Les choses à venir


Par James Howard Kunstler – Le 13 juin 2017 – Source kunstler.com

http://sm.ign.com/ign_es/screenshot/default/la-momia-pelicula-tom-cruise-1_3k9e.jpg
Au fur et à mesure que nos politiciens s’enfoncent toujours plus loin dans une nature sauvage légalisée, cherchant des fantômes de collusion russe, personne ne prête plus attention à la force la plus dangereuse menaçant la vie américaine : l’effilochage de la financiarisation de l’économie.

La financiarisation est ce qui se passe lorsque les personnes responsables créent des montants colossaux d’« argent » ex-nihilo, en émettant des crédits, c’est-à-dire de la dette, puis créent des profits stupéfiants à partir de ces bulles d’actifs, des arbitrages des taux d’intérêt et d’autres opportunités pour éponger la richesse artificielle ainsi générée. C’était une sorte de tour de magie, qui a produit des monuments de richesse personnelle concentrée pour quelques-uns et laissé le reste de la population se noyer dans les obligations d’un avenir volé. L’avenir est maintenant sur nous.

La financiarisation s’est exprimée aussi de manière intéressante, par exemple pour la rénovation étonnante de New York (Brooklyn surtout). Cela ne s’est pas produit simplement parce que la génération X a été révulsée par la banlieue ennuyeuse dans laquelle elle a grandi et a désiré une vie de cocktails artisanaux. Cela s’est produit parce que la financiarisation a concentré une immense richesse géographiquement dans les très rares endroits où ses activités avaient lieu – pas seulement New York, mais aussi San Francisco, Washington et Boston – et pouvaient soutenir un luxe comme les aliments et les préparations artisanales.

Un peu de cette richesse a été extraite de la liquidation des biens du reste de l’Amérique où la financiarisation était absente, une sorte de vente de charité nationale des états oubliés et des personnes qui s’y trouvaient. Cette dynamique, bien sûr, a produit le phénomène du président Donald Trump, l’essence distillée de toute la détresse économique « là-bas » et la rage qu’elle impliquait. Les gens de l’Ohio, de l’Indiana et du Wisconsin ont été laissés avec un grand sac de rien et ils ont certainement remarqué ce qui leur avait été fait, mais ils n’avaient aucune idée de ce qu’il fallait faire à ce sujet, sauf peut-être essayer d’échapper à cette douleur permanente de leur vie ruinée avec de puissantes drogues.

Et puis, un champion s’est présenté, et a promis de ramener les années merveilleuses de bien-être de l’après-guerre – même si le monde a complètement changé – et les pauvres gens sont tombés dans le panneau. Sans parler du fait que son adversaire – l’avare Hillary, avec ses centaines de millions de richesses mal acquises – était un avatar de la financiarisation qui avait mis leurs vies en bouillie. Cette femme les a même appelés « panier de déplorables», pour bien leur faire remarquer ce qui leur était arrivé.

Et maintenant, les fausses promesses plutôt pathétiques du président Trump, tout le MAGA [Make America Great Again], se délitent exactement au moment même où l’économie financiarisée entre dans son moment de changement de phase catastrophique final. Les monuments de la richesse – en particulier les portefeuilles d’actions et d’obligations et la valeur présumée des placements immobiliers – se livreront à un processus que vous pourriez qualifier de découverte des prix de l’enfer, révélant leur valeur, c’est-à-dire quelque part entre peu et rien. Les dettes monstrueuses accumulées [217 000 milliards de dollars, NdT] des personnes, des compagnies et de sociétés souveraines seront brusquement, de manière choquante, absolument et évidemment impayables, et leurs titres seront absorbés par les vortex espace-temps représentés dans les films sur les momies et les astronautes. Et tout à coup, les avatars de cette richesse verront leur vie tourner en eau de boudin, juste comme les déplorables décalés, amateurs de Budweiser, accros à l’oxycodone et vivant sur des parkings plats et ennuyeux, ces terres perdues de l’utopie en ruine du tout-conduite, qui ont vu leurs vies réduites en bouillie marron-et-jaune qui s’écoule dans le sens des aiguilles d’une montre dans les toilettes de l’histoire.

Personne au pouvoir dans ce pays ne prête attention à la proximité de ce moment épique – du moins, ils n’en parlent pas. Si la possibilité existe que tout cela occupe même un coin éloigné de leur cerveau, ils ne savent sûrement pas comment préparer la population, ni quoi faire à ce sujet. La vérité est que les sociétés réagissent en urgence à des crises majeures, comme l’éminente démolition de notre économie financiarisée, souvent de manière désordonnée et surprenante. Je suppose que nous devrons regarder ce spectacle écœurant et, en attendant, profiter du mélodrame de la collusion russe pour ce qu’il vaut, probablement plus qu’un billet pour Wonder Woman ou le nouveau film de Tom Cruise sur les momies.

James Howard Kunstler

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par nadine pour le Saker Francophone

Enregistrer

Enregistrer

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Les choses à venir »

Les commentaires sont fermés.