La France se prépare à une intervention pro al-Qaïda en Syrie


Par Moon of Alabama – Le 30 mai 2017

Il semble que la France cherche des moyens de prolonger la guerre contre la Syrie.

Le 25 mai, l’agence de presse française, l’AFP, a publié un article de propagande sur des courses de chevaux arabes à Idlib :

« Les spectateurs se sont lancés dans une danse très animée et tiraient de joyeux coups de feu en l’air à chaque fois qu’une créature musclée franchissait la ligne d’arrivée en créant des nuages de sable doré. »

Des « créatures musclées, des nuages de sables dorés » – est-ce de la poésie française moderne ?

Les photos de l’AFP ne montrent que deux chevaux mais pas beaucoup de course. Pour en rajouter une couche, elles montrent également un enfant soldat d’al-Qaïda (à droite) avec un fusil trop grand pour lui :

La province d’Idlib est évidemment complètement occupée, contrôlée et gouvernée (vidéo) par les macaques d’al-Qaïda.

Pourquoi l’AFP publie-t-elle des articles de relations publiques, idéaux pour favoriser le recrutement pour al-Qaïda ? Pourquoi un photographe de l’AFP dont le nom est entièrement cité, peut-il travailler ouvertement à Idlib sans craindre d’être enlevé ou tué ? Le plus important : pourquoi l’AFP publie-t-elle ça maintenant ?

La remarquable nouvelle suivante a été publiée hier par les médias français :

La fougueuse marionnette mondialiste qu’est Macron a émis cette menace « de ligne rouge à ne pas franchir » lors d’une conférence de presse avec le président russe, Poutine.

[Macron] a déclaré que toute utilisation d’armes chimiques en Syrie conduirait à des « représailles » de la France – sans préciser exactement quelles formes elles prendraient.

Cette « ligne rouge » est bien sûr une invitation, à al-Qaïda et son « opposition syrienne » financée par l’Arabie saoudite, à mettre en scène une autre « attaque à l’arme chimique ». Les bombardements français contre l’armée syrienne et ses alliés seront alors des « représailles » (?).

La remarque de Macron était préparée, et non pas spontanée, et ce que cela signifie est évident. Ce n’était pas une menace contre al-Qaïda, au cas où il utiliserait à nouveau les armes chimiques qu’il possède. C’était une menace pour attaquer le gouvernement syrien, indépendamment de qui utilise tout ce qui pourrait sembler « chimique » dans des images faites et fournies par al-Qaïda lui-même. Toute revendication non prouvée d’utilisation d’armes chimiques sera suffisante.

Aujourd’hui, une autre partie du puzzle a trouvé sa place :

l‘AFP publie une belle histoire sur la province d’Idlib gouvernée par al-Qaïda, Macron ouvre la voie à une fausse attaque chimique avec sa « ligne rouge » et, cerise sur le gâteau, rencontre l’opposition financée par l’Arabie saoudite pour la réaliser :

La réunion non annoncée avec Riad Hijab et une délégation plus large du Comité des hautes négociations (HNC), basé à Riyad, qui comprend des groupes politiques et des groupes armés, survient alors que Macron cherche à réviser la stratégie française dans cette guerre civile qui dure depuis six ans.

« Le président a parlé de son engagement personnel dans le dossier syrien et de son soutien à l’opposition syrienne en vue d’une transition politique », a déclaré son bureau dans un communiqué.

Les « groupes armés » de la HNC sont des alliés d’al-Qaïda.

L’armée américaine échoue actuellement dans sa tentative d’occuper le sud-est de la Syrie. Les forces irakiennes et syriennes empêcheront un tel mouvement. La troupe proxy étasunienne renommée « Nouvelle armée syrienne » bat en retraite à mesure que l’armée syrienne s’approche. Davantage d’armes américaines ne suffiront pas à changer la donne. Trump ne semble pas disposé, pour l’instant à plonger plus profondément dans le chaudron syrien. Le gouvernement britannique a été brûlé dans l’attaque de représailles de Manchester commise par un « rebelle libyen » britannique qui avait été poussé à se battre avec les djihadistes lorsque Theresa May était la ministre responsable de l’Intérieur. Il y a peu d’appétit pour commettre une autre erreur.

Il ne reste donc que le français Macron comme changeur de régime en chef « occidental ». Le petit Emmanuel doit laisser sa marque en politique étrangère pour impressionner maman [Merkel, NdT]. Une campagne de bombardement « héroïque » en « représailles » pour une fausse attaque à l’arme chimique pourrait bien être dans son esprit. Je doute cependant que la défense et les forces aériennes russes chargées de la Syrie le laissent faire à sa guise.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Catherine pour le Saker Francophone

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Une réflexion au sujet de « La France se prépare à une intervention pro al-Qaïda en Syrie »

Les commentaires sont fermés.