Bruissements autour des Oscars


Par James Howard Kunstler – Le 24 février 2019 – Source kunstler.com

Résultat de recherche d'images pour "oscars fox news"
J’aime suivre le rythme des Oscars pour voir à quel point Hollywood perd la tête d’année en année. Et puisque l’Amérique marine dans le jus d’Hollywood, c’est un bon test de Rorschach pour les mystérieuses tendances de notre nation.


Au fait, je suis allé au cinéma à une projection tardive de « Black Panther » la veille au soir. Il s’agit de la techno-métropole du Wakanda cachée au plus profond de la jungle africaine depuis tant de siècles. (Qui l’eût cru ?). L’élite de cette utopie parcourt le monde en soucoupes volantes. Quand les ennuis arrivent, quelles sont les armes qu’elle prend ? Des lances. Je ne plaisante pas. Ma réplique préférée dans le film, celle d’une G-man blanc américain à Nakia, l’ex-petite amie de Black Panther : « Plante lui cette lance dans le buffet ! »

Alors … j’ai écouté les dix dernières minutes du défilé sur le tapis rouge. Des seins à perte de vue – des femmes qui reviendront à l’activisme culturel anti-viol quand elles auront surmonté leur gueule de bois. Tout le monde sur la piste était « époustouflant ». Et ils ont apprécié d’en être informés, parce qu’ils l’entendent si rarement. Glenn Close a révélé que sa robe contenait quatre millions de perles et pesait quarante livres. J’espère qu’elle en fera don à la Fondation Clinton pour le discours d’investiture d’Hillary Clinton en 2020.

Oh, « Black Panther » vient de gagner son premier prix : la conception de costumes. C’est incroyable ce qu’on peut faire avec le Vibranium. Il drape magnifiquement, permet de respirer et peut recharger votre Tesla. J’avoue que ce sont les costumes qui m’ont fait rester regarder ce film parce que l’histoire était tellement incompréhensible. LL Bean offrira des vestes tout terrain en Vibranium l’automne prochain, avec une poche spéciale qui recharge votre téléphone cellulaire. J’en veux une !

Petit aparté sur Marty Scorsese vendant des montres Rolex. Chaque Américain devrait en avoir une, et quand AOC sera enfin présidente, chaque Américain en aura une !

Oh, « Black Panther » a gagné une autre statuette de couleur pour le design de la production (le décors et tout le reste). Bien sûr, j’ai senti que j’étais transporté dans un autre monde où absolument rien n’était reconnaissable, et c’est aussi ce que je ressens quand je lis le New York Times.

Suivi du numéro musical le plus étrange de la soirée jusqu’à présent : Jennifer Hudson s’est costumée comme une opératrice d’ascenseur devant une toile de fond de la Cour suprême, chantant une puissante ballade sur les femmes et… enfin… puissante (du documentaire sur Ruth Bader Ginsburg). Eh bien, la RBG s’améliore depuis des années. Elle mérite certainement un ascenseur sur son lieu de travail. Plus de pouvoir à l’ole-girl !

Argh ! « Black Panther » vient de perdre dans la catégorie montage son. C’est injuste ! Recomptage des bulletins de vote, s’il vous plaît !

Un groupe d’hommes blancs a gagné l’oscar du mixage pour « Bohemian Rhapsody ». Ils se ressemblent tous. Le même smoking. Le même discours clair et simple. Ennuyeux. Je ne peux pas vous dire exactement en quoi le mixage du son diffère du montage du son. Probablement aucune. Fake récompense ! Une enquête peut-être ?

Sauvé par un autre numéro musical : celui de « Mary Poppins Reboot ». Ole Bette Midler dans une tenue qui disait « je suis serveuse dans un magasin de beignets ». Je pense que la chanson a été composée en onze minutes sur le parking du Shake Shack sur Sunset au large de NW Knollwood. [L’intersection de Sunset Boulevard et Knollwood Street à Hollywood, NdA].

Ensuite on a eu Pharrell Williams en smoking de camouflage, qui sera bientôt accompagné par les Rangers de l’armée américaine lors de la prochaine invasion des Hamptons. Suivi d’une nana en tenue de jogging (meilleur court métrage d’animation). Suivi d’une fille hystérique « se battant pour l’égalité des menstruations ! » Quelle montée en puissance, oui ! Écoutez-nous rugir ! (Grrrowww !)

Des publicités qui s’enchaînent, comme la défense anti-aérienne au dessus de Sarrebruck en 1942. Une sorte de fatigue au combat qui s’installe au-dessus de l’auditorium. Si c’était moi, je me descendrais bien cette demi-pinte de rock’n-rye que j’ai dans ma poche arrière.

D’autres blancs plus ennuyeux qui reçoivent leurs prix pour leurs effets visuels. Un film sur l’espace. Vous vous demandez si nous y sommes allés en 1969, ou si c’était aussi un effet visuel ? Accents britanniques. (Faux ?). L’odeur du colonialisme qui plane sur le public. Dieu merci, c’est fini.

Des prix pour des courts métrages que personne ne verra jamais. (Bâillement)

Spike Lee portant une tenue de chauffeur de taxi futuriste : « Faites ce qu’il faut. »

J’avoue que je me fiche de savoir qui gagne les gros prix. (Double bâillement.)

Caractéristique la plus intéressante de tout ce spectacle atroce : personne n’a même mentionné le nom de celui qui ne sera pas nommé ici non plus (indice : il occupe la Maison Blanche.) Le mot a dû passer … ne pas … y aller … là-bas. Était-ce l’effet Jussie Smollett ou quelque chose de plus sinistre ?

De toute façon, je n’en peux plus. Je vais dormir …

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF