Piège à canaris


Par James Howard Kunstler – Le 27 janvier 2020 – Source kunstler.com

Résultat de recherche d'images pour "boopy trap"Quel est le but du canari dans la vie ? Chanter, bien sûr – au moins du point de vue de l’homme. A quoi sert le piège à canaris ? A attraper les humains qui chantent comme des canaris.


Le dernier plat occulte servi par les cuisiniers du Parti Démocrate dans le cadre du rituel de mise en accusation, est la publication d’une nouvelle « bombe » divulguée par le New York Times dimanche dernier, provenant d’un nouveau livre de l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, qui apporte la preuve verbale d’un quiproquo dans une allégation d’aide aux enquêtes en Ukraine. Mieux vaut retenir les éjaculations précoces sur ce point.

Le piège à canaris est un vénérable stratagème des services de renseignement pour débusquer les fuites d’informations. Vous envoyez des versions légèrement différentes d’un dossier d’information à des personnes soupçonnées de fuites dans une agence qui en a connaissance, et lorsque l’information se matérialise quelque part, comme au New York Times, vous pouvez dire exactement quel canari a chanté la mélodie. Dans ce cas, l’agence était le Conseil national de sécurité de la Maison Blanche, le célèbre nid d’intrigants qui a récemment accueilli les stars de la mise en accusation, le colonel Alexander Vindman et le prétendu « lanceur d’alerte » Eric Ciaramella (prêté par la CIA, qui est maintenant de retour au nid). Un autre oiseau dans ce nid est le frère jumeau d’Alexander Vindman, le colonel Eugene (Yevgeny) Vindman, un avocat militaire qui a été nommé conseiller principal en matière d’éthique pour le NSC, entre autres choses.

L’info emballée dans cette affaire était le manuscrit du livre de John Bolton, « The Room Where It Happened », relatant ses brèves et tumultueuses mésaventures à Trumpland, dont la sortie est prévue pour le 17 mars. Un membre de la chaîne de commandement de la Maison-Blanche a ordonné au NSC d’examiner le manuscrit sous l’angle de la sécurité – un détail curieux. Pourquoi là, de tous les endroits possibles, étant donné les récents exploits de Ciaramella, Vindman & Vindman, Sean Misko, Abigail Grace, employés actuels ou anciens de la NSC au service du comité des services de renseignements dirigé par Adam Schiff, qui a lancé la dernière méga-distraction d’envergure nationale ? C’était apparemment à Eugene Vindman de vérifier le livre de Bolton. Y a-t-il un conflit ? (Considérant que son frère jumeau était l’un des principaux confédérés des « lanceurs d’alerte »). Pourquoi ne pas remettre le manuscrit à l’avocat du procureur général ou à un autre arbitre pour déterminer ce qui, dans le livre, pourrait être qualifié de communication privilégiée entre un président et un haut conseiller à la sécurité nationale ?

Eh bien, avant de vous laisser verser une larme sur les loyautés suspectes de William Barr, considérez que le principal effet de la politique depuis trois ans autour du RussiaGate et de toutes ses ramifications ultérieures par le groupe d’influence Lawfare issu de la « Résistance », a été de saper complètement la foi des Américains dans les institutions fédérales, y compris le DOJ, le FBI, la CIA. Ce que nous voyons est peut-être la convergence de deux configurations parfaites.

Adam Schiff pense certainement que le témoignage de John Bolton était son atout maître pour corroborer le cas de destitution à la Chambre. Peut-être que son personnel (d’anciennes taupes de la NSC) a contribué à orchestrer les fuites de la NSC au New York Times au moment précis où les avocats de M. Trump ont commencé à plaider la partie principale de sa défense au Sénat, pour produire un gotcha orgasmique. Mais que se passerait-il si les avocats et les confidents de Trump étaient en avance sur le plan et savaient exactement quand et comment M. Schiff utiliserait cette pièce ?

Il est en fait inconcevable que l’équipe de Trump n’ait pas su que cette pièce allait être jouée. Pensez-vous qu’ils ne savaient pas que Bolton avait écrit un livre sur contrat pour Simon & Schuster, et bien plus encore ? Après tout, un président a accès à des informations que même une aussi fidèle raclure de bidet que Schiff ne peut pas contrôler. Peut-être que le piège à canari n’est que le prélude à un piège mortel [booby trap, NdT] – et souvenez-vous, les « booby » [famille des fous de Bassan, NdT] sont des oiseaux beaucoup plus gros que les canaris. Peut-être que, malgré les protestations antérieures sur le fait de ne pas appeler de témoins, le stratagème avec Bolton sera en fait une excuse pour l’équipe de défense de Trump pour changer leur fusil d’épaule et accéder à l’appel de témoins.

Peut-être n’ont-ils pas peur de ce que Bolton pourrait avoir à dire sur le siège des « plaignants ». Peut-être que ce qu’il a à dire s’avère être, au minimum, le proverbial « nothingburger«  [non événement ]avec de la mayonnaise et des oignons, ou, au pire, une perfide tergiversation motivée par la mauvaise volonté contre l’employeur qui l’a licencié ignominieusement. Les avocats de Trump attendent peut-être avec impatience de pouvoir faire appel à leurs propres témoins, par exemple le « lanceur d’alerte ». Il est également inconcevable que l’auteur de ce puissant gâchis ne soit pas appelé à rendre des comptes dans l’enceinte même que son stratagème visait à convoquer.

Et du « lanceur d’alerte » démasqué, le spectacle se poursuivrait aussitôt jusqu’à Adam Schiff lui-même dans le fauteuil de témoin. Ce sera un moment prolongé d’autodéfiguration personnelle sans précédent dans l’histoire américaine depuis que William Jennings Bryan a été laissé en larmes dans la salle d’audience de Dayton, Tennessee, en 1925, après avoir été le fer de lance de la poursuite malveillante de John Scopes, accusé d’avoir enseigné l’évolution dans une classe de biologie au lycée… ou le moment d’émerveillement et de nausée nationale en juin 1954 lorsque l’avocat en chef de l’armée, Joseph Welch, se leva de son fauteuil et demanda au sénateur « chasseur de sorcières » Joseph McCarthy : « Enfin, n’avez-vous plus aucun sens de la décence ?”

Dans un monde profondément imparfait, le 28ème district du Congrès californien a produit une véritable merveille : la parfaite canaille. Depuis trois ans, Adam Schiff lance de fausses accusations et vend des récits mensongers. Il mérite le plus grand déshonneur public qui puisse être organisé, à la télévision nationale, avec tous ses nombreux facilitateurs médiatiques à CNN et MSNBC qui doivent espérer ne pas voir un grand déballage. Ensuite, la nation doit l’expulser de la Chambre des représentants. Et puis, peut-être que les États-Unis pourront s’occuper d’autres affaires.

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Marcel pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF