Parfois les choses changent


Par James Howard Kunstler – Le 10 Juin 2019 – Source kunstler.com

Résultat de recherche d'images pour "Megadeth"
Une nuit de février 1924, dans une salle de concert de Manhattan appartenant à l’Aeolian piano company… le glissando de clarinette gémissant, déformé et aplati qui ouvre la Rhapsody in Blue de George Gershwin annonçait la reconnaissance qu’en ce début de XXe siècle, le monde, et surtout les États-Unis, était plein de nouveautés. Le compositeur a essayé de représenter l’énergie prodigieuse de la culture industrielle en pleine maturité dans une cacophonie symphonique avec un cœur de profonde tendresse – capturant tout l’émerveillement et la grâce de l’instant. Pour l’Amérique, tout était en mouvement. L’amour et la puissance étaient dans l’air.


L’idée que c’était le siècle américain est restée. Les années 1920 furent une sorte de poussée hormonale de merveilles et d’émerveillements. La radio, le cinéma, les avions, les industries géantes, l’énergie électrique dans les fermes, la ruée vertigineuse du progrès qui s’est transformée en une vague scélérate qui a déferlé sur le monde pendant la dépression économique, puis la guerre en 1939 – alors que George Gershwin nous avait quitté à 38 ans.

L’Amérique a fait un excellent travail pendant la Seconde guerre mondiale, sauvant l’Europe et l’Asie d’un mal manifeste. La nation s’est retrouvée à la tête du monde libre, avec des responsabilités intimidantes pendant l’ère atomique, remplie de confiance, mais teintée d’une paranoïa compréhensible dans la paix nerveuse des années 1950. C’était l’époque de mon enfance, avec mes compagnons de voyage, les baby-boomers. Quel époque pour venir dans ce monde !

Pendant un certain temps, les États-Unis se sont roulés dans une luxure de puissance et de stabilité. Enfant, j’ai chanté la chanson thème de Davy Crockett de l’émission Disney TV. Je portais un chapeau en peau de raton laveur et je vivais dans une maison où papa était parti travailler en costume d’affaires, et tout allait bien dans le monde. Pour moi et mes amis d’enfance, les horreurs époustouflantes de la récente guerre étaient réduites à des bandes dessinées et à des soldats en plastique dans le bac à sable. Tout le reste en Amérique semblait fonctionner comme prévu. Nous avons construit beaucoup de choses et nous avons reconnu les USA dans notre Chevrolet. Le Président Ike donnait des ordres au Premier ministre britannique Anthony Eden. Les Yankees dominaient des ligues [de football américain] majeures. Presque personne ne savait ce que la Réserve fédérale avait fait, et encore moins ce qu’elle était. Elvis faisait son service militaire, il gardait les Allemands vaincus. Puis quelqu’un a répandu le cerveau de John F. Kennedy sur Dealey Plaza à Dallas, et tout a encore changé.

Cet événement n’était pas le début de l’État profond, mais c’était la reconnaissance d’une chose plus sinistre que le public ne l’avait imaginé auparavant – si tant est qu’il y ait pensé. La guerre du Vietnam a coïncidé exactement avec la rébellion adolescente des baby-boomers et a été largement considérée comme un exercice cruel de l’État profond. On s’y est violemment opposé et cela n’a pris fin que lorsque nos militaires tant vantés ont perdu le contrôle de l’ensemble du champ de bataille et qu’ils ont été repoussés de façon ignominieuse. Pendant ce temps, une vague d’événements a déconcerté et rendu le pays très sombre : l’agitation des droits civiques, l’assassinat d’autres dirigeants politiques importants, le Watergate, le féminisme, puis le démantèlement lent et démoralisant de l’industrie, celle-là même qui avait fait de l’Amérique du XXe siècle un moment historique.

Le souvenir de tout cela subsiste, tandis que les rêves meurent brutalement, il ne reste que les clichés. Les dommages institutionnels subis en cours de route ont été épiques. La leçon morale marquante de la Seconde guerre mondiale est qu’il y a des choses auxquelles il vaut la peine de croire et même de se battre. Aujourd’hui, la scène est un champ de débris d’idéaux brisés et de confiance perdue dans toute entreprise organisée qui se présente comme ayant un but national. Les baby-boomers, dans leur dernière lueur de crépuscule, semblent être composés à parts égales des cyniques les plus endurcis et des fantasmes les plus crédules. Quoi qu’il en soit, nous procédons à une démolition contrôlée de ce qui était autrefois des valeurs américaines plutôt rigoureuses tout en laissant la planète en ruine.

Ce n’était pas exactement le plan, mais comme le dit la triste chanson : parfois les choses changent au lieu de disparaître. Le siècle dans lequel nous vivons peut s’avérer être celui de quelqu’un d’autre, ou peut-être de personne d’autre – et par là, je ne veux pas nécessairement dire la fin du monde, juste la fin d’un certain chapitre de l’histoire humaine. En à peine cent ans, nous sommes passés de la tendre nocturne de George Gershwin au centre de sa Rhapsodie à la morbidité bruyante et thrash-metal de Megadeath et au-delà. Vous ne pouvez pas rater ce point essentiel. Mais même cela entre dans l’histoire. La question qui se pose maintenant à ce pays hanté est la suivante : que devenons-nous ? Et pouvons-nous y trouver de la grâce ?

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF