Les Philippins veulent voir déguerpir les États-Unis et ils ne sont pas les seuls


Par Tim Kirby − Le 15 février 2020 − Source Strategic Culture

kirby_1-1-150x150Les pions du Grand Échiquier commencent à bouger beaucoup plus hardiment. Dans une décision non prévue par les « experts », les Philippines ont demandé aux forces américaines de quitter leurs îles définitivement.

kirby140201-930x520

Il était impossible de penser, il y a dix ou quinze ans, qu’un pays aussi complètement impuissant sur le plan militaire que les Philippines oserait tenir tête à l’oncle Sam, mais maintenant c’est devenu une réalité. Vu par le petit bout de la lorgnette, cette décision pourrait être imputée au caractère personnel fougueux de Duterte, ou à une sorte de hasard chanceux, mais il s’agit d’une tendance croissante qui se poursuivra probablement pendant au moins les prochaines années, dans laquelle l’idéologie joue en fait un rôle majeur, bien qu’invisible.

Les Philippines sont une nation insulaire pauvre et en difficulté qui commence à remettre de l’ordre dans sa maison grâce principalement à une puissante figure charismatique centrale, mais si nous regardons le pays à la lumière de «La Géopolitique pour les nuls», nous pouvons voir que cette nation a plus de valeur que ce que l’on pourrait penser, en raison de son emplacement.

kirby140202
Source : Institut de recherche en politique étrangère

 

Si nous pouvons croire la carte des emplacements des bases américaines qui nous sont présentées via divers types de médias, alors nous pouvons voir que même sans la bénédiction de Manille, les États-Unis dominent toujours l’océan Pacifique dans son ensemble. Le contrôle total de l’Atlantique et du Pacifique grâce à la victoire des Alliés dans la Seconde Guerre mondiale a été pour le moins très bénéfique à l’Amérique et ils doivent continuer à le maintenir. Ce qui rend la perte des Philippines mauvaise pour les États-Unis, c’est que cela pourrait sérieusement diminuer leur capacité à créer un blocus naval autour de la Chine.

Bien que cela ne soit pas indiqué explicitement, l’une des principales raisons de la Belt and Road Initiative chinoise est le fait qu’à tout moment Washington pourrait couper complètement le commerce maritime de la Chine. L’une des raisons pour lesquelles les produits chinois ont fini par dominer le marché mondial est due à la baisse des coûts d’expédition. Le chargement d’un énorme bateau avec des produits bon marché permet à la Chine de livrer des choses dans l’autre moitié du monde pour beaucoup moins cher que les travailleurs américains ne le peuvent dans leur propre pays. Mais sans voies navigables – c’est à dire sans transport bon marché -, l’avantage chinois serait détruit et la Chine telle que nous la connaissons aujourd’hui pourrait être détruite également.

Les Philippines sont situées dans la région d’un éventuel blocus naval, ce qui signifie que sans elles, le blocage des Chinois d’un point de vue naval devient beaucoup plus difficile et peut-être impossible. Sans surprise, Duterte a été accusé de se tourner vers la Chine,  donc ses motivations pour se débarrasser des États-Unis ne sont peut-être pas entièrement fondées sur la morale, mais là encore, en tant que pays faible, le seul moyen pour les Philippines de tenir un rôle important est de jouer les grandes puissances l’une contre l’autre – ou peut-être l’argent des pot-de-vin chinois a-t-il meilleur goût. Il est très possible que pour que ce groupe d’îles ait une quelconque souveraineté, il a besoin que de plus grands acteurs le convoitent.

Il est peut-être trop tôt pour dire que, à cause de la décision audacieuse de Duterte, « les dominos tombent », mais ce n’est pas la seule nation qui essaie ou a réussi à éliminer les forces américaines et l’OTAN. Les Kirghizes ont mis fin aux opérations étrangères dans leur pays, qui pour l’essentiel, utilisaient leur plus grand aéroport à Bichkek.

Aparté

Personnellement, je trouvais très étrange et humiliant de voir un aéroport international avec plus d'avions militaires étrangers à Bichkek que de civils, il y avait aussi de nombreuses accusations de mauvais comportement envers les habitants, y compris un meurtre présumé.

Étonnamment, même le gouvernement irakien, essentiellement installé par les États-Unis, a demandé aux forces de ceux-ci de quitter le pays après l’assassinat du général iranien Soleimani. Même les médias traditionnels admettent que des dizaines de milliers de Japonais ont manifesté contre des bases américaines dans d’autres pays – encore une fois en raison de prétendus abus sur les habitants. Cependant, le gouvernement du Japon n’a fait aucune demande formelle pour demander le départ des forces américaines, mais discrètement l’interdiction constitutionnelle d’avoir une véritable armée a été levée par Tokyo qui a connu sa première étape d’expansion militaire depuis des décennies.

Pour que les États-Unis maintiennent leur présence militaire globale, ils doivent examiner les cas dans lesquels l’occupation a été considérée comme positive par les habitants – comme en Corée du Sud. Quels que soient les sentiments de chacun concernant la Corée, du Nord ou du Sud, le fait est que la péninsule coréenne est un jeu de tout ou rien. Si les États-Unis abandonnaient Séoul, le Nord – avec le soutien de la Chine – s’imposerait et «unifierait» la nation. De nombreux Sud-Coréens sont satisfaits du statu quo et si les États-Unis n’étaient pas dans leur voisinage, leur vie changerait rapidement et violemment pour le pire, selon leur point de vue. Cette nécessité américaine ne se fait pas sentir en Irak, aux Philippines ou au Kirghizistan, mais si Washington veut rester dans ces lieux, il doit convaincre de l’utilité de sa présence dans le pays. La guerre froide est terminée et la stratégie classique des États-Unis de « se rallier au capitalisme pour obtenir des jeans et des voitures » n’est plus une option, car les Chinois et dans une moindre mesure les Russes, peuvent également offrir beaucoup de bien-être matériel.

Un facteur clé de la division du monde par la Guerre froide était l’idéologie. Cela a permis aux États-Unis et à l’URSS d’installer des bases étrangères sur toute la planète. L’effondrement de l’attrait idéologique pour les États-Unis continuera de permettre aux nations courageuses de leur dire adieu, l’une après l’autre et pour toujours. «Les Russes sont mauvais» ou «nous vous apporterons du bien-être matériel» ne suffisent plus pour justifier une occupation étrangère. Washington doit proposer une nouvelle stratégie idéologique. Les Russes et les Chinois doivent être prêts à cela et en même temps continuer à fragiliser le monde unipolaire défaillant. Lorsque les habitants voient des gens, qu’ils perçoivent comme des étrangers, dominer leur pays, se promener avec des armes à feu et parfois abuser des habitants, il doivent avoir une sorte de grande justification pour supporter cela.

Aux Philippines, il n’y a pas une telle justification. Il n’y a aucune raison, du point de vue de Manille ou de l’homme de la rue, que les troupes américaines restent dans leur pays. L’érosion idéologique des valeurs américaines, après la victoire dans la Guerre froide, doit être stoppée si les États-Unis veulent rester la seule hyperpuissance mondiale.

Tim Kirby

Traduit par jj, relu par Kira pour la Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Les Philippins veulent voir déguerpir les États-Unis et ils ne sont pas les seuls »

Les commentaires sont fermés.