L’Amérique du père de Trump : une « aspiration » au fascisme régnait à New York


Par Wayne Madsen − Le 2 octobre 2019 − Source Strategic Culture

Wayne MadsenOn aurait peut-être été dérouté par la loyauté réelle des Américains pendant les années de tumulte précédant la Seconde Guerre Mondiale si l’on vivait dans la grande région de New York. New York et ses banlieues de Long Island et du New Jersey comptent une communauté dynamique d’américains d’origine germanique de première et de deuxième génération, dont Fred Trump Senior, étoile montante de l’immobilier et du commerce de détail.

Madsen-930x520

La Amerikadeutscher Bund [Union Germano américaine], organisation qui soutenait le parti nazi d’Adolf Hitler et les objectifs et aspirations de la «nouvelle Allemagne», était également active dans la région New York-New Jersey. Le Bund avait été créé en mai 1933 sur les ordres du Führer adjoint Rudolf Hess. Le premier dirigeant du Bund a été l’immigré allemand Heinrich «Heinz» Spanknöbel, qui avait initialement appelé son groupe «les amis de la Nouvelle Allemagne». En fait, le Bund n’était rien de plus qu’une extension du parti nazi allemand à l’étranger et prenait ses ordres directement de Berlin.

Le Bund n’a accepté comme membres que les américains d’origine allemande. En 1936, les Amis de la Nouvelle Allemagne se sont transformés en Bund, à Buffalo, état de New York. Le chef du groupe, ou Bundesführer, était Fritz Julius Kuhn, immigrant allemand et membre du parti nazi, qui avait reçu la citoyenneté américaine en 1934. L’opinion générale est que Kuhn était l’un des nombreux membres nazis envoyés à l’étranger par le parti nazi allemand naissant pour agir comme «les yeux et les oreilles» nazis aux États-Unis, au Canada et dans d’autres pays. Ces immigrants récents, qui deviendraient des chefs du Bund à travers l’Amérique, ont ensuite été impliqués dans l’espionnage pour le compte de la Gestapo allemande et le renseignement militaire allemand l’Abwehr avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le Bund a établi son siège national au 178 East 85th Street, dans le quartier très germanisé de Yorkville à Manhattan. Il a copié la jeunesse hitlérienne en Allemagne en établissant plusieurs camps de jeunes nazis, notamment Camp Nordland, Camp Will and Might, Camp Bergwald dans le New Jersey, Camp Siegfried dans le comté de Sussex à Long Island à New York et Camp Highland dans le nord de l’État de New York. en dehors de la ville de Windham.

Les activités du Bund ont été marquées par un rassemblement organisé le 20 février 1939 au Madison Square Garden de la ville de New York. Il a attiré quelque 20 000 membres du Bund et des partisans nazis. Fred Trump, père de Donald Trump, était un Américain allemand qui ne cachait pas ses vues d’extrême droite. Le 31 mai 1927, Fred Trump a été arrêté par la police alors qu’il participait à une marche du Ku Klux Klan dans son quartier natal du Queens à New York. L’aïeul Trump était publiquement connu comme étant raciste et il a refusé de louer ses appartements dans le Queens et à Brooklyn à des Afro-Américains. En 1927, il existait peu d’organisations d’extrême-droite que des extrémistes comme Fred Trump pouvaient rejoindre. L’une d’entre elles était le KKK, qui avait ses racines dans la reconstruction du sud de l’après-guerre civile. Une autre était les «fascistes» à l’étranger du leader italien Benito Mussolini, composée principalement d’immigrants italiens aux États-Unis. Au début des années 1930, les membres de l’extrême droite dans le Nord américain ont rapidement adopté les nazis et le Bund de Kuhn était capable et prêt à répondre à l’appel et à commencer à recruter dans ses rangs. Le dossier du FBI sur Fred Trump – qui inclut l’arrestation de 1927 lors de la marche du KKK – semble manquer à ses activités d’avant-guerre et d’après-guerre. Le dossier ne reprend qu’à partir des années 1960, lorsque le FBI commence à surveiller l’association de Trump père avec les syndicats mafieux à New York.

On sait que «Old Man Trump» – appellation que lui a donnée le chanteur de folk Woody Guthrie dans une chanson du même titre datant de 1950 – a continué sur sa voie raciste après la guerre. Guthrie, qui a eu le malheur de louer une unité dans les appartements Beach Haven appartenant à Trump à Brooklyn, a écrit les paroles suivantes : «Beach Haven est la tour de Trump. Où aucun Noir ne vient errer. Non, non, Old Man Trump! Old Beach Haven n’est pas chez moi !» Il est également intéressant de noter qu’après la guerre, Trump avait insisté sur le fait qu’il était d’origine suédoise. En fait, le père de Old Man Trump, Frederick Trump, était un immigré de Kallstadt, en Bavière. C’était le célèbre aviateur Charles Lindbergh, un sympathisant des nazis, qui avait insisté sur son ascendance suédoise pour se défendre contre des accusations selon lesquelles il était un partisan d’Hitler. Cependant, dans les deux cas – Old Man Trump et Lindbergh – leur sympathie pour la politique raciale de Hitler et de la «Nouvelle Allemagne» ne faisait pas question.

La maison et les entreprises de Old Man Trump se trouvaient au milieu des activités du Bund et des entreprises qui soutenaient le Bund. L’un des journaux les plus populaires de la communauté germano-américaine à New York et dans le New Jersey est «The Free American and Deutscher Weckruf» [Weckruf : appel au réveil de la conscience, NdT] du Bund, publié de 1935 à 1941 en anglais et en allemand.

Le journal servit à rallier New York et le New Jersey à la cause nazie. Le journal faisait de la publicité pour des théâtres new-yorkais comme le Tobis, le 86ème Casino, la 79ème rue et le Bijou, qui diffusaient des films de propagande fraîchement sortis des studios de la cinéaste nazie Leni Riefenstahl. L’inondation des États-Unis par la culture nazie allemande était un projet personnel du ministre de la Propagande, Joseph Goebbels.

En 1933, Trump a ouvert le Trump Super Market dans le Queens, au coin de la 78ème rue et de la Jamaica Avenue. Comme c’était le premier magasin de ce type dans le Queens, le succès fut immédiat. Compte tenu des points de vue politiques de Old Man Trump, il est très probable qu’il ait acheté des produits en gros, notamment de la viande de bouchers du Bund et des produits de boulangerie allemande d’artisans du Bund, dont plusieurs se trouvaient à New York pour approvisionner son magasin. Plusieurs entreprises de la région appartenant à des Américains allemands, notamment Maier’s Pork Store et Ehmer’s Pork Store, toutes deux situées sur «Dritte Avenue» (Third Avenue) à Manhattan, ainsi que des laiteries telles que Karsten’s Milch du Bronx et Astoria dans le Queens et Erb’s German Sweet Shop à Manhattan, passaient leurs publicités dans le journal «The Free American et Deutscher Weckruf», qui dépendait des recettes publicitaires. Même de grandes entreprises telles que Philco, fabricant de postes de radio, Texaco, Olympia Typewriter et Simmons Mattress Company ont passé des annonces dans le journal nazi. La propagande nazie en allemand était diffusée les mardis, jeudis et samedis depuis les studios de WBNX, d’abord situés dans le Bronx, puis dans le New Jersey.

Old Man Trump a loué des milliers de ses appartements par Jamaica Estates, dans le Queens et à Brooklyn, uniquement à des Américains de race blanche. Les partisans du Bund ont félicité Hitler d’avoir refusé de serrer la main du vainqueur olympique, américain noir, Jesse Owens après avoir remporté quatre médailles d’or aux Jeux olympiques de 1936 à Berlin. Considérant l’ancienne appartenance de Old Man Trump au KKK, il encourageait sans aucun doute la rebuffade de Hitler à Owens. Curieusement, Old Man Trump, s’est également volontairement proposé, après avoir évité la conscription pour la Seconde Guerre mondiale, de construire des casernes et des appartements avec jardin dans au moins trois ports très sensibles de la marine à Chester, en Pennsylvanie, à Norfolk et Newport News, Virginie. Les trois ports ont vu des milliers de soldats américains et canadiens embarquer pour combattre en Afrique du Nord et en Europe. Certains de ces navires de troupes ont été victimes des sous-marins allemands, qui ont été informés par les agents nazis des mouvements de navires alliés dans les zones portuaires où Old Man Trump avait si «généreusement» soumissionné pour des contrats de construction avec la marine.

Aujourd’hui, Donald Trump, qui a défendu les camps de concentration pour demandeurs d’asile et sans-abri, arraché les bébés à leurs parents et loué les manifestants néo-nazis en Virginie, fait écho au vitriol politique du Bund de l’époque de son père. Aujourd’hui, Trump adore diaboliser Hillary Clinton, Barack Obama et Joe Biden. À l’époque du père de Trump, le Bund dirigeait ce venin contre le maire de New York, Fiorello La Guardia, le défunt président Woodrow Wilson, le président Franklin D. Roosevelt –  parfois appelé «Frank Rosenfeld» – et des juifs éminents, dont les député de New-York Samuel Dickstein et Bernard Baruch, qui ont tous deux été qualifiés « d’internationalistes pro-bolcheviques ».

Donald Trump utilise maintenant le terme péjoratif de «mondialistes». Les mêmes groupes de «socialistes», de «communistes» et de «juifs», qui  étaient attaqués par le Bund, sont aujourd’hui pris pour cibles par Trump et ses partisans sous des étiquettes presque identiques. Dans le New York infesté de nazis de Old Man Trump, l’Union soviétique a été condamnée comme une entreprise communiste juive. Le journal Bund a publié des listes de Juifs responsables de diverses républiques et régions soviétiques, nommant, par exemple, des responsables «Jude» (juifs) en Abkhazie, en Ajaria, en Azerbaïdjan, en Bielorussie, en Extrême-Orient, au Daghestan, en Sibérie occidentale et dans le Sud-Ouest, Kirghizie, Carélie, Crimée, Kirov, Gorki, Moldavie, Mari, Nenets, Omsk, Orenbourg, Stalingrad, Sverdlovsk, Tatarstan, Ukraine, Tchétchénie et Yakoutsk. La liste semblait être préparatoire à une exécution par les nazis. Le Bund a défendu le rêve de Hitler d’une Russie « nettoyée » des « bolcheviks juifs ».

Le discours que Donald Trump a prononcé le 24 septembre devant l’Assemblée générale des Nations Unies n’était pas différent des discours «America First» de Lindbergh devant un public composé de personnes partageant les convictions racistes de Old Man Trump. Ce n’est pas par hasard que son fils, Donald, a gardé un livre de discours de Hitler près de son lit. Old Man Trump a dû inculquer dans son entreprise familiale une forte croyance dans les conviction des nazis et du Bund.

Après que le Bund a été déclaré organisation ennemie en 1941 et que les Alliés ont vaincu les puissances de l’Axe pendant la guerre, Old Man Trump commença à s’attirer les faveurs de la communauté juive de New York, faisant des dons à des philanthropes juifs, y compris ceux impliqués dans la création de l’État d’Israël en Palestine. Tout comme d’autres nazis, dont Adolf Eichmann en Argentine, ont essayé d’endosser des profils bienveillants après la guerre – même au sein de communautés juives allemandes expatriées – Old Man Trump est devenu un ami proche de Benjamin Netanyahu et d’autres dirigeants israéliens et juifs de New York. De même que le père Trump ne trompait vraiment personne à New York avant la guerre, son fils ne trompe personne aujourd’hui avec ses tendances fascistes masquées par son «Make America Great Again» [écho du « Deutschland über alles », NdT]. Ces politiques sont dictées autant par l’idéologie nazie de la famille Trump que par l’opportunisme politique et la cupidité personnelle.

Wayne Madsen

Traduit par jj, relu par Kira pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « L’Amérique du père de Trump : une « aspiration » au fascisme régnait à New York »

Les commentaires sont fermés.