Les États-Unis lancent une Nouvelle initiative pour l’Afghanistan qui a peu de chances de se concrétiser


Par Moon of Alabama – Le 8 mars 2021

Les États-Unis ont conclu un accord avec les Talibans qui les engage à retirer toutes leurs troupes d’Afghanistan d’ici le 1er mai. Si les États-Unis restent plus longtemps, les talibans recommenceront à attaquer les troupes et les bases américaines en Afghanistan et le conflit se poursuivra, comme cela a été le cas au cours des 20 dernières années.

L’accord prévoit également des pourparlers de paix entre le gouvernement afghan et les talibans. Mais le président Ashraf Ghani a traîné les pieds en ce qui concerne les pourparlers de paix. Il pense que les États-Unis resteront en Afghanistan, qu’il n’a pas à faire de concessions et qu’il peut continuer à rester au pouvoir. Pendant ce temps, l’armée afghane perd la guerre. Les talibans dirigent déjà la plus grande partie du pays. Ils sont prêts à prendre les villes qui sont encore sous le contrôle du gouvernement, dès que les États-Unis se retireront.

Le régime Biden ne veut pas se retirer pour voir les talibans immédiatement gagner la guerre. Il a besoin d’une période de “paix en Afghanistan” pour justifier son retrait. Il veut également maintenir une force antiterroriste de la CIA dans le pays, ce que les talibans ne permettront probablement pas.

L’administration Biden a lancé ce week-end une nouvelle tentative pour créer un accord de partage du pouvoir en Afghanistan. Les Talibans participeraient au gouvernement actuel du président Ghani. Le secrétaire d’État Anthony Blinken fait pression sur le gouvernement afghan pour qu’il accepte cette proposition :

Dans une lettre adressée au président afghan Ashraf Ghani, demandant son "leadership urgent", M. Blinken a signalé que l'administration Biden avait perdu confiance à cause de l'échec des négociations entre le gouvernement de M. Ghani et les talibans. Cette lettre inhabituellement brutale, dans laquelle M. Blinken demande à M. Ghani de "comprendre l'urgence de mon ton", reflète la frustration des Américains face à la position souvent intransigeante du président afghan, ce qui bloque les négociations de paix.

La lettre (également ici) a été remise par l’envoyé américain Zalmay Khalizad au président Ghani, à son rival Abdullah Abdullah et aux Talibans.

Dans cette lettre, Blinken annonce qu’il demandera aux Nations unies de réunir les ministres des affaires étrangères de la Russie, de la Chine, du Pakistan, de l’Iran, de l’Inde et des États-Unis pour discuter d’une approche unifiée pour soutenir la paix en Afghanistan. Le Pakistan, qui soutient les talibans, est susceptible de rejeter toute inclusion de son ennemi juré, l’Inde, dans un tel processus.

Khalizad a également présenté un projet d’accord de paix afghan (pdf) qui est essentiellement une nouvelle constitution pour l’Afghanistan mais avec tous les éléments qui ont fait que le système actuel a échoué. (Rédiger des constitutions pour des pays qui ont des désaccords internes fondamentaux est une habitude britannique et américaine qui fonctionne rarement). La proposition prévoit un gouvernement intérimaire avec quelques sièges au Parlement pour les talibans.

Elle prévoit de nouvelles élections que les talibans rejettent généralement. La proposition prévoit la création d’un nouveau Haut Conseil de la jurisprudence islamique chargé de conseiller le pouvoir judiciaire indépendant. C’est probablement le seul élément positif et le seul avec lequel les Talibans pourraient être d’accord.

Alors que Blinken a prétendu avoir coordonné tout cela avec les alliés des américains, l’envoyé spécial de l’UE en Afghanistan a exprimé sa consternation :

Roland Kobia @RolandKobia - 12:17 UTC - 7 Mars 2021

#L'Afghanistan a une constitution, a organisé des élections, a tenu des Loya Jirgas, a fait une déclaration commune avec les Etats-Unis, est engagé dans le processus de Doha. L'IRA a le soutien de la grande majorité de la communauté internationale + le monde au travers du Conseil de sécurité des Nations unies et de Genève s'est engagé à protéger les acquis et la République.

En troisième lieu, Blinken demandera au gouvernement turc d’accueillir une réunion entre le gouvernement afghan et les talibans pour finaliser un accord de paix. (La Turquie, a déclaré un commentateur sarcastique, car elle a une grande expérience de l’élimination des fondamentalistes islamiques).

Il y a quelques autres points dans la lettre que les talibans rejetteront :

Les propositions demandent également aux talibans de retirer "leurs structures militaires et leurs officiers des pays voisins". Le Pakistan a offert un sanctuaire aux commandants et aux combattants talibans qui font des allers-retours en Afghanistan et a permis aux militants de maintenir un conseil politique dans le pays.

Il est peu probable que le Pakistan et les talibans acceptent une telle proposition.

Le président Ghani est furieux de la lettre de Blinken. D’autres groupes d’intérêt du gouvernement afghan la rejettent également. Ils pensent qu’il s’agit d’un bluff. Tant que les Etats-Unis n’arrêtent pas de donner de l’argent à Kaboul et ne retirent pas leurs troupes, Ghani et les autres n’ont pas besoin de bouger.

Les talibans rejetteront également les propositions. Ils veulent que les États-Unis partent et ils sont sûrs qu’après cela, ils pourront gagner la guerre civile et réinstaller leur émirat islamique. Leurs partisans au Pakistan et en Arabie Saoudite sont également convaincus qu’il n’est pas nécessaire de changer de cap.

La nouvelle proposition américaine est une impasse. Il est quelque peu étonnant que le Département d’État n’ait pas pu proposer une meilleure initiative. Et puis, il y a presque vingt ans que ce conflit a éclaté et qu’il continue à confondre les ressortissants afghans et leur monnaie :

Département d'État - @StateDept - 9:00 UTC - 8 mars 2021

Le département d'État est fier de rendre hommage à sept courageuses femmes "Afghani" qui ont été assassinées parce qu’elles étaient des "femmes de courage" dans leurs efforts pour aider les autres et qu’elles ont utilisé leur voix pour donner du pouvoir à leur entourage. Leurs efforts ne seront pas oubliés.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

1 réflexion sur « Les États-Unis lancent une Nouvelle initiative pour l’Afghanistan qui a peu de chances de se concrétiser »

  1. Ping : Les États-Unis lancent une Nouvelle initiative pour l’Afghanistan qui a peu de chances de se concrétiser – Saint Avold / The Sentinel

Les commentaires sont fermés.