Lamentation


Par James Howard Kunstler – Le 14 septembre 2018 – Source kunstler.com

Résultat de recherche d'images pour "images cyclone"
Une énorme quantité de plâtre va être définitivement ruinée au cours des prochains jours le long de la côte du Dixieland. Après le spectacle du reportage sur l’ouragan à la télévision, très peu de choses sont révélées pendant que l’événement est en cours. Les matériaux de construction bon marché des centres commerciaux stéréotypés se balancent dans la tempête et les vaillants chasseurs de tempête des réseaux télévisés luttent contre le déluge horizontal dans des parkings vides, mais leur reportage ne raconte pas grand-chose de la véritable histoire, qui ne se produit que lorsque le grondement de la météo est passé et que le soleil sort enfin.


Plus d’une décennie de tempêtes nous punissant le long des côtes américaines doit être en train de détruire l’industrie de l’assurance autant que les bâtiments dans le paysage. Cela fait dix ans qu’ils sont frappés d’un autre côté par les taux d’intérêt surnaturellement bas qui rendent si difficile le renflouement de leurs coffres après que des régions entières comme la région métropolitaine de Houston et l’île de Porto Rico ont été détruites et qu’ils doivent payer des milliards de primes.

Cette fois-ci, toutes ces maisons bas de gamme en panneaux expansés le long des plages de l’Atlantique ne seront pas remplacées. Mais plus loin à l’intérieur des terres, loin des vagues rugissantes, le long de tous les estuaires débordants qui drainent la plaine côtière, les dégâts seront considérables et épiques. Cela pourrait créer une toute nouvelle classe sociale de la SunBelt de gens délogés et déplacés qui n’auront plus jamais un endroit décent où ils pourront vivre. Étant donné que bon nombre d’entre eux sont des retraités, l’événement peut même mener à un décès furtif de personnes qui sont tout simplement trop avancées en âge pour recommencer à zéro.

La lamentation émanant de la partie nord de l’Amérique, celle des « flyovers » est une vieille et longue histoire maintenant. Plus personne n’est surpris par la désolation d’endroits désindustrialisés comme Youngstown, en Ohio, ou Gary, en Indiana, où la richesse américaine a déjà été laminée autour des hommes qui travaillaient dans des hauts fourneaux. Mais les États du sud-est ont bénéficié d’un étrange intermède de dynamisme artificiel depuis les années 1950, soit environ trois générations, et il y a peu de mémoire culturelle de ce qu’était la région avant : un marécage agricole avec peu de villes d’importance et une pauvreté répandue comme dans le tiers monde, des enfants pieds nus et des ouvriers agricoles aux chapeaux de paille en haillons, s’appuyant sur leurs binettes dans une chaleur suffocante.

Résultat de recherche d'images pour "giant muffler shops images"

Les changements démographiques des dernières décennies en ont fait un parc à thème sans fin de buffets à volonté, d’emporia à bière, de palais de hamburgers, de lotissements fermés pour retraités, d’églises évangéliques construites comme des magasins géants, d’extravagants silencieux pour pots d’échappement, de vastes terrains perdus pour du stationnement gratuit, et tous les autres attributs de la plus grande mauvaise allocation de ressources dans l’histoire du monde. Comme beaucoup d’actions farfelues dans l’histoire, cela semblait être une bonne idée à l’époque. Alors que les survivants se faufileront parmi les débris de plastique dans les semaines à venir et que les médias d’information présenteront leurs réconfortantes histoires de sauvetage et d’héroïsme, seront-ils conscients de ce qui s’est réellement passé : la fin très soudaine de toute une économie régionale qui a été, dès le départ, une tragique bévue ?

Il est probablement difficile d’imaginer comment Dixieland va s’en sortir dans la prochaine économie, quelle qu’elle soit. Dans certains endroits, il n’est même pas possible de revenir à une économie antérieure basée sur l’agriculture. Une grande partie du paysage a été cultivée de façon si intensive pendant deux cents ans que le sol s’est transformé en une sorte de ciment naturel, appelé terre battue ou caliche. Les perspectives climatiques de la région ne sont pas non plus favorables, sans parler de l’arrêt certain de la climatisation universelle et de la « conduite heureuse » qui a rendu possible les méga-développements peu judicieux des dernières décennies.

Le seul effet salutaire de l’ouragan Florence est peut-être que la nouvelle des séquelles l’emportera sur les bavardages politiques incohérents des prochaines élections de mi-mandat – surtout si les dégâts financiers sont assez importants pour perturber le « boom » économique occulte alimenté par la dette et attribué aux pouvoirs magiques de notre POTUS, le deal-maker.

James Howard Kunstler

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Lamentation »

Les commentaires sont fermés.