Coronavirus …


… sur les échecs des gouvernements occidentaux et les thérapies possibles


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 21 mars 2020

Les services de renseignement américains craignent de subir des interrogatoires pour ne pas avoir suffisamment averti de la nouvelle pandémie de coronavirus. Pour éviter toute critique, ils ont demandé à leurs sténographes préférés d’écrire une narration pour les disculper.

Ainsi, le Washington Post titre « Les rapports du renseignement américain de janvier et février ont mis en garde contre une probable pandémie » :

Les agences de renseignement américaines ont émis de sinistres avertissements classifiés en janvier et février sur le danger mondial posé par le coronavirus tandis que le président Trump et les législateurs ont minimisé la menace et n'ont pas pris les mesures qui auraient pu ralentir la propagation de l'agent pathogène, selon des responsables américains familiers avec des rapports d'agence d'espionnage.

Les rapports de renseignement n'ont pas prédit quand le virus pourrait atteindre les côtes américaines, ni recommandé des mesures particulières que les responsables de la santé publique devraient prendre, ce sont des questions qui ne relèvent pas de la compétence des agences de renseignement. Mais ils ont suivi la propagation du virus en Chine, puis dans d'autres pays, et ont averti que les autorités chinoises semblaient minimiser la gravité de l'épidémie.

Si les services d’espionnage étaient vraiment préoccupés par la question, pourquoi n’ont-ils pas averti le public ? Au lieu de divulguer de nouveaux contes idiots, ils auraient pu divulguer un avertissement sur la pandémie. Au lieu de cela, on nous a donné ceci :

  • Bernie Sanders a été informé par des responsables américains que la Russie tentait d’aider sa campagne présidentielle – 22 février
  • La Russie essaie d’attiser les tensions raciales américaines avant les élections, selon des responsables – 10 mars
  • Comment l’ingérence électorale russe est de retour avant le vote de 2020 – 13 mars

Si les services de renseignement avaient pris la pandémie au sérieux, ils auraient pu avertir le public via leurs innombrables sténographes dociles dans les médias. Au lieu de cela, ils ont submergé ces derniers de fausses histoires russophobes et ont dit à Trump que les Chinois mentaient, ce qu’ils ne faisaient pas. Et maintenant, les services de renseignement reprochent à Trump de ne pas les avoir écoutés.

Bien sûr, Trump n’aurait pas cru les rapports des renseignements, de toute façon. Pourquoi le ferait-il ? Le FBI et la CIA tentent depuis trois ans de le faire destituer. Ils ont créé le Russiagate sur la base d’un faux dossier. Ils ont menti pour obtenir des mandats de la FISA permettant d’espionner sa campagne. Lorsque le Russiagate s’est finalement effondré, la CIA a envoyé un faux « lanceur d’alerte » pour enclencher l‘Ukrainegate. À la place de Trump, il n’y avait aucune raison de croire un mot de ce que disent les « responsables du renseignement ».

Les services de renseignement n’ont pas émis d’avertissements efficaces. Mais ils n’étaient pas les seuls. Aucune des institutions des pays «occidentaux», ni leurs dirigeants, n’étaient préparés pour une épidémie plus importante.

La Chine nous a prévenus très tôt. L’OMS a été informée fin décembre. Le 3 janvier, les directeurs des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont été informés par leurs collègues chinois. Après que la Chine a reconnu que le nouveau virus du SRAS-CoV-2 sautait effectivement sauté d’une personne à l’autre, elle a pris des mesures radicales pour maîtriser l’épidémie et ces mesures ont bien fonctionné. La Chine n’a eu que 3 255 morts dans un pays de 1,4 milliard d’habitants. Aujourd’hui, tous les points de contrôle ont été supprimés dans la ville de Wuhan et la vie retourne lentement à la normale.

D’autres nations asiatiques ont également réagi rapidement et efficacement. C’était, et c’est encore, l ‘«ouest» qui, malgré les services de renseignement, réagit mal à la crise.

coronaglobal-s
Agrandir

En 2002/2003, les pays asiatiques ont combattu l’épidémie de SRAS. En 2015, la Corée du Sud a connu une importante épidémie causée par le virus MERS. Ces pays ont tiré les leçons des épidémies et ont travaillé très tôt pour maintenir les courbes actuelles à plat. Pourquoi aucun pays occidental n’a-t-il pu apprendre d’eux ?

Iona Craig أيونا كريچ @ionacraig - 18:22 UTC · 21 mars 2020

Vous comprenez que le monde a basculé lorsque votre famille et vos amis - y compris des amis yéménites au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Inde - vous disent de rester au Yémen pour votre propre sécurité, à l'heure de la globalisation. Sur 10 ans de reportages au Yémen, 5 étaient en temps de guerre. C'est une première pour moi.

Pendant ce temps, nous en apprenons davantage sur le nouveau virus et sur les thérapies possibles. Mais celui-ci n’est pas très raisonnable :

Donald J. Trump @realDonaldTrump - 14:13 UTC · 21 mars 2020

HYDROXYCHLOROQUINE ET AZITHROMYCINE, pris ensemble, ont une réelle chance d'être l'un des plus grands changeurs de jeu de l'histoire de la médecine. La FDA a déplacé des montagnes - Merci ! J'espère qu'ils le feront tous les deux (H fonctionne mieux avec A, selon International Journal of Antimicrobial Agents) ...
... être mis en service IMMÉDIATEMENT. LES GENS MEURENT, AGISSONS RAPIDEMENT ET QUE DIEU BÉNISSE TOUT LE MONDE !
@US_FDA @SteveFDA @CDCgov @HSgov

L’affirmation selon laquelle le médicament anti-paludisme (hydro-) chloroquine aide dans les cas d’infection par le SRAS-CoV-2 provient de deux études chinoises qui ne sont basées que sur des tests in vitro sur le virus et les cellules humaines. Les doses étaient relativement élevées et la chloroquine est connue pour avoir de mauvais effets secondaires. Il n’y a pas non plus de moyen éprouvé pour introduire de la chloroquine dans le bas des poumons où réside le virus là où ce serait réellement nécessaire.

Il y a aussi un petit essai français avec de la chloroquine, basé sur de vrais patients mais qui n’est malheureusement pas valide. Il s’agissait d’une étude non randomisée avec seulement 42 patients dont 6 ont abandonné le traitement.

Les recherches ont compté le nombre de virus avant et après le médicament pour voir s’il fonctionne. Mais ils n’ont pris que des échantillons dans la gorge pour rechercher des virus. Pendant la cause d’une infection par le SRAS-CoV-2, le virus commence à se multiplier dans la gorge, mais il migre ensuite vers le bas du poumon. C’est seulement là que le virus commence à se développer en très grand nombre et à causer de graves dommages. Pendant ce temps, le nombre de virus dans la région de la gorge diminue. Les chercheurs français ne le savaient pas.

Les détails ci-dessus proviennent du podcast quotidien no. 17 par le professeur Dr Christian Drosten, chef du département de virologie de la Charité de Berlin. Les transcriptions en allemand sont disponibles ici. Drosten a participé à plusieurs études de cas cliniques avec des cas de Covid-19 au cours desquelles chaque développement a été mesuré et détaillé. Il sait comment se déroule la maladie.

Il y a plus à critiquer dans cette étude française. Gaetan Burgio, généticien à l’Australian National University, résume sa propre critique :

En bref, tout ce battage médiatique sur l'essai clinique est basé sur un essai clinique ouvert, non randomisé et restreint sur le traitement HCQ contre # COVID19 avec charge virale comme résultat qui n'a pas été correctement mesuré dans 2/3 de la cohorte de contrôle !! !

Donc, pour répondre à la question: Quelles sont les preuves justifiant l'utilisation de HCQ ou CQ comme traitement prophylactique ou curatif contre # COVID19. La réponse simple ou courte est AUCUNE. Pour le vérifier, nous avons besoin d'un essai clinique randomisé approprié et ample.

Bien que je comprenne que nous sommes dans une pandémie # COVID19, il n'y a aucune raison, ou quoi que ce soit, pour abandonner une médecine basée sur des preuves, et ne pas faire de la science rigoureuse ou un essai clinique randomisé !

Un chercheur chinois pense qu’ils auront plus de succès à interrompre le processus de liaison avec lequel le virus se faufile dans la cellule :

Le virus utilise sa protéine de pointe pour s’accrocher à la cellule hôte, mais normalement cette protéine est inactive. Le travail de celle-ci sur le lieu d'ancrage consiste à piéger la protéine de furine humaine, qui détachera et activera la protéine de pointe en provoquant une «fusion directe» des membranes virales et cellulaires.

Par rapport à la voie d'entrée du virus Sars, cette méthode de liaison est «100 à 1 000 fois» plus efficace, selon l'étude. ...
Des chercheurs chinois ont déclaré que les médicaments ciblant la protéine furine pourraient avoir le potentiel d'entraver la réplication du virus dans le corps humain. Ceux-ci comprennent «une série de médicaments thérapeutiques contre le VIH-1 tels que l’indinavir, le ténofovir alafénamide, le ténofovir disoproxil et le dolutégravir et des médicaments thérapeutiques contre l’hépatite C, dont le bocéprévir et le télaprévir», selon l’étude de Li.

Cette suggestion est conforme aux rapports de certains médecins chinois qui se sont auto-administrés des médicaments contre le VIH après avoir été testés positifs pour le nouveau coronavirus, mais il n'y a pas encore de preuves cliniques pour soutenir la théorie.

Il existe maintenant des dizaines d’essais en cours avec de vrais patients. Des milliers de chercheurs compétents travaillent sur une thérapie pour la maladie Covid-19 et sur un vaccin contre le virus du SRAS-CoV-2. Dans quelques mois, les deux seront probablement disponibles.

Pendant ce temps, nous pouvons rester à l’écart et apprendre à fabriquer nos propres masques.

Moon of Alabama

Note du Saker Francophone

En parlant de l'étude française, l'auteur fait sans doute référence au professeur Raoult, cité abondamment dans le précédent article. Quand il dit ou cite que cette étude n'a aucune valeur scientifique, il faut entendre "pas encore". Il n'est pas exclu que cette étude soit validée par des méthodes "randomisées". Il faudra du temps pour la confirmer ou l'infirmer ou avoir un statut partiel.

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Coronavirus … »

Les commentaires sont fermés.