La Covid en tant qu’arme biologique fabriquée aux États-Unis et dirigée contre la Chine


Par Mike Withney et Ron Unz – Le 15 Juin 2021 – Source The Unz Review

Ce qui rend votre théorie sur les origines du SRAS-CoV-2 si controversée, ce n’est pas tant qu’elle suggère que l’agent pathogène a été créé dans un laboratoire, mais qu’il s’agit en fait d’une arme biologique délibérément libérée par des agents américains menant une guerre secrète contre les ennemis présumés des États-Unis. Voici une importante citation tirée de votre article intitulé « American Pravda : Un monde à la George Orwell. Le virus s’est échappé d’un laboratoire«  :

« …… Il est fort probable que la Covid-19 provienne d’un laboratoire et qu’il ait été conçu comme une arme biologique, mais nous ne disposons d’aucune indication sérieuse qu’il s’en soit échappé. Donc, si l’épidémie initiale de Wuhan était due au déploiement d’une arme biologique puissante, mais pas à une fuite accidentelle d’un laboratoire, alors la Chine était sûrement la cible visée, la victime plutôt que le coupable….. 

Étant donné notre confrontation militaire et géopolitique actuelle avec la Chine, l’Amérique semble être la source probable de l’attaque… Les suspects les plus probables seraient des éléments malhonnêtes de notre establishment de sécurité nationale, probablement certains des néoconservateurs de l’État profond que Trump a placés au sommet de son administration.

Cette petite poignée de comploteurs de haut niveau aurait alors fait appel aux ressources de l’appareil de sécurité nationale américain pour mener à bien l’opération. Le virus et ses dispositifs de dispersion auraient pu être obtenus à Fort Detrick et des agents de la CIA ou des membres des forces spéciales auraient été envoyés à Wuhan pour le lâcher….. En fait, ce qui s’est passé est un scénario du type Dr. Strangelove, mais transposé dans la réalité. » (« American Pravda : George Orwell’s Virus Lab-Leak« , Ron Unz, The Unz Review)

Question 1- Alors, voici la question : Pensez-vous que les récents développements donnent de la crédibilité à cette explosive théorie ou croyez-vous maintenant que la Covid-19 a simplement été divulgué « accidentellement », par erreur humaine ?

Ron Unz – Comme chacun sait, au cours du mois dernier, l’ensemble du « récit dominant » de l’épidémie de Covid a été complètement bouleversé. Il y a quelques semaines à peine, quiconque suggérait que le virus était artificiel était dénoncé et ridiculisé comme un « théoricien du complot » et toute déclaration de ce type était automatiquement interdite par Facebook.

Mais ces mêmes idées qui étaient interdites sont maintenant largement acceptées et promues par des figures de proue médiatiques et des établissements politiques. Le vétéran du New York Times qui a été le fer de lance de la couverture de la Covid-19 a maintenant admis qu’il s’était complètement trompé et que le virus provenait probablement d’un laboratoire. Les trois milliards d’utilisateurs de Facebook peuvent désormais discuter ouvertement de cette possibilité.

L’effondrement total de cette bulle de propagande sur le « virus naturel » a été produit par un article de 11 000 mots publié à compte d’auteur par Nicholas Wade, journaliste scientifique de longue date. Pourtant, ce qui est étonnant, c’est que presque aucun des faits cruciaux qu’il a cités dans son article n’était nouveau. Presque toutes les preuves importantes de Wade étaient disponibles publiquement depuis une année complète, mais ont été simplement ignorées par l’ensemble de notre establishment politique et médiatique, en partie parce que Trump a pris cette position et qu’ils détestaient tous Trump.

Donc le virus est probablement venu d’un laboratoire. Mais la question devient maintenant « quel laboratoire ? » Tout comme les médias grand public avaient promu la croyance totalement infondée que le virus de la Covid-19 était naturel, ces mêmes médias ont maintenant commencé à promouvoir la croyance tout aussi infondée que le virus de la Covid-19 a accidentellement fui de l’Institut de virologie de Wuhan en Chine. Cependant, les preuves d’une telle fuite du laboratoire de Wuhan sont si minces qu’elles sont presque invisibles.

Il est vrai que les chercheurs chinois de ce laboratoire menaient des expériences sur des virus de chauve-souris apparentés, mais de nombreux chercheurs américains menaient des expériences très similaires et, pendant des décennies, les virus de chauve-souris ont également été au cœur de l’énorme programme américain de guerre biologique.

Wuhan est une énorme métropole de 11 millions d’habitants, bien plus grande que la ville de New York, et le laboratoire de Wuhan est situé à 30 km (!) du marché de gros des fruits de mer de Huanan, qui a été le premier épicentre de l’épidémie de Wuhan. Une distance de 30 km semble trop éloignée pour expliquer une fuite accidentelle en laboratoire.

Immédiatement après l’épidémie initiale de Wuhan, le virus a commencé à infecter les élites politiques iraniennes et à en tuer un certain nombre. N’est-il pas invraisemblable qu’une fuite accidentelle dans un laboratoire de Wuhan se propage aussi rapidement dans la ville sainte de Qom, à l’autre bout du monde ?

De nombreux autres aspects de la chronologie de l’épidémie ne semblent pas correspondre à une fuite accidentelle et aléatoire en laboratoire.

Jusqu’à il y a quelques semaines, les médias grand public et Facebook fermaient la porte à tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec la théorie du « virus naturel », même si les preuves d’un virus artificiel ont toujours été beaucoup plus solides. Maintenant ils disent « Oups ! Nous avions tort. Le virus venait probablement d’un laboratoire. » Je pense donc qu’il leur sera désormais beaucoup plus difficile de mettre un terme à tout débat sur le laboratoire en question.

Une fois que les gens ont pris conscience des faits de base sur le virus, la croyance qu’il était naturel s’est rapidement effondrée. Et une fois que les gens auront pris conscience des faits fondamentaux de l’épidémie initiale de la Covid-19, je pense que la croyance en une fuite accidentelle d’un laboratoire s’effondrera également.

Question 2 – Vous avez anticipé ma prochaine question, mais je vais quand même la poser. Dans un autre de vos articles, vous dites ceci :

« Alors que le coronavirus commençait progressivement à se propager au-delà des frontières de la Chine, un autre développement s’est produit qui a considérablement multiplié mes soupçons. La plupart de ces premiers cas étaient apparus exactement là où on pouvait s’y attendre, dans les pays d’extrême Orient limitrophes de la Chine. Mais fin février, l’Iran est devenu le deuxième épicentre de l’épidémie mondiale. De manière encore plus surprenante, ses élites politiques ont été particulièrement touchées, puisque 10 % de l’ensemble du parlement iranien a été infecté et qu’au moins une douzaine de ses fonctionnaires et hommes politiques sont morts de la maladie, dont certains de haut rang. En effet, les activistes néoconservateurs sur Twitter ont commencé à noter avec joie que leurs ennemis iraniens tombaient maintenant comme des mouches.

Examinons les implications de ces faits. Dans le monde entier, les seules élites politiques qui ont subi des pertes humaines significatives sont celles de l’Iran, et elles sont mortes à un stade très précoce de l’épidémie, avant même que les épidémies significatives ne se soient produites partout dans le monde. Ainsi, l’Amérique a assassiné le plus haut commandant militaire iranien le 2 janvier et, quelques semaines plus tard, une grande partie des élites dirigeantes iraniennes a été infectée par un nouveau virus mystérieux et mortel, qui a entraîné la mort de nombre d’entre elles. Toute personne rationnelle pourrait-elle considérer cela comme une simple coïncidence ? »

Ma question est la suivante : Est-ce un indice ? En d’autres termes, ces deux « attaques » contre des ennemis des États-Unis suggèrent-elles fortement l’implication de Washington ?

Ron Unz – Eh bien, c’est certainement une coïncidence extrêmement étrange pour ceux qui prétendent que l’épidémie mondiale de Covid a été causée par une fuite accidentelle et aléatoire de virus d’un laboratoire chinois.

L’Iran est à l’autre bout du monde, et très peu de Chinois visitent la ville sainte de Qom. Il est donc extrêmement étrange que le virus Covid soit passé si rapidement d’une fuite en laboratoire à Wuhan à la direction politique de l’Iran, qui a subi la première vague épidémique suivante.

Quelques semaines plus tard, la troisième vague épidémique mondiale a commencé dans le nord de l’Italie, mais 200 000 Chinois vivent et travaillent dans cette région, et beaucoup d’entre eux venaient de rentrer de leurs vacances du Nouvel An lunaire en Chine. La population chinoise de Qom est absolument négligeable en comparaison. L’épidémie italienne est parfaitement logique alors que celle de Qom ne l’est pas.

Tout cela ne constitue pas une preuve, mais soulève d’énormes doutes quant à la probabilité de l’hypothèse d’une fuite aléatoire de laboratoire. En revanche, la dissémination délibérée d’une arme biologique virale semble être une explication beaucoup plus plausible pour les deux premières vagues épidémiques.

L’Amérique dispose du programme de guerre biologique le plus important et le plus complet au monde, et les deux principaux adversaires internationaux de l’Amérique – la Chine et l’Iran – ont été touchés presque simultanément par un virus mystérieux et mortel. Les soupçons semblent pointer dans une direction assez évidente.

Si la famille mafieuse Colombo de New York est en dispute acharnée avec les Genovese, et que deux capos de cette dernière sont retrouvés morts en l’espace de 24 heures, peut-être ont-ils tous deux soudainement décidé de se suicider. Mais la plupart des observateurs sensés auraient tendance à envisager d’autres possibilités.

Question 3 – Peu après la publication de votre article explosif suggérant que des agents du renseignement américain auraient été impliqués dans la diffusion de la Covid-19 parmi les Chinois et les Iraniens, votre site Internet a été déplafonné par Google et interdit sur Facebook ? Pouvez-vous nous expliquer brièvement ce qui s’est passé et nous dire également si vous pensez que votre présumé délit était :

1- Suggérer que le SRAS-CoV-2 a été créé dans un laboratoire ?

2- Ou, suggérer que Washington aurait pu utiliser le SRAS-CoV-2 comme une arme biologique dirigée contre ses rivaux géopolitiques ?

À mon avis, les élites dirigeantes ne se soucient pas vraiment de savoir si les gens pensent que la Covid-19 a été créé par l’homme. Ce qui les inquiète, c’est que les gens pensent qu’il a été libéré intentionnellement. C’est la pensée qu’ils ne veulent pas que nous ayons.

Ron Unz – Évidemment, tout ceci est entièrement spéculatif. Mais pendant six ans, notre site web a publié une grande variété d’articles extrêmement controversés sur toutes sortes de sujets différents, et nous n’avons jamais eu de problèmes avec Facebook ou Google.

Puis, à la fin du mois d’avril 2020, j’ai publié mon premier long article exposant les preuves substantielles que l’épidémie mondiale de Covid pourrait être due à une attaque américaine de guerre biologique contre la Chine (et l’Iran), et cet article a reçu un très fort trafic au début, avec plus de « J’aime » sur Facebook dans les premiers jours que tout ce que j’avais publié auparavant.

Mais une dizaine de jours après sa publication, notre site web a été soudainement interdit par Facebook. Quelques jours plus tard, l’ensemble de notre site web a été déclassé par Google, de sorte que toutes nos pages web apparaissaient tout en bas des recherches Google et que presque personne ne les voit plus. La coïncidence de ces actions semble très suspecte.

À ce moment-là, je pense que nous étions l’un des sites web les plus populaires à avoir été bannis par Facebook. Par exemple, notre trafic dépassait de loin celui de la vénérable New Republic, une publication centenaire qui était depuis des décennies le magazine d’opinion le plus influent d’Amérique. Bien que Facebook ait publié un rapport officiel expliquant les interdictions de ce mois-là, notre nom était à peine mentionné, la quasi-totalité des pages de discussion étant consacrée à d’obscurs sites étrangers en Géorgie, en Mauritanie ou au Myanmar, ou à ceux situés chez les principaux adversaires géopolitiques de l’Amérique, comme la Russie ou l’Iran. Le rapport explique les raisons de l’interdiction de VDARE, « un site web connu pour publier des contenus anti-immigration », puis interdit notre propre site web au motif qu’il est « similaire ».

Cette explication nous a paru très étrange. Nous republions régulièrement des articles de VDARE, mais depuis le début de l’année 2020, ceux-ci n’avaient représenté que 41 de nos 1 751 articles, soit seulement 0,2 % de notre contenu, et peu de ces articles de VDARE avaient un rapport avec l’immigration. Pendant ce temps, Google n’a fourni aucune explication quant à notre purge soudaine de leurs résultats de recherche.

Il semble probable que les purges soudaines de Facebook et de Google soient dues à notre couverture très étendue de la Covid-19 au cours des deux mois précédents, avec en point d’orgue mon article majeur. Parmi les sites Web anglophones, la grande majorité des médias grand public déclaraient que le virus était manifestement naturel et dénonçaient tous ceux qui suggéraient qu’il provenait d’un laboratoire comme des « théoriciens du complot dingos ».

Pendant ce temps, un grand nombre de sites Web de droite, anti-chinois ou pro-Trump affirmaient régulièrement que l’épidémie de Covid-19 était due à une fuite de laboratoire à Wuhan, et suggéraient parfois que le virus était une arme biologique chinoise. Je pense que nous étions presque les seuls à nous concentrer sur l’énorme programme américain de guerre biologique, pourtant bien documenté, à publier parfois des articles importants qui avaient été rejetés ailleurs, et à orienter les soupçons dans cette direction.

Comme nous étions interdits par Facebook et Google, ce qui aurait dû devenir un débat sur trois possibilités d’origine de la Covid-19 – un virus naturel, un virus chinois ou un virus américain – s’est transformé en un débat entre seulement les deux premiers.

Étant donné l’énorme impact négatif que l’épidémie de Covid-19 a eu sur l’Amérique et le reste du monde, il est facile de comprendre pourquoi nos dirigeants politiques seraient extrêmement inquiets si les gens commençaient ne serait-ce qu’à envisager la possibilité que le virus ait pu être produit par un laboratoire du gouvernement américain, sans parler de sa diffusion délibérée. Et persuader Facebook et Google de bloquer de telles théories serait parfaitement logique.

Question 4 – Il y a une partie de votre théorie avec laquelle j’ai un problème. Vous dites :  » Des agents de la CIA ou des membres des forces spéciales (pourraient) avoir été envoyés à Wuhan pour libérer (le virus) ». Cela pourrait être vrai, mais pourquoi exclure la possibilité que des scientifiques chinois aient pu travailler secrètement avec leurs homologues américains (Baric, Fauci ?) ou que les dirigeants chinois coopèrent avec des élites et des agences de renseignement étrangères pour les aider à mettre en œuvre des politiques autoritaires dans leur propre pays ? Est-ce trop tiré par les cheveux pour que vous puissiez l’envisager ?

Ron Unz – Eh bien, tout est possible, mais il n’y a tout simplement aucune preuve de cela.

Compte tenu de l’extrême hostilité récente entre les gouvernements américain et chinois, je pense qu’il est très peu probable que des hauts fonctionnaires des deux pays coopèrent secrètement en coulisses pour libérer le virus de la Covid-19.

Comme l’administration Trump a passé une grande partie du printemps à prétendre que les Chinois avaient « caché » l’épidémie, d’importantes équipes de journalistes d’investigation de nos principaux médias ont consacré de nombreuses semaines d’efforts à la recherche de faits. Sur la base de toutes les preuves disponibles, le gouvernement chinois n’a découvert l’existence de ce nouveau virus mystérieux et insoupçonné que vers la fin décembre, et en a presque immédiatement informé l’Organisation mondiale de la santé.

Lorsque les Chinois ont réalisé que la Covid-19 était hautement contagieux et se propageait dans Wuhan, ils ont réagi très rapidement. Certains responsables locaux ont tenté d’ignorer ou de minimiser le problème, pendant environ une semaine, mais dès que le gouvernement national a découvert le danger, il a rapidement ordonné des mesures de santé publique massives, confiné les 11 millions d’habitants de la ville, et rapidement étendu le confinement à la région, puis au pays tout entier, confinant 700 millions de Chinois chez eux pendant plusieurs semaines. Cela leur a permis d’éradiquer complètement le virus, et en quelques mois, le pays était presque revenu à la normale.

Pendant ce temps, le gouvernement américain a largement ignoré le problème potentiel et la possibilité que le virus revienne aux États-Unis. Notre Centre de Santé a bâclé la production de kits de test, de sorte que pendant de nombreuses semaines, nous n’avions aucun moyen de savoir si le virus commençait à se propager ici. Trump et ses partisans ont pris leurs désirs pour des réalités, affirmant que le virus n’était pas dangereux et qu’il pourrait disparaître « comme par magie ». Le gouvernement américain n’a commencé à prendre le problème au sérieux qu’après l’effroyable épidémie survenue dans le nord de l’Italie.

Étant donné que le gouvernement américain a sévèrement dénoncé la Chine pendant toute cette période et qu’il a réagi si différemment à ces épidémies de Covid-19, je pense qu’il est très peu probable que les dirigeants américains et chinois aient planifié ensemble l’épidémie de Covid-19 ou qu’ils aient coopéré secrètement de quelque manière que ce soit.

D’un autre côté, il est certainement vrai que pendant de nombreuses années, des scientifiques chinois et américains ont travaillé ensemble sur la recherche virale et ont publié des articles en commun. Mais c’est le cas des scientifiques du monde entier et, jusqu’à ces dernières années, la Chine et les États-Unis étaient généralement en bons termes. Je ne pense pas qu’il soit particulièrement surprenant que le NIH américain ait financé en partie la recherche virale du laboratoire de Wuhan et, jusqu’à l’épidémie de Covid, personne ne s’en serait soucié. Pour autant que je sache, les États-Unis accordent des subventions de recherche aux scientifiques du monde entier et d’autres pays, dont la Chine, font de même avec la recherche américaine.

Et malgré tout le battage médiatique, je n’ai rien vu de particulièrement surprenant dans les courriels de Fauci qui viennent d’être divulgués. Le soutien financier américain à la recherche sur les virus du laboratoire de Wuhan n’a jamais été un secret, et j’avais déjà lu cette information il y a plus d’un an. Cependant, une fois que Trump et Pompeo ont commencé à prétendre que l’épidémie dévastatrice de Covid avait été causée par une fuite du laboratoire de Wuhan, la situation a évidemment changé. S’ils avaient raison, alors tout le monde en Amérique, même un peu associé au laboratoire de Wuhan, pourrait partager une partie du gigantesque blâme, y compris Fauci. Il n’est donc guère surprenant que Fauci et tous les autres aient commencé à cacher leur lien et à user de leur influence pour tenter de persuader (malhonnêtement) les médias que le virus était naturel, protégeant ainsi le laboratoire de Wuhan et eux-mêmes.

Cela a fonctionné pendant environ un an, et personne n’a prêté attention à la question. Mais maintenant que les médias ont conclu que le virus était artificiel, le laboratoire de Wuhan est devenu le principal suspect, ce qui a remis Fauci et les autres sur la sellette. Fauci semble être un bureaucrate fédéral malhonnête, mais notre gouvernement entier est rempli de telles personnes, et l’accent mis sur Fauci semble ridicule. Je pense qu’il est tout à fait improbable que la Covid-19 ait été produit à Wuhan ou ait fait l’objet d’une fuite, de sorte que la malhonnêteté de Fauci est totalement sans importance.

Enfin, s’il est vaguement possible que les agences de renseignement américaines aient eu des espions à Wuhan ou même au laboratoire de Wuhan, rien ne semble le prouver. En fait, les seuls renseignements secrets que nous avons prétendument reçus sur les événements de Wuhan provenaient d’une source d’un pays tiers, ce qui démontre notre propre manque total d’informations et d’agents. Si nous avons effectivement libéré l’arme biologique Covid à Wuhan, il est assez peu probable que nous ayons pu recruter des agents chinois locaux pour mener à bien cette opération.

Depuis environ un an, la plupart des experts s’accordent à dire que l’épidémie de Covid à Wuhan a probablement commencé fin octobre ou début novembre 2019. Par une coïncidence remarquable, il y avait 300 militaires américains en visite à Wuhan pour les Jeux militaires mondiaux, qui se sont terminés fin octobre. Cette visite aurait fourni une couverture parfaite pour que l’Amérique glisse un couple d’agents dans le groupe, et qu’ils libèrent le virus dans la ville. Avec des milliers de militaires étrangers se déplaçant et faisant du tourisme, tout risque de détection aurait été minime. Cela semble beaucoup plus plausible que le risque de trouver et d’utiliser des agents chinois locaux.

Que penseraient les Américains si 300 officiers militaires chinois effectuaient une visite prolongée à Chicago et qu’immédiatement après, une mystérieuse épidémie virale mortelle se déclarait soudainement dans cette ville ?

Question 5 – Beaucoup de gens qui lisent cette interview vont penser : « Les États-Unis ne sont pas capables d’un tel crime. » Mais, au fil des ans, des laboratoires financés par les États-Unis ont créé, modifié et stocké toutes sortes d’agents toxiques, dont « six armes biologiques produites en masse et prêtes au combat », à savoir l’anthrax, la tularémie, la brucellose, la fièvre Q, le VEE, le botulisme et Dieu sait quoi encore. Les États-Unis ont également autorisé des programmes de recherche sur l’homme très controversés, impliquant des personnes et des groupes qui n’ont jamais été informés qu’ils étaient utilisés comme cobayes dans une expérience de laboratoire gouvernemental. Comme l’a dit Jeanne Guillemin il y a plus de trois décennies :

« L’ensemble de l’héritage expérimental est consternant, depuis les centaines de singes morts à Fort Detrick jusqu’aux… volontaires vaccinés dans le cadre du projet Whitecoat, attachés à des chaises au milieu de cages d’animaux sous le soleil de l’Utah, tandis qu’on leur vaporise des aérosols de fièvre Q. Les scénarios simulés dans les zones urbaines sont les plus effrayants : des ampoules remplies d’agents biologiques simulés sont lâchées dans le métro de New York, des hommes à l’aéroport national de Washington pulvérisent de la pseudo-BW à partir de porte-documents, et des tests similaires en Californie, au Texas et au-dessus des Keys en Floride. »

Des armes biologiques américaines auraient été utilisées en Corée, au Vietnam et à Cuba, bien que les preuves ne soient pas concluantes. L’histoire de ces armes accroît la probabilité que des éléments malhonnêtes de l’État de sécurité nationale puissent les utiliser s’ils estiment qu’il y a un avantage à le faire.

Que répondez-vous à ceux qui pensent que les États-Unis n’utiliseront jamais une arme biologique, comme le SRAS-CoV-2, contre un ennemi ?

Ron Unz – Bien sûr, de nombreux Américains peuvent considérer comme « impensable » que leur pays ait pu utiliser une arme biologique contre la Chine. Mais il est très largement reconnu que pendant des décennies, l’Amérique a eu le premier programme de guerre biologique au monde, et en fait, pendant les années 1950, ce programme a reçu des budgets gouvernementaux comparables à ceux pour le développement d’armes nucléaires.

De nombreuses preuves semblent indiquer que des armes biologiques américaines ont été utilisées pendant la guerre de Corée, bien que ces affirmations aient été contestées et que ces armes se soient avérées plutôt inefficaces par rapport aux armes conventionnelles. Certains affirment également que des armes biologiques ont été utilisées contre Cuba et peut-être contre le Vietnam.

Quoi qu’il en soit, notre capacité de guerre biologique existe bel et bien, le laboratoire de Ft. Detrick étant notre principal laboratoire. La réaction nonchalante de Trump lorsque la Covid-19 a commencé à s’infiltrer aux États-Unis ne laisse guère supposer qu’il ait initialement réalisé qu’il pouvait s’agir d’une arme biologique dangereuse, et il semble donc avoir été totalement ignorant des faits. Par conséquent, l’attaque contre la Chine (et l’Iran) aurait été une opération menée par de voyous, probablement menée par des éléments de l’appareil de sécurité nationale associés à des néoconservateurs de l’État profond bien placés.

Si quelqu’un de suffisamment haut placé a été à l’origine du complot, je pense qu’il aurait été facile pour les conspirateurs de faire appel aux ressources militaires américaines pour mener à bien l’opération, tous les participants de rang inférieur croyant qu’ils faisaient partie d’une frappe pleinement autorisée contre les principaux adversaires géopolitiques de l’Amérique, tout comme notre gouvernement a assassiné peu après le plus haut commandant militaire iranien. Il est probable que quelqu’un comme le secrétaire d’État (et ancien directeur de la CIA) Mike Pompeo ou le conseiller à la sécurité nationale John Bolton aurait été en mesure d’orchestrer l’attaque.

De tels individus avaient les moyens, le motif et l’opportunité, il semble donc absurde que les médias ignorent si totalement cette possibilité.

Voici un élément à prendre en compte. Les pires attaques de guerre biologique de l’histoire américaine se sont produites juste après le 11 septembre, avec des envois d’anthrax à des personnalités politiques et médiatiques importantes qui ont incité le Congrès à adopter le Patriot Act. L’auteur de l’attentat à l’anthrax a tenté d’impliquer des terroristes islamiques dans ses attaques, mais le FBI a rapidement déterminé que l’anthrax provenait de nos propres installations de Ft. Detrick, et a finalement déclaré qu’un chercheur gouvernemental en guerre biologique nommé Bruce Ivins était responsable et a clos l’affaire, juste après son prétendu suicide. On peut contester la culpabilité réelle d’Ivins, mais l’attaque a presque certainement été menée par des éléments malhonnêtes de notre appareil de sécurité nationale. Il ne semble donc pas impossible que l’épidémie de Covid ait des origines similaires.

En tant qu’opération menée par des voyous, les attaques de Covid ont pu être organisées par une très petite poignée d’individus, sans pratiquement aucune planification bureaucratique exhaustive, comme c’est normalement le cas. Dans de telles circonstances, les auteurs du complot ont pu minimiser le risque que la maladie se propage en Amérique ou chez nos alliés de l’OTAN, entraînant le désastre qui s’est finalement produit. Après tout, les précédentes épidémies de coronavirus SRAS et MERS avaient laissé l’Amérique et l’Europe presque indemnes.

Il y a un indice particulièrement révélateur qui a été presque entièrement ignoré par les médias grand public et alternatifs. La plupart des experts estiment que l’épidémie de Covid à Wuhan a probablement commencé fin octobre ou début novembre, mais comme les infections ont mis du temps à se propager et que le virus était initialement indétectable, personne au sein du gouvernement chinois ne fut au courant de l’épidémie avant la fin décembre. Cependant, plusieurs sources du gouvernement américain ont par la suite révélé à ABC News que, dès novembre 2019, notre Defense Intelligence Agency avait distribué un rapport secret aux responsables gouvernementaux avertissant qu’une épidémie « cataclysmique » était en cours à Wuhan. Le Pentagone a ensuite démenti l’histoire, mais la télévision israélienne a confirmé de manière indépendante que le rapport existait bel et bien et avait été distribué à nos alliés de l’OTAN et à Israël. Le rapport secret de la DIA a été préparé au cours de « la deuxième semaine de novembre », à un moment où probablement seules quelques dizaines de personnes commençaient à se sentir un peu malades à Wuhan, une ville de 11 millions d’habitants, et plus d’un mois avant que quiconque au sein du gouvernement chinois ne découvre l’épidémie. Ces faits semblent impossibles à expliquer si le virus était naturel ou s’il s’était échappé accidentellement du laboratoire de Wuhan.

Je pense que la combinaison de toutes ces preuves, ainsi que d’autres éléments supplémentaires, soutient fortement l’hypothèse selon laquelle l’épidémie de Covid a résulté d’une attaque américaine de guerre biologique contre la Chine (et l’Iran), probablement une opération scélérate orchestrée par les néoconservateurs de l’État profond de l’administration Trump.

Que d’autres soient d’accord ou non avec moi, il semble absurde et ridicule que cette possibilité très sérieuse soit si complètement exclue de la quasi-totalité des médias grand public et alternatifs. Je soupçonne que la raison de ce silence total est que les preuves soutenant cette théorie sont suffisamment convaincantes pour que le simple fait de les présenter convainque rapidement une grande partie de l’opinion publique occidentale qu’une attaque de guerre biologique est le scénario le plus probable. Par conséquent, la réaction a été un black-out total de ces faits, qui sont restés inavouables.

Les néoconservateurs de Biden ont maintenant remplacé les néoconservateurs de Trump à la tête de notre gouvernement, mais très peu de choses ont changé dans notre politique étrangère dangereusement anti-chinoise. Et comme les médias grand public sont de tout cœur dans le camp de Biden, leurs attaques contre la Chine sur toutes sortes de motifs douteux se sont intensifiées. En effet, l’énorme vague de soutien des médias actuels à l’hypothèse de la fuite du laboratoire de Wuhan – qui soutient que le virus de la Covid-19 a été secrètement développé par les Chinois, peut-être en tant qu’arme biologique – n’est devenue possible qu’après le départ de leur ennemi détesté, Trump.

L’Amérique a le plus grand programme de guerre biologique du monde, l’administration Trump s’est concentrée sur la Chine comme notre plus grande menace géopolitique, et les néoconservateurs de l’État profond que Trump a engagés étaient des individus notoirement imprudents. Il ne faudrait pas beaucoup de réflexion aux médias pour relier ces points et commencer au moins à envisager la possibilité évidente qu’ils suggèrent.

Ron Unz

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

1 réflexion sur « La Covid en tant qu’arme biologique fabriquée aux États-Unis et dirigée contre la Chine »

  1. Ping : La Covid en tant qu’arme de guerre biologique fabriquée aux États-Unis – les 7 du quebec

Les commentaires sont fermés.