La Fabian Society, l’eugénisme et les forces historiques à l’origine de l’effondrement du système actuel


Les mouvements de liberté actuels pourraient-ils forcer les éléments de la classe politique qui n’ont pas perdu leur humanité à s’engager à tout assimiler dans un sacerdoce transhumaniste unipolaire ?


Par Matthew Ehret – Le 28 février 2022 – Source Strategic Culture

Le système financier se dirige clairement vers un point de dissolution.

Il n’est pas exagéré de dire que l’effondrement lui-même a déjà eu lieu et que nous n’avons simplement pas encore ressenti toute la force brutale de l’onde de choc qui accélère vers nous. Ce processus est comparable à une rupture tectonique dans la croûte terrestre sous l’océan. Le choc s’est produit et un tsunami se forme. Il frappera le front de mer avec des conséquences dévastatrices et ce n’est qu’en perdant l’habitude de vivre dans l’instant présent que les personnes sur la plage auront une chance de se mettre à l’abri avant qu’il ne soit trop tard.

La question n’est pas « le système va-t-il s’effondrer » , mais plutôt quand le tsunami va-t-il frapper de plein fouet ?

En outre, QUEL sera le système d’exploitation qui sera mis en ligne pour remplacer le chaos de la chaîne d’approvisionnement, l’hyperinflation, la pénurie et la violence qui s’ensuivront ?

Deux systèmes s’affrontent

Nous pouvons déjà voir clairement deux modèles opposés qui ont pris forme, illustrés dans les remarques faites récemment par le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui a déclaré :

Je crains que notre monde ne s’achemine vers deux types différents de règles économiques, commerciales, financières et technologiques, deux approches divergentes dans le développement de l’intelligence artificielle – et finalement deux stratégies militaires et géopolitiques différentes. C’est une source d’ennuis. Ce sera beaucoup moins prévisible et beaucoup plus dangereux que la guerre froide.

Guterres parle de deux paradigmes divergents, alors quels sont-ils ?

D’une part, il y a l’idéologie que Guterres lui-même soutient avec dévotion et qui a pris le titre, ces dernières années, d' »Agenda de Davos » ou de « Grande réinitialisation » .

Guterres est même allé jusqu’à signer en juin 2020 le traité d’intégration de l’ONU-WEF, qui unit les deux organismes mondialistes en un seul système d’exploitation semblable à celui des Borgs, en annonçant : « La Grande réinitialisation est une reconnaissance bienvenue que cette tragédie humaine doit être un appel au réveil. Nous devons construire des économies et des sociétés plus égales, plus inclusives et plus durables, plus résilientes face aux pandémies, au changement climatique et aux nombreux autres changements mondiaux auxquels nous sommes confrontés. »

Alors que la Grande réinitialisation prétend utiliser la pandémie actuelle pour faire passer une refonte complète de la société humaine sous un gouvernement mondial technocratique, le système opposé, dirigé par les nations non invitées au récent « sommet de la démocratie mondiale » et qualifiées d’« autoritaires » par Soros et la clique du Davos, souhaite éviter d’être sacrifié.

Alors qu’un des systèmes est fondé sur un programme de dépeuplement géré scientifiquement depuis le sommet, l’autre système affirme le droit des nations souveraines à continuer comme seule base légitime du droit international et le progrès scientifique comme base de l’idéologie économique. Les termes du nouveau système ont récemment été réaffirmés dans la déclaration conjointe Russie-Chine de 5000 mots sur les caractéristiques de la nouvelle ère qui se dessine.

Poutine lui-même a récemment exposé ces termes en déclarant : « Seuls les États souverains peuvent répondre efficacement aux défis de l’époque et aux demandes des citoyens. Par conséquent, tout ordre international efficace devrait tenir compte des intérêts et des capacités des États et procéder sur cette base, et non essayer de prouver qu’ils ne devraient pas exister. En outre, il est impossible d’imposer quoi que ce soit à quiconque, qu’il s’agisse des principes qui sous-tendent la structure sociopolitique ou des valeurs que quelqu’un a qualifié arbitrairement d' »universelles ». Après tout, il est clair que lorsqu’une véritable crise survient, il ne reste qu’une seule valeur universelle, à savoir la vie humaine, que chaque État décide lui-même de protéger au mieux en fonction de ses capacités, de sa culture et de ses traditions. »

Quelle bouffée d’air frais !

Comparez cela au tristement célèbre « vous ne posséderez rien et serez heureux » de Klaus Schwab.

D’où vient l’ordre mondial dystopique de la bande du Davos ?

La conspiration ouverte de H.G. Wells

Cela pourrait vous surprendre, mais pour répondre à cette question, nous devons faire un bond en arrière de près d’un siècle dans le passé et rencontrer un ingénieur social misanthrope vieillissant du nom d’Herbert George Wells, qui a écrit en 1928 un opus intitulé The Open Conspiracy : Blueprint for a World Revolution, appelant à un gouvernement mondial et à la dépopulation :

La Conspiration ouverte repose sur un manque de respect pour la nationalité, et il n’y a aucune raison pour qu’elle tolère des gouvernements nocifs ou obstructifs parce qu’ils tiennent leur place dans telle ou telle parcelle du territoire humain.

Wells était membre d’une organisation appelée The Fabian Society, elle-même créée en 1884 par une coterie d’eugénistes et de malthusiens britanniques dans le but de promouvoir un nouvel ordre social destiné à modeler la société en un nouvel ordre mécanisé dirigé par une élite managériale de « scientifiques du social » d’en haut.

Le choix du titre « Fabian » est dérivé du général romain Fabius Maximus, réputé pour sa stratégie consistant à vaincre ses ennemis par une patience surhumaine et une lente usure. La philosophie fabienne était illustrée par un vitrail tristement célèbre représentant les dirigeants fabiens George B. Shaw et Sidney Webb sous les traits de forgerons martelant le monde à leur propre image séculaire, ainsi que par le bouclier du logo fabien représentant un loup déguisé en agneau.

Contrairement à l’approche conventionnelle de « force brute » des impérialistes britanniques conservateurs qui optaient souvent pour des méthodes de terre brûlée pour détruire leurs victimes, les Fabiens s’enorgueillissaient de jouer un long jeu plus « pacifique » , subtil et mortel. Plutôt que de pousser de grandes guerres qui avaient souvent pour effet de risquer de lourdes pertes pour l’oligarchie elle-même, les Fabiens ont compris qu’il valait mieux promouvoir une lente attrition et une infiltration en utilisant les techniques jésuitiques de perméation. L’historien Stephen O’Neil a écrit sur le principe directeur de la théorie de la perméation de la Fabian Society :

Malgré leur image politique traditionnelle, les Fabiens, sous l’impulsion de Sidney Webb, pensaient disposer d’une arme nouvelle et unique dans la politique de perméation. C’est par l’utilisation de cette tactique, selon Webb, que les Fabiens, dans l’esprit des Troyens et de leur cheval légendaire, entreraient dans les rangs et dans l’esprit des personnes politiquement influentes en leur fournissant des programmes, des idées, des opinions et des recherches lourdement documentées par des statistiques qui pourraient être commodément intégrées dans la politique publique. 1

Tout au long du 20e siècle, la Fabian Society a pénétré toutes les branches du gouvernement, l’armée, les universités, les médias et même les conseils d’administration des entreprises privées du monde entier, créant des systèmes mondiaux de cinquièmes colonnes opérant au sein de cellules, unifiées hiérarchiquement par un commandement central dans les plus hauts échelons des services secrets britanniques.

En bas, la plèbe et les travailleurs étaient attirés par les « mots » promus par les Fabiens, tels que l’égalité, la justice sociale et la redistribution des richesses en utilisant des termes marxistes, sans jamais se rendre compte que ces mots n’étaient qu’une douce illusion sans aucune prétention à la réalité.

Tout comme les ordres jésuitiques et maçonniques, de nombreux Fabiens n’ont jamais eu la moindre idée de ce qu’était réellement la machine dont ils n’étaient que des éléments. C’est pourquoi le parti travailliste britannique (alias le parti fabien de Grande-Bretagne) était si souvent occupé par des membres bien intentionnés qui n’ont jamais eu la moindre idée des enjeux réels. L’école officielle des Fabiens, qui est devenue un centre de contrôle idéologique et un lieu de recrutement pour la nouvelle génération de talents (parallèlement à l’Université d’Oxford de la Table ronde Rhodes/Milner), était la London School of Economics.

En fait, au cours du 20e siècle, ces deux opérations oligarchiques ont souvent entretenu des relations étroites, comme la collaboration entre le Fabien Lord Mackinder et le Lord Milner de la Table ronde pour élaborer une stratégie pour l’Amérique du Nord en 1908 ou la fondation de la Canadian Fabian Society par cinq boursiers Rhodes en 1932.

George Bernard Shaw a clairement exposé la philosophie pro-eugéniste des Fabiens en 1934 lorsqu’il a déclaré : « Dès que nous y faisons face franchement, nous sommes amenés à la conclusion que la communauté a le droit de mettre un prix sur le droit de vivre en son sein … Si les gens sont aptes à vivre, laissez-les vivre dans des conditions humaines décentes. S’ils ne sont pas aptes à vivre, tuez-les d’une manière humaine décente. Faut-il s’étonner que certains d’entre nous soient poussés à prescrire la chambre létale comme la solution pour les cas difficiles qui servent actuellement d’excuse pour ramener tous les autres cas à leur niveau, et comme la seule solution qui suscitera un sentiment de pleine responsabilité sociale chez les populations modernes ? » 2.

On peut entendre ce personnage sans cœur décrire son point de vue avec ses propres mots dans la courte vidéo suivante :

HG Wells était tout aussi explicite dans nombre de ses écrits non fictionnels, déclarant en 1904 : « La nature a toujours eu pour principe de tuer les plus arriérés, et il n’y a toujours pas d’autre moyen, à moins que nous puissions empêcher la naissance de ceux qui deviendraient les plus arriérés. C’est dans la stérilisation des ratés, et non dans la sélection des réussis pour la reproduction, que réside la possibilité d’une amélioration du stock humain. » 3

Transformer nos rêves en cauchemars grâce aux récits

Ce n’est pas une coïncidence si Shaw et Wells avaient tous deux passé les trois décennies précédentes à innover une nouvelle forme de guerre culturelle appelée « programmation prédictive » .

Que ce soit dans ses histoires de science-fiction comme La Guerre des mondes, L’Homme invisible, Le Monde libéré, L’Île du docteur Morrow ou La Machine à remonter le temps, Wells a toujours introduit dans ses récits des chevaux de Troie dont il savait qu’ils auraient une valeur durable pour conditionner l’esprit du temps.

Ces chevaux de Troie étaient simplement les suivants : 1) la nature humaine est intrinsèquement absurde, égoïste et incapable de résoudre le paradoxe du devoir et de la liberté de manière crédible ; 2) la science et la technologie seront donc toujours utilisées à des fins égoïstes et destructrices ; 3) le gouvernement mondial est le seul salut pour l’humanité.

La seule solution à de tels problèmes était de remodeler la société en fonction d’un sacerdoce scientifique qui savait prendre le genre de décisions « difficiles » que les masses crasseuses n’auraient jamais le courage de prendre elles-mêmes. Le thème du gouvernement mondial et de la collectivisation des richesses sous un commandement central étaient également des thèmes avancés par Wells qui écrivait en 1940 :

La collectivisation signifie la gestion des affaires communes de l’humanité par un contrôle commun responsable devant toute la communauté. Cela signifie la suppression de la loi du plus fort dans les affaires sociales et économiques, tout autant que dans les affaires internationales. C’est l’abolition franche de la recherche du profit et de tous les moyens par lesquels l’homme s’arrange pour être le parasite de son prochain. C’est la réalisation pratique de la fraternité des hommes par un contrôle commun.

L’organe de propagande de la Fabian Society, The New Statesman, écrivait en 1931 : « Les revendications légitimes de l’eugénisme ne sont pas intrinsèquement incompatibles avec les perspectives du mouvement collectiviste. Au contraire, on pourrait s’attendre à ce qu’elles trouvent leurs adversaires les plus intransigeants parmi ceux qui s’accrochent aux vues individualistes de la parentalité et de l’économie familiale. »

Alors que les véritables socialistes qui se souciaient réellement des droits des travailleurs en opposition aux forces oligarchiques ne s’entendaient généralement pas bien avec les fascistes, l’espèce particulière des socialistes fabiens était toujours unie à la cause fasciste et s’efforçait toujours de détruire les véritables mouvements ouvriers dans toute nation qu’elle pénétrait. Si seulement ces fascistes pouvaient être guéris de leur nationalisme, écrivait Wells, alors il se ferait volontiers le champion de la croix gammée et déclarait en 1932 : « Je demande des fascistes libéraux, des nazis éclairés ».

Eugénisme et fascisme : Les solutions miracles à la Grande Dépression

Alors que ces mots étaient prononcés, l’oligarchie financière anglo-américaine que Wells servait était en bonne voie d’établir un système mondial d’économie politique conçu pour imposer l’eugénisme à l’humanité par son soutien à Hitler. Cette nouvelle science du gouvernement (avec sa saveur corporatiste en Italie) a été poussée sur le monde comme la « solution économique miracle » aux horreurs de la grande dépression de 1929-1932 (elle-même également la cause d’une désintégration contrôlée d’une bulle financière).

Malgré le fait que le projet fasciste ait échoué en 1933 (lorsqu’une dictature des banquiers centraux a été déraillé par Franklin Roosevelt) et à nouveau lorsque le monstre Frankenstein Hitler a cessé d’obéir aux ordres de Londres et a dû être abattu, le projet d’un Nouvel Ordre Mondial s’est poursuivi dans l’après-guerre sous la forme d’une conspiration ouverte.

Après la mort de Wells en 1946, d’autres Fabiens et ingénieurs sociaux ont poursuivi son travail pendant la guerre froide (y compris la conception de la guerre froide elle-même comme moyen de détruire le système de coopération gagnant-gagnant et l’amitié États-Unis-Russie-Chine envisagée par Roosevelt).

Le fascisme d’après-guerre : Faire en sorte que l’impensable devienne pensable

L’un des principaux grands stratèges de cette période sombre était l’associé de Wells (et ancien membre de la Fabian Society), Lord Bertrand Russell, qui écrivait en 1952 dans son ouvrage The Impact of Science on Society :

Je pense que le sujet qui aura le plus d’importance politiquement est la psychologie de masse….. Son importance a été énormément accrue par le développement des méthodes modernes de propagande. Parmi celles-ci, la plus influente est ce que l’on appelle « l’éducation » . La religion joue un rôle, bien qu’en diminution ; la presse, le cinéma et la radio jouent un rôle croissant… on peut espérer qu’avec le temps, n’importe qui sera capable de persuader n’importe qui de n’importe quoi s’il peut attraper le patient jeune et si l’État lui fournit l’argent et l’équipement.

 

Le sujet progressera lorsqu’il sera pris en charge par des scientifiques sous une dictature scientifique. Les psychologues sociaux de l’avenir auront un certain nombre de classes d’écoliers sur lesquelles ils essaieront différentes méthodes pour produire une conviction inébranlable que la neige est noire. On arrivera bientôt à plusieurs résultats. Premièrement, l’influence de la maison est obstructive. Deuxièmement, l’on ne peut pas faire grand-chose si l’endoctrinement ne commence pas avant l’âge de dix ans. Troisièmement, les versets mis en musique et entonnés de manière répétée sont très efficaces. Quatrièmement, l’opinion selon laquelle la neige est blanche doit être considérée comme un goût immodéré pour l’excentricité. Mais j’anticipe. Il appartient aux futurs scientifiques de préciser ces maximes et de découvrir exactement combien il en coûte par tête pour faire croire aux enfants que la neige est noire, et combien il en coûterait moins pour leur faire croire qu’elle est gris foncé.

La vision dystopique de Russell a été mise en parallèle avec celle de son ami Sir Julian Huxley (fondateur de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) en 1946 qui a déclaré :

La morale de l’UNESCO est claire. La tâche qui lui incombe de promouvoir la paix et la sécurité ne pourra jamais être entièrement réalisée par les moyens qui lui sont assignés – éducation, science et culture. Elle doit envisager une certaine forme d’unité politique mondiale, que ce soit par le biais d’un gouvernement mondial unique ou autrement, comme le seul moyen certain d’éviter la guerre… dans son programme éducatif, elle peut souligner la nécessité ultime d’une unité politique mondiale et familiariser tous les peuples avec les implications du transfert de la pleine souveraineté des nations séparées à une organisation mondiale.

Dans quel but cette « unité politique mondiale » serait-elle visée ? Plusieurs pages plus loin, la vision de Huxley est exposée dans tous ses détails tordus :

Pour l’instant, il est probable que l’effet indirect de la civilisation soit dysgénique au lieu d’être eugénique, et en tout cas il semble probable que le poids mort de la stupidité génétique, de la faiblesse physique, de l’instabilité mentale et de la propension à la maladie, qui existe déjà dans l’espèce humaine, s’avérera un trop lourd fardeau pour qu’un réel progrès puisse être atteint. Ainsi, même s’il est tout à fait vrai que toute politique eugénique radicale sera pendant de nombreuses années politiquement et psychologiquement impossible, il sera important pour l’UNESCO de veiller à ce que le problème eugénique soit examiné avec le plus grand soin et que l’esprit public soit informé des questions en jeu afin que beaucoup de ce qui est aujourd’hui impensable puisse au moins devenir pensable.

 

La recolonisation économique du monde

Si beaucoup pensent que les années d’après-guerre ont été principalement marquées par la guerre froide, la réalité est que le rideau de fer n’a jamais été qu’une couverture pour imposer une infiltration et une colonisation complètes des esprits des citoyens de la communauté transatlantique qui avait tant donné pour arrêter la montée du fascisme. L’accent a été mis en particulier sur la jeune génération des « baby boomers », qui allait subir le conditionnement le plus intensif de toutes les générations de l’histoire.

Alors que la population était poussée dans des états de folie tout au long de l’ère de la terreur nucléaire constante, des guerres asymétriques à l’étranger et des révolutions de la contre-culture drogue-sexe-rock’n’roll au niveau national ont été menées.

Au moment de l’assassinat de Bobby Kennedy et de l’éviction de de Gaulle, le décor était planté pour une nouvelle phase de colonisation des États nations occidentaux par le flottement du dollar américain et la destruction du système de réserves d’or qui avait servi de base au système de Bretton Woods après 1945. Tant que les taux de change étaient fixes, la guerre économique contre les nations par la spéculation à court terme (qui a toujours été un outil de la City de Londres) n’était pas possible. En outre, la stabilité offerte par des taux de change fixes permettait de réfléchir et de planifier à long terme, ce qui était nécessaire pour construire des infrastructures à grande échelle et d’autres projets scientifiques qui exigeaient le type de patience et de prévoyance que la pensée à court terme axée sur le marché ne permettait jamais.

Dans cette nouvelle ère de déréglementation post-1971, l’humanité a été encore plus atomisée autour d’une nouvelle idée de la « valeur » qui était motivée par la notion que les désirs individuels non limités par la réglementation « provoquent » un changement créatif au sein des forces supposées autorégulatrices du marché. Plus la formule « cupidité = bien » était ancrée dans le système de fonctionnement des États occidentaux, plus les structures plus larges de ces États étaient réquisitionnées par des sociétés et des banques privées qui fusionnaient de plus en plus les unes avec les autres à l’ère de la « survie du plus fort » darwinienne. Plus ces entités supranationales interconnectées fusionnaient, plus les leviers du pouvoir économique étaient arrachés aux États-nations souverains pour passer aux mains de la finance privée redevable à des forces antagonistes à l’humanité. Au cours de ce processus, les secteurs autrefois productifs de l’économie qui donnaient de la vitalité aux nations ont été atrophiés et externalisés à l’étranger.

Les taux normaux d’investissement dans l’entretien et l’amélioration des infrastructures à forte intensité de capital se sont arrêtés et les secteurs industriels ont été fermés et déplacés vers des secteurs de main-d’œuvre bon marché à l’étranger, qui sont eux-mêmes devenus de nouvelles zones d’esclavage moderne approvisionnant le consumérisme occidental en « biens bon marché » provenant de Chine et en ressources bon marché volées au Sud.

Alors que la croissance monétaire était auparavant liée à la croissance de la production industrielle, le paradigme de l’après-1971 a lié la croissance monétaire à des taux toujours plus élevés de dettes impayables et de capitaux spéculatifs sans lien avec le monde réel.

Les deux visages du mal : le WEF et le groupe Inter-Alpha

Au cours de cette même année fatidique de 1971, deux autres entités de mauvais augure ont été créées.

En janvier 1971, une entité a été créée en Suisse par un protégé d’Henry Kissinger, Klaus Schwab, sous le nom de « Forum économique mondial (FEM ou WEF) » . L’un des principaux membres fondateurs était Maurice Strong, un élitiste canadien lié à Rockefeller qui était devenu l’un des pères fondateurs du mouvement environnemental moderne et le coarchitecte du Club de Rome. L’une des initiatives que Strong avait contribué à mettre sur pied en 1970 était la 1001 Nature Trust, un projet consacré à la collecte de capitaux pour le Fonds mondial pour la nature (WWF) et le nouveau mouvement environnemental. L’un des fondateurs du WWF ? Sir Julian Huxley.

L’autre entité de mauvais augure formée en 1971 était le groupe de banques Rothschild Inter-Alpha sous l’égide de la Royal Bank of Scotland. L’intention déclarée de ce groupe se trouve dans le discours de 1983 de Lord Jacob Rothschild : « deux grands types d’institutions géantes, la société mondiale de services financiers et la banque commerciale internationale dotée d’une compétence commerciale mondiale, peuvent converger pour former le conglomérat financier ultime, tout-puissant et à plusieurs têtes. »

Lord Rothschild faisait référence à la destruction des lois de séparation bancaire dit Glass-Steagall Act, de part et d’autre de l’Atlantique, qui avaient maintenu les activités de banque commerciale, de banque d’investissement et d’assurance compartimentées dans des mondes séparés depuis la Seconde Guerre mondiale. En 1986, cette destruction des cloisons dans le secteur bancaire a commencé avec le Big Bang de Margaret Thatcher, suivi peu après par la destruction des Quatre Piliers par le Canada. Bien que cela ait pris 14 ans de plus, le dernier clou a été planté dans le cercueil du Glass-Steagall lorsque Clinton a détruit la loi dans l’un des derniers actes de son mandat. À partir de ce moment, les contrats dérivés, qui ne représentaient que 2 000 milliards de dollars en 1991 et 80 000 milliards de dollars en 1999, ont rapidement atteint plus de 650 000 milliards de dollars lorsque le marché immobilier a explosé aux États-Unis en 2007.

L’économie devient une bombe

Ce qu’il est important de garder à l’esprit, c’est qu’à travers tout ce processus post-1971, le capitalisme lui-même a été lentement transformé en une bombe à retardement qui ne pouvait que s’effondrer. Cela signifie que c’est une erreur fatale de considérer les abus de la mondialisation ou l’effondrement en cours comme des erreurs, mais plutôt comme la conséquence voulue de la conception même du système.

Les États-nations occidentaux ont perdu leur souveraineté économique en vendant leur avenir au prix de marchandises bon marché provenant de l’étranger, ce qui les a rendus dépendants du maintien des nations pauvres dans la pauvreté et de la main-d’œuvre bon marché (les nations en développement et en voie de modernisation ont tendance à produire une main-d’œuvre qualifiée et bien payée, ce qui n’a rien à voir avec une république bananière).

Ainsi, l’humanité a glissé de plus en plus dans une cage de « fin de l’histoire » qui a finalement cherché un nouvel ordre mondial pour remplacer l’ancien ordre des États-nations et des démocraties qui avaient gouverné les deux siècles précédents. Il y a eu un contrôle supranational plus centralisé des États-nations par l’oligarchie financière sous couvert d’accords de « libre-échange » tels que l’ALENA et Maastricht au début des années 1990.

Il s’agissait bien sûr de la tendance quasi inéluctable après la désintégration de l’Union soviétique (et la reproduction de la mondialisation occidentale dans la courte période de la thérapie de choc des années 1990 en Russie). Je dis heureusement « quasi-inéluctable » car quelque chose de très spécial et d’inattendu est venu faire dérailler ce plan en 2013.

Un nouveau système d’exploitation émerge

Je fais ici référence au moment où Xi Jinping a fait savoir au monde que la Chine ne continuerait pas indéfiniment à être la plaque tournante de la main-d’œuvre bon marché de l’Occident et qu’au lieu de cela, un nouveau programme baptisé « Initiative de la nouvelle route de la soie » a été dévoilé comme la force motrice de la politique étrangère de la Chine. Ce programme a rapidement fusionné avec l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie et a rallié 140 nations du monde à son système d’exploitation, dont les ramifications s’étendent jusqu’à l’Arctique sous le nom de « Route de la soie polaire » . Le système multipolaire de l’Eurasie, qui avait lentement progressé entre 1999 et 2013, a commencé à prendre un rythme de croissance accéléré, avec de nouvelles institutions financières, des projets d’infrastructure à grande échelle et de nouvelles plateformes diplomatiques construites en cours de route.

En 2015, la Russie et la Chine avaient créé leurs propres alternatives à SWIFT, contrôlée par les États-Unis, et la même année, la Russie est entrée en Syrie pour défendre le principe de la souveraineté nationale.

Maintenant, la Russie et la Chine, toutes deux encerclées par le complexe militaro-industriel américain, ont publié une puissante déclaration commune établissant un manifeste pour un nouveau système d’exploitation qui consacre le principe des États-nations souverains, et des activités qui favorisent la coopération gagnant-gagnant et la croissance démographique comme socle de l’ordre.

Ainsi, lorsque Guterres fait dans son froc en se plaignant du danger de l’émergence de deux systèmes opposés, ou lorsque ceux qui manipulent Biden promeuvent des sommets sur la démocratie qui excluent toutes les nations du monde qui ne veulent pas être sacrifiées sur l’autel de Gaïa, vous pouvez être sûrs que c’est parce que quelque chose de compatible avec la dignité humaine a émergé.

Les mouvements de liberté qui surgissent actuellement de part et d’autre de l’Atlantique pourraient-ils forcer les éléments de la classe politique qui n’ont pas perdu leur humanité au profit d’un engagement du Forum économique mondial digne des borgs et visant à tout assimiler dans un sacerdoce transhumaniste unipolaire ? Cela reste à voir.

Matthew Ehret

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Notes

  1. The Origins and Development of the Fabian Society, 1884-1900, Stephen J. O’Neil – Loyola University Chicago
  2. George Bernard Shaw, Préfaces (Londres : Constable and Co., 1934), p. 296
  3. H.G. Wells dans American Journal of Sociology, Vol. 10 (1904), p. 11
   Envoyer l'article en PDF