Les conservateurs sont bannis des médias sociaux ?


Voici ce qu’ils peuvent faire à ce sujet


Par Brandon Smith − Le 1er août 2018 − Source alt_market


Ces deux dernières années ont été marquées par un changement plutôt agressif dans les politiques des grandes entreprises envers les clients qu’elles convoitaient. Il n’y a pas si longtemps, les PDG avaient tendance à garder leurs opinions politiques pour eux, en grande majorité. Ces entreprises restaient publiquement neutres car leur objectif était avant tout de gagner de l’argent. Quand elles voulaient influencer les normes politiques ou sociales, elles achetaient des politiciens – vous savez, la bonne vieille méthode. Les grandes banques continuent de le faire en canalisant les liquidités tant pour les Républicains que pour les Démocrates.

Cependant, à la suite de la frénésie du culte de la justice sociale, certaines entreprises ont décidé que l’idéologie était plus importante que le profit, et la plupart d’entre elles sont profondément impliquées dans diverses formes de médias.

Certains diront que les médias ont toujours été orientés à gauche et que cette tendance n’est pas nouvelle. Mais je pense qu’il est clair pour quiconque a travaillé dans la lutte contre la désinformation des médias traditionnels que quelque chose est très différent aujourd’hui. Les conservateurs sont « nettoyés » de la participation à ces plateformes de communication et les idéaux conservateurs sont effacés ou déformés à grande échelle. Il y a peu de temps, les entreprises de médias, au moins, prétendaient être « justes et équilibrées » en tolérant un certain niveau de participation des conservateurs. Plus maintenant.

Avec l’arrivée d’Internet et des médias sociaux, la participation aux discussions politiques est devenue plus ouverte que jamais pour le citoyen ordinaire. C’est apparemment un effet secondaire intolérable que les élites de ces entreprises aimeraient supprimer.

C’est un problème un peu complexe, alors je vais essayer de le décomposer point par point :

Premièrement, les entreprises comme Facebook, Google et Twitter ne sont pas honnêtes dans la présentation de leur propre image. Elles se sont d’abord présentées comme des bastions du commerce social sans aucun intérêt pour les batailles idéologiques. S’ils étaient apparus dès le début et avaient admis qu’ils dirigeaient leurs programmes basés sur la promotion de la folie de la justice sociale, alors les conservateurs n’auraient peut-être pas pris la peine de se joindre à eux. Alors, Facebook et les autres auraient pu garder leurs forums « idéologiquement purs » sans induire les gens en erreur.

Deuxièmement, bien que ces sociétés aient des normes de comportement et des règles pour les participants, les règles sont délibérément larges et vaporeuses. Elles affirment que leurs règles se concentrent sur des comportements plus odieux tels que le racisme manifeste, mais définissent ensuite quasiment tous ceux qu’elles ciblent avec le fait qu’ils sont « racistes ». Cela inclut la plupart des points de vue et arguments conservateurs. Par conséquent, il semble que les sociétés de médias sociaux veulent duper autant de personnes que possible pour qu’elles rejoignent leurs plateformes, pour les rendre dépendantes par leur participation, et ensuite ces entreprises veulent avoir la possibilité de contrôler le comportement de ces personnes en les menaçant de leur couper l’accès.

Troisièmement, bien que ce soit clairement un fanatisme idéologique, les sites Web de médias sociaux sont également des propriétés privées. Ce ne sont pas des « zones de parole libres ». Ils peuvent inviter des gens et ils peuvent exiger que les gens partent quand ils le souhaitent. Si les conservateurs veulent plaider en faveur des droits de propriété privés et des droits de participation volontaires, ils doivent alors inclure des sites Web privés.

Alors, quelle est la solution ?

Certains prétendent que les géants des médias sociaux représentent un service public plutôt qu’une propriété privée et qu’ils devraient être soumis à une réglementation gouvernementale en termes de discrimination politique. Je ne suis pas d’accord.

Donner au gouvernement des pouvoirs encore plus intrusifs dans la façon dont les entreprises fonctionnent au jour le jour n’est pas la solution. Permettre au gouvernement de qualifier sans distinction une entreprise ou un site Web de « service public » est essentiellement une nationalisation de la propriété privée ; quelque chose de très commun dans les pays communistes mais une habitude à éviter en Amérique. Nous avons besoin de moins de gouvernement et de moins de bureaucratie, pas de plus, et les conservateurs doivent se rappeler que si les gauchistes sont une constante contrariété, le grand gouvernement demeure la menace ultime pour les libertés individuelles.

Ils pourraient commencer par Facebook, Twitter, YouTube, etc., mais où cela s’arrête-t-il ? Combien de temps avant que le gouvernement applique des règles de participation à tous les sites Web ? Combien de temps faudra-t-il avant que les sites Internet conservateurs ne doivent autoriser les trolls gauchistes et les agents de désinformation de tous les horizons à détourner leurs forums sans aucun recours pour les supprimer ? Combien de temps avant que le gouvernement ne se déplace de l’autre côté de l’allée et que les conservateurs commencent à se battre pour adopter des lois qui seront ensuite utilisées contre eux ?

Cela dit, il y a des problèmes avec les entreprises en général qui doivent être abordés lors de l’examen de cette énigme. Par exemple, de nombreuses entreprises ne sont pas des entreprises normales au sens du libre marché. Ces entreprises n’existent qu’en raison d’une charte émise par le gouvernement et des protections telles que la responsabilité limitée. C’est là que beaucoup d’anarcho-capitalistes que j’ai traités dans le passé ont tendance à se tromper dans leur défense ardente des entreprises et des monopoles. La réalité est que les entreprises sont un produit du gouvernement et ne sont pas une fonction naturelle des marchés libres.

Facebook a reçu une aide considérable du gouvernement. Pendant des années, Facebook s’est vu offrir des allégements fiscaux spéciaux dans la mesure où, dans certains cas, il a totalement évité les taxes sur l’IRS. Montrez-moi combien de propriétaires de petites entreprises reçoivent ce genre de traitement de la part du gouvernement !

Facebook a également permis des opérations d’intrusion de « data mining », y compris des opérations gouvernementales et des opérations d’entreprises, pour espionner ses utilisateurs, sans jusqu’à présent, subir d’autres conséquences qu’une petite gifle. Facebook a même maintenu des partenariats avec des entités étrangères considérées comme des menaces pour la sécurité nationale aux États-Unis.

Cela ne signifie pas que des entreprises comme Facebook devraient être nationalisées et transformées en service public dans un modèle socialiste gratuit-pour-tous. Mais cela signifie que les entreprises ne devraient pas exister sous leur forme actuelle si nous voulons trouver un équilibre.

Je voudrais d’abord plaider en faveur de la fin des protections juridiques offertes par la « personnification des entreprises ». Lorsqu’une entreprise comme Facebook est poursuivie en justice pour ses infractions et son activité criminelle, la société elle-même est considérée comme une personne morale. Mark Zuckerberg et ses semblables ne sont pas punis : l’entreprise est punie. Cela se termine généralement par des amendes qui ne représentent rien de plus que de l’argent de poche.

Dans le modèle d’Adam Smith des marchés libres, les sociétés (ou les sociétés par actions telles qu’elles étaient appelées à son époque) n’étaient pas acceptables. Comme mentionné, elles ne sont pas une fonction des marchés libres. Les partenariats le sont, cependant. Réduire les sociétés au rang de partenariat et supprimer le volant social des entreprises et les protections gouvernementales contribuerait grandement à résoudre les dangers de voir des élites commerciales contrôler des pans entiers de la communication publique (parmi de nombreux autres secteurs).

C’est pourquoi je suis également partisan de la dissolution des monopoles d’entreprise. Si une société, injustement aidée par le gouvernement à de nombreux égards, devient si importante et si influente que la concurrence sur le marché libre avec cette société est impossible, elle devrait être divisée en entreprises distinctes afin qu’elles aient plus d’incitation à garder les clients plutôt qu’à les discriminer. Ce n’est qu’une solution au problème des médias sociaux qui tentent de virer la moitié du public américain.

Si le démantèlement des monopoles n’est pas possible, ou si une entreprise est séparée en différentes parties concurrentes et que ces parties s’accrochent toujours au zèle idéologique plutôt que de poursuivre des pratiques commerciales saines, il appartient aux conservateurs eux-mêmes de créer une alternative.

Je dis que le temps est venu pour un Facebook conservateur (ou vraiment neutre), un Twitter conservateur, un YouTube conservateur, etc.

Une plus grande domination gouvernementale sur les affaires n’est pas une option, et ce n’est certainement pas conservateur dans l’esprit. Ce qui est conservateur dans l’esprit, c’est l’industrie et l’autonomie. Je ne vois aucune raison pour laquelle un média social conservateur ou neutre ne réussirait pas sur le plan financier, à condition que le gouvernement n’interfère pas.

Si le système n’offre pas une nécessité ou un service, ou s’il restreint une nécessité ou un service, il appartient aux personnes libres de fournir cette nécessité ou ce service pour elles-mêmes au lieu de compter sur les autres pour le faire pour elles.

Je crains que l’agression des Guerriers de la justice sociale au sein des entreprises contre les conservateurs ne fasse partie d’un plan plus vaste et plus subversif. Si l’on étudie les tactiques de gauchiste du gourou socialiste Saul Alinsky, on découvrira qu’elles utilisent souvent la stratégie consistant à harceler leurs ennemis pour provoquer une réaction exagérée. Ce qui signifie que l’objectif des gauchistes ou des globalistes (qui n’ont aucune loyauté envers l’une ou l’autre des parties) peut être de manipuler les conservateurs par leur propre colère.

Les conservateurs sont décrits comme des tyrans diaboliques et monstrueux, ou comme des bigots maladroits dans la plupart des médias actuels. L’idéologie de la justice sociale est placée sur un piédestal comme inattaquable et intouchable dans les films, les émissions de télévision et même les publicités. Elle est traité comme une vérité absolue qui ne peut être ni contestée ni débattue. Entre-temps, les sociétés de médias sociaux cherchent à acquérir une vaste part du marché dans les espaces de communication, puis à réduire la présence conservatrice, de sorte que nous ne pouvons plus argumenter autour de notre point de vue sur ces problèmes.

J’ai compris. Les conservateurs ont toutes les raisons d’être énervés. Mais nous devons examiner la situation dans son ensemble.

Il est possible que le but de ces entreprises ne soit pas nécessairement de faire taire les voix conservatrices sur leurs forums ou de nous calomnier dans des déclarations ridicules. Il se pourrait qu’ils espèrent que nous deviendrons enragés et que nous répondrons en abandonnant nos propres principes pour les attaquer. Ils veulent que nous devenions les monstres par lesquels ils nous représentent. Même si nous gagnons, nous perdons.

J’ai déjà exposé des exemples de la manière dont nous pouvons nous battre sans briser nos propres idéaux et notre morale ; aller de l’avant pour accroître le pouvoir du gouvernement dans ce domaine est complètement inutile. Le combat ne concerne pas seulement les modes de communication, mais la conscience et l’identité. Cette dernière ne doit pas être sacrifiée pour obtenir la première.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Les conservateurs sont bannis des médias sociaux ? »

Les commentaires sont fermés.