre de données nécessaires à des activités de défense extérieure et militaires », a-t-elle affirmé, en soulignant que « les journalistes sont des justiciables comme les autres ». Benalla n’a rien à voir avec « des activités de défense extérieure et militaires » mais c’est le genre de détail qui ne la gêne pas. Enterrée donc la protection des sources des journalistes, comme aux États Unis. Toutes ces enquêtes sont dirigées par le même homme : le procureur Rémy Heitz, mis en place par Macron au début de son quinquennat. Même le syndicat de policiers Vigi se fend d’une lettre au procureur pour dénoncer un tel harcèlement de la part de la « cellule de surveillance des journalistes rebelles » ; « Les policiers français du renseignement, qui sont au service des citoyens, ne veulent pas devenir une police politique. Certains fonctionnaires du renseignement disent avoir honte de ces pratiques, que jamais ils n’auraient imaginé découvrir au pays des Droits de l’homme. »

Traînant des pieds pour la mise en œuvre du R.I.P. [Référendum d’initiative populaire] sur la privatisation d’AdP, « le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, soutient qu’il dépend du Conseil constitutionnel ‘dans la mise en œuvre’  du recueil des 4,7 millions de signatures pour le référendum d’initiative partagée sur Aéroports de Paris, l’institution affirme que la décision ‘doit être fixée par un décret du gouvernement’ ». Autant de temps perdu/gagné par un gouvernement qui refuse ce R.I.P.

Du coup, « Le gouvernement veut durcir le référendum d’initiative partagée que Macron avait promis de faciliter. Edouard Philippe veut empêcher qu’un projet de loi non encore promulgué puisse être attaqué ». L’exécutif envisage d’allonger à trois voire quatre années, contre une actuellement, la durée pendant laquelle une loi nouvelle ne pourrait pas être abrogée via un référendum d’initiative partagée (RIP).

Les bienfaits de la privatisation doublée de la dérégulation. « Le fournisseur de gaz Engie a anticipé la promulgation de la loi Pacte, et la fin des tarifs réglementés du gaz, pour commercialiser des contrats au prix du marché. Le tout sans avertir ses clients de cette nouveauté. La loi Pacte ne paraîtra pourtant pas avant un moment au Journal officiel. »

Le Saker Francophone

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF