Une intelligence gênante ?


Une note à Richard Lynn, Charles Murray, James Thompson, etc…

https://pbs.twimg.com/profile_images/831551303167860738/bq-Y5TmF_400x400.jpg

Par Chanda Chisala – Le 26 septembre 2018 – Source Unz Review

Toute proposition vraiment scientifique offre des conditions empiriques claires dans lesquelles elle peut être réfutée ; autrement, elle doit être mise de côté dans le champ mystique de la pseudoscience non réfutable.

shutterstock_42138184
En ce qui concerne l’hypothèse de la génétique raciale (la proposition selon laquelle les différences entre les Noirs et les Blancs sont en partie enracinées dans les différences génétiques raciales), le professeur Richard Lynn a donné ce vernis scientifique en mettant les opposants au défi de trouver une société unique où les Noirs ne semblent pas être nettement moins intelligents que les Blancs en ce qui concerne toute mesure sociale de l’intelligence. Il donna d’autres raisons pour cette audacieuse condition universelle :
Si seuls les facteurs environnementaux étaient responsables des différents QI des différentes populations, nous devrions nous attendre à trouver des pays où les Africains ont des QI plus élevés que les Européens. L’impossibilité de trouver un seul pays où c’est le cas indique la présence d’un facteur génétique fort. Richard Lynn.

Il a aussi avancé que :
Si l’on trouve une société multiraciale où ces différences raciales en terme d’intelligence sont absentes, la théorie évolutionnaire et génétique de ces différences « serait réfutable ». Ceux qui affirment qu’il n’y a pas de différences génétiques au niveau de l’intelligence entre les races sont invités à tenter de s’atteler à cette tâche. – Richard Lynn.

Eh bien, il semble que Dieu a vraiment le sens de l’humour. Il s’avère que nous n’avons pas eu besoin de chercher plus loin que le pays hôte multiracial de Richard Lynn, la Grande-Bretagne, pour trouver un contre-exemple à son hypothèse génétique raciale.

Bien que certains adeptes de l’hérédité aient déjà remarqué des signes troublants (pour leur hypothèse) selon lesquels les enfants noirs africains au Royaume-Uni semblaient au pire n’avoir environ que 8 points de QI en dessous des enfants blancs (au lieu d’au moins 20 à 30 points attendus par les héréditaires du QI racial), mon humble contribution au débat fut de noter que les Africains étaient presque toujours regroupés dans le groupe « noir africain » quand on faisait ces comparaisons. Cela masquait l’image réelle de la manière dont certaines nationalités qui migraient de pays africains anglophones vers le Royaume-Uni avaient déjà obtenu de meilleurs résultats que les Blancs britanniques. À première vue, il ne semble pas utile de mettre dans le même panier les enfants d’immigrants nigérians ou ghanéens exposés à l’anglais, par exemple, et les enfants de réfugiés somaliens fuyant des situations d’urgence humanitaire beaucoup plus graves en Afrique, surtout s’ils n’ont jamais été exposés à la langue anglaise auparavant.

Lorsqu’on décompose les données en différentes nationalités africaines, il devient évident que même l’écart racial relativement faible de 8 points de QI observé en faveur des Blancs britanniques n’existe pas. L’écart de performance entre les Noirs et les Blancs est complètement éliminé, et semble même quelque peu inversé, lorsqu’on regarde les enfants des pays africains qui parlent un peu l’anglais, c’est-à-dire les enfants immigrés qui n’ont pas eu à apprendre l’anglais pour la première fois de leur vie quand ils se sont inscrits dans les écoles britanniques. Lorsque j’ai publié ces résultats pour la première fois en 2015, j’ai pensé que cela réglait vraiment la question, du moins sur ce point.

Murray ne le sait pas ?

J’ai donc été surpris de constater récemment sur Twitter que Charles Murray, l’auteur du tristement célèbre livre Bell Curve, ne connaît apparemment pas cette performance « gênante » des écoliers noirs africains au Royaume-Uni. Dans son tweet affirmant la confirmation de l’écart traditionnel blanc-noir dans les écoles britanniques, lui aussi commet l’erreur de ne regarder que le groupe combiné « noir », qui non seulement regroupe toutes les différentes nationalités africaines, mais aussi les Noirs des Caraïbes, dont les scores sont bien inférieurs à ceux des Noirs africains. De plus, il semble convaincu que si l’on s’intéressait aux résultats moyens des tests plutôt qu’aux « taux de réussite », on constaterait un écart encore plus grand entre les enfants noirs et blancs en faveur de ces derniers, un écart qui devrait théoriquement être encore plus grand que celui aux États-Unis (puisque les Noirs en Amérique, qui ont plus de gènes blancs, auraient un QI de 85 alors que les Noirs de l’Afrique subsaharienne ont un QI de 70).

https://www.unzcloud.com/wp-content/uploads/2018/09/ChandaIQ-10.png
Murray n’est évidemment pas bien renseigné sur l’ensemble des performances des Noirs au Royaume-Uni, comme je l’indiquerai clairement dans cet article.

J’ai été encore plus choqué de voir qu’après tous les débats publics que j’ai eu avec lui, l’ami de Murray, le professeur James Thompson, ne semble pas non plus se rendre compte à quel point ces données britanniques sont dévastatrices pour leur hypothèse génétique raciale. Tout comme Murray, il croit lui aussi que les enfants africains ne réussissent bien que si l’on considère des paramètres comme les « taux de réussite » (ou « amélioration ») et non les résultats réels aux tests. Thompson maintient apparemment toujours son ancienne affirmation selon laquelle il y a une sorte d’effort au Royaume-Uni pour essayer de faire paraître les enfants des minorités comme s’ils avaient de meilleurs résultats qu’eux, en ne présentant que leurs « taux de réussite » ou « améliorations » et en omettant leurs notes, en particulier dans les matières plus difficiles des mathématiques et de l’anglais.


La raison pour laquelle je suis surpris d’apprendre que Thompson ne sait toujours pas que ses affirmations ont déjà été démystifiées par les données, c’est parce que je l’ai déjà dirigé vers des sources publiées qui rapportent les résultats moyens réels des tests, et non seulement les taux de réussite. Dans sa réponse à l’un de mes articles le dirigeant vers ces sources de résultats, il a simplement insisté sur le fait que les résultats des tests n’ont jamais été publiés au Royaume-Uni :

Pour mieux comprendre les résultats scolaires des groupes d’immigrants, nous devons aller au-delà des taux de réussite en pourcentage et examiner les chiffres réels qui, à ma connaissance, ne sont pas publiés actuellement. Par exemple, Deary et ses collaborateurs (2007) ont un système de notation fondé sur les notes, qui est bien meilleur que les taux de réussite, mais il n’a pas eu accès aux notes brutes et n’a pas pu publier de données sur les différences raciales. C’est très dommage, car cela nous fournirait une grande partie des données dont nous avons besoin, qui pourraient ensuite être suivies d’année en année. James Thompson

Comme ses paroles semblent sincères, je vais lui accorder le bénéfice du doute et supposer qu’il n’a tout simplement pas réussi à localiser ces résultats dans l’immense document que je lui ai demandé de vérifier (je ne suis pas prompt à accuser de malhonnêteté intellectuelle).

Je vais donc avoir la gentillesse de couper les données pertinentes du document source et de les coller ici, afin que personne n’ait d’excuse pour aller de l’avant.

Steve Strand

La source des résultats publiés est le professeur Steve Strand de l’Université d’Oxford, qui comparait les résultats de différents groupes d’élèves du secondaire au Royaume-Uni selon leur première langue parlée à la maison, parce qu’il croyait que la connaissance de la langue anglaise est un facteur explicatif majeur de la sous-performance de la plupart des migrants récents au Royaume-Uni. Nous pouvons ignorer son objectif spécifique et simplement voler ses riches données pour notre propre débat : les scores n’excluent pas les scores en mathématiques et en anglais, et publient même explicitement ces scores en mathématiques.

Cela nous donne peut-être l’ensemble de données le plus vaste et le plus détaillé jamais présenté sur le règlement de ce débat sans fin sur le QI. La célèbre étude d’Eyferth sur l’Allemagne, que tous ceux qui s’intéressent à l’impact de l’environnement ne cessent de citer, n’a traité qu’un panel de 181 enfants ; celle-ci compte des milliers d’enfants pris dans tout le système scolaire du Royaume-Uni. En outre, il s’agit d’une étude longitudinale qui a suivi le rendement des mêmes enfants depuis le début de l’école primaire jusqu’à l’obtention du diplôme d’études secondaires ; et oui, elle dresse la liste des résultats réels aux tests, même aux premiers âges.

Ce premier tableau que je vais coller ici provient de la page 47 du rapport et indique le score moyen des Britanniques blancs par rapport aux autres ethnies. Dans ce tableau, les Africains noirs sont divisés en deux groupes, selon qu’ils parlent ou non « anglais d’abord » à la maison (EAL ou EF). Notez que les Blancs britanniques qui parlent anglais comme langue maternelle (note moyenne de 346,4) ne surclassent que les Noirs africains qui parlent d’abord d’autres langues (339,8), mais sont surpassés par les Noirs africains qui parlent d’abord anglais  (356,2) – principalement ceux qui sont nés au Royaume-Uni ou arrivés très jeunes.

Cependant, même ces deux groupes d’Africains noirs (EAL et EF) ont de nombreuses nationalités regroupées. Certains viennent de pays où ils (et leurs parents) ont été beaucoup plus longtemps exposés à la langue anglaise (anciennes colonies de Grande-Bretagne), tandis que d’autres n’ont jamais été exposés à l’anglais du tout. Alors, que se passe-t-il lorsque vous décomposez ce groupe d’Africains noirs de l’EAL qui parlent d’abord une autre langue? Les élèves du groupe EAL des pays anglophones obtiennent de meilleurs résultats que les élèves blancs britanniques au moment où ils passent ces examens du secondaire, malgré l’inconvénient initial de venir d’écoles africaines de très mauvaise qualité.


Supprimons ceux qui viennent de pays anglophones et comparons-les avec les blancs britanniques dans un tableau plus simple :
Groupe Meilleure note moyenne des 8 meilleurs résultats du groupe Taux de réussite moyen
Blanc Britannique 346,8 61,8
Shona (Zimbabwe) 347,9 63,0
Akan/Twi Fante (Ghana) 351,6 68,6
Igbo (Nigeria) 362,4  73,9
Yoruba (Nigéria) 365,0  76,2

Encore une fois, tous ces groupes africains – qui obtiennent de meilleurs résultats que les Blancs britanniques – ont déjà appris un peu d’anglais (comme seconde langue) dans leur pays d’origine avant d’émigrer au Royaume-Uni parce qu’ils viennent tous d’anciennes colonies britanniques. Les Shona du Zimbabwe n’obtiennent qu’un score légèrement supérieur à celui des étudiants britanniques blancs, mais Strand révèle à la page 79 qu’un nombre particulièrement élevé d’entre eux sont arrivés d’Afrique lorsqu’ils avaient plus de 11 ans (32% d’entre eux !), ce qui rend leur performance encore plus stupéfiante !

Les tableaux de Strand donnent également quelques notes en mathématiques et en anglais. Les Africains nés au Royaume-Uni dépassent les Blancs britanniques en mathématiques et en anglais. Plus contre-intuitif encore, les Noirs venant d’Afrique qui parlent l’anglais comme seconde langue surpassent également les Blancs britanniques, non seulement en mathématiques, mais même en anglais !

Qu’en est-il des Africains ayant de faibles résultats ?

Les nationalités africaines dont les scores étaient inférieurs à ceux des Britanniques blancs dans cet échantillon n’avaient aucune exposition à l’anglais dans leur pays d’origine. Les Africains qui parlent portugais ou français (ou lingala, etc.) à la maison au Royaume-Uni ne viennent pas de pays africains anglophones et sont donc désavantagés pendant plus longtemps dans le système scolaire, comme le reconnaît Strand.

S’agit-il seulement d’immigrants africains fortunés ?

Pour ceux qui pourraient être tentés de penser qu’il ne s’agit que des enfants de riches Africains, Strand signale également que tous les groupes d’Africains noirs, y compris ceux nés au Royaume-Uni qui parlent d’abord anglais (EF), sont en fait beaucoup plus pauvres que la moyenne des Britanniques blancs ou des Indiens ou Chinois :
« Tous les groupes linguistiques d’Afrique noire, y compris ceux dont la langue maternelle est l’anglais, ont des niveaux de désavantage socio-économique beaucoup plus élevés que la moyenne. » – Toron

Cela rend leur performance d’autant plus troublante pour ceux qui croient en l’hypothèse raciale, puisque les tenants des hypothèses environnementale et héréditaire s’entendent pour dire que les conditions de pauvreté font baisser les résultats aux tests (ils ne s’entendent simplement pas sur le niveau de cet impact). Ce que cela signifie, c’est que ces scores des Africains qui sont supérieurs aux scores des Blancs britanniques sont en fait encore affectés par les conditions socio-économiques !

Arthur Jensen et ses collaborateurs ont constamment rapporté que même les enfants d’Américains noirs riches (c’est-à-dire un échantillon à 100% de Noirs instruits et à revenu élevé) produisent des enfants dont le score est inférieur à celui des Blancs pauvres. L’explication héréditaire de la piètre performance des enfants de l’élite noire américaine est qu’ils régressent vers un QI racial moyen noir (américain) inférieur de 85. Alors, ne devrions-nous pas assister à une régression encore plus importante de ces enfants noirs africains (puisqu’ils proviennent d’une population dont le QI est encore plus bas que celui des Noirs américains) ? Pourquoi voit-on exactement le résultat contraire ?

De toute évidence, il y a quelque chose qui a mal tourné dans l’histoire des Noirs aux États-Unis et dans d’autres sociétés multiraciales historiques, ce qui a amené les héréditaires raciaux à faire leurs généralisations génétiques hâtives sur les noirs comme race.

Une distribution bimodale ?

Pour se prémunir contre la possibilité que mes affirmations sur les performances du Royaume-Uni soient justes, Thompson affirme généralement que les immigrants africains ont une distribution bimodale en termes de statut socio-économique, ce qui signifie qu’il y a un groupe qui est bien éduqué (et a un revenu élevé) et un autre groupe qui est sans éducation et pauvre. C’est un argument bizarre parce qu’il ne dit absolument rien du contexte du débat.

Tout ce qu’il faut pour diffuser cet argument, c’est se rappeler que les enfants de Noirs américains à revenu élevé et bien éduqués, sans Noirs pauvres sans instruction dans l’échantillon, ont encore des résultats inférieurs à ceux des enfants de Blancs pauvres. L’explication héréditaire, comme nous l’avons noté, est qu’ils régressent vers le QI moyen noir américain de 85. Alors, veuillez expliquer comment cet échantillon d’immigrants qui ne sont pas seulement des Noirs instruits, mais aussi de nombreux Noirs pauvres sans instruction (bimodaux), et qui sont censés régresser vers un QI de 70, et non 85, produisent des enfants qui ont un QI de Blanc moyen ou supérieur ? (Rappelez-vous que c’est vrai même lorsque leurs parents se sont mariés alors qu’ils vivaient encore en Afrique, ce qui réfute l’affirmation selon laquelle ils devraient régresser vers un QI moyen des immigrants plus élevé).

Leur performance est à l’opposé de ce que votre hypothèse prédit, qu’ils suivent une distribution normale ou bimodale.

Cochran

Thompson et Murray ne sont pas les seuls tenants de la vision héréditaire génétique raciale qui ne peuvent croire que ce résultat britannique est possible. Un autre croyant populaire à l’hypothèse raciale génétique des différences de score dans les tests, le Dr Gregory Cochran, exprime le même scepticisme, comme en témoigne un échange qu’il a eu vraisemblablement avec un de mes lecteurs :

Afshin (18 juillet 2016) : Je suis d’accord avec vous mais il y a quelques exceptions notables, les Africains noirs réussissent mieux que les Blancs en Grande-Bretagne, mais bien sûr c’est surtout dû à une immigration sélectionnée avec une forte proportion d’Igbos de l’élite intellectuelle.

gcochran9 (16 juillet 2016) : Je doute quelque peu de chacune de ces déclarations.

Source : Le blog de Gregory Cochran sur Westhunt

Cochran a manifestement tort de douter de la prémisse de base de cette affirmation : les groupes africains noirs peuvent surclasser les Blancs britanniques et le font. Cependant, il a raison de douter des explications ci-jointes : qu’il y a tout simplement une forte auto-sélection des immigrants ou, ce qui est encore plus ridicule, que cette haute performance se limite aux Igbos du Nigéria (comme le montrent nos tableaux ci-dessus, d’autres groupes des pays africains anglophones réalisent le même exploit, et les Igbos ne font même pas toujours mieux que les autres tribus du Nigéria, comme les Yoruba).

Migration auto-sélectionnée ?

L’affirmation selon laquelle ces migrants africains doivent être des élites auto-sélectionnées du continent africain reste le seul argument vers lequel les héréditaires raciaux peuvent recourir quand tout le reste échoue.

Il s’agit toutefois d’une solution non tenable pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, nos recherches ont montré que même les enfants des réfugiés humanitaires les plus pauvres d’Afrique en Amérique obtiennent de meilleurs résultats scolaires que les Noirs américains (même s’ils viennent de pays ayant un QI moyen autour de 60), avant qu’ils ne soient pleinement assimilés. L’idée que les personnes qui entrent dans un camp de réfugiés des Nations Unies sont hautement auto-sélectionnées sur le plan de l’intelligence, encore plus que les personnes qui entrent dans une université africaine dans le pays africain le plus développé, est plus qu’absurde. Rushton et Jensen ont fait état du QI général des étudiants universitaires noirs sud-africains :

Les étudiants universitaires noirs d’Afrique du Sud ont également des notes moyennes relativement faibles. Soixante-trois étudiants de premier cycle des universités entièrement noires de Fort Hare, du Zulululand, du Nord et de la Medical University of South Africa avaient un QI de 77 sur l’échelle Wechsler Adult Intelligence Scale-Revised (Avenant, 1988, cité dans Nell, 2000, pp. 26 -28). Dans une étude réalisée par Grieve et Viljoen (2000) à l’Université de Venda, dans la province du Nord de l’Afrique du Sud, 30 étudiants en quatrième année de droit et de commerce ont obtenu une moyenne de 37 sur 60 dans les matrices progressives standard, ce qui équivaut à un QI de 78 pour les normes américaines.

Le problème de l’explication de l’auto-sélection est une simple énigme mathématique : si les immigrants africains au Royaume-Uni étaient composés à 100 % de diplômés universitaires, leur QI ne serait toujours qu’autour de 70 ; cela n’expliquerait toujours pas comment la performance de leurs enfants dépasse le QI moyen des Blancs de 100. Et pourtant, nous savons que le nombre de diplômés universitaires parmi l’échantillon d’immigrants noirs d’Afrique du Sud au Royaume-Uni n’est certainement pas de 100% ; ce n’est même pas la moitié de ce chiffre !

Deuxièmement, ces mêmes héréditaires raciaux et blogueurs HDB se plaignent aussi constamment que les politiques d’immigration de l’Occident font en sorte que des pays comme l’Afrique n’envoient pas « leurs meilleurs » en matière d’intelligence. Et ils ont publié des articles évalués par des pairs pour appuyer leur affirmation. Mon interlocuteur, le Dr James Thompson, a déjà publié un article dans lequel il se plaignait du fait que les migrants moyens envoyés de pays comme le Ghana vers le Royaume-Uni ont un grand impact à la baisse sur le QI du pays hôte. Et pourtant, les enfants de ces mêmes Ghanéens réussissent mieux que la moyenne des enfants blancs britanniques.

Pour continuer à croire en l’hypothèse de la génétique raciale, Thompson devrait faire ses propres recherches et adopter la position selon laquelle le système d’immigration occidental, dont la majorité provient des programmes de réinstallation des réfugiés, de loteries aléatoires, de chaines migratoires, etc. Bref, les héréditaires raciaux de droite devraient abandonner leur position sur le QI des immigrants et se placer à la gauche des libéraux sur la question des frontières ouvertes – juste pour maintenir leur engagement envers une hypothèse hautement spécieuse !

Résultats des races mixtes

Enfin, une autre observation fatale pour l’affirmation auto-sélectionnée et l’hypothèse génétique raciale en général est le score moyen des enfants de race mixte au Royaume-Uni (de parents noirs africains et blancs).

Le test de la race mixte est une autre condition dont les héréditaires reconnaissent qu’elle fausserait leur modèle s’il ne fonctionnait pas comme prévu.

gcochran9 (27 janvier 2017) : Vous pourriez examiner divers groupes mixtes et voir si leur QI moyen se situe entre ceux des groupes qui les ont formés. Autant que je sache, c’est le cas.

Source : Turok of the North (2017). Le blog de Gregory Cochran sur West Hunter.

Ce que vous voyez ici est exactement le contraire de ce que leurs modèles prédisent : les résultats sont plus cohérents avec un écart génétique dans la direction opposée (nous n’utiliserons même pas les tribus les plus performantes des anciennes colonies africaines britanniques dans ce cas, mais nous nous limiterons au groupe le moins performant de toutes les nationalités africaines, tant qu’elles parlent anglais à la maison) :

Groupe parlant anglais Score
Groupe Mixte Noir Africain et Blanc 349
Africains noirs 356
Blanc britannique 346,8

Ce résultat porte également un coup à l’affirmation de l’auto-sélection des migrants puisque les enfants de race mixte devraient toujours avoir un score supérieur à celui du groupe africain, même si ces derniers sont auto-sélectionnés. Il est difficile de voir comment l’ajout de gènes blancs à cette population immigrante pourrait abaisser le QI de leur progéniture (mixte) selon l’hypothèse génétique raciale héréditaire.

Chanda Chisala

L’auteur, originaire de Zambie, était chercheur invité à la Hoover Institution et boursier John S. Knight à l’Université Stanford. On peut le joindre par mail : cchisala@stanford.edu

Note du Saker Francophone

Cet article répond aux articles précédents sur le sujet de l'intelligence et des races de James Thompson et Lance Welton publié sur le site Unz Review et traduit chez nous. Ron Unz étant devenu depuis quelques mois une source dans laquelle nous puisons allégrement, ces articles donnent un éclairage sur cette source en elle-même. Cet article, contradictoire avec les autres sur un sujet aussi clivant, est un des éléments pour en apprécier la qualité qui laisse visiblement un débat s'exprimer, même de la part d'un auteur très progressiste venant de Stanford.

Pour cet article, l'auteur ne répond pas vraiment aux remarques sur l'accès aux données brutes qu'il a lui même soulevé. Il amalgame aussi les Blancs comme une entité homogène alors qu'il existe plusieurs Angleterres, celle des centres urbains mieux éduqués et celle de la « Grande-Bretagne périphérique » déclassée socialement et désindustrialisée qui a voté pour le Brexit. Les anciens centres miniers comme le Nord de l'Angleterre sont devenus des zones d'acculturation comme les fly-overs aux USA qui ont voté Trump en 2016. Il existe de nombreux facteurs de dysgénésie dans ces sociétés anglo-saxonnes, et ce, bien avant les vagues de migration non européennes.

Il faut aussi noter que venant d'une université progressiste, aux USA, la race n'est pas un tabou comme en Europe puisque cet auteur d'origine zambienne utilise les mêmes études pour construire son discours. Le débat reste ouvert et il est bon que des chercheurs puissent en débattre sereinement pour permettre la mise en place de politiques adaptées pour tirer le meilleur de chaque peuple malgré ou plutôt grâce à leurs différences. Il est souhaitable de ne pas le laisser entre les seules mains des extrémistes de tout poil.
Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF