La falaise de Sénèque à venir de l’industrie automobile


L’effet de convergence des technologies perturbatrices et des facteurs sociaux


Par Ugo Bardi – Le 24 mai 2017 – Source CassandraLegacy


Ce graphique montre la disparition projetée de la propriété de l’automobile individuelle aux États-Unis, selon « RethinkX ». Cela entraînera la disparition de l’industrie automobile, comme nous la connaissons, car un nombre beaucoup plus réduit de voitures sera nécessaire. Si ce n’est pas un effondrement de Sénèque, qu’est-ce que c’est ?

Des décennies de travail en recherche et développement m’ont appris ceci :

L’innovation ne résout pas les problèmes, elle les crée.

C’est ce que je pourrais appeler « la règle d’or de l’innovation technologique ». Il y a tant d’applications à cette loi qu’il est difficile pour moi de décider où je devrais commencer. Il suffit de penser à l’énergie nucléaire. Est-ce que tu comprends ce que je veux dire ? Donc, je suis toujours étonné de la foi naïve de certaines personnes qui pensent que plus de technologie permettra de résoudre les problèmes créés par la technologie. Cela ne fonctionne pas comme ça.

Cela ne signifie pas que la recherche technologique est inutile ; pas du tout. La R & D peut normalement générer des améliorations mineures mais utiles aux processus existants. C’est ce qu’elle est censée faire. Mais lorsque vous faites face à des percées, eh bien, c’est un autre jeu à base de bâtons de dynamite, pour ainsi dire. Les percées les plus demandées se révèlent être des escroqueries (la fusion à froid en est un bon exemple) mais pas toutes. Et cela conduit à la deuxième règle de l’innovation technologique :

Les innovations réussies sont toujours très perturbatrices.

Vous connaissez probablement l’histoire de la cavalerie polonaise contre les chars allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Cela ne s’est jamais produit, mais l’expression « combattre des tanks avec des chevaux » est une bonne métaphore de ce que les percées technologiques peuvent faire. Certaines innovations s’imposent, littéralement, en marchant sur les cadavres de ses adversaires. Même sans ces extrêmes, lorsqu’une innovation devient un marqueur de succès social, elle peut se diffuser extrêmement rapidement. Vous souvenez-vous du rôle de symbole du statut social que jouaient les téléphones cellulaires dans les années 1990 ?

Les voitures sont un exemple particulièrement intéressant de la façon dont les facteurs sociaux peuvent affecter et amplifier les effets de l’innovation. J’ai discuté d’une publication antérieure sur Cassandra’s Legacy sur la façon dont les voitures sont devenues le premier marqueur du statut social en Occident dans les années 1950, devenant les objets surdimensionnés et inefficaces que nous connaissons aujourd’hui. Elles ont eu un effet remarquable sur la société, créant les banlieues gigantesques des villes d’aujourd’hui où la vie sans voiture personnelle est presque impossible.

Mais la grande roue de l’innovation technologique continue de tourner et elle va bientôt rendre les voitures individuelles aussi obsolètes que de porter des manteaux faits en peaux d’ours tannées à la maison. C’est encore une fois la combinaison de l’innovation technologique et des facteurs socio-économiques qui créé un effet perturbateur. D’une part, la possession de voitures privées va devenir rapidement trop coûteuse pour les pauvres. Parallèlement, la combinaison de systèmes de position globale (GPS), de smartphones et de technologies de conduite autonome va permettre une sorte de « transport à la demande » ou « transport en tant que service » (TAAS) qui était impensable il y a une décennie. Les voitures électriques sont particulièrement adaptées (mais pas nécessairement indispensables) à ce type de transport. Dans ce schéma, tout ce que vous devez faire pour obtenir un service de transport est de pousser un bouton sur votre smartphone et le véhicule que vous avez demandé va glisser silencieusement en face de chez vous pour vous emmener où vous le souhaitez. 1

La combinaison de ces facteurs est susceptible de générer un phénomène social imparable et perturbateur. Le fait de posséder une voiture sera de plus en plus considéré comme un phénomène du passé, alors que l’utilisation des derniers gadgets TAAS sera considérée comme cool. Les gens tenteront de se débarrasser de leurs voitures obsolètes, maladroites et démodées et passeront à TAAS. Ensuite, TAAS peut également jouer le rôle de filtre social : avec les tendances actuelles à l’augmentation des inégalités sociales, les pauvres ne pourront l’utiliser que de façon occasionnelle ou pas du tout. Les riches, au contraire, l’utiliseront pour montrer qu’ils peuvent les posséder et qu’ils ont accès au crédit. Certains services TAAS seront exclusifs, tout comme certains hôtels et centres de villégiature. Certaines personnes riches pourront encore posséder des voitures comme passe-temps, mais cela ne changera pas la tendance.

Bien sûr, tout ceci n’est qu’une vision du futur et le futur est toujours difficile à prévoir. Mais quelque chose que l’on peut dire sur le futur est que lorsque des changements surviennent, ils surviennent rapidement. Dans ce cas, le résultat final du développement des TAAS individuels sera l’effondrement rapide de l’industrie automobile comme nous la connaissons : un nombre beaucoup plus restreint de véhicules sera nécessaire et ils n’auront pas besoin d’être du genre de ceux que l’industrie actuelle peut potentiellement produire. Ce phénomène a été correctement décrit par RethinkX, même si c’est toujours dans un paradigme de croissance. En pratique, la transition est susceptible d’être encore plus rapide et brutale que ce que pense l’équipe RethinkX. Pour l’industrie automobile, on applique la métaphore de « combattre des tanks avec des chevaux ».

La disparition de l’industrie automobile est un exemple de ce que j’ai appelé « l’effet Sénèque ». Quand une technologie ou un mode de vie devient obsolète et insoutenable, il tend à s’effondrer très rapidement. Regardez les données pour la production mondiale de véhicules à moteur, ci-dessous (image de Wikipédia). Nous en achetons près de cent millions par an. Si la tendance continue, au cours des dix prochaines années, nous aurons produit un autre milliard d’entre elles. Pouvez-vous vraiment imaginer que ce serait possible ? Il y a une falaise de Sénèque en attente pour l’industrie automobile.


Ugo Bardi

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Catherine pour le Saker Francophone

Enregistrer

Enregistrer

  1. Si la tendance à l’augmentation des inégalités se poursuit, les voitures autonomes ne seront pas nécessaires. Les conducteurs humains seront assez peu coûteux pour la minorité de riches qui pourront se permettre de les embaucher.
www.pdf24.org    Send article as PDF   

Une réflexion au sujet de « La falaise de Sénèque à venir de l’industrie automobile »

Les commentaires sont fermés.