Grondements tectoniques


Par James Howard Kunstler – Le 13 septembre 2019 – Source kunstler.com

Donald Trump & Gal Flynn

Le trou de mémoire qui est apparu dans l’esprit du temps américain vers 2016 s’agrandit comme une pourriture cosmique maléfique. Les choses arrivent et puis les choses ne sont plus là et au bout d’un moment, c’est comme si elles n’étaient jamais arrivées. Par exemple, il ne semble pas s’être passé grand-chose tout l’été avec l’affaire connue sous le nom RussiaGate, la tentative de hauts responsables du gouvernement américain de renverser le résultat des élections de 2016 en prétendant que la Russie essayait d’interférer dans les élections de 2016.

Toute une pelote de mensonges et de subterfuges. Il semble qu’elle soit né d’un effort au plus haut niveau de l’administration Obama bien avant 2016 pour mener de soi-disant opérations de renseignement contre les ennemis présumés de la politique étrangère d’Obama. L’une des cibles était le général Michael Flynn, qui dirigeait jusqu’en 2014 la Defense Intelligence Agency, qui se consacre à l’analyse des renseignements militaires. Le général Flynn était connu pour être hostile à l’accord d’Obama de payer des milliards de dollars à l’Iran pour l’arrêt du programme d’armement nucléaire de ce pays.

Après avoir pris sa retraite, le général Flynn a créé sa propre société de conseil en renseignement, qui avait deux clients en Russie : une compagnie aérienne pour des vols intérieur et une société de cybersécurité appartenant à une société holding en Grande-Bretagne. Fin 2015, le général Flynn a assisté à un dîner à Moscou pour Russia Today (RT) où il s’est assis à côté de Vladimir Poutine et a prononcé un discours pour lequel il a reçu 45 000 dollars. Note : à ce moment-là, le général Flynn était un simple citoyen et nous n’étions pas en guerre avec la Russie qui était l’un des nombreux pays européens dans lesquels les Américains étaient autorisés à faire des affaires.

Ma propre analyse heuristique est que le chef rival parmi les agences de renseignements, John Brennan de la CIA, a enrôlé l’« actif » britannique de renseignement (c.-à-d., agent) Joseph Mifsud pour le placer dans le bac à sable du général Flynn afin de le mettre hors service et de le pousser hors scène. Le plan échoua, et bientôt le Général fut vu autour de rassemblements pour le candidat Donald Trump. Dans une scène notoire de la convention républicaine, il a fustigé son ancienne collègue Hillary Clinton et s’est joint au chant de la foule pour « la faire enfermer ». Je suis sûr que le message a été reçu 5 sur 5 par Mme Clinton et tous les huiles de l’administration Obama qui dirigeaient encore la CIA, le FBI et le Ministère de la Justice.

Après que Trump a remporté les élections de 2016, il a proposé de nommer le général Flynn comme son conseiller en matière de sécurité nationale. En quelques jours, le directeur du FBI, James Comey, a réussi un mettre en place stratagème pour piéger et incriminer le général Flynn au sujet d’une conversation qu’il avait eue avec l’ambassadeur russe Sergey Kislyak – comme si les nouveaux hauts responsables de la politique étrangère n’étaient pas censés se rapprocher des ambassadeurs étrangers. Vous comprenez maintenant que le gouvernement a continué de surveiller le général Flynn pendant des années, notamment en mettant son téléphone sur écoute lorsqu’il a emménagé dans son bureau de la Maison-Blanche. Cela a permis à Comey d’installer un piège pour parjure. Cette fois-ci, le général a vraiment été piégé, expulsé de la scène et escroqué pour obtenir un plaidoyer de culpabilité. Il attend sa sentence depuis plus d’un an.

Il y a quelques mois, le général Flynn a congédié ses anciens avocats et a engagé Sidney Powell, un avocat qui a littéralement écrit le livre de la découverte de l’inconduite des procureurs dans l’affaire du sénateur Ted Stevens de l’Alaska, dont la poursuite contre le paiement de ses notes d’hôtels par Mickey Mouse a été rejetée par le même juge, Emmet Sullivan, en charge du dossier USA contre Flynn. Mme Powell a maintenant déclaré qu’elle avait l’intention de prouver qu’il y avait eu une « conduite répréhensible en matière de poursuites » et demander la suppression des preuves à décharge contre les avocats du ministère de la justice qui ont mené l’affaire contre le général Flynn. Le gouvernement n’aurait jamais pu monter un dossier s’il avait révélé les notes internes du FBI sur le général Flynn.

L’avocate Powell cherche à faire clore l’affaire à l’amiable. Le FBI et les avocats du ministère de la Justice qui ont mené les poursuites ont empêché le tribunal de produire les documents en cause. Le juge Sullivan peut sentir qu’il a déjà vu ce film. L’affaire a pris une vie propre bien avant que William Barr ne soit confirmé comme procureur général et on se demande s’il a un rôle à jouer pour mettre fin à cette farce dommageable. Le protocole juridique peut exiger que le juge Sullivan ferme le dossier d’une façon ou d’une autre. J’ai écrit sur ce site il y a un an que le général Flynn avait fait l’objet de poursuites pour inconduite. Maintenant, je me risquerai à affirmer que si le juge Sullivan ne clôt pas l’affaire, Trump interviendra et pardonnera au général Flynn, et ce faisant, il expliquera clairement comment et pourquoi il a été traduit en justice.

L’affaire contre le général Flynn était une intersection entre toutes les forces malveillantes opérant autour du RussiaGate : les hauts fonctionnaires voyous, la vengeresse Mme Clinton, ses alliés dans les médias, et tous ceux qui ont couvert leurs fesses dans le cercle restreint de la Maison-Blanche de l’administration de Barack Obama. L’affaire doit être résolue pour combler le trou de mémoire dans la vie politique américaine.

Pendant ce temps, tout indique que l’ancien directeur par intérim du FBI, Andrew McCabe, est sur le point d’être mis en accusation pour son rôle dans l’intrigue épique et tentaculaire du RussiaGate. Peut-être aujourd’hui. Beaucoup d’autres joueurs bien connus suivront. En attendant, la branche Justice du gouvernement américain peut être considérée comme un ennemi du peuple.

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF