Limites d’énergie : pourquoi nous constatons une disparité croissante des richesses, et des prix qui restent bas.


Par Gail Tverberg – Le 6 juillet 2016 – Source ourfiniteworld

La semaine dernière, je donnais une présentation assez large à l’Economics Biophysical Conference 2016, intitulée Complexité : Le lien entre l’EROI du pétrole fossile, l’EROI de l’énergie humaine et la dette (pdf). Dans ce billet, je discute la partie de l’exposé qui explique plusieurs questions clés :

  1. Pourquoi assistons-nous en ce moment à tant de problèmes en ce qui concerne la disparité de la richesse et des prix des produits de base ?  (Réponse : la consommation d’énergie mondiale par habitant est déjà en baisse et le système énergie / économie doit refléter ce problème, en quelque sorte).
  2. Pourquoi la quête pour plus de technologie conduit à une disparité croissante de la répartition de la richesse ?  (Réponse : L’économie doit être configurée selon un motif hiérarchique pour soutenir une complexité croissante qui est le précurseur de plus de technologie).
  3. Pourquoi la hausse de la dette est une partie intégrante du système énergie / économie ? (Réponse : Nous ne pouvons pas payer les travailleurs pour produire des biens et des services ayant une longue durée de vie sans utiliser la dette pour tirer vers l’avant les bénéfices espérés pour ces biens et services au moment présent, sans utiliser la dette et d’autres approches équivalentes).
  4. Pourquoi les prix des produits de base peuvent soudainement tomber au-dessous du coût de production pour une large gamme de produits ?  (Réponse : Les prix des produits dépendent dans une large mesure des niveaux d’endettement. Un problème majeur est que, lorsque les prix des matières premières augmentent, les salaires ne montent pas d’une manière correspondante. L’élévation du niveau de la dette peut masquer le manque croissant d’abordabilité pendant un certain temps, mais finalement, les niveaux d’endettement ne peuvent pas être soulevés suffisamment et les prix des produits de base tombent trop bas.)
  5. Le vote du Brexit peut être lié à la baisse d’énergie par habitant au Royaume-Uni. Étant donné que ce problème se produit dans de nombreux pays, il va être plus difficile de garder la zone euro et d’autres organisations internationales similaires.
  6. Mon discours aborde également la question de savoir pourquoi une économie dans un état stable est impossible, à moins que nous puissions vivre comme les chimpanzés.

Mon analyse a comme prémice que l’économie se comporte comme les autres systèmes physiques. Elle a besoin d’énergie et, en fait, de plus en plus d’énergie pour fonctionner. Si le système ne reçoit pas l’énergie dont il a besoin, il se rééquilibre d’une manière qui peut ne pas être à notre goût. Voir mon article La physique de l’énergie et de l’économie.

Un aperçu de mon exposé est présenté dans la diapositive 2, ci-dessous. Je vais omettre les parties du modèle de Hubbert et de l’EROI de la présentation.
Slide 2

Le pic de charbon mondial semble être atteint, maintenant

De l’avis de la plupart des chercheurs avec qui je parlais à cette conférence, le pétrole est susceptible d’être le premier problème, pas le charbon. Et la question est susceptible d’être des prix élevés, pas des prix bas. Aussi le pic de production du charbon actuel, comme le montre la diapositive 3, ne semble pas avoir de sens. Pourtant, mon analyse sur les données récentes suggèrent fortement que c’est bien ce à quoi on assiste en ce moment.

Slide 3. World and China appear to be reaching peak coal.
Diapositive 3. Le monde et la Chine semblent atteindre le charbon de pointe.

 

Je montrerai plus tard dans cette présentation pourquoi un pic de production de charbon semble avoir du sens : les niveaux de prix de tous les combustibles fossiles semblent varier ensemble. L’augmentation des niveaux d’endettement est en croissance et semble être un facteur important pour les niveaux de prix. Lorsque le niveau de la dette ne croît pas assez rapidement, la demande n’est pas assez élevée, et les prix pour tous les combustibles fossiles ont tendance à tomber en même temps. Une question connexe est de mesurer la croissance de l’économie mondiale : si la croissance économique mondiale est trop lente, la demande aura tendance à rester faible, et donc les prix de l’énergie rester à des niveaux bas.

Le taux de croissance de la production de charbon en Chine a commencé à baisser en 2012, c’est-à-dire quand les prix du charbon ont commencé à chuter. C’était avant le changement de gouvernement en mars 2013. Nous savons que la production de charbon en Chine est susceptible de continuer à baisser, parce que le bureau de l’énergie de la Chine rapporte que la Chine envisage de fermer plus de 1000 mines de charbon en 2016 , en raison d’une surabondance de l’offre destructrice de prix. Voir mon article Chine : le pic de production de charbon fait-il partie de son problème ? pour plus d’informations.

La consommation mondiale d’énergie par habitant semble avoir déjà commencé à baisser

Slide 4. World per capita energy consumption may have reached a peak
Diapositive 4. La consommation mondiale d’énergie par habitant pourrait avoir déjà atteint son pic

 

La raison pour laquelle je dis que la consommation d’énergie mondiale par habitant pourrait avoir atteint son pic en 2013 se base en partie sur le fait que la consommation de charbon semble avoir atteint son apogée. Si le charbon a atteint un sommet, il sera difficile de compenser le manque par d’autres combustibles, comme les énergies renouvelables, ou même le gaz naturel. En outre, les chiffres mondiaux récents (ci-dessus) montrent déjà une petite baisse de la consommation d’énergie par habitant. Si la production mondiale de charbon continue à baisser, nous pouvons nous attendre à ce que la consommation mondiale d’énergie par habitant continue à baisser.

Tendances de la consommation d’énergie pour quelques pays

La diapositive ci-dessous n’est pas réellement dans la présentation ; j’ai pensé à l’ajouter maintenant, pour montrer comment la consommation d’énergie varie dans certaines économies. Le graphique du haut dans cette diapositive supplémentaire montre l’évolution de la consommation d’énergie par habitant au Royaume-Uni, au Japon, en Espagne et en Grèce. Nous savons que le Japon, l’Espagne et la Grèce ont connu des problèmes économiques depuis plusieurs années, ce qui ne devrait pas être trop surprenant, étant donné la baisse de leur consommation d’énergie par habitant. Le Royaume-Uni présente un schéma similaire à ces trois pays. Un tel schéma est susceptible de conduire à l’augmentation des disparités salariales, pour des raisons que nous verrons plus loin dans cette présentation, lorsque nous parlerons de complexité.

Supplemental information showing how trend in per capita energy consumption seems to reflect health of economies
Diapositive supplémentaire. Tendances de consommation d’énergie par habitant pour quatre pays avancés et pour la Chine, sur la base BP 2016 Statistical Review of World Energy et les données démographiques 2015 des Nations Unies.

 

La consommation d’énergie de la Chine présente un motif contrasté. La Chine a connu une croissance rapide de sa consommation d’énergie après son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce en 2001. Récemment, la croissance de la Chine au niveau de sa consommation d’énergie a ralenti, ce qui suggère que le ralentissement de la croissance de son économie est peut-être encore plus important qu’annoncé dans les rapports officiels sur le PIB.

Importance du pic d’énergie par habitant

Dans la diapositive 5, je donne un aperçu des raisons pour lesquelles le pic de consommation d’énergie par habitant est important. Mon point de vue personnel est le deuxième. Tous les segments de l’économie ne vont pas nécessairement avoir des problèmes. Au lieu de cela, les segments les moins favorisés seront susceptibles d’être les premiers à rencontrer des problèmes. La plupart des participants à la conférence étaient partisans de la première vue.

Slide 5. Two views of peak energy per capita.
Diapositive 5. Deux vues du pic de consommation d’énergie par habitant.

Comment l’économie est affectée par la complexité croissante

Joseph Tainter dans l’Effondrement des sociétés complexes nous dit que les économies qui sont en danger parce qu’elles atteignent leurs limites tentent parfois de résoudre leurs problèmes par un accroissement de la complexité.

Slide 6. Complexity introduction
Diapositive 6. Introduction à la complexité

Les économistes d’aujourd’hui semblent croire que la technologie permettra de résoudre nos problèmes. Je vois la complexité et la technologie comme étant liées, avec la complexité étant un précurseur de la technologie. Les économies qui espèrent adopter des niveaux plus élevés de technologie doivent prendre des mesures dans le sens d’une complexité croissante, pour atteindre cet objectif.

Quand j’ai tenté de lister ce qui constitue la complexité, voici les éléments qui me sont venus :

Slide 7. Basic Elements of Complexity
Diapositive 7. Éléments de base de la complexité

En ce qui concerne la concentration de l’énergie, l’utilisation de l’énergie concentrée semble être ce qui distingue l’homme des autres animaux.

Slide 8. Early use of concentration of energy
Diapositive 8. L’utilisation précoce de la concentration de l’énergie

Si nous voulons une économie à l’état ​​stationnaire, tout ce que nous avons besoin de faire est de mettre de côté notre utilisation de l’énergie concentrée, et vivre comme les chimpanzés. Je ne suis pas sûre de savoir comment nous pourrons garder nos grands cerveaux nourris correctement. D’autres commentaires relatifs à cette question sont visibles sur les Diapositives 9 et 10.

Un autre type de concentration d’énergie est représenté par les biens d’équipement. Ce sont tous les produits que nous prévoyons pour durer un temps assez long, tels que les maisons, les véhicules et les usines. La grande question est de savoir comment payer ces biens d’équipement.

Slide 11. Capital goods-- more recent examples of concentrations of energy
Diapositive 11. Biens d’équipement – exemples plus récents de concentrations d’énergie

Le problème est que nous devons payer les travailleurs maintenant, mais le bénéfice de ces biens d’équipement est étalé sur de nombreuses années dans le futur. D’une certaine manière, le bénéfice futur de ces biens d’équipement doit être anticipé aujourd’hui. La réponse évidente à cette situation est l’utilisation de la dette (ou de titres de créance comparables) pour financer ces biens d’équipement. Nous allons revenir à la question de la dette plus tard.

Les diapositives suivantes (12 à 14) montrent d’autres moyens par lesquels les concentrations d’énergie peuvent être développées. Un de ces moyens est de le faire au travers de la création d’entreprises. De plus grandes concentrations d’énergie peuvent même être réalisées en créant de plus grandes entreprises, y compris des entreprises internationales. Les gouvernements peuvent également être utilisés pour concentrer l’utilisation des ressources énergétiques, en raison de leur capacité à construire des routes, des écoles et de nombreux autres projets. Les organisations internationales peuvent également agir pour concentrer la richesse, en facilitant les échanges entre leurs membres (zone Euro et Organisation mondiale du commerce) et en prêtant de l’argent aux pays membres (Fond monétaire international et Banque mondiale). Toutes ces organisations peuvent bénéficier de l’utilisation de la dette pour financer leur croissance.

Nous avons dit que la concentration de l’énergie était le premier élément de complexité (voir sommaire plus haut). Le deuxième élément de complexité est constitué par les éléments purs et composés. À bien des égards, cette exigence est similaire à la concentration d’énergie, en ce qu’elle permet à la technologie de fonctionner efficacement.

Slide 15. Why pure elements and compounds are needed for complexity
Diapositive 15. Pourquoi éléments purs et composés sont nécessaires à la complexité.

 

Le troisième élément de complexité (voir sommaire plus haut) est la supplémentation de l’énergie humaine à travers l’organisation hiérarchique. À bien des égards, c’est l’idée d’énergie concentrée, appliquée à l’homme.

 

16. Leveraging of human energy through hierarchical organization.
16. Tirer parti de l’énergie humaine à travers l’organisation hiérarchique.

 

Historiquement, le gros problème a été d’avoir des populations qui ont trop grandi par rapport à leurs bases de ressources. D’une certaine manière, nous arrivons à une situation similaire aujourd’hui. Sans surprise, lorsque cela se produit, ce sont les gens au bas de la hiérarchie qui ont tendance à ne plus recevoir assez.

Slide 17. People at the bottom of a hierarchy are most vulnerable.
Diapositive 17. Les gens au bas de la hiérarchie sont les plus vulnérables.

 

Pourquoi la dette est-elle nécessaire ?

Slide 18 - Why add debt?
Diapositive 18,  Pourquoi ajouter de la dette ?

 

 

L’un des avantages fondamentaux de la dette est le décalage temporel.

Slide 19. How debt allows time shifting.
Diapositive 19. Comment la dette permet le décalage temporel.

 

Bien sûr, la valeur de ces biens d’équipement est spéculative, lorsque la dette est utilisée pour fixer les prix à l’avance. Tant que les biens d’équipement, et d’autres usages de la dette, fournissent suffisamment d’avantages à l’économie, de sorte que la dette peut être remboursée avec intérêt, le système a tendance à fonctionner comme prévu.

Slide 20. Debt makes the economic system work more smoothly.
Diapositive 20. La dette permet au système économique de fonctionner plus en douceur.

 

Un aspect clé de la dette est sa capacité à déterminer la demande, et donc les prix, des matières premières telles que le pétrole et le gaz naturel. La raison pour laquelle la dette a presque un pouvoir magique est que si un acheteur potentiel obtient un prêt pour tout type de bien d’équipement, une maison, une voiture, ou une usine, il peut acheter le bien d’équipement beaucoup plus tôt que s’il avait besoin d’économiser avant de faire l’achat. Chacun de ces biens d’équipement nécessite des produits de divers types, tels que l’acier, le cuivre, le pétrole, le charbon et le gaz naturel. Ainsi, nous nous attendons à ce que l’élévation du niveau de la dette augmente les prix d’un large éventail de matières premières, en même temps.

 

21. Debt helps determine prices of commodities
Dette 21. La dette aide à déterminer les prix des matières premières

 

Nous pouvons penser à la situation comme suit : Une économie qui ne cesse de croître est (en termes d’énergie) un système hors-équilibre. L’élévation du niveau de la dette aide à maintenir cet état hors-équilibre en induisant des prix de matières premières toujours plus élevés. Ces prix plus élevés favorisent une plus grande extraction de produits énergétiques, même si le coût de l’extraction est en hausse en raison des rendements décroissants. Même si les coûts d’extraction ne cessent d’augmenter, la situation de la hausse constante des prix des matières premières ne peut pas continuer indéfiniment. À un certain point, les prix deviennent trop élevés pour les travailleurs. La demande a tendance à chuter à un moment donné, parce que les travailleurs au bas de la hiérarchie se trouvent éjectés par les prix, et ne peuvent donc plus acheter de marchandises telles que maisons et voitures qui pourraient aider à maintenir la demande en matières premières.

Quelles sont les causes pour que les niveaux d’endettement cessent d’augmenter ?

Une raison pour laquelle les niveaux d’endettement cessent d’augmenter est que la dette a atteint des niveaux absurdes, ce qui rend difficile de la rembourser avec intérêts. Plusieurs exemples de niveaux d’endettement absurdes sont donnés dans la diapositive 21. Un autre exemple est l’utilisation excessive des prêts étudiants. Si les revenus succédant aux prêts étudiants ne sont pas suffisamment élevés, la dette étudiante peut constituer un énorme fardeau, ce qui empêche les anciens élèves d’acheter des maisons et des voitures et de fonder une famille. Le problème est que les revenus après l’expérience éducative ne sont pas suffisamment élevés pour à la fois rembourser la dette avec intérêts et laisser suffisamment de fonds pour d’autres besoins.

Une disparité salariale grandissante peut aussi conduire directement à la baisse des prix de l’énergie :

Slide 22. Growing wage disparity tends to lead to falling energy prices.
Diapositive 22. La disparité salariale grandissante tend à conduire à la chute des prix de l’énergie.

 

Tant la disparité croissante des salaires que le manque de croissance de la dette sont des signes que l’économie ne croît pas très vite ; dans un certain sens, que la température de l’économie n’est pas assez haute. Certains demandeurs d’emploi ont tendance à abandonner le système, parce que les salaires ne sont pas suffisamment élevés pour couvrir les frais de déplacement et de garde d’enfants. Dans un certain sens, ils se condensent, tout comme l’eau se transforme en glace quand il n’y a pas assez de chaleur dans le système.

La situation des prix des combustibles fossiles est similaire : les prix bas sont un signe que l’économie ne croît pas assez vite. Le système oblige à une réduction de la production de nombreux types de produits, y compris les combustibles fossiles, en réduisant les prix en-dessous du coût de production pour quelques producteurs. Cette situation peut être considérée comme une partie de la production se condensant, parce que les produits énergétiques consommés ne permettent pas à l’économie mondiale de croître assez rapidement pour maintenir le niveau de la demande à chaud.

Quelques réflexions complémentaires sur les prix de l’énergie et les niveaux d’endettement

Slide 24. Use of debt permits two different valuations of worth of commodities.
Diapositive 24. L’utilisation de la dette permet deux évaluations différentes de la   » valeur  » des produits.

 

Ce qui est déroutant est que pendant de nombreuses années, les coûts de l’énergie et des matières premières étaient très semblables aux prix de l’énergie et des autres matières premières. Ce n’est que très récemment, lorsque les prix ont augmenté plus vite que le pouvoir d’achat des consommateurs, que la différence est apparue.

 

Slide 25. Possibility of different price compared to production cost appears very late.
Diapositive 25. La possibilité d’un prix différent par rapport au coût de production apparaît très tard.

 

En regardant les données historiques dans la diapositive 26, nous pouvons voir deux récentes baisses brutales des prix du pétrole. Les deux se sont produites lorsque les niveaux de dette n’étaient plus en hausse.

Slide 26. Connection of debt with oil prices is shown by two sharp declines.
Diapositive 26. La connexion de la dette avec les prix du pétrole est représentée par deux fortes baisses.

 

En fait, les prix du pétrole, du charbon et du gaz naturel ont tendance à monter et descendre ensemble, tout comme nous pouvons nous y attendre, s’ils répondent tous aux mêmes changements dans les niveaux de dette, et indirectement, aux mêmes changements dans les taux de croissance économique mondiale.

 

Slide 27. Prices of oil, call and natural gas tend to rise and fall together.
Diapositive 27. Les prix du pétrole, du charbon et du gaz naturel ont tendance à monter et descendre ensemble.

 

Si les prix de l’énergie sont basés sur les niveaux d’endettement, notre préoccupation devrait être que tous les combustibles fossiles culmineront à quelques années d’écart les uns des autres. La cause du pic sera le bas niveau des prix, et non pas l’épuisement des réserves des produits énergétiques.

 

Slide 28. Concerns if energy prices are based on debt levels
Diapositive 28. Les préoccupations si les prix de l’énergie sont basés sur les niveaux d’endettement.

 

En fait, les problèmes de l’économie peuvent n’avoir aucun lien avec l’épuisement des réserves.

Slide 31. Candidates for what really brings the system down.
Diapositive 31. Les candidats à ce qui pourrait vraiment mettre le système à bas.

 

Informations supplémentaires sur la disparité des revenus

Quelques informations supplémentaires sur la disparité des revenus sont présentées dans les diapositives 38-40. Veuillez consulter la fin de ma présentation pour ces derniers.

Conclusion

Un sujet que je ne discute pas spécifiquement dans cette présentation est la possibilité d’un ralentissement de la croissance économique mondiale. Si nous assistons à la chute de la consommation mondiale d’énergie par habitant, il ne devrait pas être surprenant que la croissance du PIB mondial par habitant soit aussi en baisse. Je vous ai parlé du lien entre la consommation d’énergie et la croissance du PIB à plusieurs reprises, y compris dans mon papier, limites à l’approvisionnement en pétrole et continuation de la crise financière.

Ce n’est que lorsque j’ai commencé à travailler sur cette présentation que j’ai réalisé à quel point le calendrier de la récente forte baisse des prix mondiaux du pétrole correspond à la diminution de la consommation mondiale d’énergie par habitant, telle que présentée sur la diapositive 4. La consommation mondiale d’énergie par habitant a culminé en 2013, et a légèrement baissé en 2014, suivie d’une baisse plus marquée en 2015. Mi-2014 est la période à laquelle les prix du pétrole ont commencé leur chute importante, de sorte que le calendrier des deux événements correspond presque exactement. Ainsi, la baisse de la consommation de charbon peut se traduire par une faible croissance économique mondiale, qui à son tour maintient les prix du pétrole et du gaz naturel à bas niveau.

La coïncidence apparente dans le calendrier peut simplement refléter le fait que les mêmes forces qui causent la chute des prix des matières premières sont également à l’origine d’une faible croissance économique. La disparité grandissante des salaires et le manque de croissance de la dette semblent être des facteurs causant les deux phénomènes. Si les travailleurs au bas de la hiérarchie pouvaient se permettre d’acheter davantage de la production de l’économie mondiale, avec ou sans dette additionnelle, l’économie mondiale aurait une meilleure chance de croître.

Je ne vois pas beaucoup d’espoir pour résoudre les problèmes d’un monde dont l’économie va vers un rétrécissement. Au lieu de cela, la situation risque d’empirer, jusqu’à ce que le système financier s’effondre, ou que l’un des autres problèmes montrés sur la diapositive 31 commence à prendre trop d’ampleur.

Je vois la grande poussée pour les énergies renouvelables comme étant majoritairement une perte de temps et de ressources. La principale exception est peut-être l’hydroélectrique, dans certaines parties du monde, avec de bons emplacements pour les nouvelles installations. Les analyses d’EROI sont souvent utilisées pour justifier les énergies renouvelables, mais à mon avis (présenté dans la partie de la présentation non discutée ici), l’EROI est un outil trop émoussé pour évaluer correctement des ressources qui diffèrent grandement en termes de qualité de production et de besoins en dette (investissements). Un objectif majeur doit être de maintenir la fonctionnalité du réseau électrique ; les évaluations des énergies renouvelables intermittentes devraient prendre en compte les expériences réelles des autres pays. Par exemple, les méthodes de fixation des prix actuels semblent aggraver le problème de la baisse des prix de gros de l’électricité, et pèsent ainsi sur les prix des combustibles fossiles. (Voir cet article ou cet autre.)

Un obstacle majeur à la mise en place d’une discussion rationnelle sur ces questions est l’incapacité d’une partie importante de la population à faire face à ce qui semble être un résultat potentiellement catastrophique. Les éditeurs de manuels et revues reconnaissent ce problème et préparent leurs lignes éditoriales en conséquence. Je me suis souvenue de cela à nouveau, lorsque la question a été soulevée (encore une fois) de savoir si je devais penser à écrire un livre pour un éditeur de livre traditionnel. La principale chose que je devrais faire pour rendre le livre acceptable serait de trouver un moyen de contourner toute conclusion désagréable ; mieux encore, je devrais venir avec une fin du genre « ainsi, ils vécurent heureux jusqu’à la fin des temps. »

Gail Tverberg

Traduit par Stéphane, vérifié par Wayan, relu par Catherine pour le Saker Francophone

 

   Envoyer l'article en PDF