Cygne noir, chat mort, chauve-souris vivante et adieu à tout cela


Par James Howard Kunstler – Le 13 mars 2020 – Source kunstler.com

Dead cat bounce

Vous avez déjà eu assez d’excitation ? Au moins, les marchés boursiers suivent un scénario établi : la bulle éclate, l’ascenseur descend, pendant un certain temps il s’arrête… et puis les investissements s’enfoncent dans le sous-sol le plus profond, où ils s’attardent pendant très, très longtemps. Bonjour, prochaine grande dépression…. Nous savons comment se déroule cette histoire, même si elle fait mal.


Ce virus corona, c’est autre chose. Il engloutit des populations entières dans un brouillard de récits confus. N’est-ce pas pire qu’un mauvais rhume, sauf pour les personnes âgées déjà à moitié atteintes d’une maladie chronique ? Ou est-ce qu’il frappe vraiment les gens même en pleine vie ? Eh bien, le directeur de l’hôpital de Wuhan, Liu Zhiming, 51 ans, est tombé il y a deux semaines, ainsi que le gastro-entérologue Xia Sisi, 29 ans, et le Dr Peng Yinhua, également 29 ans, et quelques éminents politiciens iraniens, et beaucoup de travailleurs de la santé très malades, de la Corée à l’Italie. Quel que soit le virus corona, je ne suis pas persuadé que ce soit un canular.

Un des monstres qui se baladent dans ce brouillard est l’histoire selon laquelle la Chine a propagé cette histoire simplement pour se débarrasser de Trump. Il y a une vraie proposition de « jeter le bébé avec l’eau du bain ». La Chine ferait-elle en effet exploser son économie d’exportation pour cela, c’est-à-dire se suicider ? Parce qu’un grand nombre de ces accords antérieurs ne reviendront probablement pas – les lignes d’approvisionnement pour la fabrication de ceci et cela, la fabuleuse corne d’abondance de produits en plastique extrudés de toutes ces usines fumantes, vomissant leur production dans le monde, toute la glorieuse extravagance du « Devenons riches » que Deng Xiaoping a lancée il y a quarante ans. Il semble que l’économie mondiale soit en train de se remettre en question, peut-être pour de bon, comme nous le savions. La Chine est-elle aussi folle que, par exemple, la gauche politique américaine ?

La Chine n’a fait que confirmer l’argument de Trump selon lequel l’Amérique a bradé son indépendance industrielle et doit redevenir plus autonome. C’est vrai. Si je m’écarte de MAGA, c’est parce que j’ai le sentiment que l’ère industrielle elle-même a probablement perdu sa substance et que tout ce que l’Amérique fera de son avenir sera probablement un mode de vie beaucoup plus modeste et plus simple, sans les clochettes et les sifflets éblouissants auxquels nous nous sommes habitués, et peut-être même avec de véritables difficultés.

Je dis cela, les lecteurs s’en souviendront, parce que tout se résume en fait aux apports énergétiques disponibles et que cette partie du tableau est devenue assez sombre au cours de la semaine écoulée. La convergence des événements mondiaux a planté un pieu en bois au cœur du commerce du pétrole de schiste. Dès le départ, ce pétrole a été un mauvais plan parce qu’il coûtait trop cher à faire sortir de la roche dans laquelle il était piégé. Cela n’a fonctionné que comme un coup financier pendant l’orgie des prêts à faible taux d’intérêt de la dernière décennie. C’était un magnifique coup, vous comprenez, de faire passer la production américaine à 13 millions de barils par jour – indépendance énergétique, avec toutes ces vibrations de bien-être à court terme – mais ce n’était qu’un coup et maintenant c’est fini. La réalité n’a pas encore pénétré l’esprit de la ruche américaine.

Le virus Corona a fait imploser cet échafaudage financier, et maintenant, avec le verrouillage du commerce mondial et l’atterissage forcé des marchés, les capitaux disparaissent. Comme je l’ai déjà dit, les entreprises du secteur du schiste ont passé dix ans à prouver aux investisseurs qu’elles ne peuvent pas gagner un centime. Leurs obligations et leurs titres s’enfoncent dans l’oubli de la qualité de l’investissement. Certains des principaux producteurs – Whiting, Oasis, Chesapeake – ont perdu plus de 90 % de la valeur de leurs actions et auront probablement bientôt disparu. Qui leur prêterait plus d’argent aujourd’hui, même si l’argent était là ? (Peut-être le méchant fils prodigue de l’oncle Sam, Trump, si on en arrive là… nous verrons). En attendant, le pétrole est bon marché, mais la demande a disparu, les avions ne volent plus, les bateaux ne naviguent plus, les stades sont vides, beaucoup de choses sont en train de fermer, et une bonne partie pourrait ne jamais revenir.

La politique américaine était déjà assez folle avant que tout cela n’arrive soudainement. La crise de ces dernières semaines a également vu la montée en puissance surnaturelle de Joe Biden au rôle tout à fait improbable de dernier étage dans le boulot de démolition du Parti Démocrate. Qui pensent-ils tromper ? Non seulement Joe Biden n’a visiblement plus tous les boulons bien serrés – c’est-à-dire clairement qu’il est inapte à être président – mais il est chargé d’une cargaison fétide et fumante de délits d’escroquerie facilement prouvés, si maladroits et évidents qu’ils embarrasseraient un mafieux du sud de Philadelphie. Je suis sûr que Biden est resté dans la course uniquement pour éviter une enquête sur ses opérations en Ukraine et en Chine avec son fils, Hunter.

Le virus Corona a permis à l’ancien vice-président de se soustraire aux projecteurs, où il a passé les dernières semaines à déblatérer de manière incohérente et à se battre avec les électeurs. Et maintenant, quelque chose de vraiment néfaste pourrait tomber sur les pieds des Démocrates. Si le blessé Bernie Sanders n’utilise pas le débat de dimanche comme une occasion d’exposer la démence de Biden et l’achever, voici le livre de tactique du DNC : Espérer que le crash boursier et l’économie brisée fassent sombrer Trump dans l’opinion publique, puis s’efforcer de nommer Biden et de mettre une femme noire sur le ticket en tant que vice-présidente. Cette partie de l’histoire a déjà été racontée. Je commence à me demander si cette femme noire sera Michelle Obama, et je me demande aussi si Barack Obama n’est pas en train d’orchestrer cela en coulisses. Bien sûr, Biden, s’il est élu, restera en fonction moins d’une semaine – juste assez longtemps pour le faire partir avec le 25e amendement. Et voilà ! Les Obama de retour à la Maison Blanche, dépassant même les Clinton ! Les jours heureux sont de retour ! … ou non.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Kira pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF