L’UE pourrait passer à l’euro dans le commerce du pétrole avec l’Iran


Par Tsvetana Paraskova – Le 16 mai 2018 – Source oilprice.com

Oil tanker
L’Union européenne (UE) envisage de passer à l’euro au lieu des dollars américains dans le commerce pétrolier avec l’Iran, a rapporté mercredi Spoutnik, citant une source diplomatique.

L’Europe − l’un des plus grands clients pétroliers iraniens après la Chine et l’Inde − tente de sauver l’accord nucléaire iranien après que le président Donald Trump a retiré les États-Unis du pacte et ouvert la voie à de nouvelles sanctions contre l’Iran, notamment contre son secteur énergétique et la vente de son pétrole brut.

L’Iran, pour sa part, a déclaré dès la mi-avril qu’il utiliserait l’euro et non plus le dollar américain pour publier le montants de ses devises étrangères, ceci afin de réduire son recours au dollar, attendu que le président Trump ne renoncera pas aux sanctions avant longtemps.

L’UE s’est engagée mardi à chercher des moyens de travailler et de commercer avec l’Iran.

« Nous regrettons ensemble le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire iranien et nous reconnaissons que la levée des sanctions nucléaires et la normalisation des relations commerciales et économiques avec l’Iran constituent des parties essentielles de l’accord », a déclaré mardi la représentante pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, après avoir rencontré les ministres des Affaires étrangères du Royaume-Uni, de la France et de l’Allemagne, et séparément avec le ministre iranien des Affaires étrangères.

« L’UE a lancé des discussions d’experts avec l’Iran en vue d’arriver à des solutions pratiques dans les semaines à venir », a aussi déclaré Mme Mogherini. Parmi les questions abordées lors des négociations, on peut citer « le maintien et l’approfondissement des relations économiques avec l’Iran ; la poursuite de la vente des produits pétroliers, pétrochimiques et gaziers de l’Iran et des transferts connexes ; les transactions bancaires effectives avec l’Iran ; la poursuite des relations maritimes, terrestres, aériennes et ferroviaires avec l’Iran ; la poursuite de la fourniture de crédit à l’exportation et le développement de ‘véhicules financiers’ à vocation spéciale dans les secteurs de la banque, de l’assurance et du commerce financiers, en vue de faciliter la coopération économique et financière, notamment en offrant un soutien pratique au commerce et à l’investissement ».

L’engagement de l’UE de continuer à commercer avec l’Iran intervient alors que l’Europe achète toujours du pétrole iranien, mais certains raffineurs et négociants signalent que les problèmes de financement pourraient empêcher le commerce de brut avec l’Iran. Un autre obstacle important aux exportations de pétrole brut iranien pourrait être l’assurance des pétroliers qui transportent du pétrole hors d’Iran, ont averti des experts, alors que certaines compagnies maritimes refusent déjà d’utiliser des tankers pour de nouvelles cargaisons iraniennes, par peur des complications dans le fret et les paiements liés à l’assurance..

Tsvetana Paraskova

Note du Saker Francophone

Cet article est extrait d'une analyse du blog Les Chroniques du Grand Jeu dont on ne peut que vous recommander la lecture assidue.

Traduit par Hervém relu par Cat pour le Saker Francophone

PDF24    Send article as PDF