Prise de position


Par James Howard Kunstler − Le 13 juillet 2020 − Source kunstler.com

Rien ne bouge et rien ne veut bouger, ni même penser à bouger, sous ce dôme de chaleur punitif. Pour l’instant, la nation endolorie est plongée dans un silence effroyable. Le mystérieux consensus de la foule des BLM a appuyé sur le bouton « pause » lors de crises de colère dans les rues, bien que de nombreux dommages aient été causés aux entreprises, aux vies personnelles, aux monuments non défendus et à l’intérêt public. Chaque jour est un nouveau pas effrayant vers le défaut de paiement massif, car les loyers, les hypothèques, les prêts automobiles, les primes d’assurance, les factures d’électricité, les dettes des entreprises et d’autres obligations courantes restent impayés. C’est comme un de ces intermèdes inquiétants sur un champ de bataille où les forces s’arrêtent pour rassembler leurs blessés et réévaluer leurs positions.

Peut-être êtes-vous, comme moi, sceptique face aux informations sur la recrudescence des cas de Covid-19 – ou, plus exactement, sur ce que cela signifie réellement. Les cas peuvent augmenter, mais les décès sont en baisse. Les mégaphones des médias tels que CNN et le New York Times vendent avec empressement un maximum d’hystérie pour provoquer un nouveau blocage des affaires, assurant une nouvelle destruction de l’ancienne économie de service et, plus important encore, pour dénigrer Trump. Je me demande si le virus est, en fait, près de s’éteindre et si la recrudescence des cas signifie qu’il n’y aura bientôt plus de nouvelles victimes. Combien de porteurs asymptomatiques existe-t-il ? Nous ne le savons pas, mais d’ici le mois d’août, nous aurons une idée.

Il est certainement dans l’intérêt de la Résistance du Woke et de ses inquisiteurs dans les médias du Woke de maintenir le volume sur l’hystérie de Covid-19. C’est crucial pour leur stratégie de forcer à un système de vote par correspondance qui inviterait facilement à la fraude électorale. C’est aussi une couverture pour garder leur candidat principal momifié, Joe Biden, pourrissant silencieusement dans son sous-sol comme le fantôme d’Hubert Humphrey, ainsi qu’une excuse pour éviter une véritable convention à Milwaukee, qui obligerait Biden à s’exprimer devant un énorme public en direct. Imaginez la mortification.

Tout comme je ne suis pas convaincu de la signification de la montée en puissance de la Covid-19, je n’achète pas les sondages qui montrent que Biden a dix points d’avance sur Trump. Je soupçonne que de nombreux électeurs n’ont pas été satisfaits du règne de terreur déclenché en juin par les maires et les gouverneurs Démocrates, et n’ont pas manqué de remarquer exactement comment tout cela s’est passé. Et il est bien connu maintenant, quatre ans après la dernière élection et son scrutin de si mauvais goût, que de nombreux électeurs ne révèlent pas leurs véritables intentions aux enquêteurs – par crainte de la diffamation qu’ils susciteraient.

J’ai reçu beaucoup de lettres et de commentaires ces derniers temps, condamnant mon incapacité à faire tout ce qui est en mon pouvoir contre Trump. Je vais donc exposer clairement ma position actuelle : Je n’ai pas voté pour lui la dernière fois, mais je voterais pour lui cette fois-ci afin de maintenir le Parti Démocrate hors du pouvoir. Il y a beaucoup de choses à ne pas aimer chez Trump, dans sa personnalité et ses manières. Mais il y a beaucoup plus à craindre de la perspective d’un contrôle du gouvernement par le parti Démocrate. Leur inimitié à l’égard de la liberté d’expression ne peut être mise en doute après une décennie de promotion de la culture de l’annulation. Leur appétit pour la coercition est en contradiction avec la Déclaration des droits. Leur mauvaise foi et leur malhonnêteté ont été mises en évidence par tous les mélodrames concoctés autour du RussiaGate et de ses ramifications. Leur programme économique est un mélange de tous les régimes de planification centrale défaillants du XXe siècle et il est totalement incompatible avec les nouveaux impératifs de réduction d’échelle et de relocalisation des véritables activités productives de la vie quotidienne dans ce pays.

Au-delà des difformités de la présentation personnelle de Trump, je suis plus favorable aux grandes lignes de sa politique. Je suis pour un contrôle strict des frontières de la nation et franchement pour une réduction de l’immigration. Il est clair que le mondialisme est en train de s’essouffler et la volonté de Trump de produire davantage de ce dont nous avons besoin ici en Amérique est en phase avec cette réalité. Trump a pris soin d’éviter de nouvelles mésaventures à l’étranger – bien que l’establishment militaire et ses copains dans les industries de guerre aient fait obstacle à la volonté du président d’abandonner les anciennes aventures encore poursuivies dans des endroits du Moyen-Orient et de l’Asie occidentale. Je soupçonne que Trump aurait pu accomplir davantage dans l’intérêt de la nation s’il n’avait pas été traqué, harcelé et saboté par les hostilités incessantes de mauvaise foi de ses opposants depuis le 8 novembre 2016.

Je ne suis pas sûr de la façon dont Trump a géré les difficultés financières du pays, et en particulier l’accumulation d’une nouvelle dette épique, mais il y a de nombreuses preuves que le Parti Démocrate ferait bien pire en dépensant de l’argent qui n’existe pas et en détruisant ce qui reste de la capacité de production du pays, ainsi que ce qui reste de la classe moyenne. Je crois que quiconque a réussi à rester sain d’esprit au cours des quatre dernières années ne peut manquer de voir que Joe Biden, cliniquement incompétent, est manifestement un cheval de bataille pour quelque chose de plus sinistre. Je pense que nous apprendrons ce que c’est avant longtemps.

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Note du Saker Francophone

L'auteur prend une position publique courageuse qui lui sera forcément reprochée sur la base de sa raison et malgré les réserves qu'il a contre Trump. Ceux qui nous suivent ont pu noter depuis 4 ans, le virage progressif de cet auteur face à l'évidence.

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Prise de position »

Les commentaires sont fermés.