Puces liquides, tours 5G et sceau de l’Antéchrist


Le point de vue d’un prêtre physicien orthodoxe


Par Maxim Pervozvansky − Le 2 septembre 2020 − Source Thomas

Avant de devenir prêtre, je suis diplômé de la Faculté de physique expérimentale et théorique de l’Institut de physique et d’ingénierie de Moscou. J’essaierai donc d’expliquer en quoi consiste l’essence de l’histoire des puces liquides et des tours 5G, d’abord d’un point de vue technique puis d’un point de vue spirituel.

Je vais commencer par la première bonne nouvelle : la puce liquide est un terme qui ne reflète pas exactement la technologie dont on parle. La puce a une structure en silicium solide et ne peut pas être liquide dans son sens classique. Nous parlons de développements tels que les points quantiques ou les capteurs quantiques. Un ensemble de points quantiques peut être enfermé dans une coquille colloïdale. Des points quantiques dans une coquille – c’est comme ça qu’ils l’appellent, la « puce liquide », dont on parle tellement maintenant.

Deuxième bonne nouvelle : relativement parlant, cette « puce liquide » ne peut pas être un dispositif de contrôle. Des travaux sur la création et l’amélioration de points quantiques, à en juger par des publications scientifiques ouvertes, sont en cours depuis 1998 avec un pic entre 2008 et 2013. Les entreprises ont commencé à craindre que leurs développements ne soient volés par une entreprise rivale, de sorte que les données sur les nouvelles découvertes dans ce domaine ont cessé d’être publiées publiquement.

L’essence de l’innovation est que dans certaines conditions, un point quantique, ce nano-objet, commence à briller, mais sa lumière n’est pas disponible pour l’œil humain. Ils ont été développés principalement à des fins médicales : le diagnostic des maladies auto-immunes et le traitement de l’oncologie. Le point quantique permet de marquer très précisément à l’intérieur du corps, par exemple, non seulement une tumeur cancéreuse, mais uniquement une cellule cancéreuse afin de la traiter très précisément. Ainsi, un point quantique est un moyen de marquer l’objet souhaité de n’importe quelle taille. Permettez-moi de souligner à nouveau : étiqueter, mais pas le contrôler.

La technologie, créée à l’origine pour les applications médicales, est entrée dans l’arène commerciale. Le brevet, qui porte le numéro effrayant 060606, qui a été créé, je note, après que Bill Gates a quitté Microsoft, implique l’utilisation de points quantiques pour contrôler, relativement parlant, l’activité humaine autorisée et interdite : que faites-vous, que regardez-vous,  quelles prescriptions observez-vous, menez vous une vie saine ? Une sorte d’appareil d’observation. La question du contrôle est grave, mais pas mystique.

Troisième bonne nouvelle : ces « puces liquides » conventionnelles n’ont rien à voir avec l’émission radio. Il est impossible d’utiliser la 5G pour travailler avec ces points, à en juger par des données de recherche scientifique ouvertes, et voici pourquoi : la gamme de micro-ondes utilisée en 5G n’est pas utilisée pour le fonctionnement des puces liquides. Ils utilisent deux fréquences différentes et n’ont rien de commun.

D’où viennent les tours 5G dans cette histoire? La société chinoise a remporté un appel d’offres pour installer un réseau de stations de base électroniques à travers le monde, et les États-Unis n’ont pas aimé. Les rumeurs selon lesquelles avec l’aide du réseau et des puces 5G, l’humanité sera contrôlée, sont venues d’Amérique. Leur émergence, me semble-t-il, est associée à une forte concurrence entre les deux puissances technologiques, car les États-Unis ne veulent pas se débarrasser des tours – ils veulent les vendre eux-mêmes.

La technologie 5G peut en effet être nocive pour le corps humain, car elle transmet des micro-ondes (comme un four à micro-ondes, par exemple). Mais un tel rayonnement ne peut nuire à une personne que si vous restez longtemps à proximité immédiate de la tour. Tout rayonnement est un gros problème environnemental que la science essaie de résoudre en trouvant la meilleure option pour les gens.

Ainsi dans la Rome antique, il y avait de la plomberie en plomb, plus récemment les beautés russes utilisaient du rougissement avec l’ajout de mercure. Des appareils à rayons X ont été installés dans les magasins de chaussures et de vêtements pour un ajustement précis, et le DDT a été banni des jardins d’enfants. Tout au long de son existence, l’humanité a été confrontée à des questions sur les avantages et les inconvénients de ses propres réalisations.

Devrions-nous nous opposer ? Je suis convaincu que nous n’avons pas le droit de ne pas utiliser les inventions technologiques. Le développement de la technologie est un processus objectif qui se poursuivra indépendamment de nous.

Mais nous, en tant que chrétiens, devons comprendre qu’après la chute originelle, l’essence humaine est pécheresse dans son essence, donc toute réalisation de la raison peut être utilisée à la fois pour le bien et pour le mal. Avec l’aide de la technologie nucléaire, des centrales nucléaires peuvent être créées ou une bombe peut être fabriquée – tout dépend des intentions.

L’Église a toujours exprimé des inquiétudes quant au fait que les technologies numériques peuvent être utilisées contre les humains, ce qui conduira finalement à un contrôle total. Ce sujet est présent dans le discours de l’Église depuis le Concile jubilaire des évêques en 2000 sous le patriarche Alexy II, lorsque la question des codes-barres a commencé à être discutée. Chaque fois que cette question est soulevée, l’Église appelle les autorités à adopter une approche plus sérieuse et responsable de sa solution. Nous pouvons traiter les «puces liquides» comme une technologie potentiellement dangereuse car, comme je l’ai souligné plus tôt, il existe différentes utilisations possibles. Oui, nous avons tous un éventail de vraies peurs numériques, mais abandonner les théories du complot ne sauve pas des vies.

Je pense que nous allons encore connaître de graves chocs mondiaux, mais puisque je crois en Dieu et connais un peu d’histoire, il me semble que l’humanité y fera face. Quels mots voyons-nous souvent dans le Nouveau Testament ? « N’ai pas peur ». N’ayez pas peur – cela ne veut pas dire faire quelque chose de stupide. Nous devons regarder l’alliance que le Seigneur nous a donnée de manière plus globale : n’ayez pas peur de ces malheurs qui se produisent constamment dans la vie, parce que Dieu est avec vous.

L’accent mis sur les puces et la conspiration mondiale nous détourne dans une large mesure des principaux problèmes. Les réflexions sur les processus mondiaux, sur lesquels nous n’avons pas d’influence, éclipsent le plus important. Comment prier correctement ? Comment construire une relation avec Dieu ? Comment ne pas juger ? Tout d’abord, nous devons chercher des réponses à ces questions, car c’est ce que nous pouvons influencer.

Beaucoup de gens associent les puces liquides, dont ils se souviennent soudainement, à l’avènement de l’Antéchrist. Si nous regardons l’histoire, nous verrons : «la fin des temps», les gens l’ont attendu de nombreuses fois. La première fois, elle était associé à la chute de Jérusalem et à la destruction du Temple. Que devraient penser les chrétiens romains de la chute de Rome ? Puis il y a eu la chute de Constantinople et la transformation de Sainte-Sophie en mosquée. Et la révolution de 1917 ? Le meurtre de la famille royale, la destruction d’églises, le meurtre en masse de prêtres – beaucoup attendaient l’Antéchrist. Dans ma mémoire, les «derniers jours» suivants ont été considérés comme la destruction de l’Union soviétique et les changements mondiaux qui ont suivi.

Il faut comprendre que l’interprétation de l’Apocalypse est un sujet complexe. Ce n’est pas un hasard si ce livre est le seul à ne pas être lu pendant les services divins. Elle est aussi allégorique que possible. Interpréter l’Apocalypse par rapport à aujourd’hui revient à essayer d’interpréter les Six Jours, l’histoire de la création du monde en six jours, en relation avec la cosmologie moderne ou l’anthropogenèse. La langue des Six Jours bibliques et la langue de la science moderne sont deux langues différentes, il est extrêmement difficile de simplement les prendre et de les harmoniser. Et le langage de l’Apocalypse est aussi très figuratif, le rattacher ainsi à aujourd’hui me semble faux.

Si nous parlons de l’Antéchrist et du «sceau de la bête», nous devons nous rappeler l’essentiel : à la fin des temps, nous parlerons de l’adoration consciente et libre du mal. Aucun sceau placé secrètement sur vous ne peut être le sceau de l’antéchrist, car vous devez savoir que c’est cela et l’accepter consciemment. Ce n’est qu’alors que cela aura une signification spirituelle. Les craintes associées aux technologies numériques sont fondées, car, une fois entre de mauvaises mains, ces technologies peuvent nous mettre sous contrôle mondial. Mais, je le répète, le développement technologique ne peut pas être arrêté arbitrairement, car il est associé à la concurrence mondiale.

Avec tous les changements majeurs et les attentes de l’inconnu, vous pouvez voir les signes de la «fin du monde». La question est que faire à ce sujet ? Il me semble qu’ici, pour nous, le point de référence principal devrait être les mots du Sermon sur la montagne, qui, semble-t-il, ont été prononcés à une autre occasion :

Alors ne vous inquiétez pas pour demain, car demain prendra soin de lui-même : il suffit pour chaque jour de sa propre préoccupation (Matthieu 6 : 34). Alors le Seigneur dit : Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, ni ne rassemblent dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. N’êtes-vous pas beaucoup mieux qu’eux ? (Mt 6, 26).

Mais cela ne signifie pas quitter votre emploi et fuir dans les bois. Cela ne veut pas dire le contraire – fermer les yeux et prétendre que tout ce qui se passe dans le monde ne nous concerne pas. Vous devez vous fier à la volonté de Dieu et ne pas avoir peur. Vous devez voir, regarder, réfléchir, mais continuer à semer et à récolter.

Archiprêtre Maxim Pervozvansky

Préparé par Anastasia Spirina, traduit par Tatiana pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Puces liquides, tours 5G et sceau de l’Antéchrist »

Les commentaires sont fermés.