Le martyre de saint-Julian


Par Dmitry Orlov – Le 23 avril 2019 – Source Club Orlov

OrlovLa nouvelle de l’arrestation et de l’emprisonnement de Julian Assange vous est probablement parvenue, mais, au cas où, voici un résumé. Julian Assange est un journaliste australien ; en tant que tel, il est un géant imposant parmi un petit groupe de nains. Googlez « grands journalistes australiens » et vous obtenez son nom à lui et ceux d’un tas de gens dont personne n’a jamais entendu parler, beaucoup d’entre eux étant déjà morts.


C’est aussi un personnage qui compte à l’extérieur de l’Australie. Alors que d’autres journalistes occidentaux tentent de faire plaisir à leurs propriétaires, en vendant de l’espace publicitaire ou pour éviter d’être bannis par l’œil attentif des corporations derrière les médias sociaux, Assange est à la fois courageux et mu  par des principes. Par l’intermédiaire de son média Wikileaks, il a dévoilé les sales secrets du Département d’État américain et les crimes de guerre du Pentagone, les méfaits des entreprises et la corruption politique, permettant à tous de voir le linge sale de nombreuses personnes influentes et puissantes. Cela a fait de lui une cause célèbre : Le magazine Time l’a proclamé Homme de l’année et il a reçu des prix sur le thème des droits de l’homme, nageant dans le même panthéon que Nelson Mandela et le Dalaï Lama. Mais les vicissitudes de la fortune sont telles qu’il est maintenant martyrisé, victime de la vérité, injustement accusé et persécuté par une race de menteurs invétérés.

C’était inévitable. En publiant des preuves de sales secrets et de crimes de guerre, il s’est fait beaucoup d’ennemis puissants et influents, et ils ont fini par créer de fausses preuves à utiliser contre lui. En 2012, face au sort peu enviable d’une extradition du Royaume-Uni vers la Suède, où il devait être humilié devant un tribunal populaire suédois, Assange choisit d’entrer à l’ambassade d’Équateur à Londres, où il devait passer les sept années suivantes dans une petite pièce. Il s’agissait globalement d’une forme d’isolement cellulaire, qui est communément considérée comme une forme de torture.

Il est difficile de dire si la décision de se réfugier à l’ambassade de l’Équateur a été une bonne ou une mauvaise décision au départ, mais elle s’est transformée en une décision de plus en plus mauvaise avec le temps. D’une part, l’affaire suédoise contre lui a finalement été classée en raison de l’extrême ridicule des charges retenues contre lui. D’autre part, quelque chose s’est produit au cours de l’élection présidentielle de 2016 aux États-Unis qui l’a placé directement dans le collimateur de certaines personnes exceptionnellement mauvaises.

Sur ses genoux se trouvait le filon principal des preuves que le Comité national démocrate, chargé d’organiser des élections primaires honnêtes et transparentes, avait plutôt conspiré pour voler l’élection à Bernie Sanders, enflammant ses partisans et qui parlait devant des stades bondés, pour la donner à Hillary Clinton, une personne au mauvais caractère, criarde, une vieille peau qui pouvait, la plupart du temps, à peine remplir une salle de classe sans acheter des gens. Pour moi, choisir entre Sanders, Clinton et Trump, c’est comme choisir la couleur des pétales de fleurs pour souffler doucement à la surface d’une fosse d’aisance, mais il semble que pour certaines personnes naïves et idéalistes, la bombe de vérité d’Assange était une révélation : « Quoi ? Hillary serait le diable ? Noooooon ! ».

Assange a publié ces informations et, ce faisant, il est directement entré dans la fosse aux serpents appelée la Fondation Clinton, un vaste stratagème mondial d’escroquerie, de corruption et de blanchiment d’argent qui, entre autres choses, fournissait des contrats d’armement en échange de pots-de-vin somptueux offerts par des agents étrangers. Ses tentacules s’étendaient à toutes les grandes agences fédérales américaines, qui avaient été approvisionnées de partisans de Clinton pendant les deux mandats de Bill Clinton à la présidence. Quand Hillary Clinton a ensuite perdu l’élection au profit de Donald Trump, entre autres parce que les partisans en colère de Sanders ne voulaient pas voter pour elle, comme dans une sorte de guerre civile au ralenti, une guerre civile bureaucratique a éclaté au sein de l’establishment de Washington, et Assange a été pris dans le feu croisé.

Les missiles qui ont participé à cette guerre transportaient deux types de charges utiles : des missiles basés sur la vérité et des missiles basés sur le mensonge. La vérité est ce qu’avait Assange ; c’est une arme puissante, mais elle a deux inconvénients majeurs. Premièrement, elle est rare et il est difficile de s’en procurer. Deuxièmement, pour qu’elle soit efficace, il faut que les gens la préfèrent au mensonge. Si la vérité est que vous êtes impuissants et facilement ignorés mais contraints par la force de la propagande de participer périodiquement à un carnaval humiliant appelé « élections nationales », alors, pour des raisons psychologiques évidentes, la contre-vérité devient votre amie. L’inconvénient du mensonge est que, lorsqu’il est manipulé par des menteurs connus, il ne devient pas plus efficace que de jeter des excréments. Cet inconvénient peut être transformé en avantage en rendant suffisamment de gens assez fous pour qu’ils aient envie de commencer à jeter des excréments eux aussi.

Au cours des années qui ont suivi, un effort concerté, organisé au plus haut niveau, a été fait pour accroître les désavantages de la vérité et pour diminuer les désavantages de la contre-vérité. Des efforts acharnés pour poursuivre les auteurs de fuites, les pirates informatiques et les dénonciateurs ont considérablement réduit l’accès du public à la vérité, donnant aux chercheurs de vérité comme Assange beaucoup moins de matériel avec lequel travailler. Les efforts tout aussi acharnés des médias de masse américains pour ignorer la malfaisance de Clinton tout en dénigrant sans cesse Trump ont conditionné de nombreux cerveaux politiquement polarisés à préférer le mensonge à la vérité si le mensonge aide leur cause perdue alors que la vérité lui fait du tort.

La vérité qu’un initié démocrate furieux et dégoûté ayant un accès physique au serveur a copié des preuves incriminantes sur une clé USB et les a transmises à Wikileaks est dommageable. Le mensonge que les « pirates russes » ont réussi à pirater sur ce serveur, à télécharger les preuves via une connexion Internet, puis à les télécharger sur Wikileaks afin d’obtenir l’élection de Trump est utile. Quelques poignées d’hystérie russophobe plus tard, et le récit populaire « Clinton est un escroc ; c’est pourquoi elle a perdu » est remplacé par le récit populaire « Trump est un pantin russe ; c’est pourquoi il a gagné ». Pendant ce temps, la machine à jeter des excréments n’a pas cessé de fonctionner, produisant un flot ininterrompu de fausses nouvelles sur l’ingérence russe, le piratage, l’empoisonnement et d’autres actes qui n’ont pas encore été inventés et qui sont encore plus méchants.

En parlant de méchanceté, c’est peut-être une chose particulièrement méchante à dire pour moi, parce que cela pourrait faire exploser certains cerveaux politiquement polarisés, mais je vais quand même le dire : La Narrative n’est pas Tout. Le monde est divisé en personnes qui se nourrissent de clics, d’opinions, de goûts, d’actions, de rediffusions, de notations et d’autres bêtises de ce genre ; pour eux, la Narrative semble être Tout. Après tout, les gens aiment qu’on leur raconte des histoires, et beaucoup de gens simples ne voient pas l’intérêt de tracer une ligne nette entre la fiction et la non-fiction. Par exemple, que la Bible soit une fiction ou non est une question de croyance et non de fait (les faits existent indépendamment du fait que quelqu’un les croit ou non). D’autre part, il y a des gens qui sont chargés de faire fonctionner le système, et pour eux la fiction est dangereuse : c’est au mieux un chemin détourné qui les éloigne de bien considérer certains faits importants et les amène à donner une importance excessive aux autres, tandis qu’un faux récit les éloigne complètement des faits.

Ce n’est pas parce qu’un récit est devenu plus populaire qu’un autre qu’il a gagné ; cela peut simplement signifier que les gens tristes et fous dont il a infesté les esprits ont perdu. Le remplacement du récit populaire « Clinton est un escroc ; c’est pourquoi elle a perdu » par le récit populaire « Trump est un pantin russe ; c’est pourquoi il a gagné » n’a pas changé la réalité sous-jacente. Ce que cela a fait, c’est produire une poche de folie fécale. Des cliniciens russes en blouse blanche se tiennent prêts avec des camisoles de force et des seringues de lorazépam pendant que le reste du monde regarde nerveusement. Tous espèrent que cette folie de masse finira par s’accomplir sans nécessiter d’intervention médicale majeure. Pendant ce temps, les habitants de l’asile de fous sont obsédés par la couleur des pétales de fleurs à répandre sur le cloaque de leur politique nationale en 2020.

Mais revenons à Assange : non seulement le monde a changé pendant son isolement cellulaire à l’ambassade de l’Équateur, mais lui aussi a changé. La superstar qui a prononcé des discours passionnés depuis le balcon de l’ambassade devant une foule excitée pouvait à peine être reconnue dans le vieil homme négligé qui a été traîné sans cérémonie hors de l’ambassade et dans un fourgon de police. C’était triste à voir, et beaucoup de gens sont très contrariés à l’idée que les Britanniques vont maintenant le livrer aux Américains qui vont le torturer à mort. Mais s’ils ne le font pas ? Et s’ils ne le font pas, est-ce que sept autres années enfermées à l’ambassade auraient été mieux ?

Le pire pour Assange, c’est peut-être qu’il n’est plus utile. Wikileaks n’a plus besoin de lui depuis que Kristinn Hrafnsson a pris la direction de la rédaction. Il n’est plus utile à l’Équateur, qui en 2012 était dirigé par Rafael Correa, un architecte du « nouveau socialisme » et un allié d’Hugo Chávez du Venezuela ; mais maintenant Correa a été remplacé et fait face à une persécution alors que Chávez est mort. Alors qu’il se trouvait à l’ambassade, les autorités équatoriennes ont systématiquement limité la liberté d’action d’Assange, lui coupant finalement l’accès à Internet et interdisant les visiteurs, rendant son travail impossible.

Il n’est plus utile à Trump, dont il a tant fait pour assurer la victoire en faisant connaître au monde la vérité sur Hillary et son double visage. Trump, qui a dit « J’aime Wikileaks », voit maintenant Assange comme un actif toxique : ses opposants vont sans doute essayer d’inventer des preuves de collusion entre Assange et lui et, à défaut, d’halluciner une « obstruction à la justice ». Du point de vue de Trump, il vaudrait mieux que Assange disparaisse tranquillement. Et bien que les opposants de Trump soient incapables de résister à la tentation de persécuter Assange, pour eux, il peut s’avérer être une sorte de calice empoisonné, car suffisamment de gens se souviennent d’Assange comme le journaliste intrépide qui a laissé le monde voir de graves méfaits au Département d’État américain et des crimes de guerre au Pentagone, et peuvent prendre la défense de Assange.

Il n’est même plus utile à la Suède : les allégations de viol portées contre lui ont été abandonnées il y a deux ans. Et on peut se demander si le gouvernement britannique a des motifs légitimes de le détenir : il a échappé à une caution en entrant dans l’ambassade équatorienne, mais l’arrestation et la caution avaient été accordées en rapport avec la demande d’extradition suédoise, qui n’est plus valable, rendant toute l’affaire nulle et non avenue. Quant à la question de son extradition vers les États-Unis, le gouvernement équatorien a juré, de haut en bas, qu’il révoquait son asile sur la base d’une garantie écrite des Britanniques de ne pas l’extrader vers les États-Unis. C’est probablement ce que veut Trump : faire un show politique pour faire avancer la cause de la justice sans rien faire.

De ce point de vue, la libération d’Assange de l’ambassade équatorienne et son incarcération dans une prison britannique pour violation de la liberté sous caution pour un motif d’arrestation pour lequel il n’a pas été reconnu coupable depuis, commence à ressembler à un succès majeur. Il est une fois de plus sous les feux de la rampe, avec de nombreux supporters dans le monde entier. Si tout se passe bien, il sera libéré et redeviendra une personnalité médiatique de grande envergure. Et si tout va mal et que les Américains mettent la main sur lui et le torturent à mort, il mourra en martyr et vivra à jamais dans la mémoire publique.

Je ne sais pas si Assange a été baptisé, mais un bon choix de saint pour lui serait saint Julien d’Antioche, qui a été martyrisé pendant la persécution des chrétiens par l’empereur Dioclétien entre 303 et 313 après J.C. Saint Julien a été mis dans un sac rempli de sable, de vipères et de scorpions et jeté à la mer. L’initiative de Dioclétien fut un échec : le fils d’un de ses lieutenants, Constantin, non seulement annula la persécution des chrétiens, mais fit du christianisme la religion de l’Empire romain. Il en transféra ensuite la capitale vers la Nouvelle Rome (Constantinople), abandonnant la Vieille Rome et la laissant languir dans un âge des ténèbres alors que sa Nouvelle Rome dura mille ans de gloire.

Si Julian Assange devait finir martyrisé par les Américains, on peut s’attendre à un résultat vaguement similaire : les générations futures d’Américains diront : « Il était une fois un grand journaliste du nom de Julian. Il est mort en martyr pour la vérité. C’était il y a longtemps, et nous ne savons pas ce qui nous est arrivé depuis, parce que tout ce que nous avons entendu depuis, ce ne sont que des mensonges… »

Les cinq stades de l'effondrementDmitry Orlov

Le livre de Dmitry Orlov est l’un des ouvrages fondateur de cette nouvelle « discipline » que l’on nomme aujourd’hui : « collapsologie » c’est à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Le martyre de saint-Julian »

Les commentaires sont fermés.