Le gouvernement de Boris Johnson cache des données concernant la Covid-19


Elles sont pourtant nécessaires pour surveiller les nouveaux foyers épidémiques


Par Moon of Alabama – Le 30 juin 2020

La Grande-Bretagne a souffert de l’épidémie de Covid-19. Les décisions de Boris Johnson sur ce sujet n’ont pas aidé. Le confinement national a été décidé trop tard et a donc duré plus longtemps qu’ailleurs. En avril 2020, le produit intérieur brut (PIB) mensuel a chuté de 20,4 %. Jusqu’à présent, l’Angleterre et le Pays de Galles ont subi environ 50 000 décès dus au coronavirus. L’Écosse a enregistré environ 2 500 décès et l’Irlande du Nord 550.

Après une longue période de confinement, le nombre de décès quotidien s’est normalisé. Les données de l’Office des statistiques nationales montrent qu’il n’y a plus de surmortalité.

Agrandir

C’est une bonne nouvelle, mais il y a encore de très mauvaises surprises.

Le gouvernement britannique continue de cacher des informations sur les résultats des tests de Covid-19. Il n’est même pas sûr de l’ampleur du taux de reproduction actuel de l’épidémie. Ceci à un moment où les personnes, les entreprises et les administrations locales ont besoin de données pour évaluer comment elles doivent limiter les contacts pour garder l’épidémie sous contrôle.

Hier, le ministre britannique de la santé, Matt Hancock, a annoncé que la ville et la zone métropolitaine de Leicester, qui compte quelque 840 000 habitants, ont dû être isolées.

Les habitants de Leicester n’avaient aucune idée qu’un tel ordre allait être donné. Ils avaient prévu de retourner aux pubs qui devaient rouvrir le 4 juillet. L’annonce a été une surprise pour le maire de la ville lui-même :

Le maire de Leicester, Sir Peter Soulsby, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il était "un peu surpris" que le gouvernement ait suggéré le confinement de la région parce que les fonctionnaires n'avaient reçu aucune donnée suggérant qu'il y avait des "problèmes particuliers" dans la ville à ce moment-là.

Il a déclaré avoir eu une réunion virtuelle avec le secrétaire d'État le lendemain, pendant laquelle il a insisté pour avoir les chiffres qui montraient que les cas de coronavirus avaient augmenté dans la ville.

Sir Peter a déclaré qu'il avait fallu "un certain temps pour obtenir des données décentes" et qu'elles ne lui étaient parvenues qu'une semaine plus tard.

Le maire a déclaré que ses collègues travaillent toujours sur la "montagne" de données qu'ils ont reçues pour les cartographier et voir où le virus est encore actif et pourrait se propager dans la communauté.

Le maire et les habitants de Leicester avaient consulté la page gouvernementale sur le coronavirus et les données publiques sur les nouveaux cas quotidiens dans leur région. Ces données montraient des chiffres en baisse.

Agrandir

 

Mais comme le souligne John Burn-Murdoch du Financial Times, les données sont très incomplètes. Elles ne comprennent que les cas qui ont été testés dans les hôpitaux.

Au début de l’épidémie, les tests étaient plutôt rares et n’étaient effectués dans les hôpitaux que lorsque de nouveaux patients arrivaient. À l’époque, ces données étaient les seules disponibles. Mais aujourd’hui, les tests sont accessibles au public et la majorité des nouveaux cas proviennent de là.

Un autre site web du gouvernement britannique explique que le nombre total de cas est constitué de plusieurs catégories :

Répartition des tests par "piliers" stratégique

Pilier 1 : tests par écouvillonnage dans les laboratoires de la santé publique anglaise (PHE) et les hôpitaux du NHS pour les personnes en ayant un besoin clinique, et les travailleurs de la santé et des soins

Pilier 2 : tests par écouvillonnage pour l'ensemble de la population, comme indiqué dans les orientations du gouvernement

Pilier 3 : tests sérologiques pour montrer si les personnes ont développé des anticorps après avoir été infectées par la COVID-19

...

Les données du site officiel sur le coronavirus dont le gouvernement britannique a fait la promotion ne montrent que le nombre de nouveaux cas quotidiens du pilier 1, les tests effectués à l’hôpital. Ce fait n’est même pas mentionné sur la page que la plupart des gens consultent.

Le Financial Times a maintenant élaboré le vrai tableau (payant) à partir de données qu’il a reçues d’une autre source. Il s’agit des données réelles concernant Leicester pour tous les nouveaux cas.

Agrandir

 

La quasi-totalité des cas sont issus du deuxième pilier, les tests publics en dehors des hôpitaux. Personne à Leicester ne savait que le nombre de nouveaux cas dans leur ville avait atteint un sommet au cours des deux dernières semaines. Maintenant, rien ni personne n’est préparé à un nouveau confinement local. La police ne sait pas comment gérer cela.

Pourquoi ces données n’ont-elles pas été rendues publiques ?

Non seulement la publication des données est totalement insuffisante, mais la politique de tests en Grande-Bretagne reste également mauvaise :

Le maire de Leicester a déclaré que les fonctionnaires ont eu du mal à persuader le personnel chargé des tests de rester sur place malgré une importante épidémie de coronavirus dans la ville.

Sir Peter Soulsby a déclaré que les tests avaient été "mal répartis" et "pas suffisamment systématiques" pour permettre aux experts locaux de la santé publique de se faire une idée précise de l'épidémie, qui a entraîné le premier confinement localisé en Angleterre.

Sir Peter, un ancien député travailliste, a déclaré que les fonctionnaires avaient passé du temps à essayer de persuader le personnel chargé des tests de rester à Leicester plutôt que de "décamper pour aller tester ailleurs". ...

Sir Peter a déclaré que les tests s'accéléraient enfin à Leicester, mais il s'est inquiété du fait que les dirigeants locaux avaient été lents à recevoir des informations du gouvernement.

Le fait que le gouvernement de Boris Johnson ne soit pas disposé à transmettre aux autorités locales les données relatives aux nouveaux cas n’est que l’une des douzaines d’erreurs majeures qu’il a commises pendant la pandémie.

Informer le public de manière aussi détaillée que possible est le tout premier point, et le plus important, de tout plan de préparation à une épidémie. La population ne peut pas aider à combattre l’épidémie si elle ne dispose pas d’informations sur son importance actuelle.

De l’extérieur, il est difficile de comprendre comment la population et les médias du Royaume-Uni laissent le gouvernement s’en tirer à si bon compte avec cette histoire et les nombreuses autres erreurs délibérées qu’il a commises au cours des derniers mois.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Le gouvernement de Boris Johnson cache des données concernant la Covid-19 »

Les commentaires sont fermés.