L’inquiétude de Davos et la peur inavouée de l’échec – Les prémices d’un changement de cap pour les États-Unis en Ukraine


La crainte inexprimée des participants à Davos est celle d’une nouvelle débâcle, après celle de l’Afghanistan.


Par Alastair Crooke – Le 30 mai 2022 – Source Strategic Culture

Klaus Schwab, passionné par l’Ukraine, a essentiellement configuré le Forum économique mondial (FEM) pour mettre en valeur Zelensky et exploiter l’argument selon lequel la Russie devrait être mise à la porte du monde civilisé. La cible de Schwab était la crème de la crème des chefs d’entreprise du monde entier réunis à cette occasion. Zelensky a frappé fort : « Nous voulons plus de sanctions et plus d’armes » ; « Tout commerce avec l’agresseur devrait être arrêté » ; « Toutes les entreprises étrangères devraient quitter la Russie afin que vos marques ne soient pas associées à des crimes de guerre » , a-t-il déclaré. Les sanctions doivent être globales ; les valeurs sont essentielles.

L’inquiétude a parcouru le plateau de Davos : le FEM, c’est du globalisme à outrance, non ? Pourtant, cette ligne de Schwab suggère un découplage radical. Elle inverse précisément l’interconnexion. De plus, les généraux occidentaux en charge disent que ce conflit pourrait durer non pas des années, mais des décennies. Les argentiers se demandent ce que cela signifiera pour leurs marchés dans les régions du monde qui refusent d’agir contre la Russie.

Il est peu probable que cette sensation de désorientation soit l’intention de Schwab. Peut-être ce dernier était-il plus en phase avec l’intervention ultérieure de Soros qui a déclaré qu’une victoire rapide sur la Russie était nécessaire pour sauver la « société ouverte » et la civilisation elle-même ; et que c’était là le message du FEM 2022.

La « plus grande inquiétude » de Davos a toutefois émergé d’un endroit inattendu. Juste avant le début du FEM, le NY Times avait publié un article de l’équipe éditoriale exhortant Zelensky à négocier avec la Russie. Il affirmait qu’un tel engagement impliquait des sacrifices territoriaux douloureux. L’article a suscité des réactions indignées et furieuses en Europe et en Occident, peut-être parce que bien que formulé comme un conseil à Kiev, sa cible était de toute évidence Washington et Londres (les belligérants traditionnels).

Eric Cantor, ancien whip de la Chambre des représentants des États-Unis (un législateur bien au fait des sanctions contre l’Iran), également présent à Davos, s’est demandé si l’Occident serait capable de maintenir un front uni dans la poursuite d’objectifs aussi maximalistes que ceux exigés par Zelensky et son chef du renseignement militaire. « Nous n’obtiendrons peut-être pas le prochain vote » , a estimé Cantor (dans le sillage du vote de 40 milliards de dollars apparemment destinés à l’Ukraine).

Selon Cantor, exclure entièrement la Russie nécessiterait des sanctions secondaires contre d’autres pays. Cela placerait l’Occident dans un conflit frontal avec la Chine, l’Inde et les quelque 60 États qui ont refusé de soutenir une résolution de l’ONU dénonçant l’invasion de la Russie. Il a averti que les États-Unis risquaient de dépasser les limites de leurs possibilités.

Puis le redoutable Henry Kissinger a pris la parole, également à Davos. Il a recommandé à l’Occident de cesser d’essayer d’infliger une défaite écrasante aux forces russes en Ukraine, affirmant que cela aurait des conséquences désastreuses pour la stabilité à long terme de l’Europe. Il a ajouté qu’il serait fatal pour l’Occident de se laisser emporter par l’humeur du moment et d’oublier la place de la Russie dans l’équilibre des forces en Europe.

Dr Kissinger a déclaré qu’il ne fallait pas laisser la guerre s’éterniser et a quasiment appelé l’Occident à demander à l’Ukraine d’accepter des conditions très éloignées de ses objectifs de guerre actuels : « Les négociations doivent commencer dans les deux prochains mois, avant de créer des bouleversements et des tensions qui ne seront pas faciles à surmonter » .

Que se passe-t-il ici ? En un mot, nous voyons les premiers signes de fractures apparaître dans la position américaine sur l’Ukraine. Les fissures en Europe sont déjà très claires, tant sur les sanctions que sur les objectifs de la mission. Mais le commentaire de Cantor selon lequel « nous n’obtiendrons peut-être pas le prochain vote » doit être approfondi.

Dans un article précédent, j’ai fait valoir que la victoire du sénateur JD Vance dans les primaires de l’Ohio pour un siège au Sénat pourrait être révélatrice. Sa candidature a été soutenue par Trump, qui a ensuite lancé un appel à « mettre fin à la guerre » . Maintenant, le principal indicateur est le sénateur républicain Josh Hawley qui est ambitieux et connu pour ses aspirations au leadership.

Au début de la guerre en Ukraine, le sénateur Hawley avait appelé Zelensky, l’avait félicité et encouragé. Mais il a ensuite changé d’avis. Après avoir voté « non » lors du vote de procédure visant à faire avancer le programme d’aide, Hawley a critiqué les 40 milliards de dollars d’aide proposée à l’Ukraine, estimant que cette aide « n’était pas dans l’intérêt des États-Unis » .

Au début, comme certains s’en souviennent peut-être, il y a eu 6 votes de la Chambre contre le projet de loi puis 60. Et au Sénat, il y a d’abord eu zéro puis 11 votes. Le projet de loi a été adopté à la hâte car les responsables du vote craignaient que le vote ne s’effrite davantage.

Que se passe-t-il ? Eh bien, le courant républicain « populiste », qui n’a jamais été enthousiasmé par l’aide étrangère, a été choqué par les 40 milliards de dollars destinés à l’Ukraine, alors même que les États-Unis manquaient de lait maternel (et devaient eux-mêmes compter sur l’aide étrangère pour le lait maternel). Ce courant politique devient plus important et a plus d’impact en raison d’un changement structurel. Les candidats politiques, et maintenant même certains groupes de réflexion américains, se tournent vers le crowd-funding comme principale source de financement, s’éloignant ainsi des donateurs « établis ». Ainsi, le sentiment général « anti-implication étrangère » prend de l’ampleur.

Bien sûr, les 40 milliards de dollars ne vont pas tous à l’Ukraine. Pas du tout. Selon les détails du projet de loi, la majeure partie ira au Pentagone (pour des équipements déjà fournis par les États-Unis et leurs alliés). Et une grande partie ira au département d’État, pour financer toutes sortes d’acteurs non étatiques et d’ONG « utiles » – en d’autres termes, il s’agit d’un budget pour l’État profond avec un emballage ukrainien. Les six milliards alloués directement pour de nouvelles armes à l’Ukraine comprennent en fait à la fois la formation et les armes, de sorte qu’une grande partie de cette somme finira dans les poches d’États tels que le Royaume-Uni et l’Allemagne, qui donneront une formation « hors théâtre » aux Ukrainiens sur leur propre territoire ou sur celui des pays voisins.

Eric Cantor et d’autres Américains présents au FEM peuvent présenter leur inquiétude à propos des objectifs occidentaux « entre gens polis » comme une simple expression de leurs incertitudes concernant la grande stratégie américaine : les États-Unis essaieraient-ils de punir la Russie pour son agression, ou l’objectif serait-il une utilisation plus subtile de la politique qui donnerait au Kremlin une « voie de sortie des sanctions » , s’il changeait de cap ? Mais derrière ce récit se cache une peur plus sombre. La peur non exprimée de l’échec.

Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que les buts de guerre ultimes de l’Occident en Ukraine ont pu jusqu’à présent rester opaques et indéfinis, les détails étant balayés au gré de l’humeur du moment.

Paradoxalement, cette opacité a été préservée malgré l’échec public de la première déclaration d’objectifs de l’Occident qui prévoyait que la saisie des réserves étrangères offshore de la Russie, l’expulsion des banques russes de SWIFT, les sanctions à l’encontre de la Banque centrale et la vague de sanctions allaient, à elles seules, réduire le rouble en miettes, provoquer une ruée sur le système bancaire national, faire s’effondrer l’économie russe et provoquer une crise politique à laquelle Poutine ne pourrait pas survivre.

En bref, la « victoire » devait être rapide, voire immédiate. Nous le savons car les responsables américains et le ministre français des finances, Bruno Le Maire, s’en sont publiquement vantés.

Ces responsables occidentaux étaient tellement confiants dans un succès financier rapide qu’il ne semblait guère nécessaire d’investir dans une réflexion stratégique approfondie sur les objectifs ou le cours de la poussée militaire ukrainienne secondaire. Après tout, une Russie déjà économiquement effondrée, avec sa monnaie ruinée et son moral brisé, n’aurait probablement pas ou peu résisté à l’armée ukrainienne qui aurait traversé le Donbass et pénétré en Crimée.

Eh bien, les sanctions ont été un échec et la monnaie et les revenus pétroliers de la Russie sont florissants.

Et maintenant, les politiciens occidentaux sont avertis par les médias et par leur propre armée que la Russie est « proche d’une victoire majeure » dans le Donbass.

C’est la crainte inexprimée des participants à Davos : la crainte d’une nouvelle débâcle, après celle de l’Afghanistan. Une débâcle d’autant plus grave que la « guerre » contre la Russie se transforme en un effondrement économique en Europe, et que l’investissement de huit ans de l’OTAN dans la mise en place d’une armée mandataire efficace aux normes de l’OTAN tombe en poussière.

Voici ce que les commentaires décodés de Kissinger préconisent : « Ne tergiversez pas » ; obtenez un accord rapide (même défavorable), mais un accord qui peut être maquillé et présenté comme une « victoire » . Mais n’attendez pas car cela équivaudrait à laisser les événements entraîner les États-Unis dans une nouvelle débâcle incontestable et indéniable.

Pour l’instant, il s’agit encore d’un sujet de discussion confidentiel aux États-Unis, car le pouvoir d’un récit, investi de tant d’émotions et soutenu par une pression sans précédent de l’infoguerre par les pairs, a caché ces pensées de l’expression publique. Néanmoins, des fractures commencent à être visibles. Quelque chose s’agite, et l’Europe suivra inévitablement la voie tracée par l’Amérique. Mais pour l’instant, les faucons restent fermement aux commandes (aux États-Unis, à Londres, en Pologne, à la Commission européenne et à Kiev).

La grande question, cependant, est de savoir pourquoi Moscou accepterait une telle « porte de sortie » (si elle lui était proposée). Un compromis serait perçu par Moscou comme une simple chance donnée à Kiev de rassembler ses forces et de réessayer.

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF