Un État de l’Union est une forme optimale d’intégration économique régionale


Par Serguey Glazyev − Le 21 Décembre 2019 − Source nstarikov.ru

Résultat de recherche d'images pour "sergueï glaziev"
Serguey Glazyev
Sergey Glazyev, membre du conseil d’administration (ministre) de l’intégration et de la macroéconomie de la Commission économique eurasienne, a été le premier à prendre la parole lors de la partie discussion de la session plénière de la conférence scientifique et pratique «État de l’Union : réalisations, problèmes, perspectives».  Tous ceux qui l’ont écouté se sont vite rendu compte que ce choix n’était pas accidentel. La conférence était dédiée au 20e anniversaire de la signature du traité instituant l’État de l’Union.  Et le discours de Glazyev «L’État de l’Union comme exemple d’une nouvelle économie mondiale» était le meilleur moyen d’ouvrir une discussion sur les réalisations de l’association d’intégration biélorusse-russe et ses perspectives.

Je veux commencer ma présentation par une comparaison.  Pourtant, 20 ans, c’est assez long, nous pouvons résumer certains résultats de notre coopération. Tout est connu en comparaison, comme vous le savez.  Au fil des ans, les républiques de l’ancienne Union ont suivi une voie d’intégration différente.  La thèse principale de mon discours est que l’État de l’Union est aujourd’hui la forme optimale d’intégration économique régionale, qui répond pleinement aux exigences de la nouvelle économie mondiale.

Nous pouvons comparer le chemin parcouru par les États baltes, absorbés par l’Union européenne et transformés en désert économique.  L’Ukraine, contrainte de s’associer à l’Union européenne, subit une politique discriminatoire. Maintenant, l’industrie de l’Ukraine est en ruine. Et il y a notre État de l’Union, l’Union économique eurasienne, où nous avons réalisé une croissance économique durable.

On a déjà beaucoup parlé des succès de l’économie biélorusse.  En fait, au cours de ces 20 années, le potentiel scientifique et de production du Bélarus a presque doublé.  C’est en grande partie le résultat d’un travail dans un espace économique unique avec la Russie, en s’appuyant sur les institutions de l’État de l’Union.

En effet, l’État de l’Union a été notre première expérience de réintégration dans l’espace post-soviétique. Cette expérience a été très demandée lors de la création de l’union douanière avec la participation du Kazakhstan et de l’Union économique eurasienne, qui définit aujourd’hui le principal noyau d’intégration non seulement dans l’espace post-soviétique, mais aussi dans l’espace eurasien.

Ce n’est pas un hasard si l’État de l’Union peut être un modèle de nouvelle structure économique mondiale, qui est fondamentalement différente de la construction du commerce et de la coopération économique par rapport à ce qui a été jusqu’à présent dans le monde. Auparavant, nous étions guidés par l’Union européenne et nous pouvons comparer aujourd’hui. Les principes de l’État de l’Union, ainsi que de l’Union économique eurasienne, sont le caractère volontaire, contrairement à la coercition, qui est caractéristique de la bureaucratie européenne. Nous cherchons une approche mutuellement bénéfique contrairement à l’imposition des intérêts des autres.

Ce sont la transparence et le consensus, et non pas les intrigues bureaucratiques que nous observons constamment à Bruxelles. Il s’agit d’une combinaison d’avantages concurrentiels et d’une focalisation sur l’effet synergique de l’intégration, plutôt que de servir les sociétés transnationales, comme c’est le cas dans l’Union européenne et d’autres formes basées sur la mondialisation libérale.

Et enfin, c’est le respect de la souveraineté nationale et, de ce fait, la préservation de la diversité. C’est, je pense, le principal avantage. Cela donne de la flexibilité à notre formule d’intégration.

La Commission économique eurasienne a adopté 4 000 documents réglementaires. Tous ont été adoptés par consensus et forment aujourd’hui un espace économique unique, des méthodes communes de régulation du marché, dans lequel l’État de l’Union vit en sécurité.

Mais ce que nous n’avons pas encore, c’est une stratégie de développement commune, des programmes de développement communs. Je pense qu’ici, l’expérience de l’État de l’Union est très importante pour nous. Des travaux sont en cours pour formuler des orientations stratégiques pour le développement de l’Union économique eurasienne jusqu’en 2025. J’espère que nous passerons d’un marché commun à une stratégie de développement commune et à une combinaison d’avantages compétitifs, sur la base desquels nous pouvons obtenir un effet de synergie. Cette flexibilité, qui assure la préservation de la souveraineté nationale et en même temps l’efficacité, qui est assurée par la régulation générale d’un espace économique unique, est précisément la forme optimale de coopération qui est aujourd’hui attrayante pour de nombreux autres pays, ce qui prouve son efficacité par rapport aux modèles rigoureusement centralisés.

Je ne donnerai qu’un seul exemple. Quelques années après la signature du traité sur l’État de l’Union, alors que la Russie était encore déprimée, nous nous attendions à des choses positives de la part du gouvernement – enfin elles sont apparues. Le volume de la production agricole en Russie a augmenté de 20%. Et le nombre de tracteurs n’a pas augmenté. Une analyse de ces données a montré que la croissance était due à la fourniture de composants pour l’assemblage de tracteurs biélorusses. Ceci est un exemple du fonctionnement de l’intégration.

Quelle était la diversité ici ? La Banque centrale du Bélarus a ensuite poursuivi une politique économique stimulante. Au Bélarus, il était possible de contracter des prêts aux entreprises. Les entreprises ont pu accroître leur production. En Russie, la politique monétaire était très stricte. Et les entreprises biélorusses sont devenues les locomotives de l’union. Elles ont diffusé leurs opportunités de financer l’expansion de la production le long des chaînes coopératives de l’ingénierie russe. Et pour cette raison, nous avons obtenu un puissant moteur de croissance économique avec l’industrie biélorusse, qui a contribué à la relance de l’économie russe.

Il s’agit d’un exemple de la façon dont la diversité de nos opportunités d’objectifs économiques est complétée par la flexibilité de la réglementation nationale. Contrairement aux formes d’intégration précédentes, il me semble que nous avons développé la forme optimale lorsque la diversité, la liberté et même la concurrence des juridictions sont autorisées, et en même temps il y a une discipline supranationale et des décisions uniformes d’une autorité supranationale dans les domaines qui devraient fonctionner selon les mêmes règles. Actuellement, cette expérience est pleinement appliquée dans l’Union économique eurasienne. J’espère que notre intégration s’élargira et s’approfondira, car elle est attrayante, confortable pour tous les participants et apporte un bon effet économique.

Serguey Glazyev
Traduit par Valérie, relu par Camille pour le Saker Francophone
   Envoyer l'article en PDF