La route vers 2025 [1/4] :
préparez-vous à un monde multipolaire


Michael Krieger

Par Michael Krieger − Le 17 avril 2018 − Source libertyblietzkrieg

Si l’on me presse de décrire ce que je pense que seront les prochaines années, d’une façon aussi concise que possible, je fournirai simplement la citation suivante, souvent faussement attribuée à Lénine :

« Il y a des décennies pendant lesquelles rien ne se passe ; et il y a des semaines qui valent des décennies. »

Il y aura beaucoup de ces semaines d’ici 2025, avec pour résultat l’émergence d’un monde multipolaire qui détruira définitivement le paradigme unipolaire des États-Unis.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont réussi à maintenir une position mondiale dominante que le monde n’avait jamais vue. Presque chaque coin de la planète a été soumis à une influence américaine incontournable et écrasante, à la fois culturellement et économiquement. La source de ce pouvoir ne réside pas seulement dans la force du PIB et du dollar US, mais aussi à Hollywood, dans la musique populaire et les émissions de télévision. L’impact de l’empire américain sur la planète au cours des 70 dernières années a été extraordinaire mais, comme toutes choses, il passera aussi. Je crois qu’il sera effacé vers 2025.

Quand je dis ce genre de choses, les gens pensent que j’appelle à la fin du monde. Je suppose que c’est ce que ressent beaucoup de monde, parce qu’un changement de paradigme de cette ampleur aura en effet des implications globales monumentales. Pourtant, le monde continuera, ce sera juste un monde très différent. Cela dit, les Américains ne devraient pas voir cela comme une chose apocalyptique. Ce n’est pas sain ou durable pour une nation de dominer la planète d’une telle manière. Beaucoup d’entre nous aiment penser qu’un empire mondial bienveillant dirigé par des rois philosophes est une bonne chose, mais le problème est que c’est un fantasme total. Ce qui se passe dans la vraie vie, pour citer Lord Acton, c’est que « le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument ».

C’est exactement ce qui s’est passé aux États-Unis. Le pays a été pillé, encore et encore, avec une ferveur rapace au cours des dernières décennies alors qu’une classe irresponsable de personnes, que je qualifie de prédateurs de haut niveau,  opère à volonté, et en toute impunité. L’homme de la rue est jeté en prison pour la plus petite offense, alors que les financiers qui ont détruit l’économie mondiale par la fraude se retirent confortablement dans leurs demeures. L’empire américain ne profite plus à l’Américain moyen, mais il canalise systématiquement toutes les dépouilles vers un segment de plus en plus petit de la population. La plupart des gens le voit déjà, et le citoyen américain moyen commence à le voir aussi. Ce n’est pas bon pour l’establishment.

C’est aussi la raison pour laquelle le statu quo américain est le mensonge permanent d’un récit justifiant l’action militaire à l’étranger par des préoccupations humanitaires et un désir de diffusion de la démocratie. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. En fait, toutes les actions militaires importantes des États-Unis à l’étranger sont motivées par l’argent et le pouvoir. Les préoccupations humanitaires ne jouent aucun rôle. Pas même un petit rôle, zéro.

Caitlin Johnstone a parfaitement résumé récemment ce qui se passe avec la géopolitique dans le paragraphe suivant :

« Les usines à narration des médias essaient de nous faire croire à l’usage des armes chimiques, aux ingérences dans les élections, aux ex-espions empoisonnés, aux catastrophes humanitaires, mais il ne s’agit que d’élargir le pouvoir et l’influence des oligarques et des agences de renseignement complices qui gèrent le monde occidental. Toutes les hostilités que nous voyons ne proviennent que de l’action d’un conglomérat de forces extrêmement puissantes qui bousculent et harcèlent les gouvernements réticents pour les contraindre à se plier avant que le pouvoir mondial ne se restructure en un monde multipolaire. »

Le plus gros problème pour l’establishment américain à l’heure actuelle est que les gens n’achètent plus le récit. Ils ne l’achètent certainement pas à l’étranger, et même ici en Amérique, les citoyens américains commencent enfin à voir les bombardements humanitaires pour les faux-semblants qu’ils sont. Ce serait autre chose si l’Américain moyen profitait de l’empire, mais ce n’est pas le cas. Au contraire, le butin va à une poignée de personnes de la classe des prédateurs de haut niveau, tandis que des dizaines de millions de gens doivent vivre dans des infrastructures délabrées, avec un système de santé complètement brisé, un pillage permanent et irresponsable de la part de Wall Street, une extinction des libertés civiles, et une existence économique globalement précaire qui semble s’inspirer de Hunger Games.

Les seules personnes qui ne voient pas à quel point l’empire américain est dysfonctionnel sont les gens qui le dirigent. L’establishment américain, dont les composants variés d’élites de Wall Street, d’agences de renseignement, de médias, du Congrès, de la Réserve fédérale, du complexe militaro-industriel, etc., sont en désaccord sur bien des points, mais ils sont d’accord pour que l’empire américain soit non seulement préservé, mais élargi. Le problème majeur pour eux est que l’on n’est plus en 1995, ils n’ont tout simplement pas encore reçu la notification, pour l’instant.

L’establishment américain est trop occupé à amasser des montagnes d’argent, ou à jouer au guerrier avec la vie des autres sur un clavier d’ordinateur pour reconnaître ce qui se passe ici et à l’étranger. Une classe élitiste déconnectée, avide et irresponsable, orgueilleuse et jamais rassasiée de pouvoir, est l’ingrédient essentiel de tout effondrement impérial, et cela se produit massivement en Amérique en ce moment.  Le moment de rendre des comptes approche.

Article suivantLa route vers 2025 [2/4] : la Russie et la Chine en ont assez

Michael Krieger

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « La route vers 2025 [1/4] :
préparez-vous à un monde multipolaire »

Les commentaires sont fermés.