La malédiction de Thomas Malthus


Le 3 août 2018 – Source The Next Wave


En parcourant quelques notes de l’année dernière, je suis tombé sur un article de Dietrich Vollrath publié en 2017 que j’avais imprimé pour lui donner toute l’attention qu’il mérite. Il s’intitule Qui appelez-vous un malthusien ? » et aborde la question intéressante pour l’avenir de savoir pourquoi traiter quelqu’un de « malthusien » est une forme d’attaque ad hominem si efficace qu’elle met fin à tout argumentation possible.


Pauvre vieux Malthus. Il a une mauvaise réputation depuis qu’il a prédit, vers la fin du XVIIIe siècle, que la surpopulation conduirait à la famine puis à l’effondrement social. Cela ne s’est pas passé ainsi, en grande partie parce que nous sommes tombés sur un approvisionnement unique d’énergie bon marché, cause de la révolution industrielle. Et, parce qu’il s’est avéré être dans l’erreur, cela signifie que si vous mentionnez Malthus de nos jours, vous êtes instantanément étiqueté comme excentrique.

Donc Vollrath nous rend service dans son long article de deux façons. Premièrement, il essaie de replacer l’argument de Malthus dans son contexte original, et deuxièmement, il revient sur les relations qui se cachent derrière le modèle du monde de Malthus.

Relations malthusiennes

Les relations sont simples.

Premièrement, le niveau de vie est inversement lié à la taille de la population. En effet, au moment de la rédaction de ces idées, le principal facteur de production était la terre, dont l’offre est en grande partie fixe. Vollrath partage un diagramme, issu de l’œuvre de Greg Clark, qui le démontre. Le modèle de Peter Turchin dans Secular Cycles a effectivement cette relation au centre de sa réflexion.

Clark UK population and real wages Malthus
Clark – Population anglaise et salaires réels – Malthus

Deuxièmement, la croissance de la population est corrélée positivement au niveau de vie. Comme le note Vollrath,

C’est peut-être parce que les enfants sont un bien normal et que la fécondité augmente lorsque les gens ont des revenus plus élevés. Ou peut-être parce que la santé est un bien normal, de sorte que les gens prennent mieux soin d’eux-mêmes (et de leurs enfants) lorsqu’ils ont un revenu plus élevé.

Il existe aussi une troisième version, à savoir que l’amélioration du niveau de vie a augmenté la croissance de la population parce que les gens étaient mieux nourris et mieux habillés, et moins susceptibles de mourir de maladie. (Certains travaux sur les survivants de la peste noire montrent que les cohortes ayant les meilleurs taux de survie ont été élevées avec plus de nourriture. Il s’agit probablement d’une explication causale avec un décalage.)

Vollrath note également qu’il y a des preuves indiquant que la deuxième relation pourrait ne pas tenir. Les données sont médiocres et ambiguës ; différentes études concluent des choses différentes. Mais il n’y avait aucun moyen pour Malthus d’avoir accès à de telles données.

Donc, pour résumer, les deux propositions qui sous-tendent l’économie malthusienne sont :

  1. les niveaux de vie sont inversement corrélés avec la taille de la population ;
  2. la croissance démographique est corrélée positivement avec le niveau de vie.

Point d’équilibrage

Blog - Malthus 1
Les relations malthusiennes. Source : Dieter Vollrath

Lorsque vous les mettez ensemble, vous obtenez un ensemble de boucles : une boucle d’équilibrage [1] et une boucle de renforcement [2].

Comme l’écrit Vollrath :

Tout dans le système pousse vers un terrain d’équilibre où la ressource par personne, et donc le niveau de vie, est juste au bon niveau pour que la croissance de la population soit nulle. Sans changement dans la population, il n’y a pas de changement dans le niveau de vie, donc il n’y a pas de changement dans la croissance de la population, donc il n’y a pas de changement dans la population. L’économie stagne au niveau de vie, ce qui entraîne une croissance démographique nulle.

Malthus pensait que ce système s’équilibrerait au niveau de l’économie de subsistance, mais Vollrath suggère que ce n’est pas nécessairement vrai. Le niveau de vie « stagnant » peut être plus élevé que cela, selon le niveau de préférence pour avoir des enfants.

Il fait également d’autres observations sur le modèle de Malthus :

  • Les chocs de technologie/productivité augmentent temporairement le niveau de vie, mais augmentent de façon permanente la population. Il y a des données réelles qui appuient cette affirmation.
  • Le retour à un niveau de vie « stagnant » (ou stable) peut prendre beaucoup de temps.

En d’autres termes, le système peut être instable à court et moyen terme s’il y a un changement dans la technologie ou les conditions environnementales qui modifient la relation entre le niveau de vie et la taille de la population (la partie contraignante du diagramme ci-dessus).

Pouvoir de négociation

C’est donc cela l’économie malthusienne. Mais il y a aussi une sorte de société malthusienne où les changements démographiques ont influencé le pouvoir de négociation des paysans, et donc les salaires, et cela a ensuite façonné ou remodelé les institutions sociales. Il y a toute une série de débats historiques qui portent sur le pouvoir politique et sur la façon dont il est acquis et exercé. Vollrath aborde certains d’entre eux.

North et Thomas soutiennent que les changements dans la population, en changeant les salaires relatifs et le pouvoir de négociation des paysans, ont contribué à changer les institutions en Europe occidentale avant la révolution industrielle. Brenner et Bois, d’autre part, disent que l’effet des changements démographiques sur les conditions de travail dépendait du pouvoir politique réel des paysans, qui n’était pas nécessairement affecté par la population.

Élites politiques

Dans leur livre Secular Cycles, Peter Turchin et Sergey Neverov passent en revue les arguments sur Malthus dans un premier chapitre, avant de procéder à une série d’études de cas d’une série de sociétés pré-industrielles. Ils observent que la critique de Malthus par Robert Brenner s’inspire de la période qui a suivi la peste. Différentes sociétés qui avaient été affectées de la même manière par la peste ont suivi des chemins différents par la suite. De plus, dans certains pays, comme l’Angleterre, les prix et les salaires ont suivi le modèle de Malthus, mais la croissance démographique ne l’a pas fait.

Ils s’inspirent de la critique de Brenner pour suggérer que le modèle économique de Malthus manque de quelques variables importantes : en particulier, le système de propriété foncière dans un territoire donné, ainsi que la structure et la cohésion de la classe dirigeante. Dans leur travail, l’État pré-moderne est une variable manquante, en particulier la mesure dans laquelle il coopte ou rivalise avec ses élites dirigeantes dans la lutte pour les ressources.

Vollrath n’aborde pas le travail de Turchin et Neverov, et en général le modèle des cycles séculaires n’est pas aussi connu qu’il devrait l’être. En bref, Secular Cycles commence par les questions relatives à la capacité de charge, et l’argument est le suivant :

Comme la capacité de charge dépasse les limites, vous obtenez des pénuries de terre et de nourriture, et une offre excédentaire de main-d’œuvre ; les prix des aliments augmentent ensuite et les salaires réels diminuent, ce qui conduit à une baisse de la consommation par habitant, en particulier parmi les plus pauvres ; ceci conduit à la détresse économique, avec des niveaux de fécondité plus faibles et des taux de mortalité plus élevés.

Blog Malthus 2
Modèle simplifié des cycles séculaires

Prospérer deux fois

Jusqu’à présent, c’est assez malthusien, mais Turchin et Neverov se penchent aussi sur le comportement de l’élite dans ces circonstances. En effet, les propriétaires fonciers et les employeurs de la main-d’œuvre (souvent les mêmes personnes) prospèrent deux fois plus. En résumé, ils en profitent à la fois parce qu’ils sont des employeurs de main-d’œuvre (et paient moins cher) et parce qu’ils sont propriétaires d’actifs (qui sont mis en concurrence par l’élite). Les pressions exercées sur les pauvres conduisent parfois à des conflits politiques, et parfois non. Cela dépend si les élites se divisent ou se serrent les coudes.

Bien que les études de cas datent d’avant la révolution industrielle, les travaux récents de Turchin se sont tournés vers les États-Unis plus contemporains. Cela devrait probablement faire l’objet d’un autre article, mais un monde dans lequel l’accroissement de la population (mondiale) entraîne une baisse des salaires réels, une forte hausse des prix des actifs et une intensification de la concurrence entre les élites semble malheureusement familier en 2018.

Limites de la croissance

Pour en revenir à Malthus, il y a aussi une troisième série d’arguments connexes importants, au sujet de la nature des limites de la croissance. Vollrath caractérise les arguments des « limites » comme tombant dans deux écoles :

  1. la croissance démographique est une donnée et ne répond pas au niveau de vie.
  2. la croissance démographique réduit le niveau de vie (en raison de la pénurie de ressources) et la population « augmente » en conséquence (une boucle de rétroaction négative).

L’autre lacune de l’article de Vollrath est qu’il utilise l’expression « limites à la croissance » mais ne discute pas des « Limites à la croissance » (comme dans le livre et le modèle World3). Les limites de la croissance méritent d’être considérées sous l’angle malthusien.

Production industrielle

C’était l’une des critiques à la fois du modèle original des « Limites à la croissance » et du livre, et peut-être plus intense à l’époque parce que Paul Ehrlich venait d’écrire sa très malthusienne Bombe démographique, qui prévoyait que la population mondiale en plein essor conduirait à la famine dans un avenir très proche. Il convient de noter qu’il est sorti au moment où la croissance de la population mondiale atteignait son taux le plus élevé. 1

Bien sûr, le modèle des limites de la croissance est plus sophistiqué que cela (voici ma version d’un article précédent ).

Et il y a des points critiques qui valent la peine d’être identifiés. Le modèle des Limites à la croissance ne concerne pas directement la population, sauf dans la mesure où l’augmentation de la population pourrait être corrélée à l’augmentation de la production industrielle. La production industrielle est fonction des ressources non renouvelables et du capital industriel (il s’agit d’un type de modèle se basant sur les « facteurs de production »). La production industrielle augmente la « pollution persistante », qui est un fourre-tout de modélisation des externalités environnementales au sens large ; les critiques commettent parfois l’erreur de lire le mot trop étroitement ou trop littéralement. Cela réduit la production agricole, ce qui signifie que la production industrielle diminue. En retour, cela signifie que la base industrielle ne peut soutenir une population aussi importante.

Et comme Dennis Meadows l’a dit cent fois ou plus depuis sa première publication, face à ce changement systémique, la technologie ne peut que retarder l’effondrement d’un système donné. Le cas principal (« cycle standard ») du modèle World3, qui a suivi de près le comportement du système mondial de 1971 et 2000 (et peut encore le faire), conduit à un déclin industriel à la fin des années 2020 et à un déclin de la population une décennie plus tard.

Juste malchanceux

Il ne reste plus qu’à penser que Malthus n’a peut-être pas eu de chance avec son timing. Il aurait été difficile pour lui de savoir que les petites exploitations de charbon qu’il aurait pu observer à son époque, étaient en fait un avant-goût de l’exploitation minière à grande échelle des XIXe et XXe siècles, ou que nous tomberions sur encore plus d’énergie gratuite sous la forme de pétrole au XXe siècle.

Cela laisse le mystère plus large de savoir pourquoi Malthus, et le « malthusianisme » sont devenus, dans les faits, des abus idéologiques. L’utilisation du terme « malthusien », du moins de mon vivant, a été une forme d’attaque paresseuse et personnelle qui permet à l’orateur d’ignorer ce qui a été dit. On ne peut pas dire simplement que Malthus avait tort ; beaucoup de ses contemporains se trompaient sur d’autres choses et sont simplement devenus des notes de bas de page dans les livres d’histoires.

La raison, je pense, est que Malthus jette un doute sur toute la notion de progrès et de croissance qui a été notre discours dominant au cours des 150 dernières années, certainement dans les pays qui s’en sont bien tirés de la révolution industrielle. Plus encore : il s’agit de notre seul discours dominant admissible. Et si Malthus a été malchanceux dans son calendrier, son argument implique toujours que nous aurions pu, en tant qu’espèce, être chanceux plutôt qu’intelligents en trébuchant sur toute cette énergie facile. Ce qui, à son tour, jette un doute sur une grande partie de l’histoire sur les capacités humaines et le développement humain qu’est l’histoire des Lumières.

Traduit par Hervé, relu par Diane pour le Saker Francophone

Notes

  1. 50 ans plus tard: Ehrlich a récemment déclaré qu’il avait mal jugé du calendrier, et de certains détails, mais l’argument est toujours valable.
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « La malédiction de Thomas Malthus »

Les commentaires sont fermés.