L’étrange disparition de la coopération en Amérique


Le 21 juin 2013 – Source Peter Turchin

Résultat de recherche d'images pour "images main dans la main"
Le titre de cet article est une paraphrase d’un article de Robert Putnam de 1995, « L’étrange disparition du devoir civique en Amérique ». Robert Putnam est un politologue à Harvard qui, au cours des 20 dernières années, a documenté le déclin du « capital social » en Amérique.


Putnam a fait valoir, en particulier, qu’au cours des dernières décennies, la confiance dans le gouvernement, la participation civique, les liens entre les Américains ordinaires et la coopération sociale ont diminué.

Il s’agit là d’une évolution troublante, car dès ses débuts, la société américaine a été caractérisée, dans une mesure inhabituelle, par la densité des liens associatifs et l’abondance du capital social. Il y a près de 200 ans, cet observateur perspicace de la vie sociale, Alexis de Tocqueville, écrivait sur la capacité exceptionnelle des Américains à former des associations bénévoles et, plus généralement, à coopérer pour résoudre des problèmes qui exigent une action collective concertée. Cette capacité de coopération a apparemment duré jusqu’à la fin de la Seconde guerre mondiale, mais plusieurs indicateurs suggèrent qu’au cours des trois ou quatre dernières décennies, elle s’est effilochée.

Robert Putnam souligne des indicateurs tels que le taux de participation dans les organisations bénévoles (loges maçonniques, associations parents-enseignants, clubs sportifs et ligues de bowling…) :

associations
Si, entre 1900 et 1960, la tendance générale du taux moyen d’adhésion était à la hausse, cette tendance s’est inversée dans les années 1970. Depuis, la participation n’a cessé de diminuer. Un autre indicateur est le niveau de confiance généralisée, y compris la confiance dans des institutions comme l’État :

trust

La thèse de Putnam a été très controversée. Mais au cours des deux décennies qui se sont écoulées depuis qu’il l’a proposé pour la première fois, diverses mesures du capital social ont continué de décliner, ce qui a renforcé son argumentation. Dans certains cas, il y a eu d’importantes fluctuations à la hausse et à la baisse, comme dans le cas de la confiance envers le gouvernement (le graphique ci-dessus). Pourtant, notons que chaque creux est plus bas que le précédent, et que les sommets sont loin d’atteindre le niveau de confiance observé pour la dernière fois dans les années 1960.

Bien que Putnam se concentre principalement sur la vie associative des Américains ordinaires, les changements qu’il a documentés au sujet de l’effritement de la coopération sociale ont affecté la vie sociale américaine à tous les niveaux, y compris la gouvernance étatique et fédérale et les relations entre les classes économiques (p. ex., employeurs et employés).

Un facteur important, étroitement lié à la coopération sociale, est le degré d’inégalité économique. Tant les théories générales de l’évolution sociale que les études empiriques suggèrent que l’inégalité est corrosive pour la coopération. Comme Emmanuel Saez, Thomas Piketty et leurs collègues l’ont démontré à l’aide d’analyses sophistiquées des déclarations de revenus, l’inégalité des revenus a diminué pendant la majeure partie du XXe siècle, mais elle a pris un tournant dans les années 1970 et n’a cessé de croître depuis :

saez

En outre, comme je l’ai montré dans mes propres recherches, de tels cycles d’inégalité économique sont en fait des caractéristiques récurrentes dans l’histoire des sociétés complexes. Plus de détails sont disponibles dans mon article Aeon et dans « La double hélice de l’inégalité et du bien-être ».

Dans ces articles, je soutiens qu’en cas de bien-être généralisé (et de niveaux élevés de coopération sociale), la situation tend à aller dans le sens contraire de l’inégalité. Pendant les phases de désintégration, l’inégalité est élevée alors que le bien-être et la coopération sont faibles. Pendant les phases d’intégration, les inégalités sont faibles, tandis que le bien-être et la coopération sont élevés. Cette association antagoniste produit un modèle caractéristique de « double hélice » dans les données sur le bien-être et l’inégalité :
infograph
Le modèle cyclique de coopération par opposition à la discorde se reflète dans l’« indice de polarisation » élaboré par les politicologues Keith Poole et Howard Rosenthal :

polarization

Ce graphique montre qu’il y a eu deux périodes de polarisation exceptionnellement faible et de forte coopération entre les élites : les années 1820 (aussi connues sous le nom d’« ère des bons sentiments ») et les années 1950. En revanche, l’âge d’or (1870-1900) et les trois dernières décennies depuis 1980 (que de nombreux commentateurs ont surnommé « le deuxième âge d’or ») ont été des périodes d’inégalité économique croissante et de déclin de la coopération entre les élites politiques.

Vous pensez peut-être que la polarisation politique n’est pas si grave. Qu’y a-t-il de mal à ce que les différents partis politiques aient des opinions fermes sur la façon dont ce pays devrait être gouverné ? Le problème, c’est que le choc des idées mène inévitablement au choc des personnalités. Au fur et à mesure que les positions politiques sont séparées par un profond fossé idéologique, la capacité de compromis disparaît et les dirigeants politiques deviennent de plus en plus intransigeants. Le résultat final est une impasse politique, qui est devenue très claire au cours des dernières années, mais qui s’est développée au cours des dernières décennies. Jetez un coup d’œil à ce graphique qui montre la proportion de projets de loi qui ont fait l’objet d’obstruction au Sénat ou qui ont été menacés d’obstruction :

filibusters
Source : Sinclair, Barbara. 2006. Les guerres de partis : polarisation et politique de l’élaboration des politiques nationales. Norman : University of Oklahoma Press.

 

Le changement est de 7 à 70 % ! Ou les taux de confirmation des nominations judiciaires :

judicial

 

Sont-ils passés de près de 100 % dans les années 1960 à environ 40 % aujourd’hui parce que les juges sont aujourd’hui plus corrompus et incompétents ? Ou est-ce le reflet d’une impasse politique croissante – l’échec de la coopération entre les élites au pouvoir ?

Pour quiconque lit régulièrement les nouvelles politiques, il ne fait aucun doute que la coopération entre les élites politiques américaines s’est effilochée. C’est ce qui ressort clairement des indicateurs quantitatifs que j’ai tracés plus haut, et c’est aussi ce qui ressort de ce que nos dirigeants politiques disent les uns des autres.

Outre l’effondrement de la coopération entre les élites politiques et les divisions croissantes entre les élites et la population en général, nous voyons aussi les relations entre employeurs et employés devenir moins coopératives et plus antagonistes. J’ai abordé cette question dans mon blog A Proxy for Non-Market Forces (Why Real Wages Stopped Growing III).

Nous assistons alors à une « étrange disparition » de la coopération à tous les niveaux de la société américaine : des ligues de bowling de quartier aux instituts économiques et politiques au niveau national. Le pire, c’est qu’elle disparaît de notre lexique :

cooperation_ngram

Dans notre recherche d’explications (qui est la première étape nécessaire avant de proposer des remèdes), nous devons rechercher les facteurs fondamentaux qui affectent la coopération sociale. Oui, les Américains regardent plus la télé, mais est-ce vraiment pour cela qu’ils jouent moins ensemble ? Oui, les médias réduisent tout à des extraits sonores de cinq secondes, mais est-ce pour cette raison que nous sommes dans l’impasse politique ? Dans la plupart des sociétés complexes, la coopération sociale connaît des hauts et des bas après un long cycle. Il s’agit d’un modèle générique non seulement dans notre propre société, mais aussi dans les empires anciens et médiévaux. Lorsqu’il y a des tendances empiriques récurrentes, il doit y avoir des explications générales. Cela signifie que les choses ne sont pas désespérées – nous pouvons comprendre pourquoi la coopération diminue et comment résoudre ce problème.

Note du Saker Francophone

La suite du texte est une partie 2 intégrée ici où il parle d'abord d'une présentation de son travail faite lors de cette conférence Sci Foo.

Outre les sessions sur l’exploration spatiale, l’autre temps fort de Sci Foo pour moi a été, naturellement, la discussion sur la dynamique de la coopération en Amérique (j’en dirai plus sur la recherche d’intelligence extraterrestre et y reviendrai dans le prochain article).

La séance a attiré un grand nombre de personnes ayant des antécédents très différents. La plupart (ou la « pluralité ») étaient des spécialistes des sciences sociales de divers types, y compris des politicologues et un économiste. Il y avait quelques « techno-geeks », c’est-à-dire la Silicon Valley (au moins un était un employé de Google). Et il y avait d’autres personnes comme des journalistes, des gens des médias et un artiste ou deux.

Un tel mélange a donné lieu à une discussion intéressante. J’ai commencé la discussion en montrant une série de diapositives qui étayent mon affirmation selon laquelle le niveau de coopération en Amérique a effectivement diminué au cours des trois ou quatre dernières décennies. (voir ci dessus)

Dès que j’ai montré la première diapositive (sur le taux moyen d’adhésion aux organisations bénévoles), les spécialistes des sciences sociales autour de la table ont commencé à se demander si la coopération était vraiment en baisse ou si elle pouvait s’expliquer par… et ont ensuite donné une raison précise pour laquelle cette tendance était en baisse.

J’ai répondu à cela que, bien sûr, vous pouvez expliquer cette tendance particulière avec cette explication particulière, mais attendez que je vous montre plus de données. Et je suis allé montrer le reste de mes diapositives. D’autres fois, les gens invoquaient des explications spéciales pour expliquer l’une ou l’autre tendance à la baisse.

Une fois que j’ai montré toutes les diapositives, j’ai fait valoir que vous pouvez expliquer n’importe laquelle d’entre elles, mais ce serait une sorte de « plaidoirie spéciale ». De nombreux indicateurs des différents aspects de la coopération ont tous connu un renversement de tendance dans les années 1970. On peut soit essayer de les expliquer séparément, en apportant une explication ad hoc (différente pour chaque tendance), soit admettre qu’il se passe quelque chose de fondamental. Je pense que cet argument a fait impression, car la discussion s’est ensuite penchée sur les causes possibles du déclin de la coopération et sur ce que l’on peut faire pour y remédier.

Il y avait beaucoup de points intéressants. À un moment donné, nous nous demandions si ce ne serait pas une bonne idée de déléguer un grand nombre de fonctions du niveau fédéral au niveau plus local (États et communautés). J’ai trouvé que c’était une excellente suggestion parce que c’est ce que suggère la théorie de la sélection culturelle à plusieurs niveaux. Nous devrions permettre (en fait, promouvoir) une diversité d’approches par différentes communautés, les laisser essayer de faire en sorte que cela fonctionne, et ensuite d’autres communautés (ou États) peuvent imiter les solutions qui fonctionnent le mieux. C’est l’une des façons dont la sélection des groupes culturels peut fonctionner sans « ethnocide » (c’est-à-dire que seules les pratiques réussies sont empruntées, au lieu de remplacer entièrement une culture).

L’idée n’est évidemment pas nouvelle. C’est quelque chose que le juge Louis Brandeis de la Cour suprême appelait les « laboratoires de la démocratie ». Malheureusement, cette idée n’a jamais été mise en œuvre systématiquement et nous vivons maintenant dans un état trop centralisé (inutilement), dans lequel la liberté des différents États à expérimenter est sévèrement limitée par le centre.

states
Source

Une autre discussion intéressante a porté sur la question de savoir si la technologie permettra de nouvelles formes de coopération (eh bien, cela aurait dû être prévu puisque nous étions hébergés par Google). En fait, c’est peut-être déjà en train de se produire. Les gens ont cité deux excellents exemples : Wikipédia et Linux. Je connais mieux Wikipédia, et je dois dire que c’est un véritable exemple de coopération à très grande échelle. Il s’agit d’un grand nombre de donateurs qui donnent généreusement de leur temps, de leur énergie, de leur expertise ou même de leur argent (vous pouvez faire un don). Et le résultat est assez spectaculaire. Wikipedia est de loin l’endroit web le plus utile pour rechercher des faits et des données (oui, vous devez vérifier, mais la plupart du temps, c’est assez juste ; les études montrent que Wikipedia propose plus de faits exacts que les encyclopédies traditionnelles).
Wikipedia

L’avenir montrera si les nouvelles technologies permettront à de larges groupes de personnes de mieux coopérer. Notez que la plupart des activités facilitées par les médias sociaux ne sont pas de la coopération au sens fort du terme, car aucun bien public n’est produit grâce au temps, à l’argent ou à l’énergie des individus (contrairement à Wikipedia, Facebook et Twitter sont des entreprises à but lucratif).

J’aimerais terminer cet article sur une note optimiste, mais il y a un domaine où la morosité règne. On peut se demander si les Américains coopèrent moins ou moins de manière traditionnelle, et s’ils coopèrent plutôt dans de nouveaux domaines ouverts par l’Internet et la technologie informatique. Mais au niveau national, les nouvelles sont uniformément sombres. Nos élites politiques sont de plus en plus polarisées et pas seulement entre les deux partis. Les républicains sont maintenant divisés en deux partis : le GOP traditionnel et le Tea Party. Le gouvernement fédéral et de nombreux États sont de plus en plus dysfonctionnels, l’impasse politique s’aggrave et je ne vois aucun espoir que de nouvelles technologies puissent nous sauver.

Peter Turchin

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF