Le F-35 est-il un vélociraptor mortel ou une proie facile pour la Russie ou la Chine ?


Par Dave Majumdar – Le 7 juillet 2016 – Source National Interest

Image : Lockheed Martin / Flickr

Un haut responsable de l’aviation des États-Unis du Marine Corps a présenté une évaluation optimiste du Lockheed Martin F-35B Joint Strike Fighter (JSF) au Comité des services armés de la Chambre lors de son témoignage le 6 juillet. Le nouveau jet furtif fonctionne bien durant les exercices d’entraînement malgré l’utilisation d’une configuration logicielle intermédiaire qui n’offre au très coûteux avion qu’une fraction des capacités dont à besoin le Pentagone.

Pour illustrer ce point, le lieutenant-général Jon Davis, vice-commandant du Corps des Marines des États-Unis pour l’aviation, a décrit une évolution de la formation à des armes et tactiques d’élite du service, qui est dirigé par l’escadron 1 Armes et Tactiques de l’aviation de la Marine à Yuma, Arizona, auquel le F-35 participe. Là où normalement la moitié d’un escadron de trente avions de chasse, dont le Boeing AV-8B Harrier IIs, le F/A-18C et le EA-6B Prowler, ne passe pas au travers de défenses aériennes haut de gamme, les nouveaux F-35 ont frappé leurs cibles en toute impunité.

« Les F-35, avec un ratio de destruction de vingt-quatre à zéro, ont atteint tous leurs objectifs, a déclaré Davis. C’était comme dans Jurassic Park, à regarder un vélociraptor tuant tout ce qui bouge, l’avion a été très performant. Nous ne pouvons pas obtenir cet avion aussi vite que nous le voudrions pour la flotte. »

Davis n’a pas détaillé le genre de menaces haut de gamme auxquelles le F-35B devait faire face. Mais Davis a dit que les Marines ont effectué des inspections de préparation opérationnelle avec le F-35 et sont prêts à recevoir des escadrons supplémentaires équipés du nouvel avion. Cependant, le F-35B, dans sa configuration actuelle, ne dispose que d’une capacité provisoire avec une enveloppe de vol limitée et une capacité limitée à porter des armes. Alors que l’avion arrive à maturité, l’Armée de l’Air, la Marine et les Marines auront besoin d’une capacité d’entraînement plus large et de meilleurs performances pour faire face aux exigences de la préparation au combat rapproché contre des adversaires haut de gamme.

En effet, le contre-amiral Mike Manazir, chef-adjoint de la Marine des opérations navales pour les systèmes de guerre, qui témoignait aux côtés de Davis, a dit que la guerre en réseau exige que le Pentagone trouve de nouvelles méthodes d’entraînement. La meilleure façon de répliquer aux systèmes d’armes haut de gamme russes et chinois, a suggéré Manazir, serait d’utiliser des simulations informatiques ou une simulation en temps réel « Le F-35 est différent. Je voudrais vous offrir notre nouvelle façon de faire la guerre en réseau, la façon dont nous allons faire la guerre avec les avions de cinquième génération, qui pourraient embrasser environ les trois quarts des États-Unis si nous pouvions les avoir, a déclaré Manazir. C’est la valeur de ce dont le [Air Force Maj.] Gen. [Scott] Ouest a parlé, cette simulation en temps réelle. »

Même si le Pentagone peut exercer pleinement les capacités du nouveau jet dans les simulations, il y a des questions quant à l’efficacité du F-35 face aux derniers systèmes de défense aérienne intégrés chinois et surtout russes dans le monde réel. Les Russes, en particulier, ont investi dans des radars en réseau à ondes longues opérant dans les bandes UHF et VHF depuis plus de deux décennies, dans leurs efforts pour lutter contre la technologie particulièrement furtive du Northrop Grumman B-2 Spirit, le bombardier stratégique américain. « La question n’est pas de savoir quel jet est plus furtif, la question est de savoir à quel point nos avions sont furtifs par rapport à leurs radars UHF / VHF à ondes longues, plus conçus pour renvoyer une image de la signature globale d’avions peu visibles » a déclaré Mike Kofman, un chercheur spécialisé dans les affaires militaires russes au Centre des analyses navales, au National Interest. « Peut-être que le JSF peut entrer dans la bulle radar, mais c’est une plate-forme assez chère, et pourrait avoir de gros ennuis à essayer d’en sortir. »

Mais le F-35 a une autre responsabilité sérieuse, a dit Kofman, ajoutant que les pilotes de la Marine des États-Unis sont sceptiques quant à ses conceptions monomoteurs. Le F-35 et son moteur unique Pratt & Whitey F135, est extrêmement puissant et produit environ 43,000 livres de poussée, et il devient aussi extrêmement chaud. Contrairement au Lockheed Martin F-22 Raptor, où les gaz d’échappement de ces moteurs F119 sont aplatis pour réduire leur signature infrarouge, le F-35 n’a pas de mesure concrète pour réduire la visibilité de son échappement à l’ennemi. Les Russes, qui construisent d’excellents capteurs infrarouges, pourraient utiliser la signature thermique du F-35 pour développer une méthode fiable pour engager le nouveau jet furtif. « C’est probablement le moteur le plus chaud à la surface de la planète » a déclaré Kofman.

Ainsi, fixer un seul problème particulier sur une configuration très complexe pourrait encore revenir hanter le Pentagone.

Dave Majumdar est le rédacteur en chef de la défense au National Interest. Vous pouvez le suivre sur Twitter: @davemajumdar.

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Catherine pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF