Bientôt de la publicité dans l’espace ?


Une startup russe veut mettre d’immenses publicités dans l’espace. Tout le monde n’est pas d’accord avec l’idée


Par Denise Chow – Le 18 janvier 2019 – Source nbcnews

190117-spaceboard-advertisement-cs-146p_5221a90e2cf000dc23cbd7b9f5de03a5.fit-2000w

Des essaims de minuscules satellites « cubesats » réfléchissant la lumière se rassembleraient pour former des mots ou des logos lumineux.

Si vous avez parfois l’impression que le monde est inondé de publicités, vous n’avez pas tout vu. Une start-up russe vient de révéler son intention d’utiliser des essaims de minuscules satellites à réflexion de lumière pour créer de vastes panneaux d’affichage dans l’espace.

La première des annonces spatiales de StartRocket, présentée dans un nouveau concept vidéo publié par la société la semaine dernière, pourrait apparaître d’ici 2021. Les annonces – un peu comme le skytyping, uniquement en orbite terrestre basse plutôt que dans l’atmosphère – ne seraient visibles que la nuit mais peuvent être vues de presque n’importe où sur la planète.

Les annonces seraient créées par un ensemble de minuscules satellites, chacun équipé d’un panneau réfléchissant d’environ 9 mètres (30 pieds) de diamètre. Lorsque ces « cubesats » gravitent à environ 450 km (280 miles) d’altitude, la lumière du soleil se refléterait sur les voiles pour former des mots lumineux ou des logos visibles depuis le sol.

190117-spaceboard-advertisement-orbit-cs-146p_5221a90e2cf000dc23cbd7b9f5de03a5.fit-560w
Les annonces spatiales de StartRocket ne seraient visibles que la nuit, mais de pratiquement n’importe où sur Terre. 

La société a déjà un prototype de cube et les premiers tests de publicité dans l’espace pourraient commencer au début de l’année prochaine, a déclaré le PDG de StartRocket, Vlad Sitnikov, à NBC News MACH. La société n’a pas révélé de détails sur la fusée qui placerait les satellites en orbite ni sur le prix qu’il facturerait à ses clients.

Sitnikov a déclaré que le projet de la société de publicité spatiale avait été inspiré par le satellite « disco ball » lancé en orbite en janvier 2018 par la société Rocket Lab, de Huntington Beach, en Californie. Le satellite « Humanity Star », lancé dans l’espace sous forme de projet artistique en orbite, a fait le tour de la planète pendant deux mois avant de se consumer dans l’atmosphère au moment où il retombait vers la Terre.

Sitnikov a déclaré que l’audace du projet Humanity Star l’avait amené à se demander : « Et si on inventait un nouveau média, le premier média en orbite ? ».
Tout le monde ne partage pas l’enthousiasme de Sitnikov d’augmenter la population d’objets de fabrication humaine en orbite terrestre, qui comprend déjà 1 400 satellites en fonctionnement.

« L’augmentation du nombre de satellites augmentera les possibilités de collision, et nous ne voulons pas que cela se produise », a déclaré John Crassidis, professeur de génie mécanique et aérospatial à l’université de Buffalo. « Mon plus gros problème est que ces objets vont devenir des déchets spatiaux. »

Des satellites défunts aux pièces usagées de fusées, en passant par les outils égarés et le gant d’astronaute, il y a déjà beaucoup de débris orbitaux là-haut. Le département américain de la Défense suit plus de 500 000 débris spatiaux en orbite autour de la Terre.

Sitnikov a déclaré que les satellites pourraient rester en orbite pendant un an au maximum, après quoi ils seraient « désorbités » pour se brûler dans l’atmosphère.

Mais Crassidis a déclaré que les risques sont trop élevés. « Cela ne sert à rien en dehors de la publicité », a-t-il déclaré. « Je ne suis pas un grand fan de cela. »

Le plan de StartRocket pourrait également soulever des préoccupations à la fois scientifiques et logistiques.

« Les milieux de l’astronomie et des sciences susciteraient de fortes réactions », a déclaré Joanne Gabrynowicz, experte en droit de l’espace, professeur émérite à l’Université du Mississippi à Oxford. « Les scientifiques soutiendront que cette lumière réfléchie nuit à la capacité d’étudier le ciel. Et si cela interfère avec la science, c’est néfaste. »

Sitnikov, cependant, n’est pas découragé.

« Si vous posez des questions sur les critiques de la publicité et du divertissement dans l’espace en général, les haïneux détesteront », a-t-il déclaré. « Nous développons un nouveau support. Au début de la télévision, personne n’aimait [les annonces] du tout. »

Les États-Unis ont interdit la publicité spatiale dans l’espace en 1993, mais M. Gabrynowicz a déclaré qu’aucune interdiction de ce type n’était en vigueur en Russie.

Denise Chow

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Bientôt de la publicité dans l’espace ? »

Les commentaires sont fermés.