Les sociétés de fracturation en difficulté se tournent vers les fonds de retraite pour obtenir du cash


alors que leurs finances risquées leur aliènent les investisseurs.

Par Sharon Kelly – Le 25 juillet 2018 – Source DeSmog

Retraite. Crédit : Monica Silvestre de Pexels

Il y a un an, Chesapeake Energy, qui fut le plus grand producteur de gaz naturel du pays, a annoncé qu’elle vendait ses droits de forage de schistes de l’Ohio Utica dans le cadre d’une entente de 2 milliards de dollars avec une société privée peu connue, Encino Acquisition Partners, située à Houston au Texas.

Pour Chesapeake Energy, l’accord offrait un moyen de rembourser une partie de ses dettes, contractées alors que son ancien PDG, « le Roi du Shale«  Aubrey McClendon, dirigeait cette compagnie dans une campagne désastreuse de forage de schistes. Les actions de Chesapeake Energy, qui, dans les premiers jours du boom économique, se négociaient entre 20 $ et 30 $ l’action, sont maintenant évaluées  à un peu plus de 1,50 $.

Encino s’est fait connaître comme une source stable de rendement à long terme (ce que l’industrie dans son ensemble a eu du mal à créer jusqu’à présent), attirant les gestionnaires de l’une des plus grandes caisses de retraite du monde pour forer et fracturer les terres que Chesapeake a vendues pour rembourser ses énormes dettes contractées en fracturant à travers tout le pays.

Un modèle unique pour les foreurs de schistes argileux

Chesapeake, bien sûr, n’est pas le seul à découvrir que le forage de schistes argileux peut être financièrement désastreux pour les investisseurs. En 2018, les 29 principaux producteurs de schistes ont dépensé 6,69 milliards de dollars de plus qu’ils n’ont tiré de leurs activités, a conclu un rapport publié en avril par Reuters – un record de dépenses atteint deux ans après que les investisseurs ont commencé à pousser les foreurs de schistes à faire des profits. En décembre 2017, le Wall Street Journal a constaté que les producteurs de schistes avaient dépensé 280 milliards de dollars de plus que la valeur du pétrole et du gaz qu’ils avaient vendus entre 2007 et 2017, les dix premières années de la ruée vers le forage de schistes.

« Nous avons perdu les investisseurs de croissance », a récemment déclaré Scott Sheffield, PDG de Pioneer Natural Resources, au Journal. « Maintenant, nous devons attirer d’autres investisseurs ».

Encino, qui a acheté les 900 000 acres de droits de forage de Chesapeake Energy dans les schistes d’Utica, dans l’Ohio, dans le cadre de cette entente de 2 milliards de dollars, a peut-être trouvé ses « autres » investisseurs : l’Office d’investissement du RPC, qui gère les fonds de retraite au nom du Régime de pensions du Canada (CPPIB).

« Nous ne sommes pas une société de capital-investissement typique en ce sens que le Régime de pensions du Canada est, je crois, le troisième plus important régime de retraite au monde », a déclaré Ray Walker, chef de l’exploitation d’Encino, aux participants de la conférence de l’industrie du schiste de DUG East tenue le mois dernier à Pittsburgh. « Ils ont une vision à long terme du capital et ils ne s’attendent pas à ce que leurs fonds commencent à diminuer – en d’autres termes, plus de gens[au Canada] investissent dedans aujourd’hui qu’il n’en sort, et ils ne s’attendent pas à ce que cela se fasse avant 2050 ou plus ».

« C’est donc un modèle unique et c’est quelque chose que je n’avais jamais vu dans l’industrie », a ajouté M. Walker, qui a été directeur de l’exploitation de la société de forage gazier Range Resources jusqu’au début de 2018. « C’est ce qui m’a vraiment attirée à sortir de ma retraite, à faire quelque chose de différent et un peu plus excitant et à long terme – vraiment à long terme ».

« L’argent patient », a répondu le modérateur Richard Mason.

« Oui », répondit Walker en riant.

« Qui l’aurait cru, n’est-ce pas ? », dit Mason.

Investissements à long terme face aux changements climatiques

Le Régime de pensions du Canada – souvent comparé au système de sécurité sociale américain – est financé par des cotisations obligatoires provenant des salaires des travailleurs qui commencent généralement à 18 ans et prennent fin à 65 ans. Le CPPIB investit cet argent au nom du régime.

En mai dernier, Mark Machin, chef de la direction du CPPIB, a promis de commencer à prendre plus au sérieux les risques associés aux changements climatiques.

« Nous allons faire un énorme effort cette année », a-t-il déclaré au Calgary Herald. « Nous voulons mieux comprendre les risques que nous assumons pour chaque placement et les risques que nous avons intégrés dans le portefeuille, et nous assurer d’être payés pour eux ».

Alors que les effets du changement climatique se font de plus en plus sentir dans le monde entier, des groupes de surveillance ont poussé les gestionnaires de caisses de retraite à garder à l’esprit les répercussions du changement climatique sur l’économie mondiale au cours des prochaines années et décennies.

« Les caisses de retraite ont l’obligation légale, dans le cadre de leurs obligations fiduciaires, de tenir compte des risques à long et à moyen terme, comme ceux liés aux changements climatiques, qui pourraient avoir des effets négatifs sur leurs investissements », écrit le Global Initiative for Economic, Social, and Cultural Rights dans un rapport du 17 avril. « Ces risques comprennent les impacts physiques du changement climatique sur les actifs et les investissements des fonds de pension, mais aussi le risque de plus en plus évident que représentent les actifs immobilisés et les risques juridiques associés à l’incapacité à faire face aux risques liés au climat ».

D’autres grandes caisses de retraite ont conclu que l’industrie pétrolière et gazière comporte trop de risques économiques pour constituer un investissement solide à long terme – même sans tenir compte du changement climatique. En mars dernier, le fond de pension du gouvernement norvégien, Government Pension Fund Global pesant 1 000 milliards de dollars, a annoncé qu’il se désengagerait des sociétés d’exploration pétrolière et gazière pour un montant de 7,125 milliards de dollars de ses avoirs.

« L’objectif est de réduire la vulnérabilité de notre richesse commune à une baisse permanente du prix du pétrole », a déclaré le ministre norvégien des Finances, Siv Jensen, au Guardian lors de l’annonce de cette décision.

Des observateurs extérieurs ont expressément averti que les régimes de retraite qui investissent dans des sociétés de schistes pourraient se retrouver avec des regrets.

Bien que l’instabilité financière de l’industrie du forage de schistes ne soit peut-être pas si grande qu’elle pose un risque global pour le système financier, « je pense qu’il y a un risque pour les régimes de retraite qui versent leur argent dans des sociétés de capital-investissement, qui à leur tour versent des milliards dans des sociétés de schistes », a dit Bethany McLean, auteur du livre Saudi America : The Truth about Fracking and How It’s Changing the World, dans une interview accordée à E&E News en septembre 2018. M. McLean est aussi largement reconnu comme le premier journaliste financier à porter un regard critique sur la société énergétique Enron avant sa faillite.

En plus des risques à long terme auxquels toutes les entreprises de combustibles fossiles sont confrontées en raison de la volonté de garder le pétrole, le charbon et le gaz dans le sol et de prévenir les changements climatiques catastrophiques, les entreprises de forage de schistes sont confrontées à des risques uniques à long terme.

De nombreux foreurs de schistes argileux ont dit aux investisseurs qu’ils prévoyaient de forer plusieurs puits – dans certains cas 20 puits ou plus – à partir de la même plateforme de forage. Mais l’industrie a découvert que ces derniers puits, appelés puits « enfants », fonctionnent souvent moins bien que le premier puits foré, appelé puits « parent ».

« C’est quelque chose que nous essayons tous de synthétiser », a dit Walker d’Encino à Pittsburgh alors qu’il parlait de l’interférence parents-enfants dans les puits. « Il y a encore beaucoup de choses à apprendre. Mais je pense que la seule chose que tout le monde remarque, probablement encore plus dans l’ouest du Texas qu’ici, c’est que la relation parent-enfant joue un rôle énorme dans les réserves exploitables. En d’autres termes, les deuxième, troisième et quatrième puits sont loin d’être aussi bons que le premier ».

Un pari sur le schiste argileux

Les marchés boursiers et les banques sont devenus des endroits de plus en plus hostiles pour les entreprises de forage de schistes car l’industrie pétrolière et gazière a sous-performé par rapport à d’autres secteurs de l’économie. Les sociétés de forage sont donc à la recherche de capitaux pour financer la poursuite du forage – et elles se tournent de plus en plus vers ce qu’on appelle le capital-investissement – une catégorie qui englobe à la fois les investisseurs privés comme Warren Buffett et les gestionnaires d’actifs comme les caisses de retraite.

Selon un récent sondage de Haynes et Boone, les sociétés de forage prévoient d’approvisionner à hauteur de 40 % de leur capital en 2019 auprès de fonds de capital-investissement, contre 26 % pour la vente du pétrole et du gaz qu’elles produisent, 21 % auprès des banques et 12 % sur les marchés financiers comme Wall Street.

Les sociétés privées comme Encino sont plus opaques que les sociétés pétrolières et gazières cotées en bourse parce qu’elles ne sont généralement pas tenues de rendre publique leurs données financières. Cela signifie qu’il y a peu d’information accessible au public sur le rendement des entreprises privées de forage de schistes au cours de la dernière décennie. Et chaque société de forage de schistes argileux a des perspectives financières uniques, fondées sur un large éventail de facteurs qui comprennent le montant dépensé pour acquérir les droits de forage, ses coûts de forage et de fracturation, et la quantité de pétrole, de gaz et de liquides de gaz naturel qu’elle peut exploiter.

Encino n’a pas répondu aux questions envoyées par DeSmog. « Nos actifs génèrent d’importants flux de trésorerie, nous avons une dette modeste et nous soutenons nos activités de développement grâce à un solide programme de couverture par des matières premières », indique la société sur son site Web.

Un wellpad dans le comté de Carroll, dans l’Ohio. Crédit : Ted Auch FracTracker Alliance

 

La Caisse de retraite du Canada a fait l’éloge de l’acquisition par Encino de la superficie de Chesapeake Energy dans l’Ohio lorsque cette transaction a été annoncée. « Nous sommes heureux d’appuyer l’acquisition par EAP[Encino Acquisition Partners] de ces actifs de schistes d’Utica très attrayants, qui offrent au CPPIB une exposition significative à une zone pétrolière de premier plan en Amérique du Nord et qui s’harmonisent avec l’importance croissante de la transition énergétique », a déclaré Avik Dey, directeur général et chef du secteur énergie et ressources à l’Office.

D’autres estimaient que l’opération comportait un degré de risque important. Moody’s Investor Services a noté B2 la dette associée à l’opération d’Encino à Utica. « Une note B2 est un statut pourri et signifie qu’il y a de fortes chances que vous vous retrouviez en situation de défaut de paiement », explique Axios. Moody’s a attribué à la probabilité globale de défaut une note supérieure d’un cran à B1.

Pour sa part, Encino prédit qu’elle peut faire mieux à Utica que Chesapeake Energy – non seulement en termes de performance individuelle des puits, mais aussi en évitant le cycle boom-bust pour lequel l’industrie pétrolière et gazière est connue.

« Tout cela fait partie d’une stratégie à long terme visant à faire de cette entreprise une entreprise normale qui doit être rentable, moins volatile et donc meilleure pour ses actionnaires, ses employés et la collectivité », a déclaré Hardy Murchison, PDG d’Encino, à un journal de l’Ohio, après une conférence à la Kent State University en mars.

Le chef de l’exploitation Walker a émis une note similaire lors de la conférence DUG East en juin dernier.

« Plutôt enthousiasmés par ce que nous voyons, les conditions économiques sont très favorables », a déclaré M. Walker lors de la conférence de l’industrie. « Chesapeake a fait du bon boulot, mais on a beaucoup de place pour aller plus loin ».

Sharon Kelly

Note du Saker Francophone

Desmog fait ce travail de surveillance pour démontrer la dangerosité des combustibles fossiles pour le climat. On peut s'en inquiéter simplement pour la pollution engendrée. Mais du point de vue des investisseurs, ils n'ont comme religion que l'argent et le rendement. Chacun a donc une stratégie propre et la caisse de retraite aura sans doute du mal à communiquer si pour eux le changement climatique est une juste religion globaliste et que le pétrole reste un excellent placement.

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF