L’économie se fiche de savoir qui a gagné les élections de mi-mandat


Par Brandon Smith − Le 7 novembre 2018 − Source Alt-Market.com


Au cours des dernières semaines, j’ai reçu de nombreuses demandes de lecteurs qui m’ont demandé de publier mes prédictions sur les résultats des élections de mi-mandat, mais je ne l’ai pas fait pour deux raisons. D’abord et avant tout, je vois le processus électoral très différemment de bien des gens. Je ne le considère pas du tout comme légitime, c’est pourquoi mes prédictions du passé n’ont pas été fondées sur la participation électorale, les sondages ou d’autres absurdités du genre. Les élections sont des événements moulés, encadrés sous le faux prétexte que le paradigme gauche/droite en politique est réel. En ce qui concerne les échelons supérieurs de la politique, le paradigme est complètement théâtral.


Certes, l’Américain moyen tient compte de la « gauche » ou la « droite » du spectre politique. De telles divisions font naturellement partie du discours social. Cependant, le théâtre politique est conçu dans la plupart des cas pour éloigner les citoyens des principes centraux partagés de liberté et d’égalité des chances (et non d’égalité des résultats) pour les pousser vers l’extrémisme et la zéloterie. Et pour être clair, il n’y a pas de « bonne » forme de fanatisme.

Les zélotes ne sont pas conscients d’eux-mêmes, et ils ne soumettent jamais leurs propres positions à un examen critique minutieux. Ils partent du principe qu’ils sont divinement corrects dans tout ce qu’ils font, et quiconque n’est pas d’accord avec eux, même juste un peu, est un ennemi qui doit être détruit par tous les moyens nécessaires. Le zèle est la racine de l’atrocité humaine. Les zélotes sont un raz-de-marée de guerre et de génocide. Ils sont un cancer de l’âme de l’humanité.

Certains groupes de personnes au sein de l’establishment, à savoir les globalistes qui souhaitent un contrôle total et centralisé de tous les aspects de l’économie et de la société, préfèrent que le public reste aussi radicalisé et divisé que possible. Pour eux, la fanatisme est un atout.

Pour atteindre cet objectif, ils achètent l’allégeance des politiciens par divers moyens, y compris des faveurs financières, des faveurs médiatiques et des contributions électorales. Il reste très peu de gens en politique qui ne font pas partie du « club ». Les dirigeants démocrates et républicains sont globalement du même côté, celui des globalistes. Ils s’attaquent les uns les autres par la rhétorique, mais lorsqu’il s’agit de politiques et d’actions concrètes, ils sont tous très semblables.

Le résultat des élections est donc trompeur à long terme. Leur seul but est de manipuler la psychologie publique à une certaine fin réactionnaire.

Lorsque j’ai prédit l’élection de Donald Trump en 2016, plusieurs mois avant le début du scrutin, je l’ai fait en fonction des résultats électoraux qui servaient le mieux les intérêts des globalistes. J’ai conclu avec la plus grande certitude que Donald Trump « gagnerait » sur la base de la même prémisse qui m’a poussé à prédire le succès du vote Brexit au Royaume-Uni ; cette prémisse étant que les globalistes permettraient aux « populistes » (conservateurs) de poser la main sur le pouvoir politique pour ensuite faire tomber l’économie mondiale sur leur tête pour les rendre responsables de cette catastrophe.

À l’époque, il n’était pas clair si Trump jouerait le jeu avec le discours globaliste sur les conservateurs présentés comme « méchants, égoïstes et maladroits ». Aujourd’hui, grâce à ses relations constantes avec les élites bancaires et les membres des groupes de réflexion globalistes, il est évident que Trump a l’intention de jouer le rôle qui lui a été confié. Les actions politiques de Trump au cours des deux dernières années indiquent qu’il suit un modèle très similaire à celui du président républicain Herbert Hoover utilisé juste avant le crash de 1929. Trump était un choix parfait pour les globalistes.

Donc, la question que je devais poser au sujet des élections de mi-mandat est la suivante : quel résultat sert le mieux les intérêts globalistes cette fois-ci ? La seule conclusion à laquelle j’ai pu arriver dans ce cas-ci, c’est que peu importe qui remporterait les examens de mi-mandat. Les globalistes auront quand même leur crash économique et les conservateurs en seront quand même blâmés.

Le résultat final s’est avéré mitigé, les démocrates s’emparant de la Chambre et les républicains tenant le Sénat. L’affirmation dans les médias dominants étant que cela aboutira à un « blocage politique ». En ce qui concerne les marchés boursiers, il n’est pas surprenant que la réaction soit euphorique, puisqu’elle ne s’est pas fait attendre longtemps comme après presque tous les événements électoraux. Mais il y en a beaucoup qui pensent que c’est une euphorie qui va durer. C’est une vision étroite de la situation qui ignore la réalité économique.

Il est certainement possible que les actions fassent un bond avec la nouvelle d’une victoire républicaine, mais je vois cela comme un événement très limité, qui pourrait durer une ou deux semaines. À long terme, à l’approche du mois de décembre, les marchés et tous les autres secteurs de l’économie continueront d’accélérer le déclin observé en octobre.

Voici les faits :

Les ventes de maisons neuves, un indicateur très apprécié des économistes, sont en baisse depuis un an, atteignant leur plus bas niveau en deux ans en septembre.

Cela a surpris bon nombre d’analystes officiels, car jusqu’à maintenant, on entendait que les États-Unis sont en phase de reprise avancée, ce qui devait poursuivre le supposé rajeunissement du marché du logement. Les économistes alternatifs vous donneront la vraie histoire sur les ventes de maisons, cependant.

Le « boom » du logement salué dans les médias dominants au cours des dernières années a été une farce menée principalement par des béhémoths du monde des affaires comme Blackstone. Les entreprises qui achètent des propriétés en difficulté dans l’ensemble des États-Unis au moyen de prêts bon marché et de renflouements par l’intermédiaire de la Réserve fédérale et qui les transforment en loyers ne constituent guère une « reprise » du secteur du logement.

Les acheteurs ordinaires de maisons bénéficient également de taux hypothécaires artificiellement bas depuis de nombreuses années. Mais maintenant, le coût des prêts hypothécaires grimpe en flèche alors que la Fed augmente les taux d’intérêt et que la dette des entreprises devient plus chère, ce qui rend moins rentable pour les entreprises de continuer à aspirer des propriétés. Ajoutez à cela le fait que la Fed est en train de se débarrasser des titres adossés à des créances hypothécaires (mortgage-backed securities – MBS) de son bilan. Ce sont ces mêmes titres qui ont constitué une influence « toxique » qui a conduit à la bulle des hypothèques et des produits dérivés. Il est difficile de dire exactement quels en seront les effets, car ils s’ajouteront aux prêts hypothécaires et aux produits dérivés de type MRA déjà sur le marché, mais je soupçonne que le résultat sera déstabilisant.

Les ventes d’automobiles, un autre indicateur fondamental utilisé dans les médias dominants comme signal pour juger de la santé économique, ont également faibli récemment. Les ventes d’automobiles aux États-Unis ont chuté en septembre, de 11% à 25% selon la compagnie et la marque du véhicule. Alors que les médias grand public affirment que cette baisse massive d’une année sur l’autre est due aux ouragans destructeurs de 2017 qui ont créé une demande manifeste, la vérité est que le paiement mensuel moyen sur les véhicules neufs a grimpé à plus de 525 $ et les taux d’intérêt ont augmenté en raison de la Réserve fédérale.

Les ventes d’automobiles, neuves et d’occasion, ont prospéré au cours des dernières années, en grande partie à cause des taux artificiellement bas et des prêts de type ARM (variables) consentis aux personnes qui n’en ont pas les moyens. Tout comme la bulle hypothécaire de 2008, la bulle de l’automobile est appelée à imploser, car les paiements automobiles deviennent trop chers pour l’acheteur moyen et les défauts de paiement augmentent.

Le déficit budgétaire américain a atteint en 2018 des sommets depuis six ans, sous la direction de Donald Trump depuis 2016, alors que les dépenses budgétaires montent en flèche. Les conservateurs qui espèrent une responsabilisation budgétaire et une réduction des dépenses de l’État sont une fois de plus confrontés à un réveil brutal, alors que les républicains et démocrates et Trump cherchent TOUS à obtenir un plus grand gouvernement. Ce n’est pas une impasse. En fait, il y a eu une unité retentissante à Washington pour une puissance toujours croissante, et des coûts toujours croissants.

Le déficit commercial, qui était censé diminuer de façon agressive face à la guerre commerciale de Trump, a en fait atteint des sommets avec la Chine (parmi d’autres pays). J’ai entendu dire que le résultat des élections de mi-mandat forcera Trump à mettre fin à la guerre commerciale parce qu’il ne reçoit plus de soutien de la Réserve fédérale ou du Congrès. La guerre commerciale ne s’arrêtera pas. Elle offre une couverture parfaite aux banques centrales qui continuent de supprimer le soutien artificiel de l’économie dans son ensemble.

Le facteur le plus important du déclin économique aux États-Unis sera peut-être la dette des entreprises, comme nous l’avons mentionné précédemment. La dette des entreprises a atteint des sommets sans précédent depuis 2008, le ratio de la dette par rapport à la trésorerie atteignant son niveau le plus bas à 12 % en 2017. Autrement dit, en moyenne, pour chaque dollar d’encaisse en réserve, une entreprise a une dette de 8 dollars.

Comment cette dette est-elle générée ? C’est une question de rachat d’actions. En 2018, les sociétés américaines ont augmenté leurs dépenses au titre des rachats d’actions de 48 %, alors qu’elles n’ont augmenté que de 19 % pour celles consacrées au développement. Autrement dit, les sociétés dépensent beaucoup plus de capitaux et empruntent beaucoup plus d’argent pour maintenir artificiellement leurs cours boursiers que pour investir dans la croissance future.

Depuis près d’une décennie, les marchés boursiers reposent sur deux piliers : les taux d’intérêt quasi nuls et les achats d’actifs par la Fed. Les rachats d’actions dépendent de taux bas et de la capacité des entreprises à emprunter essentiellement de l’argent gratuit, qu’elles transforment ensuite en titres pour acheter des actions, réduisant ainsi le nombre d’actions existantes sur le marché et augmentant ainsi la valeur des actions restantes par une forme de manipulation juridique.

Mais à mesure que la Fed relève les taux et cesse d’agir comme acheteur en dernier ressort, les emprunts des entreprises deviennent plus coûteux et les rachats diminueront. En fait, le dernier semestre de 2018 montre une baisse marquée des rachats annoncés, alors que le pic apparent en juillet s’estompe. À l’approche du mois de décembre, la Fed est prête à faire correspondre les taux d’intérêt à son taux d’inflation officiel, ou « taux neutre ». C’est quelque chose qui n’a pas été fait depuis des décennies.

Je pense que les rachats d’actions vont s’essouffler à ce moment là, car le coût de la dette exorbitante nécessaire pour continuer à soutenir les marchés va devenir trop élevé.

Les élections de mi-mandat sont maintenant terminées, mais il est important de comprendre qu’en ce qui concerne les conséquences économiques, le résultat aurait été le même, peu importe qui s’est classé premier. Il est logique pour les globalistes de vouloir un parti républicain dominant, car lorsqu’ils effondreront les marchés, le blâme retombera entièrement sur la tête des conservateurs. D’autre part, il est également logique pour les globalistes d’introduire une prise de contrôle des Démocrates au Congrès, car ils peuvent continuer à pousser les citoyens vers d’autres extrémismes politiques, la gauche accusant la droite de la crise financière et la droite d’ingérence politique.

En attendant, les élites bancaires peuvent simplement blâmer l’extrême clivage politique, attendre que le crash suive son cours, puis s’emparer de la « structure capitaliste », du nationalisme barbare, du populisme, etc. après que la poussière sera retombée. Ils nous admonesteront comme si nous devions avoir honte et nous offriront ensuite leur propre solution au désastre, ce qui comprendra sûrement encore plus de centralisation et plus de pouvoir pour la classe bancaire.

La Fed continuera à augmenter les taux et à réduire les actifs. La guerre commerciale va s’intensifier. Le marché de l’immobilier continuera de vaciller, les marchés de l’automobile imploseront et la dette des entreprises deviendra une pierre au cou des marchés boursiers.

La fonction économique et ses capacités de réparation dépassent de loin la portée de tout organisme politique lorsqu’il s’agit de régler un dysfonctionnement au point où nous en sommes aujourd’hui. Croire le contraire est téméraire. Croire que les élites politiques veulent vraiment réparer l’économie est encore plus téméraire. La réponse n’est pas de remplacer une série de marionnettes politiques par une autre série de marionnettes politiques, mais de permettre aux gens ordinaires de commencer à relocaliser leur propre production et leur propre commerce – de se dissocier de la dépendance à l’égard du système existant et de commencer leur propre système. Ce n’est que grâce à cela, et à l’élimination de la tumeur globaliste de sa position de pouvoir et d’influence, que tout changera pour le mieux.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF