Les signes géopolitiques de la crise économique globale abondent


Par Brandon Smith − Le 10 octobre 2019 − Source Alt-Market.com


Au moment où j’écris ces lignes, les fils d’informations sont remplis de questions et de confusion au sujet des négociations commerciales d’octobre entre les États-Unis et la Chine. En septembre, une campagne de propagande massive a eu lieu dans les médias grand public pour faire passer l’idée qu’un accord avec la Chine était imminent, ce qui a stimulé les marchés autrement sur le point de plonger en raison d’une pluie de mauvaises nouvelles financières. Cette campagne médiatique m’a également indiqué qu’il n’y aurait pas d’accord en octobre – dans le meilleur des cas, il y aura une annonce de « progrès » et une pause temporaire des barrières tarifaires, qui voleront en éclats à nouveau dans un mois. Dans le pire des cas, les pourparlers échoueront avant même qu’ils ne commencent réellement. Quoi qu’il en soit, la guerre commerciale se poursuivra pendant une bonne partie de l’année prochaine.


Comme je l’avais prédit dans mon article « L’horrible vérité sur la guerre commerciale » en septembre :

Tous les deux mois, le battage médiatique sur les accords commerciaux de guerre est recyclé et tous les deux mois, les marchés sont frappés par une nouvelle déception. Les prochaines négociations commerciales sont prévues pour octobre et si elles ont lieu, il est peu probable qu’elles aboutissent à quelque chose d’important. Tout au plus, elles seront proclamées comme le « début d’une grande affaire » et les deux parties prétendront que « des progrès ont été accomplis », puis, une fois de plus, rien ne se passera et le conflit s’accélérera. On pourrait penser que les gens l’auraient déjà compris, mais le monde de l’investissement apprend très lentement et fonctionne uniquement sur un espoir aveugle. À tout le moins, les analystes économiques commencent à se rendre compte qu’il n’y aura pas d’accord et que la situation ne fera que s’aggraver. En fait, la situation est conçue pour devenir plus tendue…

La guerre commerciale n’est qu’une des nombreuses distractions majeures mises en œuvre à l’heure actuelle. Alors que Trump joue son rôle pour l’establishment globaliste en tant que méchant populiste maladroit et clone d’Herbert Hoover, l’ampleur des événements devient tout à fait épique. Ce krach doit être traité un peu différemment du krach de 2008, car si nous voulons prédire le rythme de l’implosion, nous devons mesurer nombre de signaux géopolitiques plutôt que les seuls signaux financiers.

C’est-à-dire que les globalistes déclencheront un Moment Lehman lorsqu’il y aura suffisamment de tensions géopolitiques pour envoûter le public. Ils espèrent ainsi conjurer une « tempête parfaite », une tempête que l’on peut blâmer pour la crise qu’ils ont créée. Il semblerait qu’à l’approche de la fin de l’année 2019, nous soyons très près de l’avalanche…

J’aimerais ici parler brièvement d’un certain nombre de développements qui se sont accélérés au cours des deux dernières semaines et donner mon point de vue sur ce qu’ils signifient pour le mouvement pour la liberté et pour l’économie dans son ensemble. Certains pourraient s’interroger sur l’idée que ces événements ont des implications économiques. Je leur suggère d’avoir une vue d’ensemble. Une grande partie de ce qui se passe aujourd’hui est conçue par l’establishment non seulement comme une couverture pour la récession financière, mais aussi comme un carburant partiel pour l’effondrement.

Trump/Ukraine et le cirque de l’« Impeachment »

Comme je l’ai noté dans mon dernier article, Trump ne peut pas être antiglobaliste tout en travaillant directement avec les élites globales sur une base quotidienne. La farce de la destitution, à l’instar du RussiaGate, est une guerre de quatrième génération soigneusement conçue pour maintenir les gauchistes dans une rage extrême tout en poussant les conservateurs, qui craignent une prise de pouvoir par la gauche, dans les bras de Trump, un pantin des élites bancaires redevables à la famille Rothschild pour avoir sauvé sa fortune durant les années 1990. Les élites n’ont pas l’intention de se débarrasser de Trump en ce moment – il est trop utile pour eux et leur scénario, qui nécessite un nationaliste conservateur instable anti-globaliste pour finir de détruire l’économie américaine.

La procédure de destitution est beaucoup plus susceptible de se retourner contre Joe Biden et de le retirer des primaires démocrates, ouvrant la porte à un candidat alternatif (probablement Elizabeth Warren). Avec Bernie Sanders beaucoup trop vieux et sujet aux crises cardiaques, Warren est le choix le plus logique pour le choix par l’establishment du candidat Démocrate en 2020.

Parler d’Hillary Clinton entrant dans la course comme d’une sorte de candidat de recours me semble être du théâtre Kabuki. Les scandales autour de Warren sont plutôt mineurs comparés à ceux de Clinton, et vraiment, les gauchistes s’en fichent de toute façon. Ses mensonges sur le fait qu’elle a été congédiée dans les années 1970 pour cause de grossesse seront oubliés bien avant novembre, surtout au cas où nous serions au beau milieu d’un krach économique comme en 2008. Les militants du mouvement pour la liberté ne devraient pas trop s’inquiéter de Clinton, ils devraient se concentrer davantage sur Warren et, dans l’ensemble, ils devraient cesser de se faire des illusions en pensant que l’élection compte réellement.

Quant à la destitution de Trump, son retour s’effilochera probablement d’ici la fin des primaires du parti Démocrate, mais cela ne garantit en rien la présidence de Trump (pour ceux qui pensent encore que Trump est du côté du mouvement pour la liberté). Le rôle de Trump en tant que président ne se poursuivra que tant que l’économie américaine boitera. Si nous voyons un Moment Lehman avant l’élection, alors Trump est prévu pour être démis de ses fonctions.

Le seul scénario que j’ai pu voir en ce qui concerne la destitution, c’est qu’elle soit maintenue jusqu’aux élections et pendant toute la durée du ralentissement économique, et qu’elle connaisse un succès scandaleux. Dans ce cas, Trump serait démis de ses fonctions (potentiellement) juste avant qu’il soit sur le point de perdre l’élection de toute façon. Pourquoi l’establishment ferait-il une telle démarche ? Parce que cela galvaniserait à la fois la gauche et la droite dans une possible conflagration généralisée ; plus que simplement remplacer Trump par quelqu’un comme Warren.

Croyez-le ou non, il y a en fait une minorité de fous dans le mouvement pour la liberté qui veulent mener une guerre civile pour Trump. À mon avis, ce serait un désastre stratégique que de mener une guerre civile pour une marionnette des banquiers, qui essaie en plus de s’attribuer le mérite de la bulle du marché et, par défaut, du krach. Ce serait le moyen le plus rapide pour le mouvement de la liberté de perdre toute crédibilité. Si nous nous retrouvons dans une guerre, ce ne devrait pas être au nom de Trump mais elle devrait se concentrer sur les élites bancaires, pas sur les Démocrates. Au-delà de cela, si les élites ont besoin d’une distraction et d’un bouc émissaire pour leur démolition contrôlée de l’économie, une guerre civile gauche/droite insensée serait plus que suffisante pour réussir ce tour de passe-passe.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine à la veille de quelque chose de plus dangereux

La guerre commerciale a duré environ 22 mois, bien plus longtemps que ne l’avait prédit la plupart des analystes des médias grand public et alternatifs. Ne soyez pas surpris si cela continue jusqu’à la fin de 2020, ou peut-être même plus longtemps. Le conflit (comme Trump) est beaucoup trop utile pour s’en débarrasser simplement en ce moment.

Certains analystes partent du principe que les globalistes veulent maintenir le système actuel. Ils supposent que les élites en ont besoin pour continuer, sinon ils « perdront leur pouvoir ». J’aimerais que ce soit si facile. Malheureusement, ces gens ont été aveuglés par une vision étroite des événements et de l’histoire. Les élites sont TRÈS CONSCIENTES des conséquences de ce qu’elles font, et elles ont absolument l’intention que ces conséquences se produisent. Pour qu’ils puissent construire leur « nouvel ordre mondial », l’ancien ordre mondial doit être démantelé.

Une partie de ce processus nécessitera éventuellement la fin du statut de réserve globale du dollar américain et son remplacement par un système de monnaie unique et une société sans numéraire, comme cela a été ouvertement discuté par des institutions globalistes comme le FMI.

Je ne vois pas de meilleur moyen pour les élites de tuer le dollar que de déclencher une guerre commerciale avec la Chine jusqu’à ce que la Chine utilise l’« option nucléaire » comme plus grand importateur/exportateur dans le monde et abandonne le dollar dans le commerce global. Avec la Chine lâchant le dollar, de nombreux autres pays suivront cet exemple afin de maintenir leurs liens avec leur base manufacturière. La Chine a déjà commencé à vendre les bons du Trésor américain de façon exponentielle. Les gens qui suivent la guerre commerciale devraient comprendre que le résultat final si la guerre commerciale se poursuit sera la fin du statut de réserve du dollar.

Les défenseurs du dollar et les fanboys crieront « Pas question ! », mais ils auront tort en temps et lieu.

La débâcle Turquie/Syrie/Kurde

Il y a plus d’un an, l’administration Trump a prononcé la fin de l’engagement des troupes américaines en Syrie. Cette action a été applaudie par les conservateurs et les défenseurs de la liberté comme un signe que Trump allait enfin donner suite à ses promesses de campagne visant à arrêter les guerres sans fin au Moyen-Orient. Bien sûr, on a annoncé seulement une semaine plus tard que les troupes américaines resteraient là où elles étaient.

Maintenant, nous voyons le récit de propagande que Trump « combat l’establishment » une fois de plus comme il revient avec une AUTRE déclaration que les troupes américaines seront retirées de Syrie, cette fois en face d’une invasion turque potentielle dans la région. Je ne sais pas comment, mais le Q-cult fait de ce coup une « victoire » pour Trump, peut-être parce que l’establishment Républicain affirme qu’il est contre le coup. Déjà, Trump revient sur ses déclarations et indique que les troupes resteront en Syrie (mais n’interfèreront toujours pas dans le nettoyage ethnique de nos alliés kurdes par la Turquie).

Cela montre simplement que rien de ce que dit Trump ne peut être pris au sérieux et que nous devrions attendre et voir ce qui se passe ACTUELLEMENT dans les semaines à venir. Selon toute vraisemblance, un « retrait » de Syrie est censé déclencher un ordre du jour distinct, et cet ordre du jour peut inclure une guerre économique ou réelle avec la Turquie.

J’ai dit pendant de nombreuses années, bien avant que la guerre civile syrienne ne soit déclenchée par des agences secrètes occidentales, que la Syrie représente un élément clé pour une guerre plus large au Moyen-Orient. Avec tant d’intérêts en jeu en Syrie, des États-Unis à l’Iran, en passant par la Russie et la Turquie, un conflit dans la région pourrait s’étendre à de nombreux conflits. À tout le moins, il semble que ma prédiction en janvier que la Turquie quittera l’OTAN d’ici la fin de 2019 pourrait s’avérer exacte.

Confusion autour du Brexit

Je continue de voir la tempête Brexit au Royaume-Uni, qui s’est soldée par un « No Deal », ou une mauvaise affaire qui ressemble beaucoup à un « No Deal ». Je crois que le Brexit lui-même, bien que noble dans le mouvement qui le soutient, est en fait une situation très bénéfique pour les globalistes s’il se termine par un « No Deal ». Les médias grand public et de multiples élites ont affirmé qu’un « No Deal » entraînerait une calamité financière. Bien sûr, les élites ont déjà assuré la calamité économique en créant puis en faisant éclater la Bulle de Tout ; mais comme avec Trump aux États-Unis, elles ont besoin de quelqu’un à blâmer en Europe pour les dommages qui vont être causés aux populations.

Le mouvement Brexit et les militants pour la souveraineté sont les boucs émissaires visés. Si les subtilités de la gymnastique parlementaire au Royaume-Uni sont difficiles à suivre, il semble que Boris Johnson s’efforcera d’aller jusqu’au bout avec le Brexit à la fin de ce mois. Bien qu’il y ait une possibilité de prolongation de trois mois, je ne vois toujours pas d’indication que Boris Johnson ait l’intention de le reconnaître. Ce qui est encore plus intéressant, c’est que l’UE est déterminée à refuser tout accord, tout en qualifiant la campagne pro Brexit d’intransigeante. C’est comme si l’establishment européen VOULAIT un No Deal….

Cela a du sens en surface, car tout bon accord qui se termine par le départ des Britanniques de l’UE pourrait encourager d’autres nations à quitter également l’union supranationale. Un « No Deal » qui se terminerait par une catastrophe pour le Royaume-Uni et certaines parties de l’Europe inciterait les Européens à vouloir encore plus de centralisation. Comme l’a déclaré cette semaine le nouveau chef du FMI, les nations doivent « s’unir pour enrayer le ralentissement économique global ». En d’autres termes, renoncez à votre souveraineté ou on vous fera souffrir. Mais si l’on va beaucoup plus loin, un « No Deal » endossant le blâme pour un krach économique mettrait aussi les militants pour la souveraineté en Europe dans la position des méchants, tandis que les élites bancaires échapperaient à tout examen minutieux.

La tempête parfaite ?

Je dois dire que, plus encore qu’en 2016, 2019/2020 s’annonce comme la période la plus instable de l’histoire du monde moderne. Je ne pense pas que ce soit une tempête de coïncidences. Les données probantes n’appuient pas cette notion. Au contraire, les faits montrent un programme délibéré de déstabilisation, qui sert les intérêts d’une minorité globaliste qui fonctionne un peu comme une organisation de guérilleros ou de terroristes. L’un des principaux objectifs de toute guérilla est de saper clandestinement l’infrastructure et l’économie d’un système afin que la population soit obligée de s’adapter à une nouvelle façon de penser – et les globalistes ont déjà une idéologie particulière en tête.

En d’autres termes, le chaos est utile dans la mesure où il peut être exploité pour effrayer ou manipuler la psyché publique. La cible la plus importante d’une guerre est l’esprit de l’ennemi. Tout le reste est périphérique. Tuer un ennemi ne suffit pas. Il y en a toujours plus pour remplacer ceux que vous tuez. Mais si vous pouvez tromper l’ennemi pour qu’il abandonne, ou qu’il pense comme vous, ou même qu’il vous admire, alors votre ennemi devient votre esclave sans le savoir. Personne ne le remplacera, et donc, il n’y a plus d’adversaires pour vous combattre. C’est la voie de la victoire totale que les globalistes souhaitent le plus.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Kira pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF