Ma prescription pour 2016 : Effondrez-vous rapidement et souvent !


Orlov
Dmitry Orlov

Par Dmitry Orlov – Le 5 janvier – Source Club Orlov

Nous sommes au moment de l’année où les animaux les plus sensibles, vivant dans les climats nordiques, sont en hibernation dans des terriers et des troncs d’arbres creux, tandis que les experts un peu moins sensibles font leurs prédictions pour l’année à venir. Ma prédiction est toujours la même : les choses vont aller plus ou moins comme avant, jusqu’à ce que quelque chose de majeur casse, alors que la probabilité d’une rupture de quelque chose d’important augmente chaque année qui passe. J’ai appelé cet événement effondrement, et j’ai prédit, année après année, qu’il finira par arriver. Alors, au lieu de répéter inutilement cette prévision, cette année, je vais plutôt fournir une prescription.

Tony Futura

Peu de gens, je pense, vont vouloir suivre mon ordonnance ; pas même beaucoup des membres de ma famille, des amis, des connaissances, ou vous qui me lisez. Et c’est très bien, parce que, comme je l’ai appris, encore et encore, il n’y aura pas de place pour trop de monde. Bien au contraire : la probabilité qu’une astuce donnée fonctionne est inversement proportionnelle au nombre de fois où elle a été pratiquée, ou au nombre de personnes qui l’ont essayé. Et donc, si vous lisez mon texte et pensez «Je ne peux pas faire cela à cause de [insérer l’excuse boiteuse]!», eh bien, OK ! Cela me convient. Moins de gens, cela signifie plus d’oxygène.

Et cela vaut aussi pour les quelques personnes qui auront effectivement pris la peine de lire ceci. Beaucoup plus de gens ne voudront pas lire ce texte, parce que : quel effondrement ? Le prix de l’essence est bas, Obama a terminé la plupart des guerres, l’économie est assez forte pour que la Fed ait commencé à remonter les taux, et une fois que Bernie Trump sera à la Maison Blanche, tout le reste ira beaucoup mieux. Cela s’applique aux gens qui pensent que quelqu’un comme moi, qui avait prédit l’effondrement depuis un certain temps, était manifestement dans l’erreur et devait être psychanalysé, et surtout pas  suivi. Encore une fois, cela me va bien, et merci pour tout ce bordel.

Voici les raisons du bordel qui se décomposent comme suit :

Le prix de l’essence est bas parce que les prix élevés du pétrole ont écrasé l’économie. À leur tour, les prix bas du pétrole sont en train de détruire les champs de pétrole en Amérique du Nord, qui n’ont montré de nouveaux signes de vie que grâce à la fracturation et aux sables bitumineux, qui sont coûteux à produire et n’ont de sens que lorsque que les prix du pétrole sont élevés [et grâce à la bulle financière due aux taux bas de la Fed, NdT]. Rassurez-vous, les prix vont remonter puis repartir vers le bas [effet ciseau, NdT], jusqu’à ce que, à la fin, le pétrole en vienne à être considéré comme un déchet toxique inutile. Il y a un an maintenant que j’ai décrit exactement ce scénario.

Les guerres sont terminées car chacune d’entre elles s’est peu ou prou terminée par une défaite pour les États-Unis. Aucune d’entre elles n’a atteint un seul de ses objectifs déclarés. Maintenant, certains d’entre vous vont sursauter et essayer d’expliquer que les objectifs fixés n’étaient pas les vrais objectifs, qui n’étaient que de semer le chaos et la destruction pour créer l’enfer à l’état pur tout en enrichissant l’industrie de la défense. C’est très possible, parce que de tels objectifs réels sont compatibles avec l’effondrement impérial : l’Empire veut voler un vase précieux, au lieu de quoi l’Empire le fracasse. Quel succès ! Par ailleurs, quels que soient les objectifs, ils n’ont plus d’importance, parce que maintenant ils ne peuvent être atteints, peu importe ce qui sera fait. Le nouvel ordre russe/chinois/indien/syrien, comme les systèmes de défenses aériens S300/S400/S500 et spatiaux, le Kalibr, un missile de croisière longue portée supersonique, ainsi que divers systèmes de guerre électronique tels que le Khibiny, ont rendu la plupart des forces américaines obsolètes. Vous pouvez dire que la défaite est la victoire mais, comme je l’expliquais il y a deux ans, ce n’est pas le cas. Annulez l’alerte rouge et mettez le cap sur la cale sèche la plus proche.

La Fed fait semblant d’augmenter les taux pour éviter de donner l’impression qu’elle a perdu le contrôle. Ce n’est pas le seul genre de prétexte avancé par le domaine financier, il y en a beaucoup d’autres. L’économie américaine ne se développe pas, et si vous soustrayez l’effet d’emballement dû à la dette (qui ne sera jamais remboursée, peu importe le scénario que vous considérez comme probable), alors elle est effectivement en contraction. Plus précisément, on peut dire que le Système fait tout ce qu’il peut pour éviter l’effondrement. C’est un trou noir, comme je l’ai décrit il y a un an et demi.

En ce qui concerne le thème Bernie Trump va nous sauver, il est bien entendu maintenant que les États-Unis ne sont plus une démocratie. (Peut-être que cela a pu être le cas, peut-être pas, cela n’a pas d’importance.) Considérez le problème comme réglé. Quiconque pense qu’il est encore possible d’apporter des changements positifs aux États-Unis par le vote est un théoricien de la conspiration du genre le plus misérable et qui se berce d’illusion.

* * *

Il y a quelques propriétés générales des effondrements à garder à l’esprit.

1. Toutes les choses qui doivent finalement s’effondrer le font. Tous les empires s’effondrent, il n’y a pas d’exception. Tous les bâtiments s’effondrent, à moins qu’ils ne soient démolis d’abord. Tous les systèmes basés sur un engrenage de type Ponzi tel que le système financier actuel s’effondrent lorsque vous vous y attendez le moins. Voyant que les effondrements ne sont pas facultatifs, il est logique de nous habituer à l’idée qu’ils se produisent, et d’apprendre comment en tirer le meilleur. Certaines personnes sont remplies de chagrin en y pensant. Comme je l’ai souligné auparavant, l’effondrement est le pire moment possible pour souffrir d’une dépression nerveuse, donc s’il vous plaît, pleurez tout votre saoul par avance.

2. Certains effondrements sont réellement bons pour vous. Certaines choses vraiment importantes pourraient être sauvées, à condition que les choses moins importantes qui pourraient provoquer leur effondrement s’effondrent d’abord. Par exemple, si la civilisation industrielle devait s’effondrer bientôt, cela permettrait d’éviter l’effondrement des écosystèmes, laissant aux quelques survivants de l’air respirable et un climat où survivre. Et si la gigantesque bulle de population humaine, qui a grandi au même rythme que la combustion des combustibles fossiles, devait éclater avant de transformer la planète en un tas d’ordures géant, les quelques survivants auraient une chance raisonnable de survivre.

3. Les effondrements les plus grands sont plus méchants que les plus petits. Par exemple, si vous avez beaucoup de banques locales et des coopératives de crédit qui font des prêts à des gens qui ensuite ne peuvent pas les rembourser, alors un grand nombre de ces banques et de ces coopératives de crédit s’effondreraient. Les déposants assurés seraient remboursés, les mauvaises dettes seraient radiées, et l’ensemble du système finirait par se rétablir. Mais si vous avez une poignée de banques et d’institutions financières gigantesques détenant la plupart des mauvaises créances, et si elles tombent toutes à la fois, cela fait chuter l’ensemble du système. Si vous les renflouez, alors l’ensemble du système se retrouve à devoir être soutenu à vie pour perdurer, parce que personne n’a intérêt à cesser de générer des créances douteuses, puisque maintenant tout le monde s’attend à être renfloué, encore et encore.

4. Les effondrements fréquents sont une meilleure chose que s’ils sont rares. Ceci parce que, à moins que les choses, que ce soient les populations, les systèmes de Ponzi, les économies, les villes ou les empires, ne s’effondrent régulièrement, elles ont tendance à devenir trop grosses. Et quand elles deviennent trop grandes, leur effondrement (qui est inévitable, voir le point 1 ci-dessus) devient plus puissant, ce qui le rend pire (voir point 3 ci-dessus). Donc les fréquents effondrements du genre non fatal peuvent être réellement bons pour vous (voir point 2).

Par exemple:

• Si le réseau électrique s’effondre maintenant puis après-demain, alors vous finirez par apprendre que vous devez vous procurer un système 12V, un générateur, des panneaux solaires, une éolienne, et installer des lumières LED.
• Si la pression de l’eau descend périodiquement à zéro, alors vous apprendrez que vous devez installer des citernes, un système de filtration, une pompe à la demande, et de quoi recueillir l’eau sur le toit.
• Si la collecte des ordures s’interrompt par périodes, alors vous allez apprendre à incinérer et à composter, puis vous essaierez de minimiser la quantité de déchets non biodégradables que vous générez.
• Si le travail rémunéré disparaît pendant de longues périodes, alors vous apprendrez que vous devez garder quelques mois d’épargne pour passer ces mauvais moments.
• Si les magasins en viennent à être à court de nourriture sur une base semi-régulière, alors vous apprendrez que vous avez besoin de faire croître votre propre nourriture, mettre un poulailler dans la cour arrière et déterminer de combien de rangs de pommes de terre vous avez besoin.
• Si les banques confisquent régulièrement tout votre argent (ce que l’on appelle un bail-in, et cela a effectivement été rendu légal il y a peu), alors vous allez apprendre à garder le moins d’argent possible dans les banques, et trouver ailleurs des formes plus fiables où stocker vos économies.
• Si vous deviez vous trouver périodiquement coupé du système médical, alors vous voudriez trouver des moyens de rester en bonne santé et de vous traiter vous-même.
• Si, périodiquement, il est impossible d’acheter de l’essence, vous apprendrez que vous ne pouvez pas compter sur votre voiture, et vous privilégierez plutôt le vélo ou la marche à pied, ou vous prendrez les transports publics.
• Si le gouvernement de votre pays tourne périodiquement au fascisme et commence à détenir, torturer et tuer des gens sans discernement, alors vous apprenez que vous devez vous procurer un deuxième passeport et le moyen de sortir du pays à la hâte.

Ce sont tous des exemples de petits et fréquents effondrements qui sont bons pour vous.

Mais ce n’est pas ce que tout le monde semble viser à l’heure actuelle, n’est-ce pas ? Ce que tout le monde semble viser, c’est la prévention pour tout et surtout de tous ces petits et fréquents effondrements non mortels. Toutefois, ces efforts sont en contradiction directe avec le point 1 : «Toutes les choses qui doivent s’effondrer finalement le font». Au lieu de prévenir l’effondrement, de telles tactiques garantissent un seul et énorme effondrement catastrophique qui peut très bien se révéler fatal pour d’énormes masses de personnes. Mais revoyons le point 2 : si «la gigantesque bulle de la population humaine […] éclate avant de transformer la planète en un dépotoir géant, les quelques survivants vont avoir une chance raisonnable de survivre».

Et donc que devez-vous faire si vous aspirez à être l’un de ces rares survivants qui pourraient avoir une chance raisonnable de survivre ? Ma prescription est simple : effondrez-vous rapidement et souvent.

Dmitry Orlov

Liens 

Pour prolonger cet article je vous conseille cet autre article d’Ugo Bardi sur la falaise de Sénèque

Traduit et édité par Hervé, vérifié par Ludovic, relu par Literato pour le Saker francophone

   Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Ma prescription pour 2016 : Effondrez-vous rapidement et souvent ! »

Les commentaires sont fermés.