Les turbulences boursières sapent les avantages de la domination énergétique revendiquée par les forages de schistes aux États-Unis


Par Sharon Kelly – Le 9 mars 2020 – Source DeSmog

Donald Trump
Le candidat de l’époque, Donald Trump, s’est exprimé lors d’une conférence sur l’industrie du schiste à Pittsburgh en 2016. Crédit : Laura Evangelisto © 2016

Le prix du pétrole s’est effondré aujourd’hui en raison de la baisse de la demande énergétique et de la réaction mondiale à l’épidémie du nouveau coronavirus, puisque le nombre de cas confirmés de COVID-19 dans le monde a atteint plus de 113 000. Vendredi, les discussions se sont interrompues au sein de l’alliance dite OPEP+, qui comprend l‘Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ainsi que des pays non membres de l’OPEP comme la Russie.


Cette rupture a déclenché une guerre mondiale des prix du pétrole qui a laissé Wall Street sous le choc lundi, menaçant l’industrie américaine du pétrole et du gaz de schiste, déjà en difficulté, et remettant en question la résistance de la théorie de la « domination énergétique » de l’administration Trump qui soutient que la production nationale de pétrole de schiste profite à la sécurité nationale et isole les États-Unis contre les actions des autres pays. Au lieu de cela, le fait de s’appuyer sur une industrie du schiste chancelante a peut-être rendu l’économie américaine plus vulnérable en temps de crise.

Le prix du baril de pétrole a plongé au cours du week-end et a continué sa chute brutale lundi. Le groupe Goldman Sachs a averti que le prix du pétrole pourrait chuter jusqu’à 20 dollars le baril. En attendant, le prix minimum qu’il faudrait pour qu’un nouveau puits de schiste dans le bassin Permien du Texas rentre dans ses frais est de 48 dollars le baril, selon les projections de Goldman. En revanche, les coûts de production de l’Arabie Saoudite seraient de 2,80 dollars le baril. [Mais l’Arabie Saoudite doit acheter sa paix sociale, NdT]

« Avec la combinaison d’un excédent massif de l’offre et d’un choc important de la demande en même temps, la situation à laquelle nous assistons aujourd’hui semble n’avoir aucun équivalent dans l’histoire du marché pétrolier », a écrit Fatih Birol, directeur de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), dans un fil de discussion sur Twitter lundi matin.

Avec la combinaison d’un excédent massif de l’offre et d’un choc important de la demande en même temps, la situation à laquelle nous assistons aujourd’hui semble n’avoir aucun équivalent dans l’histoire du marché pétrolier. #THREAD

– Fatih Birol (@IEABirol) 9 mars 2020

De nombreux analystes de l’énergie ont critiqué le refus de la Russie de réduire sa production de pétrole, interprétant cette décision comme une tentative de porter un coup mortel à l’industrie américaine du schiste, qui a accumulé des niveaux d’endettement extraordinaires au cours de la dernière décennie.

Les ventes à Wall Street ont été si importantes lundi matin que la Bourse de New York a déclenché ses règles dites de « coupe-circuit », qui ont mis en pause la négociation pendant 15 minutes après la chute de 7 % du S&P 500, quatre minutes seulement après l’ouverture des marchés.

Harold Hamm, président exécutif de la société de fracturation Continental Resources, et Jeffrey Hildebrand, co-fondateur de Hilcorp Energy Co., sont tous deux sortis de l’indice Bloomberg des 500 premiers milliardaires mondiaux. Hamm aurait perdu 2 milliards de dollars lundi.

Un autre leader de l’industrie du schiste, Scott Sheffield, de Pioneer, a prédit des licenciements majeurs dans les champs de pétrole de schiste, déclarant au Washington Post, « il y aura de nombreuses faillites dans nos industries et des dizaines de milliers de licenciements au cours des 12 prochains mois ».

D’autres ont averti que la combinaison d’un effondrement du prix du pétrole et l’arrivée de la COVID-19 pourrait pousser l’ensemble de l’économie américaine dans la récession.

« Alors que la baisse des prix du pétrole aidera à compenser une partie de l’impact créé par la COVID-19, les États-Unis sont maintenant un exportateur net de pétrole en volume et l’un des plus grands producteurs mondiaux », a rapporté aujourd’hui Business Insider. « Cela signifie que des milliers de travailleurs supplémentaires dépendent de l’industrie, que ce soit directement ou indirectement, de sorte que les effets négatifs d’une baisse du prix du pétrole sont presque égaux à l’augmentation du prix de l’essence à la pompe ».

La domination énergétique en plein chaos

L’administration Trump a axé son approche de l’énergie sur la promotion du forage et de la fracturation hydraulique du pétrole et du gaz au niveau national, en partie parce qu’elle prétend qu’une production pétrolière plus importante au niveau national isolerait l’économie américaine.

« Nous pensons que les États-Unis ne devraient plus jamais être à la merci d’un fournisseur d’énergie étranger », a déclaré le président Donald Trump lors de la conférence Shale Insight à Pittsburgh en octobre dernier. « Nous nous engageons non seulement à assurer l’indépendance énergétique, mais aussi à assurer la domination américaine dans le domaine de l’énergie. Et le chemin vers cet avenir commence ici même, dans le pays du schiste, avec vous tous ».

C’est un thème que M. Trump n’a cessé de marteler pendant toute la durée de son mandat : l’idée qu’en encourageant la production de combustibles fossiles et en particulier l’énergie provenant des schistes ou roches mères issues de la fracturation hydraulique, l’Amérique peut être protégée contre l’influence des marchés mondiaux de l’énergie et les actions d’autres pays. « Grâce aux progrès considérables que nous avons réalisés au cours des trois dernières années, l’Amérique est désormais indépendante sur le plan énergétique », a déclaré M. Trump lors de son discours sur l’état de l’Union le mois dernier, « et les emplois dans le secteur de l’énergie, comme tant d’autres éléments de notre pays, ont atteint un niveau record ».

« Une Amérique dominante sur le plan énergétique est synonyme d’autonomie », a déclaré  le ministre de l’énergie de l’époque, Rick Perry, aux journalistes en 2017. « Cela signifie une nation sûre, libre de la tourmente géopolitique des autres nations qui cherchent à utiliser l’énergie comme une arme économique. »

Mais comme la base financière de l’industrie du forage du schiste a toujours été fragile, d’autres nations pourraient, à juste titre, percevoir les foreurs de schiste comme vulnérables aux brusques fluctuations des prix.

En encourageant l’expansion de l’industrie du forage utilisant la fracturation hydraulique, qui est en grande partie composée d’entreprises qui n’ont pas encore montré qu’elles pouvaient tirer des bénéfices de la vente de pétrole et de gaz de schiste, l’administration Trump a peut-être laissé l’économie du pays beaucoup plus exposée aux actions des nations à l’étranger, comme le montre la déroute actuelle du marché pétrolier.

« À un moment où les acteurs américains du secteur de la fracturation hydraulique sont confrontés à une production récurrente de cash-flow négatif, à un fort effet de levier accumulé, à un accès au capital plus restreint, à une productivité au ralenti et à des taux de déclin accélérés qui obligent les entreprises du secteur à réduire leurs plans d’expansion, une guerre des prix pourrait donc pousser à bout ces producteurs déjà menacés de faillite », a déclaré la banque japonaise MUFG dans une note.

Cette motivation a certainement été le récit qui a prévalu parmi les analystes pétroliers au cours du week-end. « Le Kremlin a décidé de sacrifier l’OPEP+ pour arrêter les producteurs américains dans le schiste et punir les États-Unis pour avoir mis le bazar dans Nord Stream 2 », a déclaré l’économiste russe Alexander Dynkin, président de l’Institut de l’économie mondiale et des relations internationales, au Los Angeles Times.

Les dettes liées à ces producteurs ont laissé les prêteurs beaucoup plus exposés à une crise sur les marchés pétroliers qu’ils ne l’auraient été si les sociétés de forage étaient restées dans les limites de leurs budgets. « Les banques ont amorti jusqu’à 1 milliard de dollars en 2019 en prêts envers les entreprises spécialisées basés sur les réserves, plus que ce qu’elles ont fait en 30 ans, selon Mike Lister, un banquier de l’énergie chez JPMorgan Chase & Co », a rapporté World Oil la semaine dernière. On s’attend à ce que 40 milliards de dollars supplémentaires de dettes liées à ces entreprises viennent à échéance en 2020, suivis de plus de 160 milliards de dollars de dettes au cours des trois années suivantes.

Un ami vient de me dire qu’il y a 600 milliards de dollars de dettes notées BBB dans le secteur de l’énergie. Et 2 000 milliards de dollars en BBB moins. La dette énergétique pourrait-elle être le catalyseur d’une crise après tout ?

– Bethany McLean (@bethanymac12) 9 mars 2020

L’incertitude quant à la possibilité que les malheurs économiques de l’industrie du schiste contaminent plus largement l’économie environnante est apparue dans les milieux d’investissement aujourd’hui.

En d’autres termes, non seulement la baisse des prix du pétrole peut nuire à l’industrie du forage dans le schiste, mais elle peut aussi jeter une ombre plus grande sur l’économie américaine dans son ensemble que ce qui aurait été possible si le forage national ne reposait pas sur de vastes dettes.

Et cela signifie que les grands producteurs de pétrole à bas prix comme la Russie et l’Arabie Saoudite ont beaucoup plus d’influence sur l’économie américaine et l’administration Trump que si, par exemple, les États-Unis avaient apporté un soutien important à l’investissement dans les énergies renouvelables nationales.

« Cela ne fera que donner un coup de poing à un patient qui était déjà très malade », a déclaré Bob McNally, président du Rapidan Energy Group, à Bloomberg ce matin. « Cela menace de réduire l’indépendance énergétique. »

Malgré la déroute des prix d’aujourd’hui, les perspectives pour de nombreuses entreprises de forage de schiste restent incertaines, car l’industrie américaine du schiste a continué à pomper des volumes plus importants de combustibles fossiles au cours de la dernière décennie.

« Nous avons vu que certains acteurs ont eu pour devise de tuer l’industrie du schiste en Amérique du Nord », a ajouté M. Birol de l’AIE lors d’un webinaire lundi matin, selon S&P Global Platts. « Nous verrons si le schiste sera tué ou non … ce que je ne pense pas », a-t-il ajouté.

En fait, c’est l’endettement même de l’industrie du schiste qui pourrait rendre plus difficile pour les foreurs assiégés de réduire la production dans un environnement à bas prix. La nécessité de rembourser les dettes est l’un des facteurs cités par les analystes pour expliquer pourquoi les volumes de schiste ont continué à augmenter alors même que les bénéfices n’ont souvent pas pu se matérialiser.

Il existe également un risque accru que les foreurs sous pression financière réduisent les coûts de mise en conformité environnementale et les mesures de sécurité des travailleurs – des mesures qui non seulement mettent les travailleurs et le public en plus grand danger, mais qui exposent également les entreprises à une plus grande responsabilité sur le long terme.

Un camion antique rouille dans le champ de pétrole du comté de Reeves, au Texas. Crédit : Justin Hamel © 2020

Se protéger contre la volatilité en s’éloignant des combustibles fossiles

Ce mélange de pressions et d’incertitudes augmente également les risques d’une volatilité encore plus grande sur le marché de l’énergie au sens large à l’avenir. Les prix du gaz naturel ont été « fouettés » aujourd’hui, vu l’incertitude quant aux effets que la guerre des prix du pétrole pourrait avoir sur les marchés du gaz naturel. Les actions boursières dans l’énergie renouvelable ont également souffert – même si le marché mondial du pétrole a offert une leçon de choses sur l’une des différences importantes entre l’industrie des énergies renouvelables et celle du schiste aux États-Unis au cours de la dernière décennie, à savoir la volatilité des prix.

Alors que le schiste a connu des fluctuations et une volatilité des prix, le coût des projets d’énergie renouvelable a constamment évolué dans un sens – plus bas – ce qui rend l’éolien et le solaire beaucoup plus compétitifs sur les marchés de l’énergie par rapport aux combustibles fossiles.

« La croissance des énergies renouvelables joue également un rôle direct dans l’atténuation et la diminution de l’impact négatif des prix mondiaux incertains des combustibles fossiles et des risques de change », concluait un rapport de la Commission européenne l’année dernière.

Aujourd’hui, les marchés pétroliers ne sont pas seulement confrontés à une situation presque sans précédent en raison d’un marché sur-approvisionné et d’un effondrement des prix. Ils sont également confrontés – pour la première fois – à une réelle concurrence des sources d’énergie non fossiles.

Et dans ce contexte, les appels à se défaire des actions des compagnies travaillant autour des combustibles fossiles ont trouvé un public de plus en plus nombreux parmi ceux qui ont de l’argent en jeu.

« Nous avons soulevé la question des gens qui veulent acheter des véhicules électriques », a déclaré aujourd’hui à WBUR Rakhi Kumar, comptable chez State Street Global Advisors, qui gère 3 000 milliards de dollars de fonds, et l’une des compagnies pétrolières m’a dit  « Oh, vous savez, ce n’est que 20 à 30 % de notre demande, celle provenant des voitures ». Je l’ai regardés et j’ai répondu : « Si un autre secteur m’avait dit que 20 à 30 % de la demande était en danger, ce serait inquiétant ».

Sharon Kelly

Note du Saker Francophone

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Les turbulences boursières sapent les avantages de la domination énergétique revendiquée par les forages de schistes aux États-Unis »

Les commentaires sont fermés.