Perdu en mer


Par James Howard Kunstler – Le 23 Août 2019 – Source kunstler.com

Sous ces latitudes équines de la fin de l’été, avec l’accalmie des mers et le grincement des gréements, le navire de la Résistance (alias le Parti Démocrate) dérive de plus en plus loin des terres. Malgré cela, certains de ses membres d’équipage ont quitté le navire : Le maire de New York, le clandestin Bill de Blasio, a peut-être été poussé par-dessus bord. L’ancien gouverneur du Colorado, Hickenlooper, marchait sur la planche en serrant sa bouée de sauvetage avec l’assurance de son siège de sénateur. Le gouverneur de l’État de Washington, Jay Inslee, est devenu fou en buvant de l’eau de mer et a plongé après avoir halluciné une école de sirènes qui l’appelaient. Dans quelques mois, le vaisseau maudit pourrait être découvert mystérieusement déserté, provoquant des récits de mutinerie et de cannibalisme, comme le brigantin Mary Celeste de légende.


Voilà à quel point le Parti semble perdu et éloigné de la réalité à plus d’un an des élections générales. De retour sur la terre ferme, le Golem d’Or de la Grandeur, plein de ressources, a effectué une autre manœuvre de flanc pour contourner la gauche de la Résistance, désarmant la soi-disant règle Flores de 1994 qui sous-tend l’utilisation d’enfants pour échapper aux lois de l’immigration. Maintenant, les enfants peuvent rester avec leurs parents en attendant d’être expulsés, ce qui est la conséquence naturelle du passage clandestin de la frontière. La Résistance ne peut pas étouffer la réalité que le droit fédéral s’applique effectivement dans les cas de passage en force de la frontière. Des cris de « racisme » s’élèvent dans les centres de yoga côtiers et les bars à cappuccino. L’oncle Sam est raciste de part en part, de ses talons de bottes usés jusqu’à ses poils du menton.

Le New York Times, le journal américain de la double bien-pensance, prouve cette semaine avec son « Projet 1619« , que la NBA est en fait l’organe directeur légitime de ce pays, contrairement au document raciste qui prétend être la « constitution ». Combien de panniers à trois points ce petit mathématicien de bas étage, Ben Franklin, pourrait-il aligner ? Ne comprenez-vous pas que la guerre de Sécession a été menée par de maudits Blancs pour tenter de supprimer le basket-ball, selon le Times. Personne ne peut plus jouer le blues de The Star-Spangled Banner dans sa forme originale, un chant braillard, avant que ce cad de Francis Scott Key ne le vole et n’étouffe toutes les notes un peu fades ?

Elizabeth Warren a préparé le terrain pour s’oindre elle-même America’s Race Hustler-in-Chief  en abordant la question épineuse de son ancienne revendication d’être une Indienne Cherokee, depuis réfutée par un test ADN. On disait qu’elle avait utilisé une ruse Cherokee pour embobiner ses superviseurs dans la plantation Harvard, où elle s’était mise à travailler dans la Grande Maison connue sous le nom de Harvard Law School en raison de sa « diversité » bona fides – une « embauche minoritaire » ! La revendication était tellement stupide et malhonnête qu’elle voulait désespérément revenir en arrière le plus délicatement possible, afin de suivre le rythme de la course de ses collègues qui cherchaient à se faire élire à l’investiture. Une danse de la pluie a été organisée dans la ville de Sioux City, qui porte bien son nom.

« Comme toute personne qui est honnête avec elle-même, je sais que j’ai commis des erreurs », a déclaré Mme Warren, qui a reçu une ovation debout lorsqu’elle est montée sur scène (C’est le Times qui rapporte). « Je suis désolé pour le mal que j’ai causé. J’ai écouté et j’ai beaucoup appris, et je suis reconnaissant pour les nombreuses conversations que nous avons eues ensemble ».

A-t-on jamais inventé une déclaration politique plus fallacieuse ? Un paquet de promesses sournoises et plates du genre de celles que les Blancs ont toujours offertes aux peuples autochtones lors de mille conseils de traités malhonnêtes ? Il aurait peut-être été un peu plus satisfaisant, peut-être, si Mme Warren avait précisé les erreurs commises, p. ex. j’ai prétendu faussement avoir une identité raciale pour mon avancement professionnel. Ça, c’aurait été des excuses ! « Écouter et apprendre ? » Je ne sais pas… ça sonne un peu comme ramper et se prosterner. N’importe qui peut s’étouffer avec quelques bouchées d’une simple tarte, mais s’il vous plaît ne me faites pas manger ce sandwich de merde !

La lutte des Démocrates a peut-être atteint son paroxysme bien trop tôt. Et Joe Biden n’a même pas eu l’occasion de prétendre qu’il est le petit-fils hors mariage de W.C. Handy. Il y a des signes que le centre politique est déjà un peu fatigué du tropisme « Tout est raciste » que le parti a remonté en tête de mât cet été. Pour le New York Times, il est devenu l’éditorial officiel publiquement reconnu lorsque le chef de rédaction Dean Baquet a annoncé que le journal avait besoin d’un remplacement pour le gonfanon déchiqueté du RussiaGate.

Ce geste de M. Baquet a plus qu’une petite qualité de sifflotement en passant devant le cimetière. À la fin de l’été, des vents violents souffleront sur le SS Résistance près des récifs de Durham et de Barr, lorsque de nombreux officiers du navire – les enseignes Brannen, Clapper, Comey, Lynch, McCabe et de nombreux autres, peut-être même l’amiral Obama – commenceront à marcher sur le pont. Quel embarras énorme ce sera. Le cri d’alarme selon lequel « des erreurs ont été commises » ne sauvera pas la réputation du parti puisqu’il prend l’eau et qu’il coule. Glouglou.

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF