Scandale des statistiques au Japon


Tokyo admet que 40% de ses données économiques sont des « infox »

Par Tyler Durden – Le 27 janvier 2019 – Source Zero Hedge

Kuroda à l’écoute

Lorsqu’il s’agit de la plus grande expérience monétaire de l’histoire moderne, à savoir le QE du Japon qui a vu la Banque centrale japonaise (BOJ) acheter suffisamment d’obligations japonaises pour égaler le PIB du Japon, il n’y a rien de plus important que de permettre à la BOJ de disposer de mesures précises pour déterminer si sa « cible d’inflation » fonctionne, c’est-à-dire si les salaires et l’inflation en général augmentent. Hélas, les nouvelles récentes selon lesquelles le ministère japonais du travail a publié des statistiques erronées pendant des années ont soulevé des doutes non seulement sur l’exactitude de l’analyse économique publiée par la Banque du Japon, mais ont incité les investisseurs à douter de chaque rapport économique publié par Tokyo.

Pour ceux qui ne connaissent pas le dernier scandale économique, le ministère japonais du travail a révisé mercredi son enquête mensuelle sur le travail pour la période 2012-2018, admettant qu’il avait surestimé les augmentations salariales nominales en glissement annuel de 0,7 point de pourcentage entre janvier et novembre de l’année dernière, pour ne prendre qu’un exemple.

Malheureusement, il y a beaucoup d’autres exemples et, selon un rapport du ministère de l’Intérieur publié jeudi soir, près de la moitié des statistiques clés du gouvernement économique du Japon doivent être examinées avec 22 statistiques distinctes, soit environ 40 % des 56 publications économiques clés du gouvernement, qui se révèlent être des « infox » et doivent être corrigées.

Il s’agit d’un problème majeur pour Kuroda et la Banque du Japon, qui utilise les statistiques du ministère du Travail pour compiler deux éléments clés de données économiques afin de prendre des décisions à suivre sur la poursuite, la réduction ou l’expansion de l’assouplissement quantitatif.

L’un d’eux, selon Nikkei, est l’écart de production trimestriel qui compare la capacité d’offre du pays à la demande totale. La capacité d’offre est dérivée d’éléments tels que les dépenses de main-d’œuvre et d’investissement. Les données de l’enquête du ministère du Travail, telles que le nombre d’heures enregistrées par la main-d’œuvre, sont utilisées pour calculer l’écart de production.

L’écart de production du Japon s’est creusé de plus en plus pour atteindre un niveau positif. Cela a en partie éclairé le jugement de la Banque du Japon selon lequel « l’économie japonaise est en expansion modérée ». L’écart est également considéré comme un indicateur avancé de l’inflation. Une lecture positive soutenue pourrait conduire les entreprises à augmenter les prix et à augmenter les salaires.

Pendant ce temps, même si l’indice des prix à la consommation du Japon, qui exclut les aliments frais, continue d’être inférieur à 1 %, la BOJ s’obstine à dire que les prix se maintiennent vers leur cible d’inflation de 2 %, la conclusion étant fondée en partie sur l’écart de production.

Rétrospectivement, il semble maintenant que la BOJ se soit « trompée » et comme les données sous-jacentes étaient erronées pour toutes les années pendant lesquelles l’assouplissement quantitatif du Japon était en cours, la BOJ va maintenant subir des pressions pour retravailler son cadre et ses estimations à la lumière de ce scandale autour des statistiques.

« En ce qui concerne l’ampleur de l’impact, nous avons l’intention d’entreprendre un examen attentif basé sur les résultats à venir des études gouvernementales », a déclaré un porte-parole de la BOJ à Nikkei, donnant quelques autres détails.

Outre l’écart de production, l’indice des prix à la production des services, publié mensuellement, est le deuxième indicateur clé de la Banque du Japon qui repose sur l’enquête sur le travail. Si la BOJ est forcée de réviser drastiquement cet indicateur ou l’écart de production, cela pourrait introduire de l’incertitude sur les conclusions de la banque centrale qui a acheté des milliers de milliards d’obligations d’État et d’ETF en s’appuyant sur … de fausses données économiques !

« Il est impossible de dire dans quelle mesure l’impact s’est étendu », a déclaré un haut responsable de la Banque du Japon, et il est tout simplement catastrophique que la Banque du Japon admette que les données économiques sont aujourd’hui en plein chaos et que l’inflation a été surestimée pendant des années.

Le dernier scandale du Japon, pour couronner le tout, signifie que si tout le monde se moque depuis longtemps des données économiques de la Chine pour avoir été manipulées, fabriquées et recherchées, les « données » japonaises sont bien pires.

Dans les perspectives trimestrielles de l’activité économique et des prix de la Banque du Japon, au moins huit des quelque 60 diagrammes incorporent des données de l’enquête sur le travail. Il s’agit notamment de graphiques illustrant le revenu individuel, les salaires nominaux et les dépenses de consommation. Le dernier rapport, publié mercredi, décrit de manière amusante une « amélioration constante de la situation de l’emploi et des revenus ». Hélas, il s’avère que l’amélioration n’a été possible que parce que les données sous-jacentes étaient erronées et/ou « pré-cuisinées ».

Les perspectives sont considérées comme précieuses car elles sont basées sur les conclusions relatives à l’économie et aux prix auxquels est parvenu le gouverneur de la Banque du Japon, M. Kuroda. La banque centrale ne voit peut-être pas la nécessité de réviser les déclarations antérieures, mais la fiabilité de l’organisme risque quand même d’être remise en question.

Pendant ce temps, pour montrer à quel point cette farce circulaire autour des « données » s’est développée dans les pays développés, après que le ministère japonais du travail a admis avoir publié des données salariales erronées, 79% des personnes interrogées dans un sondage Nikkei réalisé entre vendredi et dimanche ont déclaré qu’elles ne pouvaient plus se fier aux statistiques gouvernementales, alors que 14% ont déclaré qu’elles le pouvaient. Et, rendant la farce complète, un sondage séparé a révélé que la cote d’approbation du Premier ministre Shinzo Abe a augmenté de 6% par rapport au mois dernier à 53% dans le sondage Nikkei, avec sa cote de désapprobation en baisse de 7%.

Nous nous demandons combien de temps avant que le Japon n’admette que tous ses sondages montrant son soutien au premier ministre étaient tous aussi faux.

Tyler Durden

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF